Bouy

commune française du département de la Marne

Bouy
Bouy
Mairie et école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Thierry Chappat
2020-2026
Code postal 51400
Code commune 51078
Démographie
Gentilé Busons, Busonnes
Population
municipale
575 hab. (2019 en augmentation de 8,49 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 14″ nord, 4° 21′ 01″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 152 m
Superficie 22,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bouy
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Bouy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouy

Bouy est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est. Bouy fait partie du canton de Suippes et de l'arrondissement de Châlons-en-Champagne. Ses habitants sont appelés les Busons.

GéographieModifier

La superficie de Bouy est d'environ 22,46 km2 et se situe à une altitude d'environ 110 mètres. Le village est traversé par la Vesle et la ligne Reims - Châlons.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Bouy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (63,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (25,8 %), forêts (7,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2 %), zones agricoles hétérogènes (1,9 %), zones urbanisées (1,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

ToponymieModifier

Boxium en 1116, Allodium, Boyensis vers 1137-42, Boixeum 1164, Boé-Boez (1270-1350), dérivé du mon de personne en gaulois Bouis[8].

HistoireModifier

 
Carrefour et destructions. Carte postale de 1918. Bibliothèque municipale de Nancy.

Au Moyen Âge, le terroir de Bouy appartenait à des seigneuries distinctes, certaines aux mains de seigneurs ecclésiastiques : les templiers avaient des terres à Bouy, l'abbaye d'Avenay-Val-d'Or qui avait fait élever un moulin sur la Vesle[9]. Les dames de l'abbaye d'Avenay-Val-d'Or, en 1781, cédèrent leur terres aux habitants.

Le , à bord d'un aéroplane Voisin, Henri Farman effectua entre Bouy et Reims le premier voyage aérien – dit aussi « premier vol de ville à ville » – de l'histoire mondiale de l'aviation. La distance – vingt-sept kilomètres – fut couverte en une vingtaine de minutes à la vitesse moyenne de soixante-quinze kilomètres à l'heure. La baronne de Laroche est victime d'un accident avec son biplan Voisin, le 4 janvier 1910, n'ayant pu reprendre suffisamment d'altitude face à des peupliers[10].

La Première Guerre mondiale fit de nombreux dégâts en la ville.

HéraldiqueModifier

  Blason
D'azur à la bande d'argent haussée et chargée d'une molette de gueules accostée de deux croisettes recroisetées du même, accompagnée en chef d'un torque pommeté d'or et en pointe d'un arbre du même, soutenu d'une burelle ondée d'argent sommée d'un battoir de lavandière accosté de deux meules de moulin mouvant de la burelle, le tout du même ; au comble d'argent chargé d'une hélice d'avion de tenné et soutenu d'une jumelle potencée et contre-potencée d'or, l'intervalle rempli d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1876 après 1877 Jacquart[11]    
mars 2001 2014 Guy Bernard[12]    
2014[13] En cours
(au 4 juillet 2014)
Thierry Chappat    

JumelageModifier

Le village est jumelé avec Everton, village du district de Bassetlaw.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2019, la commune comptait 575 habitants[Note 3], en augmentation de 8,49 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410437457393399440411400391
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
350382358343350319310296304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3263143211 030449308374367354
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
349364409356393422449522563
2019 - - - - - - - -
575--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

En 2006, le taux de chômage était de 3,6 %, les retraités et préretraités représentaient 17,8 %, le taux d'activité était de 70,9 %.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Biplan Farman.
 
L'ancienne mairie-école actuel musée Guillaumat.
  • Le monument Guillaumet ;
  • Le musée Guillaumet ;
  • L'église de Bouy, construite au XIIe siècle, avec un chœur du XIIIe siècle, elle eut des réfections au XVIe et XVIIIe siècles. Seul le vitrail de la Vierge passa la Première Guerre mondiale ; les vitraux actuellement visibles furent offerts par John Hubbard en hommage au dévouement de Miss Evelyn Garnaud-Smalley qui tint le foyer du soldat ;
  • Le biplan Farman/Voisin N° 1 en hommage au premier vol mondial reliant deux villes, sur le giratoire ;
  • Le camp de Châlons est en partie sur le territoire de la commune.

Personnalités liées à la communeModifier

L'aviateur Henri Guillaumet (1902-1940) est né à Bouy. Une plaque est apposée sur sa maison natale, dans la rue qui porte son nom.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France, Larousse, 1951.
  9. Louis Paris, « Histoire de l'abbaye d'Avenay », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 61, nos 1-2,‎ 1876-1877, p. 210 (lire en ligne, consulté le ).  .
  10. Le Petit Parisien, Paris, 5 janvier 1910, quotidien (ISSN 0999-2707) [lire en ligne].
  11. Almanach économique, historique & administratif de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1877, Reims, p164.
  12. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  13. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.