Élections législatives croates de 2007

Élections législatives croates de 2007
153 sièges du Parlement
(Majorité absolue : 77 sièges)
Type d’élection Élection législative
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 229 681
Votants 2 515 671
59,48 %  −2,2
Votes exprimés 2 479 044
Votes blancs et nuls 36 627
Ivo Sanader Svecanost podizanja NATOve zastave Zagreb 67 crop.jpg HDZ – Ivo Sanader
Voix 907 724
36,62 %
 +2,7
Députés élus 66  0
16 obljetnica vojnoredarstvene operacije Oluja 04082011 Zoran Milanovic 38.jpg SDP – Zoran Milanović
Voix 775 690
31,29 %
Députés élus 56  +22
20 obljetnica osnivanja OS RH Vesna Pusic 26052011 2.jpg HNS-LD – Vesna Pusić
Voix 168 440
6,79 %
Députés élus 7  −3
Josip Friščić 25-06-09.jpg HSS – Josip Friščić
Voix 161 814
6,53 %
Députés élus 8  −5
Premier ministre
Sortant Élu
Ivo Sanader
HDZ
Ivo Sanader
HDZ
izbori.hr

Les élections législatives croates de 2007 (en croate : Hrvatski parlamentarni izbori 2007 se tiennent le dimanche , afin d'élire les 153 députés de la 5e législature du Parlement pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin est remporté par l'Union démocratique croate (HDZ) au pouvoir, et marqué par une forte hausse du Parti social-démocrate de Croatie (SDP). Six semaines plus tard, le Premier ministre sortant Ivo Sanader forme son second gouvernement, en coalition avec plusieurs partis mineurs.

ContexteModifier

Lors des élections législatives (hr) du , l'Union démocratique croate (HDZ) d'Ivo Sanader confirme son statut de premier parti du pays, devant le Parti social-démocrate de Croatie (SDP) du Premier ministre Ivica Račan[1]. La coalition parlementaire de ce dernier fait élire 64 députés, soit deux de moins que la HDZ seule.

Un mois plus tard, Sanader obtient la confiance du Parlement pour son gouvernement minoritaire[2] formé avec le Centre démocratique (DC). Il bénéficie en effet du soutien sans participation du Parti paysan croate (HSS), précédemment allié de Račan, du Parti social-libéral croate (HSLS), du Parti croate des retraités (HSU) et du Parti démocratique indépendant serbe (SDSS).

À l'occasion de l'élection présidentielle de 2005, le président de la République Stjepan Mesić arrive en tête du premier tour avec 48,9 % des suffrages exprimés, loin devant la ministre de la Famille et bras droit de Sanader, Jadranka Kosor, qui recueille 20,3 % des voix. Au second tour, Mesić est réélu pour un second quinquennat en remportant 64,9 % des suffrages[3].

Mode de scrutinModifier

Le Parlement (Sabor) est le parlement monocaméral de la république de Croatie. Il se compose d'au moins 149 et au plus 160 députés, élus pour une législature de quatre ans :

CampagneModifier

Lors de la campagne, l'Union démocratique croate et le Parti social-démocrate de Croatie s'engagent à obtenir l'adhésion du pays à l'Union européenne (UE) et à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) mais divergent sur leur approche de la politique économique. La première soutient une vision libérale alors que le second propose une plus grande implication de l'État[4].

Principales forces politiquesModifier

Parti/coalition Chef de file Idéologie Résultat en 2003
Union démocratique croate
Hrvatska demokratska zajednica (HDZ)
Ivo Sanader
(Premier ministre)
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, europhilie
33,9 % des voix
66 députés
Parti social-démocrate de Croatie
Socijaldemokratska partija Hrvatske (SDP)
Zoran Milanović Centre gauche
Social-démocratie, progressisme, europhilie
En coalition
34 députés
Parti populaire croate - Démocrates libéraux
Hrvatska narodna stranka - liberalni demokrati (HNS-LD)
Vesna Pusić Centre
Social-libéralisme
En coalition
10 députés
Coalition verte-jaune (HSS, HSLS, PGS, ZDS, ZS)
Zeleno-žuta koalicija (ZZK)
Josip Friščić Centre droit
Démocratie chrétienne, libéralisme, régionalisme
Séparés
13 députés
Parti croate du droit
Hrvatska Stranka Prava (HSP)
Anto Đapić (hr) Extrême droite
Nationalisme, conservatisme social
6,4 % des voix
8 députés

RésultatsModifier

Résultats des élections législatives croates de 2007[5]
 
Parti/coalition Voix % +/- Sièges +/-
Union démocratique croate (HDZ) 907 743 36,62   2,71 66  
Parti social-démocrate de Croatie (SDP) 776 690 31,33 Abs 56   22
Parti populaire croate - Démocrates libéraux (HNS-LD) 168 440 6,79 Abs 7   3
Coalition verte-jaune (ZZK) 161 814 6,53 Sép 8   5
Parti paysan croate (HSS) 6   4
Parti social-libéral croate (HSLS) 2  
Alliance de Primorje-Gorski Kotar (PGS) 0   1
Parti démocrate de Zagorje (ZDS) 0  
Parti de Zagorje (ZS) 0  
Parti croate des retraités (HSU) 101 091 4,08 Sép 1   2
Parti croate des retraités (HSU) 1   2
Parti démocratique des retraités (DSU) 0  
Parti croate du droit (HSP) 86 865 3,50   2,88 1   7
Alliance démocratique croate de Slavonie et Baranya (HDSSB) 44 552 1,80 Nv 3   3
Diète démocrate istrienne (IDS) 38 267 1,54 Abs 3   1
Minorités nationales 8  
Parti démocratique indépendant serbe (SDSS) 3  
Parti d'action démocratique de Croatie (SDAH) 1  
Autres 4   1[a]
Autres[b] 193 582 7,81 0   7[c]
Suffrages exprimés 2 479 044 99,13
Votes blancs et invalides 36 627 0,87
Total 2 515 671 100 153   1
Abstention 1 714 010 40,52
Inscrits / participation 4 229 681 59,48

AnalyseModifier

Au soir du scrutin, le SDP talonne la HDZ, tous deux étant suivis par plusieurs partis du centre qui se partagent une quinzaine de sièges. Aucune majorité claire ne s'étant dégagée, le président de la HDZ Ivo Sanader dit s'attendre à être chargé de former le nouveau gouvernement tandis que le dirigeant du SDP Zoran Milanović affirme être convaincu d'être en mesure de rassembler une majorité[6]. Les résultats finaux accordent dix députés d'avance à l'Union démocratique, qui semble ainsi en meilleure position pour se maintenir au pouvoir[7].

ConséquencesModifier

Le , le président de la République Stjepan Mesić nomme Ivo Sanader Premier ministre et le charge de former le dixième gouvernement de Croatie[8]. Il y parvient et obtient le la confiance du Parlement par 82 voix pour et 62 contre, après avoir constitué une coalition avec le Parti paysan croate (HSS), le Parti social-libéral croate (HSLS) et le Parti démocratique indépendant serbe (SDSS). Nommé vice-Premier ministre au titre du SDSS, Slobodan Uzelac devient le premier ministre serbe de Croatie depuis l'indépendance[9].

NotesModifier

  1. En 2003, un député du HSS a été élu au titre des minorités tchèque et slovaque. Le nombre total des députés des minorités reste donc inchangé.
  2. Partis ayant reçu moins de 1 % des voix.
  3. Trois issus du Parti libéral-démocrate (Libra), deux du Parti libéral (LS), un du Centre démocratique (DC) et un du Parti démocratique des paysans croates (HDSS).

RéférencesModifier

  1. « Les nationalistes de retour au pouvoir en Croatie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2020)
  2. « Croatie : un nouveau gouvernement euro-atlantique », Ouest-France,‎
  3. « Stipe Mesic remporte haut la main l'élection présidentielle croate », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2020)
  4. « Les Croates votent pour élire leurs députés », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2020)
  5. (en) European Election Database, « Croatia: Parliamentary Election 2007 », sur eed.nsd.uib.no (consulté le 5 avril 2020).
  6. « Aux élections législatives, la gauche croate talonne les conservateurs », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2020)
  7. « Croatie : à la recherche d'une majorité parlementaire », Ouest-France,‎
  8. « Croatie : un Premier ministre conservateur », Ouest-France,‎
  9. « Ivo Sanader veut que la Croatie intègre l'UE vers 2010 et nomme un vice-premier ministre serbe », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier