Ouvrir le menu principal

Valabre

établissement humain en France

Valabre
Valabre
« Pavillon de chasse du Roi René »
 Inscrit MH (1931)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Gardanne
Commune Gardanne
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 18″ nord, 5° 26′ 38″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 15.svg
Valabre

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 15.svg
Valabre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Valabre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Valabre

Valabre est un quartier situé au nord de la ville de Gardanne, dans le département français des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

HistoireModifier

Le domaine privéModifier

La première mention du site apparaît en 1299, dans un acte de vente à Lavabre. En 1407, un autre acte de vente mentionne la bastide de Lavabre avec son moulin, ses prairies et ses terres cultes et incultes. Hugues, fils de Jacques Bérenguier, chevalier, fut propriétaire de la bastide de la Valabre[1], en 1361. Il est vendu à la veuve Toussaint Guérin en 1500, et c'est à cette époque que, par métathèse, son nom devient Valabre. Entre 1573 et 1583 est construite la bâtisse aux quatre tours, appelée aujourd'hui de façon fantaisiste et inexacte Pavillon de chasse du Roi René[2].

En 1632, Antoine de Gautier crée l'actuel domaine de Valabre et, en 1636, il achète une ferme à l'ouest, qui deviendra plus tard le Parc de loisirs de Gardanne. En 1645, il hérite de Joseph Gautier la bâtisse aux quatre tours. Pierre de Gueydan achète, en 1683, le domaine, pour la somme de 19 000 livres. Il remplace la bastide roturière par un château (actuellement occupé par le Centre de formation de la Sécurité civile) et agrandit le domaine. De 1691 à 1714, les Gueydan sont conseillers du roi auditeur-archivaire en la chambre des comptes, et achètent la charge de président à la chambre des comptes de Provence (équivalent d'un trésorier Payeur Général aujourd'hui). Le roi Louis XV érige en marquisat la terre des Gueydan en 1752[2].

En 1758, le tisseur lyonnais Jean-Michel Sibillon ouvre à Valabre une fabrique de toiles imprimées (indiennes).

La propriété de la villeModifier

 
Statue dédiée à la marquise de Gueydan, cours de la République à Gardanne.

Le château de Valabre et le domaine de 250 ha qui l'entoure, sont légués, le 10 mai 1880, à la ville de Gardanne, par Françoise Sibilot (an VI-1882), marquise de Gueydan, à condition « d'y fonder et faire fonctionner un établissement public qui prendra le nom d'Institut Agronomique de Valabre et sera destiné à élever, instruire et former des jeunes gens dans la science et la pratique de l'agriculture ». La ville de Gardanne en devient propriétaire à la mort de la marquise. En 1884, l’Institut agronomique de Valabre ouvre ses portes au château. Il est fermé entre 1943 et 1946[2].

En 1959 et 1960, la ville de Gardanne aménage, à l'ouest du château, un parc de loisirs de sept hectares. Des bâtiments nouveaux sont construits en 1963 pour l'Institut agronomique de Valabre, qui devient un lycée agricole.

En 1967, le sous-préfet Francis Arrighi installe, au château de Valabre, le Centre inter-régional de formation de la sécurité civile (CIFSC)[2], devenu École d'application de sécurité civile (ECASC)[3].

En 1970, le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) est ouvert aux stagiaires adultes et aux apprentis.

1979 voit la création du Centre inter-régional de coordination opérationnelle de la sécurité civile (Circosc), devenu le Centre Opérationnel de Zone (COZ) dans un préfabriqué près du CIFSC. Un bâtiment en dur est construit en 1985, utilisé conjointement par le COZ et le ECASC.

Le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d'Azur transforme, en 1986, le pavillon du Roi René en Centre d'information pour la forêt[2]. En 1989, le Conseil régional et l'Entente interdépartementale pour la forêt méditerranéenne créent une Fondation pour la protection de la forêt méditerranéenne, sous l'égide de la Fondation de France. Elle devient plus tard l'Institut pour la forêt. Elle occupe un petit local dans le pavillon du roi René.

À sa création, en 1990, l'État-major de zone de défense-sud (EMZ sud) rejoint dans ses locaux le COZ, qui en devient l'élément opérationnel. L'Entente interdépartementale pour la forêt méditerranéenne jusque-là installée à la préfecture de Marseille, quitte celle-ci en 1993 pour Valabre.

En 1997, une bergerie en ruines, à l'est du domaine, est transformée en Écomusée de la forêt par l'Institut qui y transfère ses bureaux[2].

EnseignementModifier

Le château de Valabre abrite l’École d'application de sécurité civile (Ecasc) et l’Établissement public local Aix-Valabre-Marseille.

École d'application de sécurité civileModifier

L'école dispense des formations à la protection des personnes, des biens et de l’environnement et, plus particulièrement, la préservation de la forêt méditerranéenne. Dans le cadre du schéma national de formation piloté par la Direction de la défense et de la sécurité civiles, l'Ecasc est devenu le Centre national de formation agréé par le Ministère de l’Intérieur en matière de lutte contre les feux de forêts et de plongée subaquatique[3].

L'école dispense des enseignements en matière de secourisme, de risques chimiques, biologiques et radiologiques, de conduite tout-terrain, de sauvetage-déblaiement, de secours en milieux périlleux et en montagne, de cynotechnie, de sauvetage aquatique et subaquatique, de transmissions, de formation pélicandrome, et d’éducation physique et sportive. Elle prépare aux concours de major, de lieutenant et de capitaine de sapeur-pompier[3].

Les enseignants sont majoritairement issus des corps départementaux de sapeurs-pompiers de France. L'école dispose de terrains de manœuvres, de salles didactiques et d'un logiciel de simulation de feux de forêts[3].

Établissement public local Aix-Valabre-MarseilleModifier

L'Établissement public local Aix-Valabre-Marseille (EPL Valabre) regroupe cinq établissements agricoles, dont deux à Valabre : le Lycée d'enseignement général et technologique agricole d'Aix-Valabre (LEGTA Valabre) et le Centre de formation professionnelle et de promotion agricoles d'Aix-Valabre (CFPPA de Valabre)[4]. Ces deux établissements dépendent du Ministère de l'Alimentation, de l'agriculture et de la pêche et assurent des formations aux métiers de l'agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires[5]. Ils sont desservis par une navette avec la gare de Gardanne[6].

Legta ValabreModifier

Le Legta possède des classes de Brevet d'aptitude professionnelle agricole (Bepa), de baccalauréat général (série scientifique et technologique), de Brevet de technicien et de Brevet de techniciens supérieurs (BTS). Il accueille en moyenne 470 lycéens et étudiants, et 110 enseignants. Son internat de 200 places, en chambre double[7], est destiné aux élèves de l'enseignement secondaire[8].

CFPPA ValabreModifier

Le CFPPA assure la formation des apprentis. Il comporte deux filières : Métiers verts et Formation aux métiers de l'animal-Groupement d'intérêt public santé animale (Gipsa). Les apprentis sont, durant leurs périodes de formation théorique, logés à l'internat du Legta[8]. Le CFPPA réalise, par année civile, aux alentours de 236 268 heures.stagiaires (référence année 2006), dont 132 054 heures.stagiaires en formation continue pour adultes et 104 214 heures.stagiaires en formation par apprentissage. Il accueille environ 900 élèves par an et possède deux antennes, à Marseille et Saint-Rémy-de-Provence[9].

Métiers vertsModifier

La filière Métiers verts forme aux diplômes suivants[10] :

  • Formation professionnelle continue pour adultes
    • Production agricole :
      • Brevet professionnel (BP) Responsable d'exploitation agricole (Rea).
      • Brevet professionnel agricole (BPA) Production.
    • Aménagement paysager, entretien de l'espace rural, environnement :
      • Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) Gestion et protection de la nature (GPN), option Gestion des Espaces Naturels (GEN).
      • Spécialisation d'initiative locale (Sil) Technicien de cours d'eau.
      • Brevet professionnel agricole Jardins et espaces verts.
      • Certificat d'aptitude professionnelle agricole (Capa) Travaux paysagers (TP).
      • Certificat d'aptitude professionnelle agricole Entretien de l'espace rural (EER) .
    • Santé des plantes :
      • Brevet de technicien supérieur agricole Technologies végétales, option Protection des cultures.
      • Certificat de Distributeur et applicateur de produits antiparasitaires.
    • Commercialisation :
      • Certificat de qualification professionnelle Vendeur en jardinerie, option animalerie
    • Activités hippiques :
      • Brevet d’études professionnelles agricoles, option Activités hippiques, spécialité Maréchalerie.
    • Sécurité des biens et des personnes :
      • Certificat pratique (CP) Agent cynophile de sécurité (ACS).
  • Formation professionnelle par apprentissage
    • Aménagement paysager, environnement :
      • Certificat d'aptitude professionnelle agricole Travaux paysagers.
      • Brevet professionnel agricole Jardins et espaces verts.
      • Brevet professionnel Travaux paysagers.
      • Brevet de technicien supérieur agricole Aménagement paysager (AP).
    • Santé des plantes :
      • Brevet de technicien supérieur agricole Technologies végétales, option Protection des cultures.
    • Commercialisation :
      • Baccalauréat professionnel Technicien conseil vente en animalerie (TCVA).
      • Baccalauréat professionnel Technicien conseil vente en produits horticoles et de jardinage (TCVPHJ).
      • Licence professionnelle Gestion des risques naturels et environnementaux en milieu rural et périurbain[11].
Métiers animal-GipsaModifier

La filière Métiers animal-Gipsa est créée en 1986[12]. Elle forme des Auxiliaires vétérinaires qualifiés (AVQ), en un an, et des Auxiliaires spécialisés vétérinaires (ASV), en deux ans[13].

Exploitation agricoleModifier

L'EPL possède également une exploitation agricole, qui sert d'outil de démonstration pédagogique. Elle comporte 60 ha de grandes cultures irriguées, 12 ha de vignes (dont 2 ha en Appellation d'origine contrôlée Côtes de Provence), 2 ha de culture d'oliviers, 500 m² de vergers (pommiers), 10 km² d'alpages dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et 2 km² de forêt. Les cultures sont progressivement converties à l'agriculture biologique. L'exploitation gère également la cave du Domaine de Valabre, qui pratique la vente directe des productions[14].

La vigne produit, annuellement, 400 hL en Vin de pays des Bouches du Rhône, rosé et rouge et 60 hL de vin en Appellation d'origine contrôlée (AOC) Côtes de Provence. Le Vin de pays rosé 2009 a obtenu la médaille de bronze au Concours général de Paris, en 2010. Les vins de pays sont un assemblage de Grenache, Cinsault, Syrah, Mourvèdre, Marsellan, Caladoc, Sauvignon blanc et Ugni blanc. Les AOC rouge et rosé un assemblage de Grenache et de Syrah. Le jus de pomme est un mélange de Granny-Smith, Golden et Red One. La cave commercialise également de l'huile d'olive[14].

Pôle forêtModifier

Le site de Valabre accueille l'Entente pour la forêt méditerranéenne, l'association Forestour, l'Observatoire de la forêt méditerranéenne, le Centre Opérationnel de Zone (COZ), et l'Institut pour la Forêt Méditerranéenne[15].

Entente pour la forêt méditerranéenneModifier

L’Entente réunit 29 collectivités de quatorze départements. Depuis la loi de modernisation de la Sécurité civile de 2004, l’établissement public est ouvert aux régions, la collectivité territoriale de Corse étant la première adhérente. C’est un partenaire de l’État pour la protection de la forêt contre l’incendie. Elle intervient dans les domaines de l'information et la prévention, la formation, la recherche et les nouvelles techniques de lutte contre l'incendie[15]. Elle gère une centre d'essais et de recherche[16].

Centre Opérationnel de Zone et l'État Major Interministériel de Zone de défense et de sécurité SudModifier

Le Centre Opérationnel de Zone assure la remontée permanente du renseignement de sécurité nationale, en matière de sécurité civile, sécurité intérieure et de sécurité économique. Il coordonne l'ensemble des moyens de la zone de défense et de sécurité Sud (Moyens aériens, hélicoptère de la sécurité civile, Sapeurs-Pompiers, Unités de forces mobiles, moyens spécialisés...). La mission du COZ Sud est la gestion quotidienne des crises plus ou moins importantes. Il est placé sous le commandement d'un officiers de l'armée de terre, appartenant aux Formations Militaires de la Sécurité Civile (ForMiSC). Des sous-officiers de l'armée de terre (ForMiSC) et quelques personnels civils du MININT occupent les fonctions d'officier de permanence et des militaires du rang exercent les fonctions de gradé de poste de commandement. Le COZ assure une veille opérationnelle 24h/24. C'est l'organe opérationnel du chef d'état-major interministériel de zone de défense et de sécurité (CEMIZ), qui est en principe un officier sapeur-pompier. Le COZ Sud est le centre opérationnel du Préfet de zone, et toutes les informations lui remontent par son intermédiaire. L'été, Météo France y possède un centre de prévisions du risque météorologique[17] dans le cadre de la campagne des feux de forêts. Depuis 2017, le COZ Sud a été transféré à Marseille (13), dans les anciens locaux du Centre Régional d'Information et de Circulation Routière (CRICR). Il n'est plus physiquement à Valabre (13).

PatrimoineModifier

Le site de Valabre abrite un pavillon de chasse du XVIe siècle, le pavillon de chasse du Roi René monument historique inscrit par arrêté du 12 janvier 1931[18]. Il abrite aussi un écomusée de la forêt méditerranéenne[19]. L'ensemble constitue un exceptionnel patrimoine historique et environnemental[20].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier