Élections au Parlement de Galice de 1997

Élections au Parlement de Galice de 1997
75 députés du Parlement de Galice
(Majorité absolue : 38 sièges)
Type d’élection élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 565 369
Votants 1 603 731
62,51 %  −1,7
Votes exprimés 1 574 730
Votes blancs 20 937
Votes nuls 8 064
Manuel-Fraga-Iribarne.jpg PPdeG – Manuel Fraga
Voix 832 751
52,88 %
 +0,3
Sièges obtenus 42  −1
Xosé Manuel Beiras.jpg BNG – Xosé Manuel Beiras
Voix 395 435
25,11 %
 +6,6
Sièges obtenus 18  +5
Abel Caballero 2015 (cropped).jpg PSdeG-PSOE – Abel Caballero
Voix 310 508
19,72 %
 −4,2
Sièges obtenus 15  −4
Ve législature du Parlement
Diagramme
Président de la Junte
Sortant Élu
Manuel Fraga
PPdeG
Manuel Fraga
PPdeG

Les élections au Parlement de Galice de 1997 (en galicien : Eleccións ao Parlamento de Galicia 1997) se sont tenues le dimanche , afin d'élire les soixante-quinze députés de la cinquième législature du Parlement de Galice.

Le scrutin est remporté par le Parti populaire de Galice (PPdeG), qui conserve la majorité absolue des sièges et des voix, et voit l'arrivée du Bloc nationaliste galicien (BNG) en deuxième position.

ContexteModifier

Lors des élections autonomiques du 17 octobre 1993, le Parti populaire de Galice, au pouvoir depuis 1981 et disposant, depuis 1989, de la majorité absolue des sièges, avait confirmé sa domination sur la Galice en remportant également, avec 52,1 % des suffrages exprimés, la majorité absolue des voix, une première dans l'histoire régionale.

Le paysage parlementaire s'était en outre fortement simplifié, seules deux autres formations parvenant à entrer au Parlement. Avec 23,7 % des voix, le Parti des socialistes de Galice-PSOE signait l'un de ses plus mauvais scores, tandis que le Bloc nationaliste galicien, avec 18,4 %, réalisait la meilleure performance pour un parti nationaliste.

Mode de scrutinModifier

 
Hémicycle du Parlement de Galice.

Le Parlement de Galice (en espagnol : Parlamento de Galicia) se compose de 75 députés, élus pour un mandat de quatre ans au suffrage universel direct, suivant le scrutin proportionnel à la plus forte moyenne d'Hondt.

Chaque province constitue une circonscription, à raison de 24 sièges pour La Corogne, 15 sièges pour Lugo, 14 sièges pour Ourense et 22 sièges pour Pontevedra. Seules les forces politiques – partis, coalitions, indépendants – ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau d'un territoire provincial participent à la répartition des sièges.

CampagneModifier

Principaux partis et chefs de fileModifier

Formation Chef de file Idéologie Score en 1993
Parti populaire de Galice
Partido Popular de Galicia
Manuel Fraga
Président de la Junte
Centre droit
Conservatisme, libéralisme, démocratie chrétienne
52,6 % des voix
43 élus
Parti des socialistes de Galice-PSOE
Partido dos Socialistas de Galicia-PSOE
Abel Caballero Centre gauche
Social-démocratie, progressisme
23,9 % des voix
19 élus
Bloc nationaliste galicien
Bloque Nacionalista Galego
Xosé Manuel Beiras Gauche
Nationalisme galicien, socialisme
18,6 % des voix
13 élus

RésultatsModifier

ScoresModifier

Élections au Parlement de Galice de 1997
Inscrits 2 565 369
Abstentions 961 638 37,49 %
Votants 1 603 731 62,51 %
Bulletins enregistrés 1 603 731
Bulletins blancs ou nuls 29 001 1,81 %
Suffrages exprimés 1 574 730 98,19 % 75 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Parti populaire de Galice (PPdeG) Manuel Fraga 832 751 52,88 %
42 / 75
  1
Bloc nationaliste galicien (BNG) Xosé Manuel Beiras 395 435 25,11 %
18 / 75
  5
Parti des socialistes de Galice-PSOE (PSdeG-PSOE) Abel Caballero 310 508 19,72 %
15 / 75
  4
Autres listes Néant 36 036 2,29 %
0 / 75
 

AnalysesModifier

Si le maintien de la domination du Parti populaire de Galice est incontestable, c'est surtout l'évolution du rapport de force au sein de l'opposition qui marque cette élection. Le Parti des socialistes de Galice-PSOE réalise sa pire performance, retombant à son score de 1981, lorsqu'il avait fini troisième, avec moins de 20 % des voix et une quinzaine de députés. Cet échec, alors qu'il avait constitué une alliance électorale avec d'autres partis et était conduit par son président et ancien ministre des Transports, Abel Caballero, profite pleinement au Bloc nationaliste galicien, qui obtient son meilleur résultat, jamais égalé depuis. Il capte en effet plus d'un quart de l'électorat et autant de sièges au Parlement. À peine douze ans plus tôt, il ne comptait qu'un seul élu.

ConséquencesModifier

Le 3 décembre, Manuel Fraga est investi pour un troisième mandat de président de la Junte de Galice avec le soutien du seul PPdeG, à l'issue d'un débat tendu avec le BNG et plus conciliant avec le nouveau chef de file des socialistes au Parlement, Emilio Pérez Touriño[1].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier