Ouvrir le menu principal

Écusson (Nîmes)

établissement humain en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écusson.

Écusson
Écusson (Nîmes)
Vue aérienne du centre-ville de Nîmes, avec l'Écusson en haut à droite
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Villes Nîmes
Code postal 30000
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 12″ nord, 4° 21′ 36″ est
Altitude 55 m
Site(s) touristique(s) Arènes de Nîmes
Maison Carrée
Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes
Transport
Tramway T1
Bus 2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,16,21,
22,31,32,41,42,43,51,52,61,62
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écusson

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Écusson

Géolocalisation sur la carte : Nîmes

Voir sur la carte administrative de Nîmes
City locator 14.svg
Écusson

L'Écusson est le centre historique de la ville de Nîmes, dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon. Il se caractérise par son périmètre en forme d'écu français ancien. Les boulevards qui l'entourent, percés au XIXe siècle, reprennent le tracé de l'enceinte médiévale de la ville.

Les contours de l'Écusson forment aujourd'hui les limites du secteur sauvegardé de la ville de Nîmes[1].

GéographieModifier

Le quartier de l'Écusson constitue l'hypercentre de la ville de Nîmes. À partir de son angle nord-ouest et dans le sens des aiguilles d'une montre, il est entouré par les voies suivantes : square Antonin, square de la Bouquerie, boulevard Gambetta, place Saint-Charles, place Gabriel-Péri, boulevard Amiral Courbet, square de la Couronne, esplanade Charles-de-Gaulle, boulevard de la Libération, boulevard des Arènes, boulevard Victor-Hugo, place de la Madeleine, place de la Maison Carrée, boulevard Alphonse-Daudet.

Aujourd'hui, la circulation automobile sur les boulevards de l'Écusson se fait sur deux voies à sens unique, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Une rénovation complète de ces boulevards est prévue à l'horizon 2016, dans le cadre du prolongement de la ligne T1 du bus à haut niveau de service[2].

Avant le redécoupage cantonal de 2014, le quartier de l'Écusson était réparti sur deux cantons : la partie nord dépendait du canton de Nîmes-2 et la partie sud du canton de Nîmes-4. Depuis cette date, il dépend entièrement du canton de Nîmes-3[3].

HistoireModifier

Sous l'Ancien Régime, l'actuel Écusson était divisé en cinq quartiers distincts : Garrigues, Boucarie, Corcomaires, Prat et Méjean. À la jonction des quatre premiers se trouvait la place aux herbes, qui, bordée par la cathédrale, était le cœur économique et religieux de la ville médiévale. Le quartier Méjean comprenait quant à lui l'amphithéâtre romain fortifié, appelé castrum arenae[4]. L'ensemble formé par ces quartiers était entouré par une enceinte fortifiée, jalonnée de portes et de tours. Notons que cette enceinte était d'une circonférence bien inférieure à celle de l'enceinte romaine, longue de plus de 6 km[5].

À la fin du XVIIIe siècle, l'architecte de la province du Languedoc, Jean-Arnaud Raymond, envisage un vaste projet d'urbanisme pour le centre de la ville de Nîmes. Ce projet d'assainissement et d’embellissement du tissus urbain repose alors principalement sur la suppression de l'enceinte médiévale et sur la percée de nouvelles voies de communication. Initié en 1775, la démolition du rempart se termine peu après la Révolution, en 1793. À partir de 1847, la transformation de l'Écusson se poursuit avec la création de plusieurs artères, inspirées des aménagements réalisés par le baron Haussmann à Paris. De cette époque date notamment l'aménagement de la partie nord de l'Écusson, dont la rue Général Perrier[4].

Dans un souci de préservation et de valorisation de son patrimoine, la ville de Nîmes a décidé en 1984 la création d'un secteur sauvegardé d'une surface de 41 hectares, reprenant les contours de l'Écusson[1]. Le plan de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé à quant à lui été initié en 2004, puis approuvé en 2007. Dans le cadre du secteur sauvegardé, la municipalité subventionne les propriétaires de biens immobiliers dans l'Écusson. Elle souhaite ainsi, notamment, favoriser les ravalement de façades et la réhabilitation des devantures commerciales. Depuis 1986, le nombre de façades ravalées au sein de l'Écusson s'élève à 1918. Le nombre de devantures commerciales rénovées s'élève quant à lui à 1298[1].

ActivitésModifier

L'activité touristique de l'Écusson est importante. Ce quartier concentre en effet de nombreux monuments historiques, dont la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor et plusieurs hôtels particuliers. Les arènes de Nîmes, la Maison Carrée et la porte d'Auguste, trois monuments romains nîmois majeurs, se trouvent également en bordure du quartier.

L'activité commerciale est soutenue par la présence des halles de Nîmes, du centre commercial de la Coupole des Halles ainsi que de nombreux commerces.

Enfin, plusieurs administrations publiques dont l'hôtel de ville se trouvent dans l'Écusson.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Secteur sauvegardé », sur www.nimes.fr (consulté le 18 avril 2015).
  2. « Travaux Trambus : tour de l'Écusson en 2015-2016 », sur trambus.nimes-metropole.fr (consulté le 18 avril 2015).
  3. « Les cantons de Nîmes », sur www.nimes.fr (consulté le 18 avril 2015).
  4. a et b Nîmes, les vingt ans du secteur sauvegardé, sous la direction de Nathalie d'Artigues et d'Olivier Mouton, éd. ville de Nîmes, 2005.
  5. « Les anciennes fortifications de Nîmes, Jules Igolen,1935 », sur www.nemausensis.com (consulté le 18 avril 2015).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Nîmes, les vingt ans du secteur sauvegardé, Nîmes, éd. ville de Nîmes,  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier