Ouvrir le menu principal

Âge héroïque de l'exploration en Antarctique

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ». Wikipédia:Bons thèmes Il fait partie d'un « bon thème ».
Roald Amundsen et son équipe au pôle Sud en 1911.

L'âge héroïque de l'exploration en Antarctique (1895-1922) est une période qui s'étend de la fin du XIXe siècle au début des années 1920[1], au cours de laquelle des hommes explorent la terra incognita qu'est alors l'Antarctique.

En accomplissant leurs voyages, ces explorateurs recherchent à la fois honneur et gloire, mais visent aussi à faire progresser la science par leurs découvertes.

Effort international non dénué d'esprit de compétition, seize expéditions majeures sont lancées par huit pays différents[2].

Cet âge commence réellement avec le sixième congrès international de géographie de 1895, qui lance alors un appel solennel à tous les cercles scientifiques du monde pour accélérer l'exploration de l'Antarctique avant la fin, proche, du XIXe siècle. À ce moment-là, ce continent est considéré comme « le plus grand espace géographique à pouvoir être encore exploré »[3].

Cet âge est caractérisé par la « course au pôle Sud », que l'on a comparée dans les années 1960 à la « course à l'espace » et à l'atterrissage sur la Lune pour sa capacité à captiver l'attention du public. Peu après que Roald Amundsen atteint le pôle en 1911, la Première Guerre mondiale éclate, et comme elle apparaît vite comme la guerre la plus dévastatrice que l'humanité ait jamais connue, l'héroïsme des soldats sur le champ de bataille éclipse celui des aventures en Antarctique aux yeux du public[4]. Très peu d'expéditions sont lancées dans les années qui suivent immédiatement la fin de la guerre, marquant ainsi la fin de cet âge héroïque. Plus précisément, certains auteurs la placent à la mort de l'explorateur britannique Ernest Shackleton, en 1922[3].

Quand l'exploration reprend de plus belle des décennies plus tard, sa physionomie a changé. Avant la guerre, les communications radio ne sont pas possibles depuis ce continent bien trop éloigné du monde civilisé, et le transport mécanisé, bien que déjà utilisé quelquefois, n'est que rarement de mise. Les expéditions reposaient alors sur les forces mentales et physiques des équipes, ce qui fut reconnu par l'ajout postérieur de l'adjectif « héroïque » pour désigner la période[5]. Les expéditions finissent par maîtriser ces technologies, réduisant très largement les risques pris par ceux qui continuent à s'aventurer sur le continent Antarctique.

OriginesModifier

L'impulsion de l'âge héroïque fut une conférence donnée à la Royal Geographical Society à Londres, en 1893, par le professeur John Murray, membre de l'expédition océanographique du Challenger, qui avait navigué en eaux antarctiques entre 1872 et 1876. Il propose d'organiser une nouvelle expédition en Antarctique « pour résoudre les questions géographiques en suspens toujours posées au Sud »[6]. En , à Londres, le sixième congrès géographique international vote une résolution générale invitant les sociétés scientifiques du monde à promouvoir la cause de l'exploration antarctique de la manière qu'elles jugeraient la plus appropriée[7]. Murray précise qu'un tel travail « serait un apport pour presque chaque branche de la science »[7]. Le Norvégien Carsten Borchgrevink, qui revenait d'une expédition baleinière durant laquelle il devint le premier homme à marcher sur le continent antarctique, fait une allocution devant le congrès et annonce son projet de préparer une expédition antarctique à grande échelle devant être basée au cap Adare[8].

L'âge héroïque entre dans le vif du sujet avec l'expédition scientifique lancée par Adrien de Gerlache de Gomery et la société géographique belge en 1897, elle va passer quinze mois en Antarctique dont tout un hiver austral. Parmi ses membres se trouvent Frederick Cook et Roald Amundsen, explorateurs qui revendiqueront, respectivement, la conquête du pôle Nord et la conquête du pôle Sud et du passage du Nord-Ouest[9]. Borchgrevink lance son expédition, financée par des fonds privés, l'année suivante[10],[Note 1]. La désignation « âge héroïque » est forgée plus tard ; elle n'est pas utilisée dans les comptes-rendus et mémoires des premières expéditions, ni dans les biographies des grandes figures de l'exploration polaire des années 1920 et 1930. Le terme fut utilisé en par l'explorateur britannique Duncan Carse dans un article qu'il signa pour le Times. Décrivant la première traversée de la Géorgie du Sud en 1916, il écrivit : « Trois hommes de l'âge héroïque de l'exploration antarctique, avec 50 pieds de corde entre eux, et une herminette de charpentier »[11].

ExpéditionsModifier

Notes
  1. Les résumés de ce tableau n'incluent pas le travail scientifique mené à bien par ces expéditions, qui rapportèrent des résultats et des spécimens à travers une large gamme de disciplines.
  2. Le tableau n'inclut pas les nombreux voyages de pêche à la baleine qui eurent lieu au cours de cette période et les expéditions secondaires du type de Carl Chun entre 1898 et 1899, qui n'a pas franchi le cercle Antarctique[12]. L'expédition Cope entre 1920 et 1922, avortée faute de financement, est également exclue, bien que deux hommes débarquent d'un baleinier norvégien et passent un an dans la péninsule Antarctique[13].
  3. † signifie que le commandant de l'expédition est mort lors de celle-ci.
Années Pays[Note 2] Nom de l'expédition Navire(s) Commandant Résumé de l'expédition Références
1897-1899   Belgique Expédition antarctique belge Belgica  
Adrien de Gerlache de Gomery
Première expédition à hiverner à l'intérieur du cercle Antarctique après que le navire fut bloqué par la glace en mer de Bellingshausen, elle rapporta le premier cycle annuel d'observation en Antarctique. Elle atteint 71°30'S et permet la découverte de ce qui deviendra le détroit de Gerlache. [14],[15],[16]
1898-1900   Royaume-Uni Expédition Southern Cross
(British Antarctic Expedition 1898)
Southern Cross  
Carsten Borchgrevink
Première expédition à hiverner sur le continent même de l'Antarctique, au cap Adare, elle fut aussi la première à utiliser des chiens et des traîneaux pour se déplacer. Elle réussit à effectuer l'inédite ascension de la barrière de Ross[Note 3] et parvint à un « Farthest South » record de 78°30'S. Elle situa aussi le Pôle Sud magnétique. [17],[18],[19]
1901-1904   Royaume-Uni Expédition Discovery
(National Antarctic Expedition 1901)
Discovery
Morning (en soutien)
Terra Nova (en soutien)
 
Robert Falcon Scott
Cette expédition permet la première ascension de montagnes de la chaîne Transantarctique en Terre Victoria, et découvre le plateau polaire. Son voyage au sud établit un nouveau record de « Farthest South » à 82°17'S[Note 4]. De nombreux autres traits géographiques sont découverts, cartographiés et nommés. C'est aussi la première de plusieurs expéditions basées au détroit de McMurdo. [20],[21],[22]
1901-1903   Empire allemand Expédition Gauss
(Première expédition antarctique allemande)
Gauss  
Erich von Drygalski
Il s'agit de la première expédition de l'âge dont le but est d'enquêter spécifiquement l'est de l'Antarctique (mer de Weddell), qui permet de découvrir la côte de la Terre Guillaume II et le Mont Gauss. Le navire de l'expédition est pris dans la glace, ce qui empêche cette dernière d'explorer de manière plus approfondie. [23],[24],[25]
1901-1903   Suède Expédition Antarctic Antarctica  
Otto Nordenskjöld
Cette expédition travaille à l'est de la zone côtière de la terre de Graham et est bloquée sur l'île Snow Hill et l'île Paulet, en mer de Weddell, après le naufrage du navire de son expédition. Elle est secourue par le navire de la marine argentine Uruguay. [26],[27],[28]
1902-1904   Royaume-Uni Expédition Scotia
(Scottish National Antarctic Expedition)
Scotia  
William Speirs Bruce
La station météorologique permanente Orcadas dans les îles Orcades du Sud est créée. La mer de Weddell est pénétrée jusqu'au 74°01'S et le littoral de la Terre de Coats est découvert, définissant les limites à l'est de cette mer. [29],[30]
1903-1905   France Première expédition Charcot Français  
Jean-Baptiste Charcot
Initialement prévue pour être une expédition au secours d'une partie de l'expédition Antarctic, le travail principal fut de cartographier les îles à l'ouest de la terre de Graham, dans la péninsule Antarctique. Une section de la côte fut explorée et nommée terre Loubet d'après le Président français Émile Loubet. [31],[32],[33]
1907-1909   Royaume-Uni Expédition Nimrod
(British Antarctic Expedition 1907)
Nimrod  
Ernest Shackleton
La première expédition dirigée par Shackleton. Basé dans le détroit de McMurdo, il est le premier à utiliser la route du glacier Beardmore en direction du pôle Sud. Sa marche australe atteint le 88°23'S, un nouveau record de « Farthest South » à 97 milles marin du pôle Sud. L'équipe nord atteint le Pôle Sud magnétique. [34],[35],[36]
1908-1910   France Seconde expédition Charcot Pourquoi Pas ? IV  
Jean-Baptiste Charcot
Cette expédition a pour but de continuer les travaux entrepris lors de la première expédition française avec une exploration générale de la mer de Bellingshausen et la découverte d'îles et d'autres lieux, incluant la baie de Marguerite, l'île Charcot, l'île Renaud, la baie de Mikkelsen, et l'île Rothschild. [31],[33],[37]
1910-1912   Japon Expédition antarctique japonaise Kainan Maru  
Shirase Nobu
La première expédition non-européenne en Antarctique effectue une exploration côtière de la terre du Roi-Édouard-VII, ainsi qu'une exploration du secteur oriental de la barrière de Ross, atteignant une latitude de 80°5'S. [38],[39]
1910-1912   Norvège Expédition Amundsen Fram  
Roald Amundsen
Il s'agit de la première expédition à atteindre le pôle Sud : Amundsen établit son campement sur la barrière de Ross, dans la baie des Baleines. Il découvre une nouvelle route à travers le plateau polaire via le glacier Axel Heiberg. Une équipe composée de cinq hommes, dirigée par Amundsen, atteint le pôle Sud par cette route le . [40],[41],[42]
1910-1913   Royaume-Uni Expédition Terra Nova
(British Antarctic Expedition 1910)
Terra Nova  
Robert Falcon Scott
La dernière expédition de Scott se base comme la précédente sur l'île de Ross. Scott et quatre de ses compagnons atteignent le Pôle Sud par le glacier Beardmore le , soit trente-trois jours après Amundsen. Après cette déception, les cinq hommes meurent de faim et de froid lors du voyage retour. [43],[44],[45]
1911-1913   Empire allemand Expédition Filchner
(Seconde expédition antarctique allemande)
Deutschland  
Wilhelm Filchner
L'objectif était la première traversée de l'Antarctique. L'expédition entra par la mer de Weddell jusqu'à 77°45'S et découvrit la côte de Luitpold, la barrière de Filchner-Ronne et la baie de Vahsel. Elle n'arriva pas à établir une base côtière pour entamer la marche transcontinentale et, après une longue dérive dans la mer de Weddell, le navire retourna en Géorgie du Sud. [28],[46],[47]
1911-1914   Australie Expédition antarctique australasienne
(Expédition Mawson)
Aurora  
Douglas Mawson

L'expédition se concentra sur la côte entre cap Adare et le mont Gauss, cartographiant et sondant le territoire. Les découvertes incluent la baie du Commonwealth, Glacier Ninnis, Glacier Mertz et la côte de la Reine-Mary.

[48],[49],[50]
1914-1917   Royaume-Uni Expédition Endurance
(Imperial Trans-Antarctic Expedition)
Endurance
 
Ernest Shackleton
Une autre tentative de traversée continentale. Celle-ci échoue à se fixer dans la mer de Weddell après que l'Endurance fut bloqué et broyé dans la glace. L'expédition se sauva par elle-même après une série d'exploits, dont une dérive sur un bout de glace, un voyage sur un canot de sauvetage et la première traversée de la Géorgie du Sud. [51],[52]
1914-1917   Royaume-Uni En soutien à l'expédition Endurance Aurora  
Æneas Mackintosh
L'objectif était de placer des dépôts de nourriture et de matériel sur la barrière de Ross afin de ravitailler l'équipe venant de la mer de Weddell. Tous les dépôts sont construits sans connaître les problèmes de l'équipe transcontinentale et trois hommes, dont Mackintosh, meurent. [53]
1921-1922   Royaume-Uni Expédition Shackleton-Rowett
(Expédition Quest)
Quest  
Ernest Shackleton
Les vagues objectifs incluaient une cartographie de la côte, une possible circumnavigation continentale, la recherche d'îles sub-Antarctique et du travail océanographique. Après la mort de Shackleton le , le Quest accéléra son programme pour rentrer en Angleterre. [54],[55]

Morts de membres des expéditions pendant l'Âge héroïqueModifier

Vingt hommes meurent lors des expéditions menées en Antarctique au cours de l'Âge héroïque. Parmi eux, cinq décèdent de maladies non liées à leurs aventures en Antarctique et deux meurent dans des accidents en Nouvelle-Zélande lors d'escales. Les treize autres périssent au cours de leur service sur ou à proximité du continent Antarctique.

Expédition Nom Pays Date du décès Lieu du décès Cause Références
Expédition antarctique belge Carl Auguste Wiencke   Norvège Mer de Weddell Noyade [9]
Émile Danco   Belgique Antarctique (en hivernage) Crise cardiaque [9]
Expédition Southern Cross Nikolai Hansen   Norvège 14 octobre 1899 Cap Adare, Antarctique Troubles intestinaux [56]
Expédition Discovery Charles Bonnor   Royaume-Uni 2 décembre 1901 Lyttelton, Nouvelle-Zélande Tombe du mât du navire [57],[58]
George Vince   Royaume-Uni 11 mars 1903 Île de Ross, Antarctique Glisse par-dessus un précipice de glace
Expédition Antarctic Ole Christian Wennersgaard   Norvège 7 juin 1903 Île Paulet, Antarctique Victime de phtisie [59]
Expédition Scotia Allan Ramsey   Royaume-Uni 6 août 1903 Îles Orcades du Sud Maladie cardiaque [60]
Expédition Terra Nova Edgar Evans   Royaume-Uni 18 février 1912 Glacier Beardmore, Antarctique De la faim et du froid [61],[62],[63],[64],[65]
Lawrence Oates   Royaume-Uni 17 mars 1912 Barrière de Ross[Note 3], Antarctique De la faim et du froid
Robert Falcon Scott   Royaume-Uni 29 mars 1912 Barrière de Ross, Antarctique De la faim et du froid
Edward Adrian Wilson   Royaume-Uni 29 mars 1912 Barrière de Ross, Antarctique De la faim et du froid
Henry Robertson Bowers   Royaume-Uni 29 mars 1912 Barrière de Ross, Antarctique De la faim et du froid
Robert Brissenden   Royaume-Uni 17 août 1912 Admiralty Bay, Nouvelle-Zélande Noyade
Expédition Filchner Richard Vahsel   Empire allemand 8 août 1912 Mer de Weddell Syphilis [47],[66],[67]
Expédition antarctique australasienne Belgrave Ninnis   Royaume-Uni 14 décembre 1912 Côte de George V, Antarctique Tombe dans une crevasse [68]
Xavier Mertz   Suisse 7 janvier 1913 Côte de George V, Antarctique Intoxication alimentaire
Expédition Endurance
(Équipe de la mer de Ross)
Arnold Spencer-Smith   Royaume-Uni 9 mars 1916 Barrière de Ross, Antarctique Du froid et du scorbut [69],[70]
Æneas Mackintosh   Royaume-Uni 8 mai 1916 Détroit de McMurdo, Antarctique Tombe à travers la mer de glace
Victor Hayward   Royaume-Uni 8 mai 1916 Détroit de McMurdo, Antarctique Tombe à travers la mer de glace
Expédition Shackleton-Rowett Ernest Shackleton   Royaume-Uni 5 janvier 1922 Géorgie du Sud Maladie cardiaque [71]

Quatre autres hommes meurent peu de temps après leur retour d'Antarctique, sans compter ceux qui meurent en service actif lors de la Première Guerre mondiale :

Fin de l'Âge héroïqueModifier

 
Durant l'Âge héroïque, le manhauling était courant : les charges sont tirées sans aide mécanique ou animale. Ici, traîneau tiré par l'expédition Terra Nova.

Les opinions divergent à propos du moment où l'âge héroïque de l'exploration en Antarctique prend fin. L'expédition Endurance entreprise par Ernest Shackleton est parfois considérée comme étant la dernière expédition de l'âge héroïque[75],[76]. D'autres chroniqueurs étendent la période jusqu'à la date de la mort de Shackleton, le , traitant l'expédition Shackleton-Rowett (expédition Quest) comme le chapitre final de la période[1]. Selon Margery et James Fisher, les biographes de Shackleton : « S'il était possible de tracer une frontière claire entre ce que l'on a appelé « l'âge héroïque de l'exploration de l'Antarctique » et « l'âge de la Machine », l'expédition Shakelton-Rowett pourrait constituer un point valant bien n'importe quel autre où tracer une telle ligne […][77]. Un journaliste inspectant le navire avant son départ rapporta : « Des gadgets ! Des gadgets ! Des gadgets partout ! »[77]. Ceux-ci comprenaient la radio sans fil, un nid-de-pie chauffé à l'électricité, et un « olographe » pouvant suivre et enregistrer la route du navire et sa vitesse[77],[Note 5] ».

« L'époque héroïque de l'exploration de l'Antarctique a été « héroïque » car elle était anachronique avant même de commencer, son but était aussi abstrait qu'un pôle, ses personnages centraux étaient romanesques, virils, mais non dénués de fêlures, ses enjeux étaient d'ordre moral (car ce n'était pas seulement ce qui était accompli qui comptait, c'était aussi la manière dont c'était accompli), et son idéal était l'honneur national. Ce fut un champ d'expérimentation précoce des vertus raciales de nouvelles nations telles que la Norvège et l'Australie, et c'est là qu'eut lieu le dernier sursaut de l'Europe avant qu'elle ne s'entredéchire lors de la Grande Guerre. »

— Tom Griffiths. Tranchant le silence : navigation vers l'Antarctique[Note 6].

ChronologieModifier

 


Voir aussiModifier

BibliographieModifier

GénéralisteModifier

Spécifique à une exploration ou un explorateurModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Quelques historiens considèrent l'expédition Discovery, partie en 1901, comme la première véritable expédition de l'âge héroïque. Voir (en) « Mountaineering and Polar Collection - Antarctica », National Library of Scotland (consulté le 19 novembre 2008)
  2. Les pays précisés sont ceux sous lesquels les expéditions ont été menées. Cette précision est particulièrement importante pour l'expédition Southern Cross, norvégienne à la base mais à financement britannique.
  3. a et b La Barrière de Ross ne prendra son nom définitif que vers la fin de l'Âge héroïque de l'exploration en Antarctique.
  4. Des nouveaux calculs récents, basés sur l'analyse de photographies prises à cet endroit, suggère que la latitude serait en fait de 82°11'S. Voir David Crane, Scott of the Antarctic, p. 214-15
  5. Citation originale : « If it were possible to draw a distinct dividing line between what has been called the Heroic Age of Antarctic Exploration and the Mechanical Age, the Shackleton-Rowett expedition might make as good a point as any at which to draw such a line. A journalist inspecting the ship before she sailed reported "Gadgets! Gadgets! Gadgets everywhere!". These included wireless, an electrically heated crow's nest and an "odograph" that could trace and record the ship's route and speed ».
  6. Citation originale : « The heroic era of Antarctic exploration was ‘heroic’ because it was anachronistic before it began, its goal was as abstract as a pole, its central figures were romantic, manly and flawed, its drama was moral (for it mattered not only what was done but how it was done), and its ideal was national honour. It was an early testing-ground for the racial virtues of new nations such as Norway and Australia, and it was the site of Europe’s last gasp before it tore itself apart in the Great War ». Tom Griffiths, Slicing the Silence: Voyaging to Antarctica

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Antarctic History - The Heroic Age of Antarctic Exploration », Cool Antarctica (consulté le 9 novembre 2008)
  2. Stephanie Barczewski, Antarctic Destinies, p. 19 (Barczewski mentionne un chiffre de 14 expéditions)
  3. a et b « Antarctica History - The Heroic Age of Antarctic Exploration 1900-1922 » sur le site coolantarctica.com
  4. The Endurance: Shackleton's Legendary Antarctic Expedition (2000), documentaire.
  5. Le terme est repris dans de nombreux ouvrages, dont (en) Jan Piggott, Shackleton : the Antarctic and Endurance, Londres, Dulwich College, , 158 p. (ISBN 978-0-9539493-0-4, LCCN 2002421040), p. 10.
  6. David Crane, Scott of the Antarctic, p. 75
  7. a et b (en) Carsten Borchgrevink, First on the Antarctic Continent, George Newnes Ltd, (lire en ligne) p. 9-10
  8. (en) Carsten Borchgrevink, First on the Antarctic Continent, George Newnes Ltd, (lire en ligne) p. 4-5
  9. a b et c (en) « Adrien de Gerlache, Belgica: Belgian Antarctic Expedition 1897-99 », sur coolantarctica.com (consulté le 7 mars 2011)
  10. Max Jones, The Last Great Quest, p. 59
  11. Duncan Carse, cité par M. et J. Fisher, p. 389
  12. (en) « Carl Chun Collection », Archive Hub (consulté le 11 décembre 2008)
  13. (en) « John Lachlan Cope's Expedition to Graham Land 1920-22 », Scott Polar Research Institute (consulté le 11 décembre 2008)
  14. (en) « Antarctic Explorers - Adrien de Gerlache », South-pole.com (consulté le 22 septembre 2008)
  15. (en) « Adrien de Gerlache, Belgica: Belgian Antarctic Expedition 1897-99 », Cool Antarctica (consulté le 19 novembre 2008)
  16. Roland Huntford, The Last Place on Earth, p. 64-75
  17. (en) « The Forgotten Expedition », Antarctic Heritage Trust (consulté le 13 août 2008)
  18. (en) « Borchgrevink, Carsten Egeberg (1864-1934) », Australian Dictionary of Biography Online Edition (consulté le 10 août 2008)
  19. Diana Preston, A First Rate Traged, p. 14
  20. Diana Preston, A First Rate Traged, p. 57-79
  21. David Crane, Scott of the Antarctic, p. 253 (carte) ; 294-95 (cartes)
  22. Ranulph Fiennes, Captain Scott, p. 89
  23. (en) « Erich von Drygalski 1865-1949 », South-pole.com (consulté le 23 septembre 2008)
  24. (en) « German National Antarctic Expedition 1901-03 », Cool Antarctica (consulté le 23 septembre 2008)
  25. David Crane, Scott of the Antarctic, p. 307
  26. (en) James A. Goodlad, « Scotland and the Antarctic, Section II: Antarctic Exploration », Royal Scottish Geographical Society (consulté le 23 septembre 2008)
  27. (en) « Otto Nordenskiöld 1869-1928 », South-pole.com (consulté le 23 septembre 2008)
  28. a et b Stephanie Barczewski, Antarctic Destinies, p. 90
  29. (en) « Scotland and the Antarctic, Section 5: The Voyage of the Scotia », Glasgow Digital Library (consulté le 23 septembre 2008)
  30. Peter Speak, William Speirs Bruce, p. 82-95
  31. a et b (en) William James Mills, « Exploring Polar Frontiers », ABC-CLIO (consulté le 23 septembre 2008) p. 135-139
  32. (en) « Jean-Baptiste Charcot », South-pole.com (consulté le 24 septembre 2008)(Français voyage)
  33. a et b (en) « Jean-Baptiste Charcot, 1867-1936: Biographical Notes », Cool Antarctica (consulté le 24 septembre 2008)
  34. (en) « Scotland and the Antarctic, Section 3 : Scott, Shackleton and Amundsen », Glasgow Digital Library (consulté le 24 septembre 2008)
  35. Beau Riffenburgh, Shackleton's Forgotten Expedition, p. 309—312
  36. Roland Huntford, Shackleton, p. 242 (carte)
  37. (en) « Jean-Baptiste Charcot », South-pole.com (consulté le 24 septembre 2008)(Pourquoispas? voyage)
  38. Roald Amundsen, The South Pole
  39. (en) « Nobu Shirase, 1861-1946 », South-pole.com (consulté le 24 septembre 2008)
  40. Amundsen, Vol I p. 184-95; Vol II, p. 120-134
  41. Roland Huntford, The Last Place on Earth, p. 446-74
  42. (en) « Roald Amundsen », Norwegian Embassy (UK) (consulté le 25 septembre 2008)
  43. Scott's Last Expedition Vol I p. 543-46, p. 580-95
  44. Diana Preston, A First Rate Traged, p. 184-205
  45. (en) « Explorer and leader: Captain Scott », National Maritime Museum (consulté le 27 septembre 2008)
  46. Roland Huntford, Shackleton, p. 366-68
  47. a et b (en) « Wilhem Filchner, 1877-1957 », South-pole.com (consulté le 28 septembre 2008)
  48. Leif Mills, Frank Wild, p. 129 et seq.
  49. (en) « Mawson, Sir Douglas 1882-1958 », Australian Dictionary of Biography (consulté le 28 septembre 2008)
  50. (en) « Douglas Mawson », Cool Antarctica (consulté le 28 septembre 2008)
  51. Ernest Shackleton, South, p. 63-85
  52. Caroline Alexander, The Endurance: Shackleton's Legendary Antarctic Expedition, p. 143-53
  53. Kelly Tyler-Lewis, The Lost Men, p. 193-197
  54. Roland Huntford, Shackleton, p. 684
  55. Margery et James Fisher, Shackleton and the Antarctic, p. 483
  56. (en) « The Southern Cross Expedition », University of Canterbury, Nouvelle-Zélande (consulté le 10 août 2008) (section "First Burial on the Continent")
  57. David Crane, Scott of the Antarctic, p. 137-38
  58. David Crane, Scott of the Antarctic, p. 165-66
  59. Otto Nordenskjöld, Vingt-deux mois dans les glaces, p. 306-307
  60. Peter Speak, William Speirs Bruce, p. 88-89
  61. Robert Falcon Scott, Scott's Last Expedition, p. 572-73
  62. Robert Falcon Scott, Scott's Last Expedition, p. 592
  63. Diana Preston, A First Rate Traged, p. 203-05
  64. Leonard Huxley, Scott's Last Expedition, p. 345-46
  65. Leonard Huxley, Scott's Last Expedition, p. 389
  66. (en) Beau Riffenburgh, « Encyclopedia of the Antarctic », Routledge, (consulté le 12 décembre 2008) Page 454
  67. (en) Robert K. Headland, « Studies in Polar Research: Chronological List of Antarctic Explorations and Related Historical Events », Cambridge University Press, (consulté le 9 novembre 2008) Page 252
  68. (en) « Two of Antarctic Expedition Killed », New York Times, (consulté le 4 décembre 2008)
  69. Kelly Tyler-Lewis, The Lost Men, p. 191
  70. Kelly Tyler-Lewis, The Lost Men, p. 196-97; p.  240
  71. Caroline Alexander, The Endurance: Shackleton's Legendary Antarctic Expedition, p. 192-93
  72. a et b (en) « Norway's Forgotten Explorer », Antarctic Heritage Trust (consulté le 10 août 2008)
  73. Beau Riffenburgh, Shackleton's Forgotten Expedition, p. 304
  74. Roland Huntford, The Last Place on Earth, p. 529
  75. Caroline Alexander, The Endurance: Shackleton's Legendary Antarctic Expedition, p. 4-5
  76. (en) « Scotland and the Antarctic, Part 3 », Glasgow Digital Library (consulté le 4 décembre 2008)
  77. a b et c Margery et James Fisher, Shackleton and the Antarctic, p. 449
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 14 juillet 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 14 juillet 2009 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.
 
17 articles
             Âge héroïque de l'exploration en Antarctique - Expéditions
 
Expédition antarctique belge (1897-1899)
  Expédition Southern Cross (1898-1900)
  Expédition Discovery (1901-1904)
Expédition Gauss (1901-1903)
Expédition Antarctic (1901-1903)
  Expédition Scotia (1902-1904)
Première expédition Charcot (1903-1905)
  Expédition Nimrod (1907-1909)
Seconde expédition Charcot (1908-1910)
Expédition antarctique japonaise (1910-1912)
  Expédition Amundsen (1910-1912)
Expédition Filchner (1911-1913)
Expédition antarctique australasienne (1911-1914)
  Expédition Terra Nova (1910-1913)
  Expédition Endurance (1914-1917)
  Expédition Shackleton-Rowett (1921-1922)