Élections régionales de 2021 en Saxe-Anhalt

Élections régionales de 2021 en Saxe-Anhalt
97 députés du Landtag
(Majorité absolue : 49 députés)
Type d’élection Élections législatives régionales
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 788 955
Votants 1 079 287
60,33 %  −0,8
Votes exprimés 1 063 694
Votes blancs et nuls 15 593
Reiner Haseloff (Martin Rulsch) 08.jpg CDU – Reiner Haseloff
Voix 394 808
37,12 %
 +7,4
Députés élus 40  +10
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
AfD – Oliver Kirchner (de)
Voix 221 498
20,82 %
 −3,5
Députés élus 23  −2
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Linke – Eva von Angern (de)
Voix 116 902
10,99 %
 −5,3
Députés élus 12  −4
Landtagsabgeordnete und SPD-Fraktionsvorsitzende im Landtag von Sachsen-Anhalt Dr. Katja Pähle (SPD) (cropped).png SPD – Katja Pähle (de)
Voix 89 475
8,41 %
 −2,2
Députés élus 9  −2
Lydia Hüskens (FDP) (cropped).jpg FDP – Lydia Hüskens (de)
Voix 68 305
6,42 %
 +1,6
Députés élus 7  +7
Cornelia Lüddemann 2021 (cropped).jpg Grünen – Cornelia Lüddemann (de)
Voix 63 148
5,94 %
 +0,8
Députés élus 6  +1
Parti vainqueur par circonscription
Carte
Ministre-président
Sortant
Reiner Haseloff
CDU
wahlergebnisse.sachsen-anhalt.de

Les élections régionales de 2021 en Saxe-Anhalt (en allemand : Landtagswahl in Sachsen-Anhalt 2021) se tiennent le , afin d'élire les 83 députés de la 8e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. En application de la loi électorale, 97 députés sont finalement élus.

Le scrutin voit une nette victoire de l'Union chrétienne-démocrate, qui déjoue les sondages la plaçant au coude-à-coude avec l'Alternative pour l'Allemagne grâce au vote utile et à la popularité du ministre-président Reiner Haseloff. Les partis de gauche font face à des échecs à des degrés divers, Die Linke et le Parti social-démocrate réalisant leur plus mauvais résultat régional.

ContexteModifier

Lors des élections régionales du 13 mars 2016, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) du ministre-président Reiner Haseloff vire en tête avec près de 30 % des voix. Elle est suivie par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui réalise un score historique pour l'extrême droite avec un peu plus de 24 % des suffrages exprimés et devance même Die Linke, qui recueille 16 %. Partenaire de la CDU au niveau fédéral, le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) sort laminé du scrutin en totalisant seulement 10 % des voix[1].

À peine un mois après le scrutin, la CDU, le SPD et l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) annoncent avoir conclu un accord pour constituer une « coalition kényanne », la première à associer leurs trois partis au niveau gouvernemental[2]. Reiner Haseloff est réélu ministre-président par le Landtag le par 47 voix favorables au second tour de scrutin — une de plus que sa majorité — après avoir échoué au premier tour avec 41 suffrages, trois de moins que la majorité requise[3].

Le , le Landtag adopte la proposition de sa présidente Gabriele Brakebusch (de) de reporter de trois mois les futures élections régionales et de les convoquer le . Cette modification du calendrier électoral est approuvée par les partis de la coalition au pouvoir mais rejetée par l'AfD et Die Linke, qui siègent dans l'opposition[4].

Mode de scrutinModifier

Le Landtag est constitué de 83 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare/Niemayer[5].

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (Erststimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 41 circonscriptions ; la seconde voix (Zweitstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 83 sièges est répartie proportionnellement aux secondes voix entre les partis ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, il conserve ces mandats supplémentaires et la taille du Landtag est augmentée par des mandats complémentaires distribués aux autres partis pour rétablir une composition proportionnelle aux secondes voix.

CampagneModifier

Le président régional de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) et ministre de l'Intérieur Holger Stahlknecht indique au début du mois de qu'il souhaite être chef de file aux prochaines élections régionales, mais qu'il renoncera si le ministre-président Reiner Haseloff ambitionne de postuler pour un troisième mandat[6]. Le , Reiner Haseloff indique sa volonté d'être de nouveau candidat chef de file de l'Union chrétienne-démocrate après s'être entretenu avec Stahlknecht[7]. Sa candidature est approuvée lors d'une conférence régionale organisée à Dessau-Rosslau le par 94,9 % des voix des délégués[8].

Cornelia Lüddemann (de), présidente du groupe parlementaire de l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen), dit en sa volonté de mener la campagne écologiste, la ministre de l'Environnement Claudia Dalbert (de) ayant elle pour souhait de continuer à siéger au gouvernement après le scrutin[9]. Lors d'un congrès régional organisé le à Halle-sur-Saale, les Grünen approuvent à 85 % l'investiture de Cornelia Lüddemann comme cheffe de file, confiant la deuxième place de la liste de candidats à leur président Sebastian Striegel[10].

À l'occasion d'un vote des militants du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) dont les résultats sont publiés le , la présidente du groupe parlementaire Katja Pähle (de) est investie cheffe de file avec 55 % des suffrages exprimés. Le score de son concurrent Roger Stöcker, professeur de sciences politiques qui recueille plus de 42 % des voix, est remarqué en raison de son absence de notoriété, de mandat et d'expérience électorale[11].

Deux jours seulement après que le SPD a organisé le vote de ses adhérents, Die Linke organise une conférence régionale qui rassemble le président régional, le comité directeur et les présidents des fédérations locales. À cette occasion, le dirigeant du parti dans le Land Stefan Gebhardt (de) propose que la vice-présidente du groupe parlementaire au Landtag Eva von Angern (de) conduise la campagne de la gauche radicale en . Cette candidature est approuvée à l'unanimité[12] puis ratifiée le lors d'une convention régionale organisée à Schönebeck[13].

Le Parti libéral-démocrate (FDP) réunit le une convention d'investiture à Wittenberg, qui consacre l'ancienne députée régionale Lydia Hüskens (de) comme cheffe de file électoral[14].

Le , l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) choisit son président de groupe parlementaire Oliver Kirchner (de) pour emmener sa campagne aux élections de 2021. Il reçoit l'approbation de 87 % des délégués au congrès régional organisé à Magdebourg, marqué par une fausse alerte à la bombe[15].

Principaux partisModifier

Parti Positionnement Chef de file Résultat de 2016
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
Reiner Haseloff
(Ministre-président)
29,8 % des voix
30 députés
Alternative pour l'Allemagne
Alternative für Deutschland
Droite à extrême droite
Euroscepticisme, national-conservatisme, populisme
Oliver Kirchner (de) 24,3 % des voix
25 députés
Die Linke
La Gauche
Extrême gauche à gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme, populisme
Eva von Angern (de) 16,3 % des voix
16 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Katja Pähle (de) 10,6 % des voix
11 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie politique, progressisme
Cornelia Lüddemann (de) 5,2 % des voix
5 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre droit à droite
Libéralisme, libéralisme économique
Lydia Hüskens (de) 4,9 % des voix
0 député
Électeurs libres
Freie Wähler
Centre
Localisme, démocratie directe, libéral-conservatisme
2,2 % des voix
0 député
Parti national-démocrate d'Allemagne
Nationaldemokratische Partei Deutschlands
Extrême droite
Néonazisme, ultranationalisme, populisme
1,9 % des voix
0 député

SondagesModifier

Sondages en vue des élections régionales de 2021 en Saxe-Anhalt[16]
Institut Date CDU SPD Grünen FDP Linke AfD
INSA 04/06/2021 27 % 10 % 8 % 7 % 12 % 26 %
Civey[17] 03/06/2021 29 % 10 % 8 % 6 % 10 % 28 %
Forschungsgruppe Wahlen 03/06/2021 30 % 10 % 9 % 6,5 % 11,5 % 23 %
Forschungsgruppe Wahlen 28/05/2021 29 % 10 % 9 % 8 % 11 % 23 %
Infratest dimap 27/05/2021 28 % 11 % 9 % 8 % 10 % 24 %
INSA 26/05/2021 25 % 10 % 11 % 8 % 13 % 26 %
INSA 29/04/2021 26 % 10 % 12 % 6 % 13 % 24 %
Infratest dimap 23/04/2021 27 % 12 % 11 % 8 % 12 % 20 %
INSA 27/01/2021 30 % 10 % 9 % 5 % 16 % 23 %
INSA 02/12/2020 29 % 10 % 10 % 4 % 17 % 23 %
GMS 29/07/2020 33 % 12 % 10 % 4 % 16 % 19 %
Infratest dimap 05/06/2020 34 % 13 % 8 % 4 % 16 % 19 %
INSA 20/03/2020 25 % 11 % 11 % 4 % 18 % 25 %
Infratest dimap 28/08/2018 28 % 14 % 6 % 8 % 19 % 21 %
CONOSCOPE 22/05/2018 35 % 16 % 5 % 6 % 20 % 15 %
Infratest dimap 22/06/2017 40 % 13 % 6 % 5 % 20 % 13 %
Infratest dimap 22/11/2016 33 % 15 % 5 % - 18 % 22 %
Dernières élections 13/03/2016 29,7 % 10,6 % 5,2 % 4,9 % 16,3 % 24,3 %

RésultatsModifier

ParticipationModifier

Évolution de la participation[18]
Taux de participation En 2016 En 2021 Différence
à 12 heures 25,0 % 22,4 %  −2,6
à 14 heures 35,4 % 27,1 %  −8,3
à 16 heures 47,1 % 41,0 %  −6,1
final 61,1 % 60,3 %  −0,8

Voix et siègesModifier

Résultats des élections régionales de 2021 en Saxe-Anhalt[19]
 
Partis Circonscriptions Listes Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/- Votes % +/- Sièges
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 362 333 34,13 40  +13 394 808 37,12  +7,36 0 40  +10
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 231 875 21,84 1  −14 221 498 20,82  −3,45 22 23  −2
Die Linke (Linke) 135 419 12,76 0  −1 116 902 10,99  −5,33 12 12  −4
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 116 453 10,97 0  0 89 475 8,41  −2,22 9 9  −2
Parti libéral-démocrate (FDP) 70 725 6,66 0  0 68 305 6,42  +1,56 7 7  +7
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 60 521 5,70 0  0 63 148 5,94  +0,76 6 6  +1
Électeurs libres (FW) 57 536 5,42 0  0 33 288 3,13  +0,97 0 0  0
Parti des bases démocratiques d'Allemagne (dieBasis) 7 564 0,71 0  0 15 621 1,47 Nv. 0 0  0
Parti de protection des animaux (Tierschutzpartei) 1 056 0,10 0  0 15 274 1,44  −0,04 0 0  0
Parti du jardin (Gartenpartei) 3 216 0,30 0  0 8 577 0,81 Nv. 0 0  0
Die PARTEI (PARTEI) 3 909 0,37 0  0 7 770 0,73  +0,2 0 0  0
Parti d'action pour la protection des animaux (de) (TIERSCHUTZ hier!) 6 239 0,59 Nv. 0 0  0
Autres 10 907 1,03 0  0 22 789 2,14 0 0  0
Votes valides 1 061 514 98,35 1 063 694 98,56
Votes blancs et nuls 17 773 1,65 15 593 1,44
Total 1 079 287 100 41  −2 1 079 287 100 - 56 97  +10
Abstentions 709 668 39,67 709 668 39,67
Inscrits / participation 1 788 955 60,33 1 788 955 60,33

AnalyseModifier

Contrairement à ce que les sondages semblaient indiquer, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) sort grande vainqueure du scrutin et devance nettement l'Alternative pour l'Allemagne (AfD). La CDU doit ce résultat autant à la crainte d'une possible victoire de l'AfD et de l'image que cela donnerait de la Saxe-Anhalt qu'à la popularité du ministre-président Reiner Haseloff, et ce alors que les scandales, la gestion fédérale de la pandémie et des déclarations polémiques auraient pu la mettre en difficulté. L'AfD perd ainsi la quasi-totalité de ses mandats de circonscription, passant de quinze à un seul et comptera désormais moins d'un quart des députés au Landtag, perdant par la même sa capacité à saisir la Cour constitutionnelle. À gauche de l'échiquier politique, tous les partis subissent une défaite électorale ou politique, puisque Die Linke et le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) enregistrent leurs pires résultats régionaux et que l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) échoue à progresser fortement[20],[21].

SociologiqueModifier

Sondage Forschungsgruppe Wahlen[22]
Catégorie CDU AfD Linke SPD FDP Grünen FW
Sexe
Hommes 33 % 26 % 11 % 8 % 7 % 6 % 3 %
Femmes 41 % 16 % 11 % 8 % 6 % 6 % 3 %
Âge
Moins de 30 ans 18 % 19 % 10 % 7 % 12 % 13 % 4 %
30−44 ans 29 % 28 % 9 % 7 % 6 % 8 % 4 %
45−59 ans 36 % 25 % 10 % 6 % 7 % 6 % 3 %
Plus de 60 ans 46 % 16 % 13 % 11 % 5 % 3 % 2 %
Statut
Ouvrier 37 % 26 % 10 % 9 % 6 % 4 % 3 %
Employé 37 % 18 % 11 % 9 % 7 % 8 % 3 %
Fonctionnaire 41 % 14 % 13 % 8 % 8 % 7 % 3 %
Indépendant 39 % 23 % 12 % 3 % 9 % 6 % 2 %
Études
Hauptschulabschluss 39 % 30 % 9 % 9 % 4 % 2 % 2 %
Mittlere Reife 36 % 27 % 10 % 7 % 6 % 3 % 4 %
Abitur (baccalauréat) 32 % 18 % 12 % 8 % 8 % 7 % 4 %
Hochschulabschluss (supérieur) 38 % 12 % 13 % 10 % 7 % 12 % 2 %

ConséquencesModifier

Au lendemain du scrutin, le comité directeur régional de la CDU décide à l'unanimité de proposer des entretiens exploratoires au SPD, au FDP et aux Grünen. Ces derniers indiquent à cette occasion ne pas vouloir rééditer la « coalition kényane » qu'ils forment depuis cinq ans avec les chrétiens-démocrates et les sociaux-démocrates, tout en se disant ouverts à une « coalition jamaïcaine » avec les libéraux-démocrates. Tant le SPD que le FDP signalent leur disponibilité pour entamer des discussions avec la CDU, le Parti libéral soulignant qu'ils n'ont pas l'intention d'être « une roue de secours » dans un attelage où leurs voix ne compteraient pas, en référence à une alliance tripartite avec l'Union chrétienne-démocrate et le Parti social-démocrate où ces deux formations détiendront l'exacte majorité absolue au Landtag[23].

RéférencesModifier

  1. « Allemagne: percée de l'extrême droite aux élections régionales », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020).
  2. (de) « Schwarz-rot-grüne Regierung in Sachsen-Anhalt », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020).
  3. (de) « Haseloff im zweiten Wahlgang zum Ministerpräsidenten gewählt », Die Zeit,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020).
  4. (de) « Sachsen-Anhalt wählt am 6. Juni 2021 neuen Landtag », Süddeutsche Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020).
  5. (de) « Wahlsystem Sachsen-Anhalt », sur wahlrecht.de (consulté le 27 août 2019).
  6. (de) « Stahlknecht will CDU-Spitzenkandidat werden – aber nicht gegen Haseloff antreten », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2020).
  7. (de) « Reiner Haseloff tritt erneut als CDU-Spitzenkandidat in Sachsen-Anhalt an », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2020).
  8. (de) « Mit fast 95 Prozent: CDU schickt Haseloff als Spitzenkandidaten für Landtagswahl ins Rennen », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2021).
  9. (de) « Lüddemann will Grünen-Spitzenkandidatin für Landtagswahl in Sachsen-Anhalt werden », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2020).
  10. (de) « Lüddemann führt Grüne bei Landtagswahl 2021an », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2020).
  11. (de) « Landtagswahl 2021: Pähle wird Spitzenkandidatin der SPD », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2020).
  12. (de) « Eva von Angern soll Linken-Spitzenkandidatin für Landtagswahl 2021 werden », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2020).
  13. (de) « Linke geht mit Fraktionsspitze in Landtagswahlkampf », Sueddeutsche.de,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2021).
  14. (de) « Landtagswahl: FDP wählt Lydia Hüskens als Spitzenkandidatin », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2020).
  15. (de) « Kirchner zum AfD-Spitzenkandidaten gekürt », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2021).
  16. (de) « Umfragen Sachsen-Anhalt (#ltwlsa) », sur wahlrecht.de (consulté le 3 septembre 2019).
  17. (de) « Sachsen-Anhalt vor Landtagswahl: CDU und AfD mit Kopf-an-Kopf-Rennen », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2021)
  18. (de) « Landtagswahl am 6. Juni 2021 in Sachsen-Anhalt », sur wahlrecht.de (consulté le 6 juin 2021).
  19. (de) « Sachsen-Anhalt », sur wahlergebnisse.sachsen-anhalt.de (consulté le 6 juin 2021).
  20. (de) « Das sind die Gewinner und Verlierer der Landtagswahl in Sachsen-Anhalt », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2021).
  21. (de) « Wählerwanderung, Wahlbeteiligung, Hochburgen: 6 Erkenntnisse aus den Daten zur Wahl », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2021).
  22. (de) « Soziale Gruppen », sur www.forschungsgruppe.de (consulté le 6 juin 2021).
  23. (de) « Nach dem Wahlsieg: CDU sucht Koalitionspartner », Mitteldeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2021).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier