Xian (militante)

militante chinoise connue pour avoir créé Tongyu, une organisation lesbienne/lala basée à Pékin

Xiao Xian, mieux connue simplement sous le nom de Xian (chinois :  ; pinyin : Xián), est une militante chinoise connue pour avoir fondé Tongyu une organisation lesbienne, basée à Pékin. En dehors de Tongyu, Xian est active dans la communauté LGBT chinoise et dans la communauté LGBT internationale.

BiographieModifier

Xian a d'abord commencé à rechercher des informations et des ressources sur la communauté LGBT pendant ses études, mais a été limitée par le manque d'informations et de littérature LGBT disponibles dans les bibliothèques universitaires en Chine. Après l'introduction d'Internet dans les universités chinoises à la fin des années 1990, elle a pu rechercher des groupes de discussion lesbiens grâce à des fonctions de recherche rudimentaires telles que Gopher. Elle a utilisé ces groupes en ligne pour contacter les expatriés chinois LGBT à l'étranger et pour organiser des rencontres physiques avec des groupes de personnes LGBT en Chine[1].

Xian est devenu une organisatrice active de la communauté lesbienne, bisexuelle et transgenre en Chine à la fin des années 90 jusqu'au XXIe siècle, s'organisant avec d'autres membres de la communauté LGBT par le biais de bars et de sites Web[2],[3]. En 1996, elle a créé Purple Phoenix, une ONG en ligne qui a fourni des nouvelles et du matériel d'information à la communauté lesbienne chinoise par courrier électronique et communication sur le site Web. Elle a également fondé Saturday Salon, un rassemblement hebdomadaire de lesbiennes à Pékin[4].

Grâce à son travail avec la communauté LGBT, Xian sensibilise aux pressions familiales et sociales qui rendent la vie difficile aux lesbiennes en Chine, telles que la pression du mariage et la difficulté de devenir totalement indépendante des membres homophobes de la famille[5]. Elle a parlé des différences entre le mouvement LGBT en Occident et celui de la Chine, en particulier la sous-représentation des droits des lesbiennes et la reconnaissance par le mouvement des femmes à Pékin[6].

Tout au long de sa carrière, Xian a plaidé pour une approche pragmatique des droits et de la reconnaissance des LGBT en Chine qui met l'accent sur la nécessité de faire passer la survie avant la reconnaissance immédiate du gouvernement et l'attention des médias. Dans une interview accordée à China Newsweek en 2006, elle a déclaré qu'elle pensait que les croyances féministes trop idéalistes et extrêmes avaient nui aux causes lesbiennes en Chine, car les droits comme le mariage homosexuel étaient encore trop extrêmes pour la société chinoise traditionnelle[7]. Xian a aidé à organiser et à soutenir le salon Lala (chinois simplifié 拉拉, pinyin lālā, mot d'argot pour lesbienne) de Pékin, qui propose des activités communautaires à la communauté lesbienne de Pékin[8].

Xian a étudié aux États-Unis et a obtenu une maîtrise. Aux États-Unis, elle s'est impliquée dans la communauté lesbienne locale et s'est portée volontaire pour le Beijing Aizhixing Institute of Health Education (BAIHE)[9]. Pendant ce temps, Xian a été initiée au concept des ONG et a commencé à monter des plans pour créer un groupe et un réseau de défense des lesbiennes à Pékin, où elle sentait qu'il y avait une communauté lesbienne assez importante[4].

TongyuModifier

Xian a fondé Tongyu (chinois simplifié : 同语 ; pinyin : tōngyǔ), une organisation de défense des lesbiennes, en 2004, après son retour à Pékin des États-Unis. Le nom "Tongyu" se traduit par "Langue commune" en français. Dans le cadre de Tongyu, elle a invité des militants LGBT de Taïwan et de Hong Kong à Pékin pour partager leurs idées et leur expérience avec des militants en Chine continentale[10]. Tongyu gère une hotline lesbienne, assiste à des conférences académiques et à des événements étudiants, distribue des brochures et du matériel éducatif. En plus de plaider pour des questions telles que le mariage homosexuel et les droits des LGBT[11], Tongyu soutient les "salons", des clubs où les lesbiennes peuvent s'organiser pour discuter de questions liées à la communauté LGBT et partager des informations sur des sujets tels que les rapports sexuels protégés[12]. L'organisation soutient également des organisations et des publications chinoises sur les lesbiennes et les lala telles que Saturday Salon et Les + Magazine[13]. Tongyu travaille avec des militants d'autres pays asiatiques tels que Taïwan et l'Inde, et était la plus grande organisation de défense des lesbiennes, bisexuels et transgenres à Pékin en 2018 [14].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Benjamin Law, Gaysia : Adventures in the Queer East : Adventures in the Queer East, Cleis Press, , 91 p. (ISBN 978-1-62778-053-7, lire en ligne)
  2. (en) Elisabeth L. Engebretsen, Queer Women in Urban China : An Ethnography, New York, Routledge, , 124–144 p. (ISBN 978-1-136-19905-9, lire en ligne)
  3. (en) Beijing Review, Beijing Review, , 45 p. (lire en ligne)
  4. a et b (en) Ling U, Advocating at the margins : women's NGOs in China, Colby College,
  5. (en) Kimiko Suda, « Die "Lala community" in Beijing im Sommer 2008 - zur Selbstorganisierung lesbischer Frauen in der VR China », FEMINA POLITICA , vol. 21,‎ , p. 129 (lire en ligne)
  6. (en) Ashley Tellis et Sruti Bala, The Global Trajectories of Queerness : Re-thinking Same-Sex Politics in the Global South, BRILL, , 270 p. (ISBN 978-90-04-21794-2, lire en ligne)
  7. (en) Liang Shi, Chinese Lesbian Cinema : Mirror Rubbing, Lala, and Les, Lexington Books, , 85 p. (ISBN 978-0-7391-8848-4, lire en ligne)
  8. (en) « LGBT Activism in Mainland China » (consulté le )
  9. GUO, Lifu, Tongzhi Solidarity under Chinese Authoritarian Government : A Case Study of the Beijing Tongzhi Center, 東京大学大学院総合文化研究科・教養学部アジア地域文化研究会,‎ , 80–83 p. (OCLC 1060467553, lire en ligne)
  10. (en) Carsten Storm, Connecting Taiwan : Participation – Integration – Impacts, Routledge, , 228 p. (ISBN 978-1-351-26894-3, lire en ligne)
  11. Dubel, Ireen. Hielkema, André (André M.M.), Urgency required : gay and lesbian rights are human rights, Humanist Institute for Cooperation with Developing Countries (Hivos), , 180 p. (ISBN 978-90-70435-05-9, OCLC 642833790, lire en ligne)
  12. (en) Diana Khor et Saori Kamano, Lesbians in East Asia : Diversity, Identities, and Resistance, Routledge, , 123 p. (ISBN 978-1-56023-691-7, lire en ligne)
  13. (en) Elisabeth L. Engebretsen, Queer Women in Urban China : An Ethnography, Routledge, (ISBN 978-1-136-19904-2, lire en ligne)
  14. (en) « The Pursuit of Publicness: A Study of Four Chinese Contemporary Art Projects - ProQuest », search.proquest.com (consulté le )