Étienne-Géry Lenglet

personnalité politique française

Étienne-Géry Lenglet[1], né le à Arras et mort le à Douai, est un homme de lettres et homme politique français.

Étienne-Géry Lenglet
Fonction
Membre du Conseil des Anciens
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
DouaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Avocat à Arras avant la Révolution, il occupe diverses fonctions publiques, suit le parti girondin et proteste contre le 31 mai.

Élu, le 24 germinal an VI, député du Pas-de-Calais au Conseil des Anciens, il incline vers le royalisme. Il se montre d'abord opposé au Coup d'État du 18 Brumaire de Bonaparte, et interpelle fermement celui-ci lors de la séance du 19 brumaire au Conseil des Anciens, le rappelant au respect de la constitution. Il se rallie ensuite au fait accompli, et accepte, le 7 messidor an VIII, le poste de président du tribunal d'appel de Douai.

Il échange ce titre, le , contre celui de président de chambre à la cour impériale. Il conserve ce poste sous la Restauration comme sous le gouvernement de Juillet.

Il est le père de Lucien-Thrasybule Lenglet.

PublicationsModifier

  • Essai ou Observations sur Montesquieu (1792)
  • Essai sur la legislation du mariage et sur le divorce (1792)
  • Rêveries diplomatiques après la prise de la Hollande
  • De la propriété (1798)
  • Introduction à l'histoire, ou Recherches sur les dernières révolutions du globe et sur les plus anciens peuples connus (1812)
  • Histoire de l'Europe et des colonies européennes depuis la Guerre de Sept ans jusqu'à la Révolution de (1840)

Notes et référencesModifier

  1. Il est nommé « Linglet », de manière erronée, dans certaines sources contemporaines, y compris Le Moniteur universel.

SourcesModifier

Liens externesModifier