Yvette Duval

historienne française

Yvette Duval, née Yvette Benchettrit à Oujda au Maroc, le et morte à Paris le , est une universitaire et historienne française.

Yvette Duval
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Yvette BenchettritVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Noël Duval (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinctions

BiographieModifier

Yvette Benchettrit est née à Oujda (Maroc), dans une famille juive d'origine marocaine et algérienne. Après des études à Rabat, au lycée Fénelon et à l'École normale supérieure de jeunes filles, elle obtient une agrégation en histoire qui lui permet de démarrer une carrière universitaire à l'université Lille-III puis à l'université Paris-Nanterre, où elle est l'assistante d’André Chastagnol[1].

Maître-assistante puis professeur à l'Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne[2] où elle fonde le « Groupe de recherches sur l’histoire du christianisme antique et haut-médiéval », elle est également professeur invité dans plusieurs universités européennes et nord-américaines et membre de la Comité des travaux historiques et scientifiques entre 1983 et 1989[3].

Professeur émérite des universités, elle s'est intéressée dans ses travaux au début du christianisme[4].

Vie privéeModifier

Yvette Benchettrit s'est mariée en 1954 avec l'historien Noël Duval, mort en [3].

DistinctionsModifier

PublicationsModifier

  • 1981 : La mosaïque tardive d'Afrique [sous la dir. de], Paris, Université de Paris-Val-de-Marne.
  • 1982 : Loca sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle, Rome, Collection de l'École française de Rome, 2 vol[5].
  • 1986 : L'Inhumation privilégiée du IVe au VIIIe siècle en Occident [sous la dir. de], Paris, De Boccard.
  • 1986 : Topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au milieu du VIIIe siècle : Provinces ecclésiastiques d'Aix et d'Embrun [sous la dir. de], Paris, De Boccard.
  • 1988 : Auprès des saints, corps et âme. L'inhumation « ad sanctos » dans la chrétienté d'Orient et d'Occident du IIIe au VIIe siècle, Paris, Collection des Études Augustiniennes[6].
  • 1992 : Institutions, société et vie politique dans l'empire romain au IVe siècle après J.-C. [sous la dir. de], Rome, Collection de l'École française de Rome.
  • 1995 : Lambèse chrétienne, la gloire et l'oubli. De la Numidie romaine à l'Ifrîqiya, Paris, Collection des Études Augustiniennes.
  • 2000 : Chrétiens d’Afrique à l'aube de la paix constantinienne : Les premiers échos de la grande persécution, Paris, Collection des Études Augustiniennes.
  • 2005 : Les chrétientés d’Occident et leurs évêques au IIIe siècle, Paris, Collection des Études Augustiniennes[7].

Notes et référencesModifier

  1. Françoise Monfrin, « Yvette Duval », Antiquité Tardive, vol. 14,‎ , p. 7-14 (lire en ligne)
  2. « Yvette Duval (1931-2006) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 17 décembre 2018).
  3. a et b Jean-Claude Fredouille, « Yvette Duval », Revue d’études augustiniennes et patristiques, vol. 53,‎ , p. I-II (lire en ligne)
  4. « Yvette Duval », sur tabbourt.pagesperso-orange.fr
  5. Hervé Savon, « Yvette Duval. "Loca sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle" », Revue de l'histoire des religions, vol. 203, no 1,‎ , p. 85-87 (lire en ligne)
  6. J. Biarne, « Yvette Duval, "Auprès des saints, corps et âme. L'inhumation « ad sanctos » dans la chrétienté d'Orient et d'Occident du IIIe au VIIe siècle" », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 96, no 3,‎ , p. 358-361 (lire en ligne)
  7. Claire Sotinel, « Yvette Duval, "Les chrétientés d’Occident et leur évêque au IIIe siècle. Plebs in ecclesia constituta (Cyprien, Ep. 63)" », Revue de l’histoire des religions,‎ , p. 505-508 (lire en ligne)

Liens externesModifier