Vénus de Willendorf

statuette préhistorique découverte en Autriche

Vénus de Willendorf
Image illustrative de l’article Vénus de Willendorf
Type Statuette
Dimensions 11 cm
Matériau calcaire oolithique
Fonction ?
Période Paléolithique supérieur
Culture Gravettien (vers 24 000 / 22 000 avant le présent)
Date de découverte 1908
Lieu de découverte Aggsbach (Willendorf) (Autriche)
Coordonnées 48° 17′ 39″ nord, 15° 24′ 00″ est
Conservation Musée d'histoire naturelle de Vienne (Autriche)
Géolocalisation sur la carte : Autriche
(Voir situation sur carte : Autriche)
localisation

La Vénus de Willendorf est une statuette en calcaire du Paléolithique supérieur, attribuée au Gravettien, découverte en 1908 à Willendorf, en Autriche. Elle est conservée au Musée d'histoire naturelle de Vienne, en Autriche.

DescriptionModifier

La statuette est en calcaire oolithique et mesure 11 cm de hauteur. Elle représente une femme nue debout, présentant une forte obésité, les bras posés sur sa poitrine. La tête, finement gravée, est penchée en avant et semble être entièrement recouverte par des tresses enroulées. La loi de frontalité, c'est-à-dire de symétrie, est respectée.

Des restes de pigments laissent supposer qu'originellement la statuette était peinte en rouge. La perfection de son modelé lui a apporté une renommée mondiale.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Contexte archéologiqueModifier

La statuette a été découverte par Josef Szombathy en collaboration avec Josef Bayer en 1908 sur le site d'une ancienne briqueterie à Willendorf, dans la région de la Wachau, un petit village situé à 24 km de Krems an der Donau, sur le Danube (Basse-Autriche). La stratigraphie reconnue lors des fouilles effectuées sur le site a permis d'attribuer la statuette au Gravettien et de lui attribuer un âge relatif d'environ 25 000 ans avant le présent.

Cette statuette fait partie des Vénus paléolithiques, le plus souvent corpulentes et stéatopyges. Ces traits, que l'on retrouve notamment chez la Vénus de Lespugue (Haute-Garonne), réalisée en ivoire, sont souvent interprétés comme des symboles de fécondité. Une autre figurine, également en ivoire mais dont seule la tête est parvenue jusqu'à nos jours, semble faire exception par sa finesse : il s'agit de la Dame de Brassempouy, découverte dans les Landes.

En 1988, une autre Vénus, datant de 30 000 ans avant le présent, a été trouvée à Galgenberg, juste au-dessus de Krems.

Interprétations et symboliqueModifier

 
Numérisation tridimensionnelle de la Vénus de Willendorf.

Différentes significations ont été proposées, toutes délicates à vérifier scientifiquement[1],[2] :

  • déesse mère ;
  • « orientation matrilinéaire » : gardienne de la maison et du foyer (« gardienne du feu ») ;
  • symbole de la fécondité féminine en rapport avec la grossesse et la maternité, en soulignant les parties génitales féminines ;
  • représentation de « l’idéal féminin paléolithique ».

Aujourd'huiModifier

La Vénus de Willendorf est devenue une icône et sert de logo pour les mouvements de revendication de la rondeur qui se sont développés depuis une trentaine d'années.

Début , le réseau social Facebook doit faire amende honorable pour avoir censuré une photo de la Vénus publié sur son réseau en [3].

PhilatélieModifier

À l'occasion du centenaire de sa découverte, l'Autriche a émis le un timbre-poste hologramme représentant la Vénus de Willendorf de face. Deux cachets Premier jour furent émis ce jour-là : celui de Vienne représente la Vénus de trois-quart gauche, celui de Willendorf la représente de dos.

Le , l'office des Nations unies à Vienne a émis un bloc-feuillet de 6 timbres à 0,55  dans la série « Art autochtone ». L'un des timbres et le cachet Premier jour représentent la Vénus de trois-quart droit.

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier