Vannerie

fabrication d'objets de toutes sortes en osier, notamment des paniers

La vannerie désigne l'art de tresser des fibres végétales comme l'osier, le bambou et le rotin, ainsi que les objets réalisés par cette technique, par exemple les paniers et les meubles en vannerie. Elle est pratiquée depuis au moins 10 000 ans. Les savoir-faire de la vannerie sont divers et sont continuellement développés par des sociétés du monde entier.

Vannerie de bambou en nappe, Hainan, Chine

Terminologie

modifier

Le mot tient son origine du van des agriculteurs[1]. L'artisanat de la vannerie produit des vocabulaires techniques et locaux très divers[2].

Archéologie et Histoire

modifier

Les plus anciens objets de vannerie datés par la technique de datation au carbone 14, remontent à plus de 10 000 ans. Ces pièces de vannerie ont été découvertes à Fayum en haute Égypte[3]. À cette même époque en Amérique, la vannerie pourrait avoir joué un rôle dans le développement de la culture des plantes à petites graines[4].

Les objets de vannerie étant constitués de matériaux biodégradables, il est rare d'en exhumer. Leur conservation dans le temps est liée à des conditions très particulières. Par exemple, la sécheresse en Égypte ; ou au contraire, le milieu anaérobique des tourbières ou des lacs[5]. Parfois, on trouve traces de vanneries imprimées sur de la poterie, le tressage servant alors de support pour agglutiner l'argile et lui donner sa forme. Le fait que les vanneries articulent de nombreuses dimensions de la vie humaine – comme le rapport aux cycles des saisons, les innovations technologiques et l'alimentation – leur donne un grand intérêt archéologique[6].

On trouve des traces de paniers en vannerie préhistoriques en Europe (de). Dans la Grèce du sixième millénaire, la vannerie était pratiquée[7]. On trouve en Corse des vanneries du quatrième millénaire[8].

Au Pérou, les techniques de vannerie se sont diffusées à des vitesses différentes[9].

La vannerie était largement pratiquée dans l'empire romain[10].

Dans la Caraïbe du XVIIe siècle, la vannerie était largement pratiquée[11]. C'était une activité plutôt masculine[12]. Les colons européens ont intégré de nombreuses vanneries caribes et kali'na dans leurs musées[13].

Dans l'Alaska du XVIIe siècle, de l'herbe était tressée pour faire des vanneries[14].

A Paris, la communauté des vanniers-quincaillers a des statuts depuis l'année 1467. Ils ont été confirmés par des lettres patentes de Louis XI et réformés sous le règne de Charles IX par arrêt du Conseil du mois de , enregistré au Parlement la même année. On ne sait d'où leur est venu le nom de quincaillers qu'ils ont dans leurs statuts. Les apprentis qui aspirent à la maîtrise sont obligés au chef-d'œuvre et le reste comme dans les autres corps. On compte à Paris environ trois cents maîtres vanniers[15].

Aux États-Unis, en 1909, la vannerie a été enseignée à l'école pour sa valeur civique en tant qu'« art colonial »[16].

Techniques

modifier

La vannerie spiralée consiste en des brins de fibres formant un toron enroulé sur lui-même en spirale et généralement cousu[17]. Elle utilise des matériaux très divers, comme les herbes, les feuilles, le bois, le plastique[18]. La vannerie à nappes s'apparente au tissage et utilise le plus souvent des matières en forme de ruban[19]. La vannerie tressée utilise des brins flexibles entrecroisés appelés respectivement les montants (le squelette de la structure) et les brins de clôture (les entrelacs autour des montants)[20]. Cette classe de vannerie est très répandue en Europe, on y distingue la vannerie à montants en arceau de la vannerie clayonnée, dite « à montants parallèles »[réf. nécessaire].

On peut discuter tout en faisant de la vannerie[21].

Exemple d'étapes de fabrication

modifier

La galerie ci-dessous détaille les différentes étapes de la fabrication d'un panier à jour en osier, telles qu'elles sont mises en scène à la Maison de la Vannerie de Fayl-Billot.

 
Banc et outils de vannier

La pratique de la vannerie demande très peu d'outils, couteau de vannier à bout légèrement recourbé, différents modèles de fendoirs faits de bois dur (buis, houx) destinés à fendre les brins d'osier dans leur longueur en trois ou quatre parties égales ; le trusquin destiné à ôter la moelle des brins refendus et, en passes successives, à diminuer l'épaisseur pour obtenir des brins plats d'une grande souplesse (éclisse) ; le ciroir ou peleuse (aujourd'hui mécanisé) destiné à écorcer les brins d'osiers qui prendront alors le nom d'osier blanc ; la batte qui est une sorte de marteau plat, a deux fonctions : en premier, égaliser par tassage les motifs de tressages entre les montants au cours des phases de fabrication ; en second, le trou calibré dans le bout du manche est une solide clé qui aide au pliage des brins de très forte section.

D'autres outils non spécifiques complètent l'outillage : serpettes, poinçons, maillet en bois et sécateur dont l'usage s'est généralisé tant pour la récolte que pour le travail à l'atelier.

Économie et écologie

modifier

L'économie et les techniques de la vannerie changent avec les transformations du commerce, de la société et de l'environnement[22]: la vannerie est un artisanat particulièrement vulnérable face au mauvais climat[23]. L'organisation de cet artisanat est traversée par les processus socio-culturels de la société qui l'entoure[24]. Dans les sociétés urbanisées, la vannerie et ses produits forestiers non ligneux jouent souvent à la marge des économies et des écologies urbaines, et participent à une reconfiguration des régimes de propriété[25]. Ainsi, l'urbanisation et la gentrification font pression sur les artisans et les plantes vannières[26].

Les matériaux végétaux utilisés pour la vannerie se cueillent de manière informelle[27],[28], suivant les principes de l'agroforesterie paysanne ou d'autres normes de gestion durable[29]. Dans ce sens, les matériaux offerts par les plantes utilisées en vannerie sont des services écosystémiques, particulièrement dans les zones humides[30]. Il existe cependant des monocultures dédiées à la vannerie, comme l'osiériculture. Certaines plantes toutefois, comme le foin d'odeur, ne se laissent pas bien cultiver en horticulture[31], mais se portent mieux en étant cueillies qu'en étant laissées à elles-mêmes[32]. Un autre commun utilisé comme matériau de vannerie sont les déchets dans les sociétés industrialisées[33].

La vannerie demande de la patience et l'investissement de beaucoup de travail[34]. Il existe cependant des techniques très rapides de vannerie produisant des objets à usage unique[35].

La connaissance des plantes bonnes pour la vannerie, des bonnes manières de les récolter et du contexte écologique est un savoir écologique traditionnel[36]. Par exemple, en Californie, la vannerie de l'herbe deergrass est liée à l'intendance du paysage à travers l'écobuage[37]. Les connaissances botaniques liées à la vannerie sont précises et complètes[38]. Les innovations technologiques peuvent accompagner les traditions vannières dans la restauration des écosystèmes et de la biodiversité[39].

La vannerie est prise dans les logiques de patrimonialisation et acquiert de la valeur au sein des industries touristiques à travers son image traditionnelle[40],[41]. La commercialisation intensive de la vannerie au sein des marchés touristiques crée toutefois une pression économique pouvant mener à une exploitation destructrice des plantes[42]. Ces pressions économiques et écologiques peuvent être résolues en prenant soin des problèmes sociaux qui les sous-tendent[43].

Dans les cas où la transmission des savoir-faire vanniers est mise à mal par des facteurs économiques et culturels, des politiques d'aide publique servent à soutenir cet artisanat[44]. Le soutien porté à l'artisanat de la vannerie fortifie d'ailleurs économiquement l'ensemble d'une communauté[45]. À rebours, l'enseignement de la vannerie aide aussi à réparer les divisions intergénérationnelles et remettre en marche la transmission des savoirs[46].

La vannerie a également nourri la recherche des anthropologues[47].

La vannerie est souvent un enjeu des rôles de genre[48]. Par exemple, chez les Inuits, la vannerie est une activité plutôt féminine[49], et chez les Newar plutôt masculine[50]. En ce que la vannerie est un travail impliquant intimement le corps et le matériel, et s'inscrivant au moins partiellement dans une économie collective de subsistance, elle est un facteur important de fierté genrée[51],[52], qui démontre les aptitudes et le savoir de ses détenteurs[53]. Dans la société ashaninka, la vannerie est dévolue aux femmes, mais ce sont les hommes qui leur dictent les motifs, exerçant ainsi une domination patriarcale[54]. Dans les sociétés où la vannerie est un artisanat des femmes, il peut cependant aussi participer à leur indépendance économique[55].

La vannerie a une place essentielle dans la culture cherokee, et particulièrement pour les femmes, qui à travers cet artisanat entretiennent leurs relations avec leurs parents humains et autres qu'humains et se battent pour l'épanouissement de leur monde[56].

Esthétique

modifier

La beauté de la vannerie est liée à sa grande polyvalence qui fait qu'elle peut accompagner tous les moments de la vie humaine, et à sa capacité à inscrire les activités humaines dans les rythmes des environnements naturels[57]. Les objets de vannerie utilisés pendant la vie d'une personne sont parfois enterrés avec elle[58].

Pour plusieurs nations d'Amérique du Nord, la vannerie a joué un rôle dans la création du monde[34]. Le tressage des végétaux y est souvent pratiqué comme un symbole de l'harmonie[59]. La vannerie sert ainsi à désigner par métaphore le droit cri, appelé entre autres le wiyasiwêwin, litt. le tressage[60]. La vannerie nêhiyaw est aussi un lieu de résistance à la commodification coloniale des arts et de la culture[61].

Par ailleurs, la vannerie est souvent un support d'identités nationales, particulièrement en tant que symbole d'authenticité culturelle et de tradition par opposition à l'économie capitaliste globalisée, par exemple à Bornéo[62] ou au Portugal[63]. Un agaseke, une vannerie traditionnelle représentant la paix, figure sur l'emblème du Rwanda, et le sombrero vueltiao est un symbole national en Colombie. Dans les phénomènes de construction de l'identité nationale, on peut concevoir les réappropriations de la vannerie comme des formes de « consommation symbolique »[64]. Au Québec, la gestion des collections de vanneries autochtones interroge la décolonisation des musées[65].

Pourtant, bien que la vannerie soit un artisanat traditionnel, cela ne veut pas dire qu'il est figé dans le temps comme peuvent le présenter les usages nationalistes: ses pratiquantes entretiennent sa vitalité et il est possible de penser la vannerie de manière flexible à partir de sa pratique même[66],[67]. Ainsi, l'usage de la vannerie dans la résurgence mbya par exemple est une métamorphose et une continuation de l'importance de la « subsistance-prédation » dans cette culture par adaptation aux enjeux actuels de la société[68]. La vannerie peut ainsi s'enrichir de toutes sortes de technologies, jusqu'aux plus modernes[69].

Les critères sociaux de la beauté des vanneries dépendent d'une tension entre inscription dans une tradition et créativité artistique, dont les modalités sont dues en partie aux conditions sociales de sa production, par exemple la production en groupe ou isolée ou les réseaux sociaux autour de l'artisanat[70]. La découverte de nouveaux motifs n'est ainsi pas tout à fait une invention, mais plutôt le développement expérimental des principes existants[71].

L'enseignement de la vannerie peut aussi être une forme d'ergothérapie pour son caractère moteur et ludique[72]. Il peut aussi être un outil pédagogique pour l'enseignement des mathématiques[73],[74],[75].

Dans le monde

modifier

Mexique

modifier
 
Une femme tissant un panier au marché Benito Juárez dans la ville d'Oaxaca.
La vannerie mexicaine a ses origines bien avant la période préhispanique, avant la céramique et la domestication du feu. À l'arrivée des Espagnols, il existait déjà un certain nombre de formes indigènes, dont certaines sont encore fabriquées aujourd'hui. Ces produits et ceux que les Espagnols ont introduits forment la tradition combinée qui subsiste encore aujourd'hui. Comme tout autre artisanat mexicain, la vente aux touristes et aux collectionneurs est importante, mais la vannerie n'est pas aussi populaire que les autres métiers d'art. Les techniques et les matériaux de vannerie varient d'une région à l'autre en fonction de la végétation disponible (environ 80 espèces de plantes sont utilisées dans tout le pays), avec des traditions importantes à Sonora, dans l'État du Mexique, au Michoacán, au Veracruz, au Oaxaca et dans la péninsule du Yucatán.

Les différents groupes Roms et de Gens du voyage comptent beaucoup de vanniers[76],[77]. Il s'agit même d'une tradition caractéristique des Sepetçis. En Andalousie, alors que de grandes pertes de connaissances ethnobotaniques sont à déplorer depuis les années 80 dans la population générale à cause de l'exode rural, les communautés gitanes entretiennent et cultivent les savoirs des plantes, des milieux et de la vannerie[78].

En Grande-Bretagne, le Somerset connait une osiériculture très développée, et il y a une grande statue en osier[79].

Certains villages français ont un lien avec la vannerie, on peut citer par exemple :

Il y a également de nombreux savoir-faire vanniers en Bretagne, qui s'inscrivent dans une longue histoire[80]. Certains sont inscrits à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France:

En Belgique, les vanniers confectionnent les treilles constituant le tablier des ponts de claies.

Dans les Pays-Bas, les matelas-fascine (nl) servent à l'aménagement du territoire.

En Allemagne, on rencontre des ruches en vannerie (de) utilisées spécifiquement pour produire du miel de bruyère.

L'École nationale d'osiériculture et de vannerie

modifier
 
École nationale d'osiériculture et de vannerie à Fayl-Billot (Haute-Marne)

Située à Fayl-Billot, dans la Haute-Marne, ce centre de formation professionnelle et de promotion agricole est le prolongement de plus d'un siècle d'enseignement de la vannerie dans cette ville[81]. L'école fut fondée par Eugène Bottot, maire de Fayl-Billot de 1900 à 1908 et président de la Fédération cantonale du Comité Radical et du Comité socialiste[réf. nécessaire]. Le bâtiment originel a rouvert en 2023 après une dizaine d'années de fermeture[82].

Guyanes

modifier
 
Motifs wayana

Dans plusieurs sociétés guyanaises, des vanniers cultivent de riches savoir-faire[83]. Les motifs des vanneries wayana sont très variés[84]. Ces motifs ont des significations complexes[85]. Ils peuvent être des supports pédagogiques dans l'enseignement scolaire de l'histoire de l'art des cultures guyanaises[86].

Afrique de l'Ouest

modifier

Il y a beaucoup de vanniers en Afrique de l'Ouest, avec des cultures riches, par exemple au Cameroun[87]. Les colons français ont joué un rôle dans la constitution au Cameroun d'une économie de la vannerie destinée à l'exportation et au tourisme[88]. Similairement, il existe au Niger des formes de vannerie « touristiques », avec des systèmes économiques et une culture complexe[89].

Afrique de l'Est

modifier

Au Kenya, les vannières réalisent des paniers ciondo qui sont uniques[90].

Afrique australe

modifier

La vannerie est particulièrement pratiquée au Nord-Ouest du Botswana, avec un usage généralisé et des motifs traditionnels[91]. Les techniques vannières du Botswana ont même été réappropriées par les Wounaan en Colombie[92].

Cône Sud

modifier

La vannerie des peuples autochtones d'Argentine est une tradition remontant à avant la colonisation, et n'est pas une importation de la péninsule Ibérique comme cela a pu être prétendu[93]. Depuis les années 70, la vannerie de la province de Formosa a connu un regain de créativité après le tournant du millénaire, dans un contexte de réinterprétation de la valeur d'authenticité ancestrale comme un exotisme valorisé au sein d'un marché international de consommation de l'art[94].

La vannerie des bidonvilles de la périphérie de Lima est très riche et s'inscrit dans une histoire multiséculaire[95].

Asie du Sud-Est

modifier

Les gens du Timor oriental confectionnent les paniers koba.

Notes et références

modifier
  1. Informations lexicographiques et étymologiques de « Vannier » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. María José Jiménez Muro, « El léxico de la Cestería tradicional en La Rioja », Berceo, no 100,‎ , p. 105–138 (ISSN 0210-8550, lire en ligne, consulté le )
  3. Christiane Hochstrasser-Petit, « La vannerie a l’époque prédynastique. Des nattes et des paniers pour les vivants et les morts. L’exemple d’Adaïma », Archéo-Nil, vol. 15, no 1,‎ , p. 47–66 (DOI 10.3406/arnil.2005.897, lire en ligne, consulté le )
  4. Phil R. Geib et Edward A. Jolie, « The Role of Basketry in Early Holocene Small Seed Exploitation: Implications of a Ca. 9,000 Year-Old Basket from Cowboy Cave, Utah », American Antiquity, vol. 73, no 1,‎ , p. 83–102 (ISSN 0002-7316, JSTOR 25470459, lire en ligne, consulté le )
  5. 1.Bocquet A., Berretrot F. (1989). Le travail des fibres textiles au Néolithique récent à Charavines (Isère). Tissage, Corderie, Vannerie. Actes des IXe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 20-22 octobre 1988, p. 113-128.
  6. Marcos Abalos Luna, « Improntas y cerámica en ensamble. La producción de cestas en tiempos precoloniales en las sociedades agroalfareras de la región de Villa de Soto, Córdoba », Revista del Museo de Antropología,‎ , p. 7–20 (ISSN 1852-4826, DOI 10.31048/1852.4826.v14.n1.27534, lire en ligne, consulté le )
  7. Carmen Alfaro, L’artisanat en Grèce ancienne : Filières de production, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Archaiologia », , 75–100 p. (ISBN 978-2-7574-2792-7, lire en ligne), « Corderie et vannerie grecque archaïque : les trouvailles de Cala Sant Vicenç (Pollensa, Mallorca) : Καλαθοπλεϰτιϰή ϰαι υφαντουργία στην αρχαϊκή εποχή. Τα ευρήματα στην Cala Sant Vicenç »
  8. Kewin Peche-Quilichini, « Fonds céramiques et vannerie dans le sud de la Corse au Bronze final », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 106, no 3,‎ , p. 569–580 (DOI 10.3406/bspf.2009.13876, lire en ligne, consulté le )
  9. Charles Perreault, Histoire et évolution de la vannerie et des cordages sur la côte du Pérou préhistorique, , 83 et LVII p. (lire en ligne)
  10. Magali Cullin-Mingaud, La vannerie dans l'Antiquité romaine : Les ateliers de vanniers et les vanneries de Pompéi, Herculanum et Oplontis, Naples, Publications du Centre Jean Bérard, coll. « Collection du Centre Jean Bérard », (ISBN 978-2-918887-39-3, lire en ligne)
  11. Pierre Vérin, « L’ancienne culture caraïbe à l’époque coloniale », Bulletin de la Société d'Histoire de la Guadeloupe, nos 5-6,‎ , p. 16–26 (ISSN 0583-8266 et 2276-1993, DOI 10.7202/1044203ar, lire en ligne, consulté le )
  12. Jacques Adélaïde, « La société caraïbe d’après les chroniqueurs du XVIIe siècle », Bulletin de la Société d'Histoire de la Guadeloupe, nos 17-18,‎ , p. 71–86 (ISSN 0583-8266 et 2276-1993, DOI 10.7202/1044151ar, lire en ligne, consulté le )
  13. André Delpuech et Benoît Roux « Des cabinets de curiosités aux musées modernes : où sont les objets caraïbes des Petites Antilles ? » () (lire en ligne, consulté le )
    24th Congress of the International Association for Caribbean Archaeology
  14. Julie Masson-MacLean, Edouard Masson-MacLean et Rick Knecht, « The Fabric of Basketry: Initial Archaeological Study of the Grass Artifacts Assemblage from the Nunalleq Site, Southwest Alaska », Études Inuit Studies, vol. 43, nos 1-2,‎ , p. 85–105 (ISSN 0701-1008 et 1708-5268, DOI 10.7202/1072715ar, lire en ligne, consulté le )
  15. Pierre Jaubert. Dictionnaire raisonné universel des Arts et Métiers, contenant l’histoire, la description, la police des fabriques et manufactures de France et des pays étrangers, Paris, chez Pierre-François Didot jeune, 1773, 4 vol. in-8° ; Lyon
  16. Katharine Pasch, Basketry and weaving in the school, Chicago, A. Flanagan Company, (lire en ligne)
  17. Concha Casado, « Cestería en espiral cosida: una artesanía milenaria », Argutorio: revista de la Asociación Cultural "Monte Irago", vol. 4, no 9,‎ , p. 49 (ISSN 1575-801X, lire en ligne, consulté le )
  18. Tatiana Benfoughal, « La vannerie saharienne se métisse », Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, no 58,‎ , p. 194–211 (ISSN 0248-6016, DOI 10.4000/tc.6402, lire en ligne, consulté le )
  19. Shereen LaPlantz, Plaited basketry : the woven form, Bayside, Calif. : Press de LaPlantz, (ISBN 978-0-942002-00-3, lire en ligne)
  20. Sue Gabriel, The complete book of basketry techniques, Newton Abbot : David & Charles ; New York, NY : Distributed in the United States by Sterling Pub. Co., (ISBN 978-0-7153-9424-3, lire en ligne)
  21. Journée de la vérité et de la réconciliation - la vannerie et Annette Nolett, passeuse culturelle, Télé-Coeur () La scène se produit à 00:02:48.
  22. Ken Preston, « The Use of Basketry in The Hulls of Vietnamese Seagoing Boats. The Status as of 2015 and The Question of The Future », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, no 27,‎ , p. 23–58 (ISSN 1620-3224, DOI 10.4000/moussons.3505, lire en ligne, consulté le )
  23. Laura Ana Cardini, « Producción artesanal indígena: saberes y prácticas de los Qom en la ciudad de Rosario », Horizontes Antropológicos, vol. 18,‎ , p. 101–132 (ISSN 0104-7183 et 1806-9983, DOI 10.1590/S0104-71832012000200005, lire en ligne, consulté le )
  24. Yumairys Diamela Candó Gámez, « La artesanía como una práctica cultural configuradora de procesos socioculturales: la cestería en las Tunas en la actualidad », Didáctica y Educación ISSN 2224-2643, vol. 3, no 5,‎ , p. 85–98 (ISSN 2224-2643, lire en ligne, consulté le )
  25. Patrick T. Hurley, Angela C. Halfacre, Norm S. Levine et Marianne K. Burke, « Finding a “Disappearing” Nontimber Forest Resource: Using Grounded Visualization to Explore Urbanization Impacts on Sweetgrass Basketmaking in Greater Mt. Pleasant, South Carolina∗ », The Professional Geographer, vol. 60, no 4,‎ , p. 556–578 (ISSN 0033-0124, DOI 10.1080/00330120802288941, lire en ligne, consulté le )
  26. Dale Rosengarten, « Babylon Is Falling: The State of the Art of Sweetgrass Basketry », Southern Cultures, vol. 24, no 2,‎ , p. 98–124 (ISSN 1534-1488, lire en ligne, consulté le )
  27. Michel Vivier, « Cueillir et glaner dans la forêt normande », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, vol. 34, no 1,‎ , p. 95–111 (DOI 10.3406/jatba.1987.3966, lire en ligne, consulté le )
  28. Christelle Bonnal, La vannerie avec des plantes sauvages, Paris, Ulmer, (ISBN 978-2-37922-075-3)
  29. José Ubeimar Arango Arroyave, « Plantas utilizadas en cestería por comunidades campesinas del municipio de Peque (Occidente antioqueño - Colombia) », Ethnoscientia, vol. 5, no 1,‎ (ISSN 2448-1998, DOI 10.22276/ethnoscientia.v5i1.297)
  30. José Fajardo, Alonso Verde, Diego Rivera, Alejandro del Moral, Emilio Laguna, Segundo Ríos, Concepción Obón, Vicente Consuegra, José García, Francisco Alcaraz et Arturo Valdés, « Basketry as an ecosystem service of wetlands: traditional crafts in central Spain », Anales del Jardín Botánico de Madrid, vol. 78, no 2,‎ , –115-e115 (ISSN 1988-3196, DOI 10.3989/ajbm.2586, lire en ligne, consulté le )
  31. Robert J. Dufault, Stalking the Wild Sweetgrass: Domestication and Horticulture of the Grass Used in African-American Coiled Basketry, New York, NY, Springer, coll. « SpringerBriefs in Plant Science », , 115–116 p. (ISBN 978-1-4614-5903-3, lire en ligne), « Concluding Thoughts »
  32. Kimmerer 2021.
  33. Lois Walpole, « Material values », dans The Material Culture of Basketry: Practice, Skill and Embodied Knowledge, Bloomsbury Publishing Plc, , 1re éd., 49 p. (ISBN 978-1-350-09406-2 et 978-1-350-35990-1, lire en ligne)
  34. a et b Nancy Turner, « " Dans une hotte ". L'importance de la vannerie dans l'économie des peuples chasseurs-pêcheurs-cueilleurs du Nord-Ouest de l'Amérique du Nord », Anthropologie et Sociétés, vol. 20, no 3,‎ , p. 55–84 (ISSN 0702-8997 et 1703-7921, DOI 10.7202/015434ar, lire en ligne, consulté le )
  35. Ed Rossbach et Ed Baskets as textile art Rossbach, The nature of basketry, West Chester, Pa. : Schiffer Pub., (ISBN 978-0-88740-059-9, lire en ligne)
  36. Celia Barrantes Jiménez, « Breve acercamiento a la situación de la cestería en el cantón de Barva (Heredia, Costa Rica): Reflexiones sobre el patrimonio cultural inmaterial », Cuadernos de Antropología, vol. 33, no 1,‎ , p. 1–17 (ISSN 2215-356X, DOI 10.15517/cat.v33i1.52270, lire en ligne, consulté le )
  37. M. Kat Anderson, « The ethnobotany of deergrass,Muhlenbergia rigens (Poaceae): Its uses and fire management by California Indian tribes », Economic Botany, vol. 50, no 4,‎ , p. 409–422 (ISSN 1874-9364, DOI 10.1007/BF02866523, lire en ligne, consulté le )
  38. Floriza Yanomami, Benedito Paixão, Bernadete Santos, Carmelita Lopes, Creusa Arcanjo, Diana Moura, Elba Silva, Estrelina Lopes, Evarildo Gonçalves, Floriano Campos, Florinda Moura, Francisca Paixão, Isaque Lima, Juvenal Lopes, Katia Goes, Luiza Góes, Margarida Souza, Margarida Pereira, Maria Lins et Noemia Ishikawa, Përɨsɨ: Përɨsɨyoma pë wãha oni = Marasmius yanomami: o fungo que as mulheres yanomami usam na cestaria, (ISBN 978-85-8226-069-2)
  39. Paula Camiña Eiras, « Co-Obradoiro Galego: ¿Cómo pueden ayudar los nuevos biomateriales a regenerar la cestería en Galicia? », Cuadernos del Centro de Estudios en Diseño y Comunicación. Ensayos, no 171,‎ , p. 67–78 (ISSN 1668-0227, lire en ligne, consulté le )
  40. Laurent Fournier, « Mise en tourisme des produits du terroir, événements festifs et mutations du patrimoine ethnologique en Provence (France) », Ethnologies, vol. 32, no 2,‎ , p. 103–144 (ISSN 1481-5974 et 1708-0401, DOI 10.7202/1006307ar, lire en ligne, consulté le )
  41. Denise Barros, Aghi Bahi et Paula Morgado, « « Dogonité » et Internet : une lecture critique de l’essentialisation des identités », Anthropologie et Sociétés, vol. 35, nos 1-2,‎ , p. 69–86 (ISSN 0702-8997 et 1703-7921, DOI 10.7202/1006369ar, lire en ligne, consulté le )
  42. J. Velásquez Runk, « Wounaan and Emberá use and management of the fiber palm Astrocaryum standleyanum (Arecaceae) for basketry in eastern Panamá », Economic Botany, vol. 55, no 1,‎ , p. 72–82 (ISSN 1874-9364, DOI 10.1007/BF02864547, lire en ligne, consulté le )
  43. Luisa Fernanda Casas et Alejandro Lozano, « Biocomercio y sostenibilidad: análisis en torno a las materias primas de las artesanías en Colombia », Intropica,‎ , p. 137 (ISSN 2389-7864 et 1794-161X, DOI 10.21676/23897864.2560, lire en ligne, consulté le )
  44. Nelson Tellería et Carmen Conde, « La cestería indígena en la cultura artesanal Venezolana », Investigación y Postgrado, vol. 19, no 2,‎ , p. 213–228 (ISSN 1316-0087, lire en ligne, consulté le )
  45. Bangchongsak Upphapong, Sittisak Champadaeng et Suchat Sookna, « The Development of Bamboo Basketry According to the Base of Creative Economy of the Thai Yo Ethnic Group in Northeast Thailand », Asian Social Science, vol. 9, no 10,‎ , –231 (ISSN 1911-2017, DOI 10.5539/ass.v9n10p231, lire en ligne, consulté le )
  46. Fernanda Machado Dill et Margarita Barretto, « De arte(sanías) y etnias: Cestería Kaingang, producción y significado », Cuadernos del Centro de Estudios en Diseño y Comunicación. Ensayos, no 141,‎ , p. 99–115 (ISSN 1668-0227, lire en ligne, consulté le )
  47. Tatiana Massaro, « Berta Ribeiro: enlace de saberes, plantas e antropologia », Mana, vol. 29,‎ , –2023022 (ISSN 0104-9313 et 1678-4944, DOI 10.1590/1678-49442023v29n2e2023022.pt, lire en ligne, consulté le )
  48. Tatiana Benfoughal, Les objets ont-ils un genre ?, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », , 207–222 p. (ISBN 978-2-200-27713-0, lire en ligne), « 12 - La dichotomie homme/femme à l’épreuve de la modernité. Le tressage des vanneries dans les oasis du Sahara maghrébin. »
  49. Michel Noël, « L’art inuit au féminin », Vie des arts, vol. 34, no 137,‎ , p. 36–41 (ISSN 0042-5435 et 1923-3183, lire en ligne, consulté le )
  50. Gérard Toffin, Pyangaon. Une communauté newar de la vallée de Kathmandou, Paris : Ed. du CNRS, (lire en ligne)
  51. Myriam Fernanda Perret, « Mujer y trabajo en la cestería qom en Fortín Lavalle, Chaco- Argentina », Folia Histórica del Nordeste, no 32,‎ , p. 57–76 (ISSN 2525-1627, DOI 10.30972/fhn.0323496)
  52. Maria José de Oliveira Carvalhal, Mirian de Souza Viana et Claudiani Waiandt, « Orgulho e Paixão na Arte da Cestaria e Trançado na Comunidade de Curralinho », Revista Interdisciplinar de Gestão Social, vol. 1, no 3,‎ (ISSN 2317-2428, DOI 10.9771/23172428rigs.v1i3.10057, lire en ligne, consulté le )
  53. Lucia Hussak Van Velthem & Pascale de Robert, « Watura e Kak: Cestos Cargueiros Ameríndios », Revista AntHropológicas, vol. 23, no 2,‎ (ISSN 2525-5223, lire en ligne, consulté le )
  54. Enrique Carlos Rojas Zolezzi, « Tecnología y simbolismo en la cestería ashaninka », Investigaciones Sociales, vol. 24, no 45,‎ , p. 77–91 (ISSN 1560-9073, DOI 10.15381/is.n45.21380)
  55. Martha Lucía Bustos, « Cestería y mundo femenino », Historia crítica, no 9,‎ , p. 30–35 (ISSN 0121-1617 et 1900-6152, lire en ligne, consulté le )
  56. Sarah H. Hill, Weaving new worlds : Southeastern Cherokee women and their basketry, Chapel Hill, North Carolina : University of North Carolina Press, (ISBN 978-0-8078-2345-3 et 978-0-8078-4650-6, lire en ligne)
  57. Daniel Niles, « Le monde dans un panier. Esthétique, écologie et culture matérielle », Techniques & Culture, vol. 76, no 2,‎ , p. 172–189 (ISSN 0248-6016, DOI 10.4000/tc.16717, lire en ligne, consulté le )
  58. Cecilia Pérez de Micou, « Cesteria Y Cordelería Para Los Muertos », Chungara: Revista de Antropología Chilena, vol. 33, no 1,‎ , p. 137–144 (ISSN 0716-1182, JSTOR 27802176, lire en ligne, consulté le )
  59. Robin Wall Kimmerer (Véronique Minder (trans.)), Tresser les herbes sacrées: sagesse ancestrale, science et enseignements des plantes, Vanves, le Lotus et l'éléphant, (ISBN 978-2-01-628396-7)
  60. Darcy Lindberg, « Miyo Nehiyawiwin : Ceremonial Aesthetics and Nehiyaw Legal Pedagogy », Indigenous law journal at the University of Toronto, Faculty of Law, vol. 16,‎ , p. 51–65 (ISSN 1703-4566)
  61. Christine Mary Stocek, « "How to approach collaborations?" A Freirian journey honouring Cree relationships, skills, and values » (consulté le )
  62. Bernard Sellato, « La vannerie à Bornéo : fonctions sociales, rituelles, identitaires », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, no 31,‎ , p. 157–186 (ISSN 1620-3224, DOI 10.4000/moussons.4147, lire en ligne, consulté le )
  63. José Luis Mingote Calderón, « Cestos, gestos y género, en los azulejos portugueses de la primera mitad del siglo XX », Disparidades. Revista de Antropología, vol. 69, no 2,‎ , p. 435–466 (ISSN 2659-6881, DOI 10.3989/rdtp.2014.02.009, lire en ligne, consulté le )
  64. Jenny Amaya Tellez, « Consumo Simbólico de Artesanías », Dimensión empresarial, vol. 15, no 1,‎ , p. 153–168 (ISSN 1692-8563, lire en ligne, consulté le )
  65. Laurent Jérôme et Élisabeth Kaine, « Représentations de soi et décolonisation dans les musées : quelles voix pour les objets de l’exposition C’est notre histoire. Premières Nations et Inuit du XXIe siècle (Québec) ? », Anthropologie et Sociétés, vol. 38, no 3,‎ , p. 231–252 (ISSN 0702-8997 et 1703-7921, DOI 10.7202/1029026ar, lire en ligne, consulté le )
  66. María Isabel Martínez Ramírez, « Pensado a través de la cestería seri: permanencia, innovación y memoria », Itinerarios: revista de estudios lingüisticos, literarios, históricos y antropológicos, no 24,‎ , p. 215–240 (ISSN 1507-7241, lire en ligne, consulté le )
  67. Alessandra Caputo Jaffe, « Entretejidos ye’kuana: oralidad, mito, artesanía », Antípoda. Revista de Antropología y Arqueología, no 31,‎ , p. 109–130 (ISSN 2011-4273, DOI 10.7440/antipoda31.2018.06, lire en ligne, consulté le )
  68. Eva Isabel Okulovich et Graciela Anger, « La cestería y la talla guaraní Mbya como patrimonio cultural en Misiones, Argentina », Cuadernos del Centro de Estudios de Diseño y Comunicación, no 171,‎ (ISSN 1853-3523, DOI 10.18682/cdc.vi171.7112, lire en ligne, consulté le )
  69. Amit Zoran, « Hybrid Basketry: Interweaving Digital Practice within Contemporary Craft », Leonardo, vol. 46, no 4,‎ , p. 324–331 (ISSN 0024-094X, DOI 10.1162/LEON_a_00603, lire en ligne, consulté le )
  70. Tatiana Benfoughal, « Qu’est ce qu’une « belle » vannerie au sahara ? », Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, no 51,‎ , p. 216–245 (ISSN 0248-6016, DOI 10.4000/tc.4659, lire en ligne, consulté le )
  71. Lucia Hussak van Velthem, « Serpentes de Arumã. Fabricação e estética entre os Wayana (Wajana) na Amazônia Oriental », Proa: Revista de Antropologia e Arte, vol. 5,‎ (ISSN 2175-6015, DOI 10.20396/proa.v5i.16485, lire en ligne, consulté le )
  72. Ève-Marie Roth et Edmond Heitzmann, « Les ateliers d'ergothérapie dans un service psychiatrique fermé (Unité pour malades difficiles) », Travailler, vol. 19, no 1,‎ , p. 81–102 (ISSN 1620-5340, DOI 10.3917/trav.019.0081, lire en ligne, consulté le )
  73. Christian Camilo Fuentes Leal, « Algunos procedimientos y estrategias geométricas utilizadas por un grupo de artesanos del municipio de Guacamayas en Boyacá, Colombia », Revista Latinoamericana de Etnomatemática, vol. 4, no 1,‎ , p. 55–67 (ISSN 2011-5474, lire en ligne, consulté le )
  74. Amaia Casado Rezola, « Representación y confección de arquitecturas entretejidas. Aplicación en la enseñanza de geometría », EGA Expresión Gráfica Arquitectónica, vol. 26, no 43,‎ , p. 194–207 (ISSN 2254-6103, DOI 10.4995/ega.2021.15372, lire en ligne, consulté le )
  75. Clement Ali, « Harnessing Indigenous Basketry Resources for Prenumber and Early Number Work », Journal of Education and Learning, vol. 7, no 2,‎ , –210 (ISSN 1927-5250, DOI 10.5539/jel.v7n2p210, lire en ligne, consulté le )
  76. Arnaud Le Marchand, « Économie de bazar et économie morale : crédit et caravanes », Études Tsiganes, vol. 64, no 2,‎ , p. 22–39 (ISSN 0014-2247, DOI 10.3917/tsig.064.0022, lire en ligne, consulté le )
  77. Manuel Carlos Silva et Sílvia Gomes, « Économie, activités et modes de vie dans les communautés gitanes au Nord-Ouest du Portugal », Études Tsiganes, vol. 64, no 2,‎ , p. 91–107 (ISSN 0014-2247, DOI 10.3917/tsig.064.0091, lire en ligne, consulté le )
  78. María del Mar Gutiérrez-Murillo, Ramón Morales et Juan Antonio Devesa, « Etnobotanicidad y pérdida de conocimientos tradicionales de Cestería en Andalucía, España: 1989-2020 », Botanical Sciences, vol. 101, no 4,‎ , p. 1070–1087 (ISSN 2007-4476, DOI 10.17129/botsci.3329, lire en ligne, consulté le )
  79. « BBC - Legacies - Work - England - Somerset - From cradle to grave: willows and basketmaking in Somerset - Article Page 4 » (consulté le )
  80. Roger Hérisset, « Les vanneries natives en Bretagne, contribution à la délimitation d’aires culturelles de l’Armorique ancienne », La Bretagne Linguistique, no 21,‎ , p. 111–136 (ISSN 1270-2412, DOI 10.4000/lbl.311, lire en ligne, consulté le )
  81. Dr Pospiech, « Vannerie »
  82. Philippe Lagler, « L’Ecole de vannerie renaît, 13 ans après sa fermeture », jhm,‎ (lire en ligne, consulté le )
  83. Damien Davy, Vannerie et vanniers : Approche ethnologique d’une activité artisanale en Guyane française, Université d’Orléans, (lire en ligne)
  84. Mataliwa Kulijaman « Tïmilikhem “ ce qui peut être inscrit ” » () (lire en ligne, consulté le )
  85. Dimitri Karadimas, « Casse-tête caribe, jeu d’images », L’Homme. Revue française d’anthropologie, no 214,‎ , p. 37–74 (ISSN 0439-4216, DOI 10.4000/lhomme.23806, lire en ligne, consulté le )
  86. Isabelle Hidair-Krivsky et Anne-Élisabeth Taillade, « La contextualisation de l’enseignement de l’éducation artistique en Guyane », Diversité, vol. 178, no 1,‎ , p. 87–96 (DOI 10.3406/diver.2014.3957, lire en ligne, consulté le )
  87. Cyrille Zeh, « Techniques, formes, signes et fonctions de la vannerie au Cameroun », e-Phaïstos. Revue d’histoire des techniques / Journal of the history of technology, vol. VI, no 1,‎ (ISSN 2262-7340, DOI 10.4000/ephaistos.3510, lire en ligne, consulté le )
  88. François Wassouni, « Les autorités coloniales françaises et l’économie artisanale à Maroua (Cameroun)Bilan historiographique », Documents pour l’histoire des techniques. Nouvelle série, no 17,‎ , p. 149–161 (ISSN 0417-8726, DOI 10.4000/dht.547, lire en ligne, consulté le )
  89. Audrey Boucksom, Arts "touristiques" en Afrique et consommateurs Occidentaux: le cas de l'artisanat d'art au Niger, Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, (lire en ligne)
  90. Mercy Wanduara, « Kenyan Basketry (Ciondo) by Women from Central and Eastern Kenya », Textile Society of America Symposium Proceedings,‎ (DOI 10.32873/unl.dc.tsasp.0102)
  91. Dora Lambrecht, « Basketry in N'gamiland, Botswana », African Arts, vol. 1, no 3,‎ , p. 28–30 (ISSN 0001-9933, DOI 10.2307/3334343, JSTOR 3334343, lire en ligne, consulté le )
  92. Rodrigo Bernal, Gloria Galeano, Néstor García et Aida Palacios, « Botswanan Palm Basketry among the Wounaan of Western Colombia: Lessons from an Intercontinental Technology Transfer », Tropical Conservation Science, vol. 6, no 2,‎ , p. 221–229 (ISSN 1940-0829, DOI 10.1177/194008291300600204, lire en ligne, consulté le )
  93. Cecilia Pérez de Micou, Adriana Callegan et María Agueda Castro, « La cestería en El Carmen, Departamento de General La Madrid, Provincia de La Rioja, Argentina », Anales del Museo de América, no 8,‎ , p. 273–285 (ISSN 1133-8741 et 2340-5724, lire en ligne, consulté le )
  94. Marina Matarrese, « Transformaciones del campo artesanal en Formosa y de la cestería pilagá (1970-2016) », Cuadernos de antropología social, no 56,‎ , p. 123–140 (ISSN 1850-275X, DOI 10.34096/cas.i56.11453, lire en ligne, consulté le )
  95. Edmundo Motta et Jaime Miasta G., La Cestería Urbano Marginal de Lima: Cieneguilla, Lima, Seminario de Historia Rural Andina - UNMSM,

Voir aussi

modifier
 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Vannerie.

Bibliographie

modifier
  • C.Hernandez et E. Pascual La vannerie : Techniques et réalisations, Éditions Eyrolles, 2010, 144p.
  • A. Moitrier, Traité pratique de la culture de l'osier et de son usage dans l'industrie de la vannerie fine et commune : orne de quatre planche suivi d'un aperçu sur l'art du vannier, Dusacq, (lire en ligne)
  • (en + fr) Vannerie du monde : une exposition / organisée par la Fédération pour le développement de l'artisanat utilitaire des produits d'Afrique, Amérique latine et Asie = Basketry of the world : exhibition / organized by the Federation for the Development of Utilitarian Handcrafts of Products from Africa, Latin America, and Asia, Dessain et Tolra-FEDEAU, Paris, 1980, 61 p. (BNF 37016149)
  • Tissage, corderie, vannerie : approches archéologiques, ethnologiques, technologiques, publié par l'APDCA, 1989, 317 p.
  • Eugène Leroux, Manuel de vannerie, technologie vannière, J.B. Baillière et fils, 1921
  • Jocelyne Étienne-Nugue, Vannerie, Institut culturel africain, 1982
  • La Vannerie française, Musée national des arts et traditions populaires (Paris) / Réunion des musées nationaux, 1990
  • Maurice Robert. Etude d'une communauté artisanale et d'une technique traditionnelle. La vannerie en Limousin, 1967
  • Jacques Anquetil, La vannerie, Dessain et Tolra, Chêne, 1979
  • Guy Martin, La Vannerie éducative, Éditions L. N. S., 1951
  • Paul Nooncree Hasluck, Manuel pratique de vannerie, B. Tignol, 1910
  • Heinz Kunz, Vannerie du rotin, Éditions du Centurion, 1976, (OCLC 84513310)
  • (de + fr) Vannerie en rotin / Peddigrohrflechten, Société suisse de travail manuel et de réforme scolaire, 1988

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :