Émilie Gavaudan

artiste lyrique française

Émilie (ou Marie-Émilie)[1] Gavaudan, née en 1775 et morte en , est une artiste lyrique française[note 1].

Émilie Gavaudan
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Fratrie
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour

BiographieModifier

Émilie Gavaudan est la fille de Denis Gavaudan et de Catherine Calmen[2], membre de la « tribu chantante» des Gavaudan qui a émergé dans le milieu lyrique et théâtral parisien entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. Elle est notamment sœur d’Anne-Marie-Jeanne et d'Adélaïde, chanteuses de l’Académie Royale de Musique, et de Jean-Baptiste-Sauveur, vedette de l'Opéra-Comique[3],[note 2].

En 1780, elle est engagée avec sa sœur Adélaïde, par Madame Donvilliers, du théâtre des Petits Comédiens de la Muette[4].

Elle rejoint l'Opéra en 1787. Après avoir tenu des rôles de coryphée[5],[6], elle est limitée à partir de 1792 au statut de simple choriste[7],[8]. Elle quitte l’Opéra après la Révolution et entre dans les chœurs du théâtre Feydeau dès 1796, et, après le fusionnement de cette troupe avec celle de la Salle Favart en 1802, de la nouvelle Opéra-Comique.

Elle épouse le ténor et compositeur Pierre Gaveaux.

RôlesModifier

Ayant presque toujours simplement fait partie des choeurs, il ne semble pas qu'elle ait créé des rôles importants aux premières des opéras. À l'époque du Théâtre Feydeau elle apparaît parfois dans les colonnes théâtrales des journaux, mais seulement en tant que remplaçante pour de petits rôles.[9],[note 3]

Son nom figure sur les livrets originaux des œuvres suivantes :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cette artiste a parfois été confondue avec sa nièce Jeanne-Marie-Françoise Bousquier, dite « Aglaë Gavaudan » (voir notamment (de) Karl-Josef Kutsch et Leo Riemens, Großes Sängerlexikon, Walter de Gruyter, , 5430 p. (ISBN 978-3-598-44088-5, lire en ligne)). Il ne fait pourtant aucun doute que, comme Pougin l'avait déjà constaté à la fin du XIXe siècle, il s'agit de deux personnes différentes. À l'appui, par exemple, dans l'Almanach de l'an VI de Fabien Pillet, Aglaé et sa sœur « Rosalie » (par alleurs dite d'ordinaire « Rosette ») figurent parmi les artistes solistes du Théâtre Feydeau (p. 73) et Émilie parmi les choristes (p. 75). Ou encore, dans le Courrier des Spectacles du 27 Germinal an VIII de la République, les trois cantatrices sont signalées séparément parmi les artistes impliqués dans les représentations du jour, sous les noms d'Émilie Gavaudan, de Gavaudan aînée et de Gavaudan cadette.
  2. Le nom d'une quatrième sœur, Jeanne-Marie-Émilie, dont nulle activité théâtrale n'est connue, figure dans l'acte de baptême de son fils, Jean-Sébastien-Fulchran Bousquier, dit Bosquier-Gavaudan, qui poursuivra honorablement, avec ses deux sœurs (citées ci-dessus en note de bas de page), la tradition artistique de la famille maternelle. L'« extrait des registres de l'église Notre-Dame-Des-Tables, à Montpellier », est rapporté p. 296 de Edmond-Denis de Manne et Charles Ménétrier, Galerie historique des Comédiens de la Troupe de Nicolet : Notices sur certains acteurs et mimes qui se sont fait un nom dans les annales des scènes secondaires depuis 1760 jusqu'à nos jours, Lyon, Scheuring, (lire en ligne), « Jean-Sébastien-Fulchran Bousquier, dit Bosquier-Gavaudan (1776 – 1843) », p. 296-300
  3. Le site Symetrie attribue à Émilie le rôle-titre d'Azémia ou Les sauvages de Dalayrac, dans la reprise de 1812, mais c'est évidemment une bévue (cf. Data - B.N.F.). Le personnage était joué par « Mme Gavaudan », mais, à l'Opéra-comique, cette appellation était réservée exclusivement à Alexandrine-Marie-Agathe Gavaudan-Ducamel, belle-sœur d'Émilie et prima donna de la troupe.

RéférencesModifier

  1. Dictionnaire de l’Opéra de Paris sous l’Ancien Régime, II, article « Gavaudan, Émilie », p. 805.
  2. (en) « Family tree of Emilie Gavaudan », sur Geneanet (consulté le )
  3. Pougin.
  4. « Bulletin de la Société historique d'Auteuil et de Passy », sur Gallica, (consulté le )
  5. Les spectacles de Paris, ou calendrier historique & chronologique des théâtres, Duchesne, (lire en ligne)
  6. La lanterne magique, (lire en ligne)
  7. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  8. Fabien Pillet, « Indicateur dramatique ou Almanach des théatres de Paris », sur Gallica, (consulté le )
  9. cf. par exemple « Le Courrier des spectacles, ou Journal des théâtres et de la Litterature », 27 Germinal, An VIII de la République [lire en ligne].

BibliographieModifier

  : documents utilisés comme source pour la rédaction de cet article :

  • Le Ménestrel, Paris, 1833-1940 (lire en ligne), lire en ligne sur Gallica,
    1872 : n°32, ; n°33, ; n°34, ; n°35, ; n°36, 4 aout lire en ligne.
  • Arthur Pougin, Figures d’Opéra-Comique : Mme Dugazon, Elleviou, la tribu des Gavaudan, Paris, Tresse, 1875, p. 143-157 [lire en ligne].
  • François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. Deuxième édition, tome 3, Paris, 1860-1881, 508 p. (lire en ligne), p. 428.
  • Sylvie Bouissou, Pascal Denécheau et France Marchal-Ninosque, Dictionnaire de l’Opéra de Paris sous l’Ancien Régime : (1669-1791), t. II – D-G, Paris, Classiques Garnier, coll. « Dictionnaires et synthèses », , 935 p..

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :