Ouvrir le menu principal

Villa du Molard

villa à Donzère (Drôme)
(Redirigé depuis Villa du Mollard)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Molard.

Villa du Molard
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Rhone-Alpes.JPG Rhône-Alpes
Département Blason département fr Drôme.svg Drôme
Commune Blason ville fr Donzère (Drôme).svg Donzère
Type villa romaine à vocation viticole
Protection Logo monument historique Classé MH (1994, pressoirs et fouloir)
Coordonnées 44° 27′ 21″ nord, 4° 42′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Villa du Molard
Villa du Molard

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Villa du Molard
Villa du Molard

Géolocalisation sur la carte : Drôme

(Voir situation sur carte : Drôme)
Villa du Molard
Villa du Molard
Histoire
Époque Ier siècle

La villa du Molard, mise à jour au sud de Donzère, est la plus importante unité viti-vinicole connue de l'antiquité romaine.

DescriptionModifier

Cette villa rustica est considérée comme la « plus grande exploitation viti-vinicole connue du monde méditerranéen antique »[1]. Elle s’étendait sur deux hectares. L’entrepôt des vins de 70 × 15 m contenait deux travées abritant 204 dolia disposés en six alignements ayant chacune une contenance de 1,2 hectolitre. À chaque extrémité, un grand fouloir de 18,5 m2, y étaient adjoints deux pressoirs[2].

ProductionModifier

L’exploitation, qui a été datée entre 50 et 80 de notre ère, produisait 2 500 hectolitres de vin par an. Le rendement des vignes romaines ayant été estimé à 12 hl/ha, le domaine possédait 300 hectares ce qui nécessitait le travail de 150 esclaves[2].

CommercialisationModifier

Les auteurs de l'étude sur La viticulture antique dans le Tricastin constatent : « La proximité du cours du Rhône permet d'interpréter le Mollard comme un centre de production tourné directement vers l'exportation. Ce site est contemporain de la phase de multiplication des ateliers d'amphores gauloises en Narbonnaise (Ier siècle). Il n'est donc pas étonnant qu'un investisseur cherchant un profit sur ce marché en plein développement s'installe dans la région à proximité d'un point de rupture de charge sur le Rhône »[3].

De plus, tout ou partie de sa production pouvait être expédiée par le Rhône en tonneaux, à l’exemple de la scène représentée sur la stèle de Saint-Pierre-ès-Liens de Colonzelle (Ier siècle) toute proche. Située sur le porche d’un prieuré clunisien, elle représente le levage de quatre tonneaux et leur embarquement sur un navire marchand[2].

ProtectionModifier

La parcelle abritant le fouloir et les pressoirs fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [4].

Notes et référencesModifier

  1. Une route des vins en Tricastin sur le site winetourisminfrance.com
  2. a b et c Jacqueline Ponton, op. cit., p. 16.
  3. Damien Seris, Jean-François Berger, Thierry Odiot, Cécile Jung, op. cit., p. 117.
  4. « Site vinicole gallo-romain dit Le Mollard », notice no PA00132971, base Mérimée, ministère français de la Culture

BibliographieModifier

  • Jacqueline Ponton, Cépages Magazine no 13, juin 1988.
  • Damien Seris, Jean-François Berger, Thierry Odiot, Cécile Jung, La viticulture antique dans le Tricastin (moyenne vallée du Rhône) , en ligne sur le site Persée

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :