Neutralité du genre

La neutralité de genre, aussi connue comme le mouvement de la neutralité du genre, est une idée selon laquelle les politiques, le langage et d'autres institutions sociales devraient éviter de distinguer les rôles selon le sexe ou l'identité de genre d'un individu. Le but est d'éviter de nombreuses discriminations basées sur l'idée qu'il existerait des rôles plus ou moins appropriés selon le sexe et l'identité de genre.

En politiqueModifier

Les partisans de la neutralité du genre soutiennent généralement les politiques publiques visant à éliminer les distinctions entre les genres (par exemple, l'égalité sans distinction des genres dans les toilettes publiques) ou les sexualités (par exemple, en favorisant le mariage pour tous qui se base sur le principe que la société ne devrait pas fonder le rôle d'époux ou d'épouse sur le sexe).

Dans La Fabrique du féminisme, Geneviève Fraisse écrit que « l'asexuation »[1] du langage risque d'occulter des oppressions spécifiques, notamment concernant la répartition sexuée du travail, la définition de la « famille monoparentale » (80% de mères célibataires) ou de celle des « employés de service » (98% de femmes)[1].

Il a été observé que l'égalité des genres peut modifier certaines pratiques sociales, par exemple la probabilité que les hommes obtiennent la garde de leur(s) enfant(s) en cas de divorce est plus élevée[2].

 
Gender neutral bathroom signage, États-Unis, États-Unis, 2016
 
Gender neutral bathroom signage, United States, 2017

La Californie et l'Oregon on reconnu la neutralité de genre, ainsi le 15 octobre 2017 le gouverneur de la Californie, Jerry Brown signe une nouvelle loi permettant de cocher gender-neutral sur la carte d'identité[3].

Imprécisions dans les définitions du sexe et du genreModifier

La définition juridique du genre est un sujet controversé, en particulier pour les personnes transgenres[réf. nécessaire] dont le changement d'état civil est conditionné, en France jusqu'en 2016, à la stérilisation[4],[5],[6]. Essayer de définir biologiquement le sexe[7] en même temps que juridiquement le genre est complexe. Les corps sexués -femelle, intersexe ou mâle, ou ayant transitionné chirurgicalement[7]- ne régentent pas les identités -troisième genre, transgenres, non-binaire, agenre, genderqueer (liste non exhaustive).

 
Drapeau Genderqueer créé en 2011 par Marilyn Roxie[8]

Ignorance du genreModifier

 
Drapeau non-binaire créé par Kye Rowan en 2014[8]

Les personnes qui se disent ignorantes du genre adoptent le point de vue de la neutralité vis-à-vis du sexe et du genre dans la vie quotidienne[réf. nécessaire].

C'est à distinguer de l'apparente neutralité de la langue française[9],[10],[11],[12] à genre grammaticalement binaire qui institue le masculin comme neutre, général et universel[13],[12],[11],[1].

Langage non sexisteModifier

Le langage épicèneModifier

Le langage épicène est une préconisation linguistique qui vise à rendre le langage neutre du point du vue du sexe ou du genre social et à éliminer (ou stopper) autant que possible la binarité masculin / féminin. Cela implique de promouvoir les formes épicènes plutôt que les formes spécifiques à un genre, et peut ne pas converger avec certaines recommandations de féminisation des noms de métiers. Par exemple, le nom masculin serveur et son équivalent féminin serveuse peuvent être remplacés par une formule générique tel que personnel de service.

Geneviève Fraisse considère que cela peut masquer des inégalités dans la répartition sexuée du travail, notamment pour les tâches de soin et de service à la personne qui sont effectués majoritairement par des femmes[14],[15],[1].

Le langage épicène ne doit pas être confondu avec une langue sans genre, c'est-à-dire sans genre grammatical[16],[17].

Le langage inclusifModifier

L’inclusif tente de représenter tous les genres ou groupes composés de personnes de différents genres[18].

C'est une pratique langagière observée dans certains milieux militants ou universitaires[19], qui se manifeste surtout par la combinaison des flexions masculines et féminines :

  • L'emploi de néologismes mélangeant les deux terminologies, par exemple : chercheureuse[19].
  • Diverses néologismes pour les pronoms et adjectifs : iel[20], ielle, yel, al[21], ellui ; maon, taon, saon[22] ; touste, touxe, toustes.
  • L'insertion entre le masculin et le féminin d'un tiret, d'un point (.), d'un point médian (•), d'une apostrophe.
  • Le marquage du -e- féminin par une majuscule -E- ; exemple : participantEs[18].

La lexie écriture/langage non sexiste peut être préférée à l'utilisation du langage inclusif ou écriture inclusive. En effet, dans les luttes sociales, la notion d'inclusivité est maintenant, quoique rarement, critiquée car pouvant établir une hiérarchie[réf. nécessaire].

Le genre neutreModifier

Le neutre grammatical ne fait référence à aucun genre[18] ; il est pensé pour désigner exclusivement les personnes non-binaires[23],[21]. Selon le site militant divergenres.org, de multiples pronoms et flexions sont utilisés, surtout dans les milieux militants, telle les flexions s ou m, le morphème æ (en espagnol, @) pour des personnes trans, et les différents pronoms, they singulier en anglais, ille, ul, ol[18] ou al en français. Ce dernier est celui qu'Alpheratz reprend, dans sa Grammaire du français inclusif[21], pour proposer, avec des flexions (an, ain, aine, x, z), un troisième genre grammatical en langue française : le genre neutre[24].

Dans l'éducationModifier

Certaines écoles promeuvent la neutralité de genre en classe. Les enseignants peuvent être invités à s'adresser aux étudiants sans utiliser des pronoms de genre, à privilégier leurs prénoms ou des pronoms neutres. D'autres tentatives visant à encourager la neutralité entre les sexes dans les écoles existent, par exemple :

  • ne pas faire de distinction de genre en matière de jeux et jouets ;
  • ne pas réserver à un genre certaines pratiques sportives[25] ;
  • permettre aux personnes de genre neutre et aux transgenres, ainsi qu'aux couples de même sexe, de participer au bal de promo ;
  • rendre l'accès aux toilettes sans distinction de genre[26].

En 2005, l'Université de Californie Riverside est devenue le premier campus universitaire public aux États-Unis à offrir une option de logement de genre neutre[27]. Un article du Washington Post de février 2014 a noté que près de 150 écoles américaines ont maintenant des programmes de logement neutres[26].

Le rôle parentalModifier

L'éducation non-sexiste n'induit pas un genre pré-sélectionné pour un enfant. Cette idée est souvent confondue avec l'androgynie. Cette éducation fait en sorte que diverses représentations du genre soit accessibles aux enfants afin que des stéréotypes de genre ne viennent pas limiter leur développement. Les enfants peuvent ainsi acquérir leur propre forme d'expression sans avoir d'exemples radicalement masculin ou féminin. Ils seront également exposés aux rôles de genre et seront capables de penser de façon critique à leur sujet dès le plus jeune âge. L'éducation non-sexiste implique la rupture avec la binarité de genre[28].

Dans la littérature pour enfantsModifier

La neutralité de genre dans la littérature pour enfants fait référence à l'idée que les éditeurs, les écrivains et les illustrateurs doivent éviter un marketing auprès des enfants qui serait basé sur leur sexe ou leur genre. Ils devraient plutôt se concentrer sur le contenu plutôt que de renforcer les rôles sociaux et de genre[29]. Les rôles de genre et les stéréotypes imprègnent nos cultures. Ils sont établis par une variété de moyens tels que la culture visuelle et à cause des interactions quotidiennes avec la famille et les proches[30].

En ce qui concerne le marketing auprès des enfants, la neutralité du genre est un mouvement croissant parmi les parents, les enfants et les éditeurs[31]. Bien qu'il existe de nombreuses maisons d'éditions publiant des ouvrages reproduisant les stéréotypes de genre[réf. nécessaire][32], les livres que les enfants utilisent ont des effets à la fois psychologiques et sociaux à un âge où les enfants sont modelés par de nouvelles connaissances et par les informations qui les entourent[33]. Des campagnes nationales tels que Let Toys Be Toys (en), Let Books Be Books (en) et Pinkstinks (en) ont fait la promotion de la neutralité du genre au sein de la littérature et des jouets pour enfants[réf. nécessaire].

Le sujet de la neutralité entre les genres a été abordé, en rapport avec d'autres aspects de la société, par la philosophe Judith Butler dans Undoing Gender (en) et Trouble dans le genre , et David Reimer.

Représentations de genre dans les livres illustrésModifier

Avec l'accent mis sur la littérature pour les enfants, en particulier le genre du livre illustré, des groupes de parents et de féministes se sont impliqués dans le marketing spécifique au genre et sur les limitations qu'il impose aux enfants[34][source insuffisante]. Les chercheurs étudiant la littérature pour enfants, tels que Martin Salisbury, ont relevé l'importance du livre illustré dans le début du développement de l'enfant, le considérant comme la première expérience de littérature pour la plupart d'entre eux ; ces ouvrages prenant la forme d'un récit combinant à la fois le mot et l'image[35]. Sheila Egoff avance dans Thursday's Child : Trends and Patterns in Contemporary Children's Literature que « ... le livre illustré d'images, qui semble être le plus intuitif et le plus doux des genres, produit effectivement les plus grandes tensions sociales et esthétiques dans tout le domaine de la littérature pour enfants »[36].

Des études, menées en partenariat par les éditeurs et les parents, ont montré que les enfants commencent à former leur sens de l'identité sexuelle à l'âge de 2-3 ans et à commencer le « typage de genre » à 3-4 ans[37]. Dans une étude concernant la Perception du Genre chez les adultes, le Dr Kyle Pruett (en) a dit : « Un moment décisif est venu dans la recherche de différences entre les sexes quand un groupe de bébés de sexe masculin a été vêtus de rose, puis remis à des adultes qui ont dit qu'ils étaient des filles. Les adultes ont répondu avec les styles de manipulation du langage et des styles tels que les stéréotypes classiques de la femme : « adorable, câlin, doux, mignon, etc. ». Les bébés de sexe féminin vêtus en bleu ont été appelés « cogneur, dur, fort, têtu, etc. ». Voici comment nous parvenons à renforcer les comportements stéréotypiques »[38]. Le concept d'un enfant apte à développer sa propre perception des genres pendant ses années de formation a été discuté entre plusieurs théoriciens de la culture et dans la critique de la littérature d'enfance (en). Dans Les Plaisirs de la littérature pour enfants, Shulamith Shahar déclare que « l'éducation des enfants, des pratiques et des méthodes pédagogiques ainsi que la relation parent-enfant sont déterminés non seulement par des lois biologiques, mais sont également construit culturellement »[39].

Des penseurs, tels que Judith Butler et Jacques Lacan ont contribué à cette notion de la formation de la subjectivité et le sens de soi-même d'un individu. Le concept lacanien du stade du miroir a contribué à la compréhension moderne de la subjectivité[réf. nécessaire] et a depuis été appliqué à l'étude de la littérature des enfants et de leur développement psychologique. Le stade du miroir se réfère au processus dans lequel un enfant se reconnaît dans le miroir pour la première fois et dans « la transformation qui a lieu dans le sujet quand il assume une image ... »[40].

La définition de Judith Butler de la performativité du genre amène également des corrélations avec la littérature pour enfants et les spécificités des genres. Elle analyse les façons dont les personnages incarnent leur genre. Cela a été repris dans la critique de la littérature d'enfance[41]. Butler défini la performativité de genre en déclarant : « la production qui se passe réellement à travers un certain type de répétition et la récitation »[42]. Elle précise également que « la performativité est le mode discursif par lequel les effets ontologiques sont installés »[42]. Lacan et Butler ont tous les deux considéré la répétition comme étant un facteur sous-jacent dans la formation de l'identité ; l'enfant relisant ses livres plusieurs fois[43].

Études en représentation de genre dans la littérature pour enfantsModifier

Les discriminations entre les sexes et genres[44],[45] persistent dans la littérature pour enfants du fait du manque de représentations diverses et des stéréotypes associés. Dans l'édition 2011 de Gender & Society (en), l'étude Les genres au Vingtième siècle dans les livres pour enfants a découvert de grandes disparités. Grâce à la lecture de près de plus de 6 000 livres pour enfants publiés entre 1900 et 2000, l'étude, dirigée par Janice McCabe, professeur de sociologie à l'Université de Floride, a constaté que, dans les livres pour enfants publiés chaque année, les hommes sont les personnages principaux dans 57 % des cas, contre seulement 31 % ayant des personnages principaux féminins. Selon la même étude, les animaux mâles sont les personnages centraux dans 23 % des cas, contre 7,5 % d'animaux femelles[46],[47]. Il devient donc difficile pour un enfant de s'identifier dans le genre binaire et les rôles de genre[48].

Dans une étude datant de 1971, sur cinquante-huit livres, vingt-cinq montraient une image de femme. Quatre avaient une représentation de femme (ou d'animal femelle) portant un tablier[49]. Un certain nombre de parents ressortent leurs livres favoris d'enfance et les lisent à leurs enfants[50]. Bien que l'adulte peut reconnaître que les stéréotypes peuvent être dépassés, les enfants peuvent manquer de jugement critique en lisant ces histoires[51]. Les représentations de genres dans les livres pour enfant sont très différentes. Les personnages féminins sont plus susceptibles d'assumer des rôles passifs et de soutien alors que les personnages masculins jouent un rôle autonome, fort et actif[52]. Cette représentation considérée comme discriminante persiste dans de nombreux livres pour enfants et fait courir à ces derniers le risque de les amener vers une image partiale qui ne correspond plus aux valeurs modernes actuelles[53].

Les disparités entre les sexes existent aussi parmi ceux qui créent des livres pour enfants. Dans l'édition de 2013 de Vida: Women in Literary, les auteurs et illustrateurs masculins étaient considérablement plus nombreux que les femmes (64 pour 21)[44].

La neutralité du genre dans la littérature pour enfants (dans les médias)Modifier

En mars 2014, l'organisation britannique, Let Toys Be Toys, a inclus une nouvelle catégorie de livre pour enfants, Let Books Be Books. Cette ouverture s'adressait spécifiquement au genre binaire dans des livres tels que The Beautiful Girls' Colouring Book et The Brilliant Boys Colouring Book. Comme l'a déclaré Katy Guest dans un article pour The Independent après le lancement de cette nouvelle catégorie : « Ce que nous faisons par la compartimentation des enfants est mal les laisse tomber. Et des livres, au-dessus de toutes choses, devraient être disponibles à tout enfant qui est intéressé à eux »[54]. L'organisation Let Toys Be Toys déclare : « Tout comme les jouets d'étiquetage pour les filles ou pour les garçons, ces livres envoient des messages très restrictifs aux enfants sur ce genre de choses, qui sont soit appropriées pour les filles, soit pour les garçons. »[55]. L'organisation a rapidement pris de l'ampleur. Il a obtenu plus de 3 000 signatures pour la pétition lancée par les éditeurs Parragon (en) et Usborne consistant à faire cesser la publication de livres pour un genre spécifique[31]. En novembre 2014, les éditeurs de Peter et Jane Books, Ladybird Books ont accepté de publier des titres non-sexistes indiquant : « A Ladybird, nous ne voulons certainement pas être vu pour limiter les enfants en aucune façon. »[56]. D'autres maisons d'édition, dont Dorling Kindersley et Paperchase (en) ont accepté de ne plus publier des titres spécifiques de genre suite à l'influence de Let Books Be Books.

ControverseModifier

Malgré le soutien du public[réf. nécessaire] pour Let Books Be Books, les éditeurs comme Igloo Books et Buster Books maintiennent la vente de livres pour des genres d'enfants spécifiques. Dans une interview de mars 2014, l'éditeur Michael O'Mara a déclaré: « La preuve est dans le pudding. Nos deux meilleurs livres pour enfants sont toujours The Boys' Book et The Girls' Book. Les garçons apprennent des choses comme la façon de faire un arc et des flèches et comment pratiquer certains sports, alors que les filles apprennent le style et la manière pour avoir l'air cool. 2 000 personnes ont signé cette pétition [le premier jour], mais nous avons vendu 500.000 exemplaires du livre destiné aux filles. Ces statistiques me disent que je vais dans la bonne direction »[32]. Dans une lettre en réponse à cette interview, Let Books Be Books a exprimé les préoccupations suivantes à Michael O'Mara : « Nous avons été contactés par de nombreux parents et des enseignants qui ont de graves préoccupations au sujet de plusieurs des titres actuellement sur votre site Web et commercialisés dans les magasins à travers le Royaume-Uni. Ils croient, comme nous le faisons, que l'étiquetage des livres par sexe rétrécit le choix et l'imagination des enfants en ce qu'ils « devraient » être en train de lire « le dire », au lieu de les laisser choisir les livres qui les intéressent. »[57][source insuffisante].

En marketingModifier

Il existe de multiples façons de segmenter un marché en marketing. En adoptant un ciblage démographique spécifique comme le sexe, une entreprise axera sa stratégie marketing en fonction de ce sexe.

Bien que le sexe soit l'une des principales segmentations utilisées, son implication en marketing est aujourd'hui de plus en plus étudiée et remise en question[58]. En effet, le marketing genré a parfois tendance à renforcer des clichés et des stéréotypes de genre et peut ainsi exacerber des discriminations[59]. En France, des mouvements de contestation contre le marketing genré ont émergé depuis les années 1970 pour dénoncer les dérives de ce type de stratégie. L’ampleur de cette protestation s'est décuplée en 2015 avec l'introduction du terme « taxe rose » dans le débat public[60]. Depuis, la mobilisation des consommateurs, des pouvoirs publics, des associations et des acteurs privés s'est intensifiée, notamment via les réseaux sociaux[60]. Twitter est l'une des plateformes les plus utilisées pour interpeller les marques et les distributeurs. Par exemple, le compte Pépite Sexiste appelle régulièrement les marques à changer leur position sur le genre.

Une alternative possible pourrait être d'adopter une stratégie marketing non-genrée. La neutralité de genre appliquée au marketing implique un ciblage qui va au-delà de la binarité homme-femme. Pour cela, les marketers doivent considérer la féminité et la masculinité comme fluides et plurielles. Ils doivent aussi veiller à ne pas renforcer les stéréotypes de genre dans le déploiement de leur stratégie[61].

Campagnes de sensibilisationModifier

En 2006, la National Student Genderblind Campaign[62] a été créé comme une organisation collaborative populaire destinée à former aux notions et implications de genre les étudiants des lycées, des administrateurs, et d'autres personnes à travers les États-Unis. Le NSGC plaide pour la mise en place de dortoir et de toilettes avec l'égalité des genres inclus en options.

Les sœurs jumelles Emma Moore et Abi Moore[63] ont fondé une groupe de défense d'intérêts, Pinkstinks, à Londres en mai 2008[64] pour sensibiliser l'opinion aux dommages causés par les stéréotypes de genre des enfants[65],[66]. Pinkstinks affirme que la commercialisation des produits spécifiques aux genres chez les jeunes enfants encourage les filles à limiter leurs ambitions dans leur vie future[64],[67].

Relation avec le transhumanismeModifier

 
H+, symbole du transhumaniste.

La neutralité du genre (ou « transcendance du genre ») fait partie du concept de transhumanisme du postgenrisme[réf. nécessaire].

Les partisans de postgenrisme soutiennent que la présence des rôles de genre, de la stratification sociale et des disparités cognitives et physiques se font généralement au détriment des individus et de la société. Compte tenu du potentiel des avancées en matière de reproduction assistée, les postgenrismes croient que la reproduction considérée comme une fin serait devenue obsolète[68][source insuffisante].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Alpheratz, Grammaire du français inclusif, Vent Solars Linguistique, 2018, (ISBN 2955211869).
  • Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, Revillard Anne, Introduction aux études de genre, de Boeck, 2014. (ISBN 978-2-8041-6590-1).
  • Fraisse Geneviève, La fabrique du féminisme, le passager clandestin, 2012, (ISBN 978-2-36935-079-8).
  • Rennes Juliette, Encyclopédie critique du genre, La découverte, 2016, (ISBN 978-2-7071-9048-2).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Geneviève Fraisse, La fabrique du féminisme, Lyon, le passager clandestin, , 477 p. (ISBN 978-2-36935-079-8)
  2. Sylvie Cadolle, « La transformation des enjeux du divorce: La coparentalité à l'épreuve des faits », Informations sociales, vol. n° 122, no 2,‎ , p. 136 (ISSN 0046-9459 et 2101-0374, DOI 10.3917/inso.122.0136, lire en ligne, consulté le 15 août 2020)
  3. (en-US) « California to add gender-neutral option on state driver's licenses », Las Vegas Review-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2017)
  4. Cécile Campergue, « Evelyne Peyre et Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologie et sciences sociales », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, DOI 10.4000/lectures.17410, lire en ligne, consulté le 24 janvier 2021)
  5. « La CEDH condamne la France pour les obligations imposées aux transgenres pour changer d’état civil », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2021)
  6. « Avis sur l’identité de genre et sur le changement de la mention de sexe à l’état civil », sur www.cncdh.fr (consulté le 24 janvier 2021)
  7. a et b Marylène Lieber, « Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard :Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre », Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, no 3,‎ , p. 135 (ISSN 0248-4951 et 2297-3850, DOI 10.3917/nqf.283.0135, lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  8. a et b LVEQ, « Les drapeaux de fierté LGBTQ+ », sur La vie en queer, (consulté le 13 août 2020)
  9. https://rm.coe.int/16805019cd CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N° R (90) 4 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR L'ÉLIMINATION DU SEXISME DANS LE LANGAGE (adoptée par le Comité des Ministres le 21 février 1990
  10. « Revue internationale des revues », Cahiers du Genre, vol. 49, no 2,‎ , p. 203 (ISSN 1298-6046 et 1968-3928, DOI 10.3917/cdge.049.0203, lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  11. a et b « Argument scientifique », sur www.unine.ch (consulté le 13 août 2020)
  12. a et b Juliette Deborde, « Ecriture inclusive : le genre neutre existe-t-il vraiment en français ? », sur Libération.fr, (consulté le 13 août 2020)
  13. Rennes, Juliette, (1976- ...)., Encyclopédie critique du genre : corps, sexualité, rapports sociaux, La Découverte, dl 2016, cop. 2016, 750 p. (ISBN 978-2-7071-9048-2 et 2-7071-9048-9, OCLC 962555730, lire en ligne)
  14. Marc Bessin, « Focus - La division sexuée du travail social », Informations sociales, vol. n° 152, no 2,‎ , p. 70 (ISSN 0046-9459 et 2101-0374, DOI 10.3917/inso.152.0070, lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  15. « Une répartition déséquilibrée des professions entre les hommes et les femmes », sur Observatoire des inégalités (consulté le 13 août 2020)
  16. « Typological change », dans Language Contact and Grammatical Change, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-84574-8, lire en ligne), p. 123–171
  17. Vanhove, Martine, editor, Morphologies in contact, , 340 p. (ISBN 978-3-05-005701-9, 3-05-005701-7 et 978-3-05-005769-9, OCLC 900921743, lire en ligne)
  18. a b c et d « Règles de grammaire neutre et inclusive », sur Divergenres, (consulté le 16 août 2020)
  19. a et b Bénédicte Meillon, « Séminaire – Pour une écologie des sens : autour de l’œuvre de David Abram », sur Écopoétique Perpignan (consulté le 13 août 2020)
  20. Daniel Elmiger, « Les genres récrits n° 5. Votre prœnom, s’il vous plait ! », GLAD!. Revue sur le langage, le genre, les sexualités, no 06,‎ (ISSN 2551-0819, DOI 10.4000/glad.1541, lire en ligne, consulté le 7 mars 2021)
  21. a b et c Alpheratz, 1970-, Grammaire du français inclusif : littérature, philologie, linguistique, Châteauroux, Vent solars, 433 p. (ISBN 978-2-9552118-6-1 et 2-9552118-6-9, OCLC 1098216303, lire en ligne)
  22. Anthony Cortes, « Ces enseignants qui importent l'écriture inclusive à l'école : "Déconstruire, ça peut se faire à tout âge" », sur www.marianne.net, 2020-12-09utc07:00:00+0000 (consulté le 7 mars 2021)
  23. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :9
  24. Pierre-Élie Pichot, « Et al ? La grammaire inclusive, le genre neutre et leur usage », Acta Fabula, no vol. 20, n° 9,‎ (ISSN 2115-8037, lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  25. Charlene Prince, « Can Kids Be Raised in a Gender-neutral Society? Sweden Thinks So », Team Mom - Yahoo Shine, (consulté le 29 décembre 2013).
  26. a et b (en) Patrick Svitek, « George Mason University to offer gender-neutral housing in fall 2014 », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2014).
  27. « LGBT Resource Center UC Riverside Named Among 100 Best for LGBT Students », University of California, Riverside, (consulté le 3 février 2008)
  28. Paige Stannard, « 5 Myths About Gender Neutral Parenting », sur Everyday Feminism (consulté le 11 novembre 2014).
  29. « Let Books Be Books », sur http://www.lettoysbetoys.org.uk/ (consulté le 4 décembre 2014).
  30. (en) « Gender Identity Development in Children », sur HealthyChildren.org, (consulté le 30 août 2016).
  31. a et b Dennis Abrams, « Should UK Children's Books Be Non-Gender Specific », sur Publishing Perspectives (consulté le 4 décembre 2014).
  32. a et b (en) Sarah Morrison, The Independent, « Gender-specific children’s books ‘are easier to sell’, insists children's book publisher », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2014).
  33. Ya-Lun Tsao, « Gender Issues in Young Children's Literature », Journal of Healthcare Management, vol. 53, no 5,‎ , p. 108–114 (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2014).
  34. Katy Kreitler, « Why Children Need Books About Adventurous Girls », sur Everyday Feminism, (consulté le 4 décembre 2014)
  35. (en) Martin Salisbury, Morag Styles, Beatrice Alemagna, Pam Smy et Ida Riveros, Children's Picturebooks : the art of visual storytelling, Londres, Laurence King Pub., , 192 p. (ISBN 978-1-85669-738-5), p. 86.
  36. (en) Sheila Egoff, Thursday's Child : Trends and Patterns in Contemporary Children's Literature, Chicago, IL, American Library Association, , 323 p. (ISBN 978-0-8389-0327-8), p. 248.
  37. Jodi Putnam, Judith A. Myers-Walls et Dee Love, « Ages and Stages »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Provider-Parent Partnerships, Purdue University (consulté le 4 décembre 2014).
  38. Dr. Kyle Pruett, « Gender Differences », sur Family Education (consulté le 4 décembre 2014).
  39. (en) Perry Nodelman et Mavis Reimer, The pleasures of childrens literature, Boston, MA, Allyn and Bacon, , 3e éd., 338 p. (ISBN 978-0-8013-3248-7), p. 1.
  40. Jacques Lacan, « The Mirror Stage as Formative of the Function of the I as Revealed in Psychoanalytic Experience »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 4 décembre 2014)
  41. (en) Maria Nikolajeva, Aesthetic Approaches to Children's Literature : An Introduction, Scarecrow Press, , 313 p. (ISBN 978-0-8108-5426-0, lire en ligne), p. 153
  42. a et b (en) Peter Osborne et Lynne Segal, Gender as Performance : An Interview with Judith Butler, Radical Philosophy Ltd, , 32–39 p..
  43. Hephzibah Anderson, « Re-reading: The ultimate guilty pleasure? », sur BBC (consulté le 4 décembre 2014).
  44. a et b Kekla Magoon, « VIDA count: children’s literature young adult and children’s literature: do women truly dominate? », sur VIDA: Women in Literary Arts (consulté le 4 décembre 2014).
  45. Évelyne Daréoux, « Des stéréotypes de genre omniprésents dans l'éducation des enfants », Empan, vol. 65, no 1,‎ , p. 89 (ISSN 1152-3336 et 1776-2812, DOI 10.3917/empa.065.0089, lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  46. (en) Alison Flood, « Study finds huge gender imbalance in children's literature », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2014).
  47. Janice McCabe, Emily Fairchild, Liz Grauerholz, Bernice A. Pescosolido et Daniel Tope, « Gender in twentieth-century children's books: patterns of disparity in titles and central characters », Gender & Society, Sage, vol. 25, no 2,‎ , p. 197–226 (DOI 10.1177/0891243211398358, lire en ligne)
  48. Katy Kreitler, « Why Children Need Books About Adventurous Girls », sur Everyday Feminism, (consulté en décembre 2014).
  49. Alleen Pace Nilsen, « Women in children's literature », College English, National Council of Teachers of English, vol. 8, no 32,‎ (lire en ligne).
  50. (en) Barbara Brotman, « Bonding over generations of childhood books », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2014).
  51. (en) Sheila Egoff, Thursday's child : trends and patterns in contemporary children's literature, Chicago, Illinois, American Library Association, , 323 p. (ISBN 978-0-8389-0327-8), p. 28.
  52. Katy Kreitler, « Why children need books about adventurous girls », sur Everyday Feminism, (consulté le 4 décembre 2014).
  53. Ya-Lun Tsao, « Gender issues in young children's literature », Reading Improvement, Ingentaconnect, vol. 45, no 3,‎ , p. 108–114 (lire en ligne).
  54. (en) Katy Guest, The Independent, « Gender-specific books demean all our children. So the Independent on Sunday will no longer review anything marketed to exclude either sex », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2014).
  55. « Time to Let Books Be Books », sur Let Toys Be Toys (consulté le 4 décembre 2014).
  56. (en) Ruth Styles, Mail Online, « Rapunzel is definitely not just for girls, says top publisher as it announces plans to make all of its children's books gender-neutral », Dailymail,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2014).
  57. « Letter to Buster Books », sur Let Toys Be Toys (consulté le 4 décembre 2014).
  58. (en) Bettany, « Moving beyond binary opposition: Exploring the tapestry of gender in consumer research and marketing », Marketing Theory,‎
  59. Florence Benoit-Moreau et Eva Delacroix, Genre et marketing: L'influence des stratégies marketing sur les stéréotypes de genre, Éditions EMS, (ISBN 978-2-37687-370-9, lire en ligne)
  60. a et b Marius François, « Marketing unisexe : vers la fin des stéréotypes de genre dans nos caddies ? », sur NEON, (consulté le 15 mai 2021)
  61. (en-US) « Shattering Gendered Marketing », sur American Marketing Association (consulté le 15 mai 2021)
  62. « The National Student Genderblind Campaign « », Genderblind.org, (consulté le 29 décembre 2013)
  63. (en) Susanna Rustin, « Pinkstinks campaign calls for end to sale of makeup toys to under eights », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2013).
  64. a et b (en) Katy Guest, « Girls will be girls: The battle for our children's hearts and minds this Christmas », The Independent, London,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2013)
  65. (en) Susanna Rustin, « Why girls aren't pretty in pink », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2013)
  66. (en) Harry Wallop, « Pink toys 'damaging' for girls », Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2013).
  67. (en) Rosa Prince, « Labour MP: ban shops from selling ‘sexist’ pink toys to little girls », Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2013).
  68. (en) George Dvorsky, « Postgenderism: Beyond the Gender Binary », sur Sentient Developments, (consulté le 13 avril 2008).