Urusei Yatsura

manga shōnen de Rumiko Takahashi, publié entre 1978 et 1987 en 34 volumes
(Redirigé depuis Urusei yatsura)
Urusei Yatsura
Image illustrative de l'article Urusei Yatsura
うる星やつら
(Urusei Yatsura)
Type Shōnen
Genres Comédie
Thèmes Démon, extraterrestre
Manga
Auteur Rumiko Takahashi
Éditeur (ja) Shōgakukan
(fr) Glénat
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Sunday
Sortie initiale
Volumes 34

Autre

Urusei Yatsura (うる星やつら?) est un shōnen manga de Rumiko Takahashi. Il est prépublié entre 1978 et 1987 dans le magazine Weekly Shōnen Sunday et compilé en un total de 34 volumes. La version française est publiée par Glénat. Le manga remporte le Prix Shōgakukan en 1981 dans la catégorie shōnen[1].

Une adaptation en anime de 195 épisodes, connu en France sous le titre Lamu, est diffusée du au . Six films d'animation et douze OAV ont également été produit. Une nouvelle adaptation anime par le studio David Production est prévue pour .

SynopsisModifier

Urusei Yatsura est un ensemble de petites histoires plus ou moins loufoques prenant place après l'arrivée sur Terre des Oni, un peuple extraterrestre. Bien plus avancés que les humains, ils décident de mettre le sort de la Terre entre les mains du jeune Ataru Moroboshi, un lycéen malchanceux de naissance, dragueur invétéré mais infructueux et fainéant. Il a dix jours pour attraper et toucher les cornes de la fille du Roi des Oni, Lamu. Réussissant de peu après un quiproquo (Lamu prend une déclaration d'Ataru pour elle alors qu'il s'adresse à sa petite-amie Shinobu), la Terre est sauvée et Lamu décide de vivre sur Terre près de son nouvel amoureux Ataru à son grand malheur.

Explication sur le titreModifier

Le titre est un jeu de mots en japonais.
Urusei est une déformation typiquement orale de urusai, qui signifie bruyant, dans un sens négatif (on peut souvent le traduire en français par ta gueule, silence ! ou ferme-la selon la façon de l’exprimer et le contexte).
Le jeu de mot porte sur l'écriture du sei de urusei avec le kanji signifiant étoile.
Yatsura signifie les gars, les gens.
Le titre pourrait donc être traduit en français par : Les Gens bruyants des étoiles.

UniversModifier

On trouve de tout dans Urusei Yatsura : des extra-terrestres et leur technologies avancées, des monstres et esprits de la mythologie japonaise voire inventés par l'auteur et leurs pouvoirs, des fantômes… Mais aussi des histoires plus simples reposant sur des personnages hauts en couleur. Avec le temps, même les personnages « normaux » deviennent surhumains, sortent des masses en bois, des katanas, des cloches en fonte ou autre comme par magie, mais c'est ce qui fait l'humour des situations de ce manga.

PersonnagesModifier

Éléments autour de la sérieModifier

Urusei Yatsura est la première grande série à succès de Rumiko Takahashi. Il s'agit d'un shōnen écrit par une femme, d'habitude cantonnées aux histoires d'amour romantiques shōjo plutôt qu'aux séries humoristiques, ce qui était rare à l'époque (fin des années 1970)[Information douteuse]. Elle commence Maison Ikkoku en parallèle et n'hésite pas à glisser des clins d'œil dans la série (Ataru lisant ce manga par exemple).

Vers la fin de la série, certaines histoires, situations et personnages semblent être une inspiration de l'intrigue de la prochaine grande série de l'auteur : Ranma ½. Par exemple, une histoire tourne autour d'une source chaude transformant ceux qui s'y baignent. Dans une autre, deux pères veufs ont fiancé leurs enfants à leur insu et bien d'autres... sans oublier le personnage de Ryunnosuke, une fille élevée comme un garçon qui a des soucis d'identité.

MangaModifier

Le manga comprend 366 chapitres, prépubliés dans le magazine japonais Weekly Shonen Sunday, et répartis en 34 volumes pour l'édition originale.

Fiche techniqueModifier

  • Édition japonaise : Shogakukan
    • La série originale en 34 volumes
    • Une réédition en 15 volumes de luxe
    • Une édition de poche (bunko) est sortie en 18 volumes
  • Édition américaine
    • Une traduction de 108 chapitres par Viz Comic, complétée par le projet Project ILM.
  • Édition italienne
    • Une série de 48 volumes Le mensuel Young des éditions Star Comics entre (numéro 34) et
  • Édition française
    • Une série selon la version bunko en 18 volumes chez Glénat.

Liste des volumes françaisModifier

L'édition française en noir et blanc chez Glénat, collection Bunko (Format : 115 mm x 180 mm)

AnimeModifier

Série téléviséeModifier

Série diffusée dans le Club Dorothée en 1988 sur TF1. Par les Studios Pierrot pour Kitty Films
  • Urusei Yatsura (automne 2022)

OAVModifier

FilmsModifier

  • 1983 : Only You
  • 1984 : Un Rêve sans fin (Beautiful Dreamer)
  • 1985 : Remember My Love
  • 1986 : Lum The Forever
  • 1988 : Kanketsuhen (The Final Chapter)
  • 1991 : Itsudatte My Darling (Mon chéri à jamais, Always My Darling)

TéléfilmModifier

  • 1987 : Yume no shi kakenin Inaba-kun tôjô ! (Le rêve d'Inaba, le stagiaire du bureau de la destinée)

Produits dérivésModifier

Jeux vidéoModifier

Par Bandai Electronics.
  • Urusei Yatsura: Lum no Wedding Bell (うる星やつらラムのウェディングベル?) (Famicom, [3])
Développé par Tose et édité par Jaleco, sorti uniquement au Japon, il s'agit de l'adaptation du jeu d'arcade Momoko 120% de Jaleco.
Éditeur et développeur : Micro Cabin. Un jeu d'aventure uniquement sorti au Japon.
Éditeur et développeur Hudson Soft. Un jeu d'aventure uniquement sorti au Japon.
Éditeur et développeur : Game Arts. Un jeu d'aventure uniquement sorti au Japon.

Jeux de sociétéModifier

  • Urusei Yatsura : Koi wa Utsurigi. Publié par Tsukuda Hobby, de 2 à 6 joueurs pour une durée moyenne de 60 minutes.
  • Urusei Yatsura : Scramble! Publié par Tsukuda Hobby, à 2 joueurs pour une durée moyenne de 90 minutes. Cela se joue sur un damier hexagonal.
  • Urusei Yatsura : Tomobiki-cho Kaigui Wars. Publié par Tsukuda Hobby, de 2 à 12 joueurs pour une durée moyenne de 120 minutes.

Notes et référencesModifier

  1. (ja) « Liste des lauréats du prix Shōgakukan », sur Shōgakukan (consulté le )
  2. (en) « Bandai Urusei Yatsura », sur Handheld Games Museum
  3. (ja) « うる星やつらラムのウェディングベル », Famitsu, no 10,‎

AnnexesModifier

DocumentationModifier

Liens externesModifier