Élections municipales de 1971 à Paris

Élections municipales de 1971 à Paris
90 conseillers de Paris
Les 14 et
Type d’élection Élections municipales
Participation
56,2 %
2d tour
56,24 %
French party Droite.svg UDR
43 %
51,67 %
Sièges obtenus 46
French party Gauche.svg PCF
28,48 %
38,37 %
Sièges obtenus 31
French party MRP.svg CD
18,72 %
9,94 %
Sièges obtenus 13

Les élections municipales de 1971 à Paris se déroulent le et .

Ce sont les premières élections municipales dans la capitale depuis la réorganisation de la région parisienne entrée en vigueur en 1968.

La droite gaulliste menée par l'UDR remporte la majorité absolue lors du scrutin, confirmant son ancrage dans la capitale, face aux listes d'union de la gauche conduites par le PCF qui conservent leur élus dans les arrondissements du nord-est parisien.

Mode de scrutinModifier

Depuis la réorganisation de la région parisienne dans les années 1960, le conseil municipal de Paris et le conseil général de la Seine sont remplacés par le Conseil de Paris, qui exerce à la fois les compétences d'un conseil municipal et celles d'un conseil général[1]. Celui-ci est mis en place au , avec pour conseillers de Paris les anciens conseillers élus lors des élections municipales de 1965.

Les 20 arrondissements de la capitale sont depuis 1965 divisés en 14 secteurs de vote. Les dix premiers arrondissements sont regroupés au sein de quatre secteurs, tandis que les dix derniers forment chacun un secteur distinct[2].

Répartition des arrondissements par secteurs[2]
Secteur Arrondissements Nombre de conseillers
1 1er, 2e, 3e et 4e 7
2 5e et 6e 6
3 7e et 8e 6
4 9e et 10e 7
5 11e 6
6 12e 5
7 13e 5
8 14e 6
9 15e 8
10 16e 7
11 17e 7
12 18e 8
13 19e 5
14 20e 7
Total 90

Le système électoral employé est le scrutin majoritaire, dans le cadre d'une désignation plurinominale à deux tours, avec listes bloquées[2].

CandidatsModifier

Un total de 76 listes avec 482 candidats se présentent lors du premier tour[2],[3].

Disposant d'une solide implantation à Paris, le PCF mène de nouveau l'ensemble des listes d'union de la gauche dans tous les secteurs. Les communistes présentent 48 candidats sur toute la capitale, tandis que les socialistes en ont seulement 19. L'alliance sous le nom de l'Union démocratique comprend également le CIR qui dispose de 8 candidats, les radicaux de 6 et Objectif 72 de 3. Désavoués par leur parti pour avoir négocié des places sur les listes de la gauche, les radicaux soutenant l'Union démocratique s'organisent au sein de comités de gauche dans leur formation politique sous la direction de Serge Rot, ancien secrétaire général de la fédération de Paris du Parti radical[4]. Ces listes revendiquent notamment une démocratisation du statut de Paris avec des droits identiques à ceux des autres collectivités locales, l'élection de conseils d'arrondissements et s'engagent à écarter « toute compromission avec les forces représentatives du capitalisme »[5].

À droite, les listes de la majorité du Président Georges Pompidou, alliées aux centristes pendant la mandature précédente, visent la majorité absolue pour éviter un nouvel accord. De nombreuses personnalités gaullistes se présentent, dont 3 membres du gouvernement, Gabriel Kaspereit, André Fanton et Bernard Lafay[6], ainsi que 20 députés et 3 sénateurs. Afin de regagner le premier secteur, perdu en 1965 face à la gauche, une alliance est établie dès le premier tour avec Jean Legaret. En tout, 57 candidats sont issus de l'UDR, 13 des Républicains indépendants, 9 de Centre Démocratie et Progrès, 5 du Centre National des Indépendants et 3 de l'Union centriste de Paris et de la Seine dirigée par Bernard Lafay[2]. Dans deux secteurs ces listes sont opposées à des dissidents, dont Libérer Paris dans le deuxième secteur et Paris-Opposition dans le dixième secteur sous la direction de l'ancien ministre Paul Antier, qui s'oppose au changement de nom de la place de l'Étoile[3].

Les centristes, soutenus par le Centre démocrate, le Parti radical et le Centre républicain, se présentent sous l'étiquette Paris pour tous les parisiens dans douze des quatorze secteurs, et sous celle de Libertés de Paris dans le troisième et le dixième[2]. Toutefois, des listes centristes dissidentes sont également présentes, dans le douzième secteur sous le nom de l'Union centriste dirigée par Denise Petit-Moreau et dans le onzième secteur dans le cadre d'une liste nommée Gestion municipale menée par le conseiller sortant Pierre Devraigne[3].

Allié aux communistes et socialistes en 1965, le PSU choisit de s'allier avec l'extrême gauche en 1971 en raison de l'absence d'accord national avec le PCF. Le PSU forme ainsi des listes communes avec LO, avec le soutien de la LCR et l'AMR[2].

L'extrême droite, dont les listes sont constituées par le mouvement Ordre nouveau, est présente dans l'ensemble des secteurs[7]. Par ailleurs, une liste rassemblant des pacifistes se présente dans le deuxième secteur[3].

ListesModifier

Liste Partis
Paris-Majorité UDR - FNRI - CDP - CNI - UC
Union démocratique PCF - PS - CIR - Comités de gauche du parti radical - Objectif 72
Paris pour tous les parisiens/Libertés de Paris CD - PR - CR
Paris aux travailleurs PSU - LO - LCR - AMR
Ordre nouveau Extrême droite - ON

RésultatsModifier

Résultats globauxModifier

Élections municipales de 1971 à Paris[2]
Liste Premier tour Second tour Élus
% % Conseil
de Paris
UDR - FNRI - CDP - CNI - UC 43 51,67 46
PCF - PS - CIR - Comités de gauche du parti radical - Objectif 72 28,48 38,37 31
CD - PR - CR 18,72 9,94 13
PSU - LO - LCR - AMR 6,30
Extrême droite - ON 2,57
Divers 0,62
Total 100 100 90
Abstention 43,8 43,76

Résultats par secteurModifier

Secteur Arrdts Liste majoritaire Tête de liste Parti
1er 1er, 2e, 3e et 4e Paris-Majorité Pierre-Charles Krieg UDR
2e 5e et 6e Paris-Majorité Pierre Bas UDR
3e 7e et 8e Libertés de Paris Édouard Frédéric-Dupont CD
4e 9e et 10e Paris-Majorité Gabriel Kaspereit UDR
5e 11e Union démocratique Maurice Berlemont PCF
6e 12e Paris-Majorité Charles Magaud UDR
7e 13e Union démocratique André Voguet PCF
8e 14e Paris-Majorité Christian de la Malène UDR
9e 15e Paris-Majorité Nicole de Hauteclocque UDR
10e 16e Libertés de Paris Pierre Lépine CD
11e 17e Paris-Majorité Bernard Lafay UDR
12e 18e Union démocratique Louis Baillot PCF
13e 19e Union démocratique André Sibaud PCF
14e 20e Union démocratique Jacques Risse PCF

Conseil de ParisModifier

 
    Union démocratique: 31 sièges
  • PCF: 20 sièges
  • CIR: 2 sièges
  • Comités de gauche du parti radical: 2 sièges
  • PS: 7 sièges
  • Paris pour tous les parisiens/Libertés de Paris : 13 sièges
  • Centristes: 13 sièges
  • Paris-Majorité: 46 sièges
  • UDR: 31 sièges
  • CDP: 4 sièges
  • Union du centre: 3 sièges
  • CNI: 1 sièges
  • FNRI: 7 sièges

SourcesModifier

  • Philippe Nivet, Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, éditions de la Sorbonne, 1994.

Notes et référencesModifier

  1. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964, articles 3 et 4
  2. a b c d e f g et h Philippe Nivet, « Chapitre V. Paris place forte du gaullisme (1965-1977) », dans Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles », (ISBN 9782859448509, lire en ligne), p. 137-161
  3. a b c et d « PARIS: soixante-seize listes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Toutes les " têtes " des listes d'union démocratique à Paris sont communistes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « PARIS,, : communistes, socialistes et conventionnels présenteront des listes communes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « PARIS : la majorité est à la recherche de l'absolu », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. André Laurens, « PARIS : la majorité est en nette progression », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier