WASP-121 b

exoplanète

WASP-121 b
WASP-121b, tournant autour d'une étoile plus brillante et plus chaude que le Soleil.
WASP-121b, tournant autour d'une étoile plus brillante et plus chaude que le Soleil.
Étoile
Nom WASP-121
Constellation Poupe[1]
Ascension droite 07h 10m 24,0606s[2]
Déclinaison −39° 05′ 50,5706″[2]
Distance 210,0 ± 90,0 pc (∼685 a.l.) ou 275 ± 90,0 pc (∼897 a.l.) selon Nature en 2019[3].
Type spectral F6V[3]
Magnitude apparente 10,4[3]

Localisation dans la constellation : Poupe

(Voir situation dans la constellation : Poupe)
Puppis IAU.svg
Planète
Type Jupiter ultra-chaud
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,025 44 ± 0,000 5  ua  [3]
Excentricité (e) 0  [4]
Période (P) 1,274 925 5 ± 0,000 000 25  d  [3]
Date du périastre (Tp) 2456636.34578 +0.00011/-0.0001  [4]
Inclinaison (i) 87,60 ± 0,6°  [4]
Argument du périastre (ω) 90°  [4]
Caractéristiques physiques
Masse minimale (m sin(i)) 1,183 m ± 0,064  MJ  [3]
Rayon (R) 1,865 ± 0,044  RJ  [3]
Température (T) 2 500  K [a],[5]
Atmosphère
Composition H2O
TiO
VO
Cr I
V I
Fe I
Fe II[3]
Découverte
Méthode transit primaire[3]
Date [6]
Statut confirmée[3]
Informations supplémentaires
Autre(s) nom(s) CD-38 3220b, TOI 495.01, WASP-121b [7],

WASP-121 b est une exoplanète (gazeuse, assez semblable à Jupiter, avec un attrait gravitationnel plutôt faible) découverte en 2015 dans le système de WASP-121[3]. Elle possède probablement de l'eau dans son atmosphère[8] et une stratosphère[5].

AtmosphèreModifier

Surchauffée par les rayons ultraviolets de sa proche étoile-mère, la stratosphère de cette exoplanète WASP-121b semble libérer des gaz de fer et de magnésium dans l'espace, c'est ce qu'ont récemment (2019) montré des astronomes dirigés par David Sing (Université Johns Hopkins de Baltimore, dans le Maryland) grâce au télescope spatial Hubble. Ces deux éléments métalliques devraient y être présents sous la forme de nuages de gouttelettes de métal liquides en suspension dans l’atmosphère planétaire, mais à cause de la proximité de l'orbite de cette planète avec son étoile, le flux d'UV y chaufferait le haut de la stratosphère à environ 2 500 °C, une température suffisante pour provoquer la vaporisation de ces gouttelettes[9].

NotesModifier

  1. Température d'équilibre du corps noir.

RéférencesModifier

  1. « WASP-121 b, une étrange exoplanète « plus chaude que chaude » », sur Futura Sciences
  2. a et b (en) WASP-121 l'étoile sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  3. a b c d e f g h i j et k (en) WASP-121 b sur L'Encyclopédie des planètes extrasolaires de l'Observatoire de Paris..
  4. a b c et d (en) WASP-121 b sur la base de données Exoplanet Data Explorer
  5. a et b (en) Thomas M. Evans, David K. Sing, Tiffany Kataria, Jayesh Goyal, Nikolay Nikolov, Hannah R. Wakeford, Drake Deming, Mark S. Marley, David S. Amundsen, Gilda E. Ballester, Joanna K. Barstow, Lotfi Ben-Jaffel, Vincent Bourrier, Lars A. Buchhave, Ofer Cohen, David Ehrenreich, Antonio García Muñoz, Gregory W. Henry, Heather Knutson, Panayotis Lavvas, Alain Lecavelier des Etangs, Nikole K. Lewis, Mercedes López-Morales, Avi M. Mandell, Jorge Sanz-Forcada, Pascal Tremblin et Roxana Lupu, « An ultrahot gas-giant exoplanet with a stratosphere », Nature, vol. 548, no 7665,‎ , p. 58–61 (DOI 10.1038/nature23266, lire en ligne).
  6. (en) L. Delrez, A. Santerne, J.-M. Almenara, D. R. Anderson, A. Collier-Cameron, R. F. Díaz, M. Gillon, C. Hellier, E. Jehin, M. Lendl, P. F. L. Maxted, M. Neveu-VanMalle, F. Pepe, D. Pollacco, D. Queloz, D. Ségransan, B. Smalley, A. M. S. Smith, A. H. M. J. Triaud, S. Udry, V. Van Grootel, R. G. West, « WASP-121 b: a hot Jupiter in a polar orbit and close to tidal disruption », version V1, .
  7. (en) WASP-121 b sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  8. (en) Thomas M. Evans, David K. Sing, Hannah R. Wakeford, Nikolay Nikolov, Gilda E. Ballester, Benjamin Drummond, Tiffany Kataria, Neale P. Gibson, David S. Amundsen et Jessica Spake, « Detection of H2O and Evidence for TiO/VO in an Ultra-hot Exoplanet Atmosphere », The Astrophysical Journal Letters, vol. 822, no 1,‎ , p. L4 (ISSN 2041-8205, DOI 10.3847/2041-8205/822/1/l4, lire en ligne, consulté le ).
  9. Nature (2019) [Planetary science ; A heavy-metal planet spits iron into space; The gassy exoplanet loses its hold over the heavy elements in its atmosphere] |Brève publiée le 06 aout 2019 | d'après Astron. J. (2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier