Vanilla planifolia

espèce d'orchidées

Vanilla planifolia est la principale espèce d'orchidées utilisée pour produire la vanille.

DescriptionModifier

Souple et peu ramifiée, la liane originaire du Mexique et appelée vanillier, se développe par croissance du bourgeon terminal et forme de longues pousses qui peuvent s'élancer à l'assaut de leur support sur plus de dix mètres.

L'ovaire est infère. Il n'y a pas de pédicelle floral. Les fleurs ont une languette (rostellum) entre le stigmate et l’anthère. On trouve environ 20 fleurs par inflorescence.

SystématiqueModifier

Le nom scientifique officiel actuel est Vanilla planifolia mais, parmi les synonymes qui ont été autrefois utilisés, plusieurs sont encore d'usage courant :

  • Vanilla fragrans
  • Vanilla sativa
  • Vanilla viridiflora
  • Notylia planifolia

Vanilla fragrans var. variegata est un cultivar de Vanilla fragrans qui se distingue par un feuillage panaché blanc et vert tandis que la seconde possède un feuillage persistant et des fleurs vert clair.

Vanilla tahitensis, longtemps considérée comme un croisement entre Vanilla planifolia et Vanilla pompona, serait plutôt une sous-espèce de Vanilla planifolia[1].

ÉcologieModifier

Le vanillier a besoin d'un climat tropical chaud (entre 20 et 30 °C) et humide. C'est une plante hémiépiphyte qui pousse le long de supports ombragés, le rayonnement direct du soleil entraînant la mort des feuilles. La plante grimpe le long des supports en utilisant des racines aériennes. Comme la plupart des orchidées, le vanillier a besoin pour se développer d'un champignon symbiotique du genre Rhizoctonia.

La plante se reproduit naturellement par bouturage. Les fleurs du vanillier sont rassemblées en inflorescences comportant de quinze à vingt fleurs. La pollinisation s'effectue de manière naturelle en Amérique centrale, trois ou quatre années après l'émergence de la plante. Les insectes responsables seraient des abeilles spécialisées dans le butinage des orchidées, les Euglossines, principalement l'espèce Euglossa viridissima et peut-être aussi Eulaema cingulata. Les Mélipones, notamment Melipona beecheii, considérées à une époque comme les fécondatrices de la vanille, semblent en revanche aujourd'hui écartées par les entomologistes[2]. Dans les régions de culture dépourvues de cette abeille, la pollinisation est pratiquée manuellement. Après la pollinisation, se développent des capsules en épis. Le fruit produit, appelé vanille, est une épice importante.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Tim Ecott, Vanilla : Travels in search of the luscious substance, Londres, Penguin Books, (réimpr. pour les États-Unis et le Canada : Vanilla - Travels in search of the ice cream orchid, Grove Press, New York, 2004, 10 mars 2005), 278 p. (ISBN 978-0-8021-1775-5, 978-0802142016 et 0-8021-1775-9), p. 304

Liens externesModifier