Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Proudhon.
Victor Proudhon
Fonction
Préfet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nationalité
Activités

Jean-Baptiste-Victor Proudhon[1], né le à Chasnans (aujourd'hui dans le Doubs) et mort le à Dijon (Côte-d'Or), est un juriste français.

Il fut surtout connu comme professeur et doyen à l'École de droit de Dijon (création napoléonienne) et participa activement à l'élaboration du Code civil français. Jurisconsulte et criminaliste, on s'adressait à lui pour des litiges juridiques.

C'est un lointain cousin du théoricien socialiste Pierre-Joseph Proudhon.

Sommaire

ŒuvreModifier

  • Traité du domaine public, 5 volumes, 1833-1834 ; 2e édition en 1843[2].
  • Traité du domaine de propriété, ou de la Distinction des biens considérés principalement par rapport au domaine privé, Dijon, Victor Lagier, 1839, 3 volumes, 1628 p., réédité en 1841 à Bruxelles[3].

RéférencesModifier

  1. Il existe deux rues Proudhon à Besançon, une rue Pierre-Joseph Proudhon juste en face de la rue J.-B.-V. Proudhon, dans le même alignement, mais peu de Bisontins se rendent compte de la différence des deux prénoms sur les plaques de ces deux rues.
  2. René Chapus, Droit administratif général, tome 2, 15e édition, Montchrestien, 2001, § 436, p. 371
  3. Lire en ligne sur Gallica.

BibliographieModifier

  • Jansse, « Un juriste comtois au XIXe siècle : Victor Proudhon et la pensée juridique de son temps », dans Sciences. Revue de l'Association française pour l'avancement des sciences, 1970, tome I, n° 3, p. 168-169.
  • Jourdy, Paul, « Les deux Proudhon [Jean-Baptiste-Victor Proudhon, jurisconsulte, 1758-1838, et Pierre-Joseph Proudhon, 1809-1865] », dans Bulletin du Centre d'entraide généalogique de Franche-Comté, 1982, n° 12, p. 27-30.
  • Bertrand Mathieu, « Proudhon professeur à la Faculté de droit de Dijon (Côte d'Or) et le buste de Napoléon : un épisode des Cent-Jours », dans Revue d'histoire des Facultés de droit et de la science juridique, n° 7, 1988, p. 87-91.

Lien externeModifier