Ouvrir le menu principal

Élisa Deroche

première aviatrice brevetée au monde
(Redirigé depuis Élise Deroche)
Élisa Deroche
Description de cette image, également commentée ci-après
Élisa Deroche vers 1909.
Nom de naissance Élisa Léontine Deroche
Alias
Raymonde de Laroche
Naissance
Paris
Décès (à 36 ans)
Le Crotoy
Nationalité France France
Profession
aviatrice pionnière

Élisa Deroche, connue sous le pseudonyme de baronne Raymonde de Laroche, est une aviatrice française née le à Paris (4e arr.)[1] et morte le au Crotoy. C'est la première femme au monde à avoir obtenu son brevet de pilote.

Sommaire

BiographieModifier

Élisa Léontine Deroche naît dans le quartier du Marais au numéro 61, rue de la Verrerie à Paris, de Charles-François Deroche portefeuilliste et de Christine Calydon Gaillard. Jeune femme, elle commence une carrière artistique, au théâtre notamment, et prend le nom de baronne Raymonde de Laroche[n 1]. Elle se consacre également à la peinture et à la sculpture et au sport automobile.

 
Élisa Deroche en août 1909.
 
Élise Deroche dite la baronne de la Roche, première femme française pilote dans son appareil

Elle rencontre Charles Voisin, fondateur avec son frère Gabriel de l'entreprise Voisin Frères, qui l’initie au pilotage. Elle est la première femme, en France et dans le monde, à obtenir, le à Mourmelon, un brevet de pilote, le no 36 de l'Aéro-Club de France[2]. Cependant elle n'est pas la première femme à avoir piloté un aéroplane en solo, c'est Thérèse Peltier qui la devance en effectuant un vol en septembre 1908 sans avoir de brevet. Elle participe dès lors à de nombreux rassemblements aériens, tant en France qu’à l’étranger, comme Héliopolis, Budapest, Saint-Pétersbourg, Rouen, et sera grièvement blessée pendant un meeting à Reims le 8 juillet 1910, son avion s’étant écrasé[n 2]. Déjà, à l’aérodrome de Bouy, l'aviatrice avait été victime d'un accident avec son biplan Voisin, le 4 janvier 1910, jour de la mort de Léon Delagrange, cette dernière n'ayant pu reprendre suffisamment d'altitude face à des peupliers[3]. Elle sort indemne[réf. nécessaire] de l’accident d’automobile où son ami intime Charles Voisin trouve la mort, le 26 septembre 1912, au volant d'une Hispano Suiza. Spécialiste des vols d'altitude, le 17 juin 1919, à Issy, elle en bat le record féminin avec 3 900 mètres, mais sa performance est bientôt surclassée par l'Américaine Ruth Law, qui atteint, elle, 4 720 mètres. Aussitôt, la « baronne de Laroche » reprend son titre en s'élevant à 4 800 mètres. Cet exploit marquera l'apogée de sa carrière, car elle meurt dès le 18 juillet 1919 au cours d'un vol d'entraînement, sur un prototype Caudron modèle G3 piloté par l'aviateur Barrault, l'avion s'écrase sur la plage du Crotoy. Elle n'était pas aux commandes de l'aéronef.

Élisa Deroche repose au cimetière du Père-Lachaise, dans la 92e division.

Vie privéeModifier

Élisa Deroche a été mariée deux fois. Le 4 août 1900, elle épouse Louis Léopold Thadome à la mairie du 4e. Divorcée, elle se remarie avec Jacques Vial le 20 février 1915 à Meudon[4].

Honneurs posthumesModifier

 
Plaque du 61 rue de la Verrerie à Paris.
  • Une plaque est apposée sur sa maison natale, 61 rue de la Verrerie à Paris.
  • En hommage aux pionniers de l'aviation, la poste française émet le 18 octobre 2010 un timbre à l'effigie d'Élisa Deroche, première aviatrice brevetée au monde.
  • Un collège a été baptisé Elise Deroche le 17 octobre 2016 à Le Pian-sur-Garonne, en Gironde.
  • Une vingtaine de voies publiques (avenue, rue, etc.) sont baptisées en son honneur à travers le monde.
  • Une avenue porte son nom à Viry-Châtillon, la ville du premier aérodrome au monde : l'avenue Baronne-de-Laroche. C'est d'ailleurs dans cette avenue que se situe le vieux bâtiment de Port-Aviation, le premier aérodrome au monde.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Pour certains[réf. nécessaire], ce serait à la suite d’un meeting à Saint-Pétersbourg que le tsar Nicolas II, impressionné par son courage, lui donne le titre de baronne.
  2. Elle pilote le biplan Voisin no 59 à la deuxième Grande Semaine d’aviation de la Champagne 1910. Elle s'en tire avec une fracture du bras et de la jambe gauche.

RéférencesModifier

  1. Acte de naissance no 2247 (vue 2), registre des naissance du 4e arrondissement pour l'année 1882, État civil de la Ville de Paris.
  2. « Baronne de Laroche » sur aviatechno.free.fr.
  3. « Une aviatrice tombe », Le Petit Parisien, Paris, 5 janvier 1910 (ISSN 0999-2707)
  4. Mentions marginales sur l'acte de naissance (cf. supra).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Lucien Robineau (dir.) et Académie nationale de l'Air et de l'Espace (préf. Pierre Miquel, postface Charles Bigot), Les Français du Ciel : dictionnaire historique, Le Cherche midi, coll. « Ciels du monde », , 782 p. (ISBN 2-749-10415-7, notice BnF no FRBNF39993744)
  • Académie nationale de l'Air et de l'Espace, Aviatrices : un siècle d'aviation féminine française, Altipresse, Musée de l'Air et de l'Espace, coll. « Nouvel envol », , 189 p. (ISBN 2-911-21821-3, notice BnF no FRBNF39289561)
  • Enrico Grassani, Elisa Deroche alias Raymonde de Laroche: La presenza femminile negli anni pionieristici dell'aviazione, Milan, Editoriale Delfino, 2015 (ISBN 978-88-97323-46-4).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :