Parti croate du droit

Parti croate du droit
(hr) Hrvatska Stranka Prava
Image illustrative de l’article Parti croate du droit
Logotype officiel.
Présentation
Président Karlo Starčević
Siège Zagreb, Croatie
Vice-présidents Zdenko Koren
Ivica Žuljević
Fondateurs Dobroslav Paraga (en)
Ante Paradžik (en)
Organisation de jeunesse Club de jeunes du Parti croate des droits
Branche militaire Forces de défense croates (en) (1991-1993)
Slogan « Dieu et les Croates »
Bog i Hrvati
Positionnement Extrême droite[1]
Idéologie Néofascisme[2],[3]
Ultranationalisme[4]
Nationalisme croate
National-conservatisme
Conservatisme social
Euroscepticisme
Affiliation nationale Coalition « Bouger »[5]
Adhérents 41 400 (2011)
Couleurs Noir
Site web http://hsp.hr/
Représentation
Maires (en)
2  /  128

Le Parti croate du droit (en croate : Hrvatska stranka prava, HSP) est un parti politique nationaliste[1],[6] et conservateur de Croatie. Le « Droit » (Prava) du nom du parti se rapporte à l'idée du droit des Croates au droit national et ethnique des Croates à disposer d'un État national que cherche à protéger le parti depuis sa création au XIXe siècle.

Histoire modifier

Création modifier

Le HSP fut fondé en le lorsque Ante Starčević et Eugen Kvaternik présentèrent devant la Diète de Croatie la stratégie du Parti du droit appelant a une plus grande autonomie et d'indépendance de la Croatie divisée au sein de la monarchie des Habsbourg. En , Kvaternik et d'autre membre du HSP désapprouvèrent la position officielle du parti proposant une solution politique et prônèrent une révolte dans le village de Rakovica, Kordun. Les rebelles réclamèrent les buts suivants :

  • La liberation pour le peuple croate de l'oppression des Autrichiens et des Hongrois ;
  • La proclamation de l'indépendance de la Croatie ;
  • L'égalité devant la loi ;
  • La gestion des municipalités ;
  • L'abolition des frontières militaires ;
  • Le respect des deux religions dans l'amour et l'unité.

Ils tentèrent d'encourager la participation de certains Serbes dans la révolte. La révolte fut vite matée par les autorités et la plupart des rebelles, dont Kvaternik, furent tués.

Le HSP et ses évolutions de 1918 à 1945 modifier

Le HSP fut satisfait de la dissolution de l'Empire austro-hongrois à la fin de la Première Guerre mondiale, pensant que cela mènerait à l'indépendance de la Croatie. Le parti était opposé à la création du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Le , le parti adopta un Programme républicain à l'initiative de V. Prebeg, président du parti, et Ante Pavelić (1869–1938) (en), secrétaire du parti. En 1929, le roi Alexandre Ier de Yougoslavie interdit tout parti politique et les militants du HSP se réunirent clandestinement.

Le mouvement fasciste des Oustachis (Ustaše) est créé par l'ancien député du HSP Ante Pavelić, en exil en Italie. Pendant la Seconde Guerre mondiale les Oustachis exercèrent le pouvoir au sein de l'État indépendant de Croatie, satellite de l'Allemagne nazie et de l'Italie fasciste. Les Oustachis voulaient établir une nation croate ethniquement pure et se rendirent coupables de nombreuses atrocités principalement envers les Serbes mais aussi envers les Juifs, les Roms et les communistes. Après la victoire des Partisans dirigés par Josip Broz Tito en 1945, le HSP est dissous comme tous les partis de Yougoslavie à l'exception de la Ligue des communistes de Yougoslavie.

Année 1990 modifier

Lors du rétablissement du multipartisme en Croatie, au début des années 1990, le HSP fut recréé le à Zagreb mais il resta un parti mineur comparé à l'Union démocratique croate de Franjo Tuđman. Pendant les Guerres de Yougoslavie et notamment la Guerre de Croatie, le parti fut impliqué dans la création de la Force de défense croate (Hrvatske Obrambene Snag, HOS), l'une des plus importantes unités paramilitaires en ex-Yougoslavie, dont l'uniforme noir rappelait l'uniforme porté par les Oustachis. La HOS intégra dans ses rangs de nombreux néo-fascistes affichant des insignes oustachis. Aussi le sigle HOS rappelle le nom d'une formation de l'État indépendant de Croatie, le Hrvatske Oružane Snage. Le HOS est suspecté de crimes de guerre. L'Union démocratique croate (HDZ) coopéra avec le HSP jusqu'à la chute de Vukovar lorsque les dirigeants du HSP et du HOS furent emprisonnés pour action terroriste et « obstruction au gouvernement élu démocratiquement » ; ils furent, toutefois, libérés quelque temps plus tard. Le premier président du parti de l'ère post-communiste fut Ante Paradžik, un dissident politique au sein de l'ex-Yougoslavie, qui avait participé au printemps croate. Il fut tué le pendant la Guerre de Croatie ; il s'agissait, très probablement, d'un assassinat. Son successeur fut Dobroslav Paraga, qui fut entrainé dans une bataille légale avec Anto Đapić pour l'utilisation du nom du parti. Ce dernier obtint en justice le droit l'utiliser l'appellation « Parti croate du droit » pour la faction du parti dont il avait pris la direction ; Paraga créa donc un parti indépendant du HSP appelé Parti croate du droit 1861.

Le parti aujourd'hui modifier

Le HSP se déclare néo-conservateur. Il est mené par Ante Đapić dont la réputation fut grandement touchée lorsque les médias croates découvrirent qu'il avait triché pour obtenir son diplôme de droit de l'université de Split en complicité avec Boris Kandare, membre du parti et professeur dans cette université. Il fut aussi accusé d'avoir déclaré abusivement des blessures de guerre pour obtenir le statut de vétéran. Malgré cela, Đapić est toujours (en 2007) à la tête du HSP.

Le parti essaie depuis 2003 de se distancer de la comparaison avec l'époque oustachie afin d'attirer les votes des électeurs plus modérés. Ainsi, les références au mouvement Oustacha sont moins nombreuses, la volonté de créer une Grande Croatie laissée de côté, mais le changement de présidence qui survient en 2009 le conduit à se repositionner à l’extrême droite[7].

Le parti dispose d'une structure nationale, de 16 sections régionales en Croatie et de sections à l'étranger.

Aux élections législatives croates de 2003, le parti forma une alliance avec trois autres partis (le Parti du Međimurje (en croate : Međimurska stranka), le parti démocratique du Zagorje et Slaven Letica). L'alliance obtint 6,4 % des voix et 8 sièges sur 151 (dont 7 pour le HSP) au Parlement croate.

Aux élections parlementaire croates de 2007, le HSP a obtenu 3,5 % des voix et donc un seul siège au Sabor.

Une scission est créée en 2009, le Parti croate du droit – Ante Starčević, qui connait ensuite lui-meme une scission, le Parti conservateur croate. Lors des élections législatives de 2011, le HSP avec 3 % des voix n'obtient aucun député, tandis que le HSP-AS avec 2,8 % des voix en obtient un.

Le HSP a aussi été concurrencé par la constitution de nouvelles formations d’extrême droite, comme le Bloc croate fondé le 14 septembre 2002 par Ivić Pašalić à la suite d’une scission du parti de droite traditionnelle Union démocratique croate.

Notes et références modifier

  1. a et b Wolfram Nordsieck, « Croatia » [archive du ], sur Parties and Elections in Europe,
  2. Cathie Carmichael, Ethnic Cleansing in the Balkans, Nationalism and the Destruction of Tradition, (ISBN 9780415274166)
  3. Alex Bellamy, The formation of Croatian national identity: A centuries-old dream?, (ISBN 9780719065026, DOI 10.7228/manchester/9780719065026.001.0001)
  4. Peter Davies et Derek Lynch, The Routledge Companion to Fascism and the Far Right, Routledge, (ISBN 978-1-13460-952-9, lire en ligne)
  5. « Osniva se POMAK – još jedna pravaška koalicija. Saznajte tko ju čini! »,
  6. Janusz Bugajski, Ethnic Politics in Eastern Europe: A Guide to Nationality Policies, Organizations, and Parties, M.E. Sharpe, , 461– (ISBN 978-0-7656-1911-2, lire en ligne)
  7. Benjamin Biard, « L’extrême droite en Europe centrale et orientale (2004-2019) », sur CRISP,

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier