Ouvrir le menu principal

Wartburg 353

automobile

Wartburg 353
Wartburg 353
Wartburg 353

Marque Drapeau : Allemagne de l'Est Wartburg
Années de production 1966 - 1989
Production 1 225 193 exemplaire(s)
Usine(s) d’assemblage Eisenach, Allemagne
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence : 992 cm3
Puissance maximale 50 ch DIN (soit 37 kW)
Transmission aux roues avant
Poids et performances
Poids à vide 900 à 960 kg
Vitesse maximale 130 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) berline, break, pick-up
Dimensions
Longueur 4 220 (Break 4 380) mm
Largeur 1 640 mm
Hauteur 1 495 mm
Empattement 2 450 mm
Voies  AV/AR 1 280 mm  / 1 300 mm
Chronologie des modèles

La Wartburg 353 est une automobile produite de 1966 à 1989 par l’usine est-allemande AWE. Avec la Trabant 601, c’est une des voitures les plus emblématiques de la RDA.

Des lignes dans l’air du tempsModifier

La nouvelle Wartburg, nommée 353, est présentée officiellement à la Foire de Leipzig, en septembre 1966. Elle est alors produite depuis le mois de juillet. Sa carrosserie symétrique, tout en angles et typique des années 60, a été tracée par le styliste Hans Fleisch, déjà père de la 311.

Dès sa sortie, la nouvelle Wartburg mise sur la sécurité, un thème peu courant à l’époque. Carrosserie à zones déformables et tableau de bord capitonné en mousse de polyuréthane sont de la partie. Quant à la mécanique, elle est reprise de la 312, y compris le 3 cylindres deux temps. Au chapitre des qualités, on note de bonnes prestations routières, un grand coffre et une excellente visibilité. Mais la consommation reste élevée.

Le break Tourist fait son apparition à l’automne 1967, et deviendra vite très populaire.

Comme pour la 311, des versions deux portes, roadster et coupé étaient prévues, mais elles seront condamnées par les autorités, même si un coupé trois portes (type 355) fut produit (sous forme de prototype) à quatre exemplaires entre 1968 et 1973.

Le torpédo militaire (appelé Jadgdwagen ; voiture de chasse en allemand) est reconduit, mais ne sera fabriqué qu’à sept exemplaires. En juillet 1967, la 353 adopte une boîte synchronisée. En 1969, le moteur développe désormais 50 ch, et la voiture prend le nom de 353/1 (353S à l’exportation).

La populaire 353WModifier

En mars 1975, la 353W (pour Weiterentwicklung ; améliorée) remplace la 353S. Son habitacle est renforcé, des freins à disque apparaissent, les sièges et le tableau de bord sont nouveaux et le levier de vitesses quitte le volant pour le plancher. Il faut encore attendre sept ans pour voir apparaître un pick-up, à l’automne 1982, baptisé Trans et étonnamment absent lors du lancement de la voiture.Au même moment, Wartburg présente la MED, une ambulance médicalisée réalisée sur la base du break Tourist. En 1983, la calandre et le pare-chocs deviennent noirs.

Pendant ce temps, la 353 devient une institution en RDA, où seule la Trabant 601 lui fait de l’ombre. Les voitures importées (Lada, Moskvitch, Škoda et Dacia principalement) étant bien moins diffusées. Au mois de mai 1985, la face avant est redessinée (calandre intégrée, nouveaux pare-chocs) et le système de refroidissement revu. Le 1er octobre 1986, l’usine d’Eisenach fête la sortie de sa millionième 353.

Âgée de 22 ans, la 353 est remplacée en 1988 par la Wartburg 1.3, très peu différente esthétiquement, mais adoptant pour la première fois un moteur Volkswagen à quatre temps. Sa carrière continuera tout de même jusqu’en avril 1989, avec la sortie du 1 225 193e et dernier exemplaire. La 353 a été commercialisée au Royaume-Uni (sous le nom de Wartburg Knight), en Finlande, aux Pays-Bas, a eu un joli succès en Belgique (où près de 15 000 voitures ont été vendues !) et s’écoulera à seulement quelques unités dans les années 1980 sur le marché français.

La 353W en sport automobileModifier

La Wartburg participe à nombre de rallyes durant près de dix ans.

Elle remporte notamment le Rallye Sachsenring en 1970 (RDA), et en occident le Tour de Belgique automobile en 1972 dans la catégorie 1 000 cm3.

Elle gagne également en 1972 la première Coupe de la Paix et de l'Amitié, grâce à l'allemand de l'est Egon Culmbacher (qui la pilota entre 1968 et 1976, le destin sportif de la 353W lui étant ainsi étroitement lié). Un an plus tard Culmbacher réussit l'exploit de la mener à la seconde place du rallye de Pologne dans le cadre de la première édition du Championnat du monde des rallyes 1973, avec la victoire du Groupe 2 à la clé (copilote Werner Ernst, au côté de Culmbacher de 1970 à 1974).

Pendant la saison 1975/1976, la 353W enchaîne 27 victoires de catégorie dans des rallyes européens.

GalerieModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier

Voir aussiModifier