Établissements Billard

Établissements Billard
illustration de Établissements Billard
Une draisine Billard, circulant jadis sur le réseau breton et préservée par l'ACFCdN.

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Disparition Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits Matériels de chemin de fer

La société anonyme des Établissements Billard & Cie est une entreprise de construction de matériel ferroviaire basée à Tours et spécialisée dans la construction d'autorails légers et de matériels à voie métrique et étroite.

Les Statuts des Établissements Billard & Cie en 1928.
Pierre Billard et Marcelle Ancelet lors d'une permission en 1915.
Francis Chatenay vers 1914.

L'entreprise, créée en 1920, connaît un important développement jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Confrontée par la suite à de graves difficultés financières, elle disparaît en 1964. Une partie de son activité est reprise par Socofer.

HistoireModifier

En , la « Société Billard, Chatenay et Cie » est créée à Tours par Pierre Billard (1889-1983), Roger Ancelet (1895-1944) et Francis Chatenay (1893-1963), prête-nom de Marcelle Ancelet-Billard (1890-1983).

Dès avant la Grande guerre, Pierre, Roger et Marcelle ont le projet de créer ensemble un atelier d'assemblage d'automobiles et de construction de pièces automobile. Mais les événements les en empêchent.

Pierre Billard étant électricien dans les chemins de fer, il est incorporé dans un régiment destiné au transport ferroviaire où il acquiert des compétences, avant de les sanctionner par un diplôme d'ingénieur ferroviaire. Francis Chatenay déjà dessinateur de réseaux ferroviaires reçoit une bourse a la fin du conflit pour devenir lui-aussi ingénieur ferroviaire. Roger Ancelet, atteint de poliomyélite et ayant de grande difficultés à marcher, ne part pas à la guerre, mais en profite pour acquérir de solides connaissances de gestionnaire par le management des commerces de ses parents et de sa propre entreprise de bois en gros qu'il créé à cette époque. Pour s'assurer des liens familiaux propres à servir la future entreprise projetée, il persuade également sa sœur d'épouser Pierre Billard.

Lors de la création de l'entreprise, Roger Ancelet apporte une partie des capitaux et ses qualités de gestionnaire. Sa sœur Marcelle apporte aussi des capitaux et sera chargée dans l'entreprise de la publicité et de l'événementiel. Francis Chatenay prête son nom à Marcelle Ancelet-Billard pour que celle-ci puisse investir, car les femmes n'ont pas le droit de participer à la création d'entreprises en ce temps-là. Quant à Pierre Billard, issu d'une famille très pauvre, il apporte ses qualités d'ingénieur, son relationnel avec les ouvriers et ses qualités d'inventeur prolifique.

L'entreprise est située d'abord dans un atelier loué près des docks sur la Loire pour construire des pièces automobiles. Puis pour honorer les commandes de plus en plus nombreuses de draisines, Pierre Billard et Roger Ancelet achètent une maison juste devant la gare deux ans plus tard. Ils la font démolir et en reconstruisent une autre faite de deux appartements, l'un pour Roger et l'autre pour Pierre et Marcelle, avec en sous-sol, éclairé par de grandes baies vitrées, un bureau d'études, royaume de Pierre, de ses ingénieurs et dessinateurs industriels. À la même époque, les deux hommes achètent un terrain derrière la gare et y font construire une première usine raccordée au réseau ferroviaire. Dans la foulée, ils achètent une ligne de chemin de fer désaffectée entre Tours et Loches pour en faite leur ligne d'essais pour tous les nouveaux modèles.

 
Action des Anciens Établissements Billard & Cie en date du 4 juillet 1928.

En 1928, une nouvelle entreprise est créée, la « Société des Anciens Établissements Billard & Cie » pour pouvoir exporter notamment dans les colonies, mais aussi en Europe. Elle absorbe la précédente et est spécialisée dans la construction de draisines et locotracteurs à destination des réseaux de chemins de fer, des industriels pour les embranchements privés et de l'armée française. Les usines s'agrandissent en 1931 en occupant également les anciens ateliers de la compagnie des chemins de fer de la Vendée ; toute l'activité de construction est transférée sur ce site en 1934[1],[2]. Seul le bureau d'étude et les essais des nouveaux modèles restent sur le site de Tours.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Billard et Cie emploie deux mille salariés, tant dans les bureaux commerciaux à Paris, que dans le bureau d'étude et l'usine à Tours et en Vendée.

À la fin de la guerre, l'entreprise subit plusieurs avanies qui mettent grandement sa continuation en danger : Roger Ancelet, le gestionnaire, meurt de maladie, laissant Pierre seul à gérer l'entreprise. Pierre étant avant tout un ingénieur très inventif, les bénéfices de l'entreprise s'en ressentent dangereusement. Puis dans la nuit du 19 au [3], l'usine de Tours est gravement endommagée dans des bombardements alliés et ne reprend une activité normale qu'au milieu de 1945[4]. Elle travaille alors surtout pour les réseaux de chemin de fer étrangers[5]. La même année, l'entreprise doit aussi lutter contre une tentative de nationalisation orchestrée avec le concours de la Banque de France. Puis en 1957, Marcelle Ancelet et Pierre Billard divorcent, rompant ainsi définitivement l'aspect familial de l'entreprise. En 1956, l'établissement est exproprié dans le cadre de la construction du quartier du Sanitas à Tours[6]. Il est alors envisagé de s'installer dans d'autres locaux (les ateliers du PO à Saint-Pierre-des-Corps[7]), voire de reprendre les établissements Fouga et Cie de Béziers.

Mais Pierre ne parvenant pas à trouver un gestionnaire à la hauteur de ses espérances, les difficultés financières entraînent l'abandon de ces projets et, le , l'entreprise cesse son activité, mettant au chômage 250 personnes[7]. Socofer à Tours et Soulé à Bagnères-de-Bigorre poursuivent alors pendant quelques années la fabrication des modèles Billard[8].

ProductionModifier

DraisinesModifier

Les draisines construites par Billard (DU49, DU50D) ont été livrées aux différents réseaux de chemins de fer secondaires, aux grandes compagnies puis à la SNCF.

LocotracteursModifier

 
Locotracteur Billard Y 7200.

L'entreprise a construit des locotracteurs à voie étroite et à voie normale :

À voie étroite (60 cm)Modifier

La lettre T indique tracteur, le numéro la puissance du moteur, le D pour diesel (moteur CLM), P pour moteur Panhard ou G pour Génie (militaire) et le dernier numéro pour le nombre d'essieux.

Par ordre chronologique de construction, on trouve les :

  • T50D
  • T50D3
  • T80D3
  • T75D
  • T75P
  • T75G
  • T100D

Ils sont avant tout conçus pour l'industrie, en particulier pour le transport de betteraves (T50D2 et T80D3), ou pour les chemins de fer militaires français. Ils seront utilisés entre autres pour la desserte de la ligne Maginot, mais surtout par les troupes d'occupation allemandes et l'organisation Todt.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les T75D et les T100D furent utilisés à leur tour dans les industries betteravières, des carrières, les sablières de Nemours.

À voie normaleModifier

Différents types de locotracteurs, dont 130 exemplaires de la série Y 7100, sont réalisés pour la SNCF[8]. Socofer a aussi eu la charge du projet Y9000 pour la livraison de 110 locotracteurs à INFRA, dont 22 réalisés par ses soins, les 88 autres étant faits au Technicentre de Rouen Quatre Mares.

AutorailsModifier

 
Autorail Billard N° 314, type A 80D, du Chemin de fer du Vivarais.

Les autorails pour de nombreux réseaux de chemins de fer secondaires français

Divers réseaux européens

 
Une rame construite par Billard pour le chemin de fer de Diakofto (Grèce), composée de deux voitures dont une motorisée encadrant un fourgon contenant un groupe électrogène pour alimenter les moteurs de traction.
  • En Grèce
  • En Espagne
  • En France
    • Une Micheline a été construite dans les années 1930, pour le PO
    • Trois autorails à bogies sur châssis long ont été livrés au Nord-Est
    • Une série d'autorails à deux essieux a été réalisée pour les CFD et la SNCF en 1949-50
    • Une série d'autorails FNC a été livrée à la SNCF

La solidité de son matériel et la simplicité de sa construction, font que beaucoup d'engins de cette firme circulent toujours aujourd'hui.

VoituresModifier

  • R 210 (remorque d'autorail)

Matériel Billard préservéModifier

LocotracteursModifier

AutorailsModifier

Voie métriqueModifier

 
Type A 150 D1 construit pour les Tramways d'Ille-et-Vilaine (TIV).
Type A 150 D
Type A 80 D
 
L'autorail Billard A 80 D 313 des Voies ferrées du Velay.
Type A 150 D2 Articulé
type A 150 D8
Remorques R 210
Remorques issues de la transformation d'autorail A 150 D
Remorques issues de la transformation d'autorail A 80 D
  • XBD 242, MTVS (arrivée sur le site de Crèvecœur-le-Grand le 4 février 2016), ex-A80D no 32 de 1937 ayant roulé sur les CFD Charentes,les CFD Yonne, le BA, le POC et sur les chemins de fer Corse en tant que remorque après démotorisation.
Remorques messageries

Voie normaleModifier

 
L'autorail Billard à voie normale X 901 préservé par la Transvap.
Type A 75 D
  • X 901, Chemin de fer touristique de la Sarthe ex-Chemin de fer Mamers-Saint Calais (MStC)
  • X 902, Train des Mouettes accompagné d'une remorque (Propriété FACS)
  • X 903, Chemin de fer touristique de la Sarthe ex-Chemin de fer Mamers-Saint Calais (MStC),  Classé MH (1997)[10].
  • X 907, Transvap, en attente de réparation après accident au CFTR.
  • X 915 2, Agrivap, garé sous abri en attente de restauration.

Véhicules transformés et modernisésModifier

Galerie photoModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Chapuis 1981, p. 40.
  2. Monteil et Colombier 2003, p. 93.
  3. « Le 20 mai 1944, Tours dans un décor d'apocalypse », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  4. Monteil et Colombier 2003, p. 94.
  5. Monteil et Colombier 2003, p. 96.
  6. L’histoire du Sanitas en images, sur tmvtours.fr.
  7. a et b Monteil et Colombier 2003, p. 98.
  8. a et b Chapuis 1981, p. 44.
  9. Jean-Pierre Crozet, « Les autorails Billard-Soulé », sur LE CHEMIN DE FER FRANCO-ÉTHIOPIEN de DJIBOUTI à ADDIS-ABEBA de 1900 à 1980, (consulté le 21 avril 2009).
  10. Notice no PM72001291, base Palissy, ministère français de la Culture.

BibliographieModifier

  • Yves Broncard, Autorails de France : Les Autorails légers des années 1930, Les Autorails légers des années 1940, Billard (Band 4), Édition La Vie du rail, Paris, 2007 (ISBN 2-915034-68-0)
  • Jacques Chapuis, « Billard, un grand nom pour les secondaires », La Vie du Rail, no 1784,‎ , p. 39-44.
  • Bernard Monteil et Christine Colombier, « Les ateliers du chemin de fer de Tours et de sa région », Revue d'histoire des chemins de fer, nos 28-29,‎ , p. 73-99 (ISSN 0996-9403)
  • Jean-Claude Riffaud, Les automotrices Billard, monographie parue dans le N° 24 (1982-4) de la revue Magazine des tramways à vapeur et des secondaires

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier