William Whewell

William Whewell FRS FGS, (phon. ˈhjuːəl) est un polymathe anglais, scientifique, philosophe et historien des sciences, né à Lancaster le et mort à Cambridge le .

William Whewell
William Whewell - Project Gutenberg eText 13103.jpg
William Whewell
Fonction
Président de la Geological Society of London
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Trinity College
Lancaster Royal Grammar School (en)
Dallam School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Religion
Membre de
Maître
John Gough (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Influencé par
John Gough (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

En 1821, il devient membre de la Royal Society. Il enseigna la minéralogie et la philosophie à l'université de Cambridge. En 1841, il fut directeur du Trinity College, et en 1855, vice-chancelier de l'université.

S'opposant à l'empirisme, il soutient que la collection des faits ne peut faire progresser la connaissance si les faits ne sont pas coordonnés par une hypothèse[1].

Notion et conceptModifier

Le concept de « sciences palétiologiques »Modifier

Les sciences palétiologiques étudient les événements historiques en cherchant à les expliquer. Ce terme apparaît pour la première fois dans Histoire des sciences inductives en 1837.

La consilienceModifier

La consilience qui signifie « sauter ensemble » est un terme du philosophe William Whewell pour désigner le type de démonstration qui apparaît lorsque de nombreuses sources indépendantes concourent à cerner un phénomène historique particulier[2].

Principales œuvresModifier

  • Treatise on Mechanics, 1833
  • Analytical Static, 1833
  • Astronomy and general physics considered with reference to natural Theology, 1833
  • Four sermons on the foundations of morals, 1837
  • History of the inductive sciences, 1837
  • Philosophy on the inductive sciences, 1840
  • Elements of morality including polity, 1845
  • Lectures on the history of moral philosophy in England, 1852
  • Of the plurality of worlds, 1853
  • Novum Organon renovatum, Londres, 1858. (Livre II traduit en français par R. Blanché sous le titre De la construction de la science, Paris, Vrin, 1938.)
  • Lectures on political economy, 1863

Notes et référencesModifier

  1. Voir par exemple G. Burniston Brown, Science - Its Method and Its Philosophy, Read Books, 2007, (ISBN 1-4067-6857-X), 9781406768572, partiellement consultable sur Google Books, p. 111.
  2. Stephen Jay Gould, le renard et le hérisson: comment combler le fossé entre la science et les humanités ? (2003), éd. Point, 2012

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :