Yatafen

commune d'Algérie
(Redirigé depuis Yattafène)

Yattafène-Ath attaf
Noms
Nom arabe يطافن
Nom berbère ⴰⵜ ⴰⵜⵜⴰⴼ-Ath Attaf
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Beni Yenni
Chef-lieu Souk-El-Had
Code postal 15240
Code ONS 1545
Démographie
Population 4 016 hab. (2008[1])
Densité 251 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 33′ 08″ nord, 4° 15′ 22″ est
Superficie 15,99 km2
Localisation
Localisation de Yattafène-Ath attaf
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Yattafène-Ath attaf
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Yattafène-Ath attaf

Yatafen (ou Yattafen), est une commune algérienne de la wilaya de Tizi Ouzou, située à 43 km au sud-est de Tizi Ouzou, dans la région de Kabylie.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Yattafen se situe au sud de la wilaya de Tizi Ouzou. Elle est délimitée :


Communes limitrophes de Yatafen
Ain El Hammam
Iboudraren   Akbil
Iboudraren Saharidj (Wilaya de Bouira) Akbil
Ath Attaff

La commune de Yattafen est composée de deux villages :

  • Aït Daoud
  • Aït Saâda
  • Souk El Had, chef-lieu de la commune ;

ToponymieModifier

Le nom Yattafen est le pluriel amazigh du mot "attaf" qui signifierait "austère".

HistoireModifier

Yatafen (Yattafène/ ath Attaf /beni Attaf), est une commune algérienne de la wilaya de Tizi Ouzou, située à 43 km au sud-est de Tizi Ouzou, dans la région de Kabylie, Le nom Yatafen est le pluriel amazigh (berbère) du mot "attaf" La commune de Yattaféne est composée de deux villages

Daoud frère de Saâda qui a donné naissance au deux villages de la commune de Yattafène.

Yattafene a participé à

  • la bataille de Dreaa el mizane, en 1768. Elle opposait les tribus Iflissen aux troupes turcs du Beylik de l'Est 104 soldats ;
  • La Bataille de Staoueli, le entre la France, et la régence d'Alger 260 soldats, pendant que la France essayait de prendre le contrôle de la capitale,
la résistance de lalla fatma n'soumer et Chérif Boubeghla (1851-1859 ) 150 soldats.
  1. Bataille de Oued Sebaou est une bataille qui a eu lieu au printemps 1854,
  2. Bataille de Icharedane

Yattafene sera occupé par l'invasion de 1857 (Kabylie du Djurdjura) – par l'armée française, placée à cette occasion sous le commandement direct du maréchal Randon, gouverneur général de l'Algérie . À la suite de l'insurrection des tribus du Cheikh El Mokrani en 1871, la commune connaitra quelques déportations vers le bagne de Nouvelle-Calédonie. Le premier convoi de Kabyles se fera en 1874. (1954-1962) la commune est connu pour son lourd tribut porté durant la guerre d'indépendance algérienne.


ÉconomieModifier

La commune, comme beaucoup d'autres régions de Kabylie, vit de la culture de l'olivier, du figuier, du grenadier et la figue de barbarie. Les villageois vivent aussi de l'élevage bovin et ovin ...., contribuent en partie, par les récoltes procurées, à constituer des petites ressources pour les familles de la commune . Sinon depuis un peu plus de deux décennies certains villageois plus ou moins nanties ont investi le petit commerce. La région a énormément souffert de la misère et du chômage qui ont poussé les habitants à quitter leurs villages pour d'autres cieux soit en Algérie (Tizi-ouzou, ALGER, BLIDA, Oran, Le sud...) soit à l'étranger (France, Canada , USA...). la commune est plus connue pour ses beaux paysages touristiques proche du parc national du Djurdjura et de Azrou Nthltat aussi appelé la Main du juifs.

Infrastructures de la communeModifier

  • Trois écoles primaires.
  • Un collège d'enseignement moyen (CEM).
  • Deux centres de formation professionnelle.
  • Trois unités de soins médicaux.
  • Une salle de sport polyvalente (Arts martiaux, Volley-ball, Handball)
  • Un stade de football à Souk El Had.


Personnalités liées à la communeModifier

•Kamel Hamadi : un nom, un parcours prestigieux, une production artistique riche et extrêmement variée.

• Chikh Elkakoum : Mohand Larbi Benaissa (El Cheikh El Kamkoum) élève de Abdelhamid Ibn Badis et membre des Ulèmas Musulmans.

• Mezioud Ouldamer : est un essayiste Il a publié plusieurs ouvrages de critique sociale proches de la critique situationniste.

• Slimane Ould Mohand : un peintre et graveur.

• Mourad Aït Tahar : un footballeur international algérien.

• MESSAOUD AIT ABDERRAHMANE : un footballeur international.

• Rachid Benaïssa : (en arabe : رشيد بن عيسى) est un intellectuel musulman.

• Mohamed Amziane BENALI( بن علي محمد امزيان) est un écrivain algérien, né le 1886 en Haute Kabylie, décédé à la casbah d'Alger.

• Sofiane AIT ALI : ancien défenseur des USM Annaba.....

• Ali ben atmane el mangllati a zouaoui علي بن عثمان المنڤلاتي الزواوي (القرن 14م

• Salah Ouadahi : journaliste de la Chaîne III et président de l’Association des Kabyles de Suisse (AKS).

• Mhenna Boudinar : journaliste et président de l'association des enseignants de Tamazight.

• Hocine Ouarab : comédien.

• Mustapha Benali : acteur.

• Celia Ould mohand : Chanteuse, Musicienne.

• Hakim Aoudjit : Scénariste, acteur

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier