Université d'Évry

université française, membre-associé de l'université Paris-Saclay

L'université d'Évry, est une université française créée en 1991, située dans le département de l'Essonne. Elle est l'une des deux universités membres-associées de l'université Paris-Saclay.

Université d'Évry
Histoire et statut
Fondation
Type
Président
Patrick Curmi
Membre de
Université Paris-Saclay (membre-associé), Genopole, Cluster GrandParis Sport, Cluster Drone Paris Région, ASTech, Cap Digital, System@tic, Medicen santé, Finance Innovation
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
11 897 (2020)[1]
Localisation
Campus
Ville
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg

Implantée principalement dans les villes d'Évry-Courcouronnes, de Brétigny-sur-Orge et de Juvisy-sur-Orge, elle dispose d’un total de cinq unités de formation et de recherche (UFR), d'un institut universitaire de technologie (IUT) et d'un institut national supérieur du professorat et de l'éducation (Inspe) de l'académie de Versailles. Située à l'est du pôle technologique de Paris-Saclay, c'est l'une des cinq universités de l'académie de Versailles[n 1].

HistoriqueModifier

Le , l'université d'Évry-Val-d'Essonne est créée par décret publié au Journal officiel[2] dans le cadre des universités nouvelles à partir d'implantations universitaires plus anciennes.

En , l'établissement décide de participer au pôle de recherche et d’enseignement supérieur UniverSud Paris.

En , l'université d'Évry accède aux « compétences élargies »[réf. nécessaire].

Début 2017, les conseils de la COMUE Université Paris-Saclay ont voté en faveur de son statut de membre de plein droit de la communauté d'universités et d'établissements[3].

Le , l'université Paris-Saclay est officiellement créée à la suite de la publication au Journal officiel du décret de création de la nouvelle université le [4]. La communauté d'universités et d'établissements Paris-Saclay et l'université Paris-Sud sont supprimées[5] au profit de l'université Paris-Saclay, à laquelle l'université d'Évry devient membre-associée[6].

Historique des présidentsModifier

  • Patrick Curmi (depuis ).
  • Michel Guillard (-) en tant qu'administrateur provisoire.
  • Philippe Houdy (-)[7].
  • Alain Zozime (2011) en tant qu'administrateur provisoire.
  • Richard Messina (2006-2011).
  • Daniel André (2002-2006).
  • Bernard Chappey (1997-2002).
  • Michel Fayard (1991-1997).

ComposantesModifier

L'université d'Évry est constituée de cinq unités de formation et de recherche (UFR)[8], d'un institut universitaire de technologie (IUT) et d'un institut national supérieur du professorat et de l'éducation (Inspe).

Unités de formation et de rechercheModifier

  • UFR droit et sciences politiques.
  • UFR sciences de l'homme et de la société : économie, gestion, administration économique et sociale (AES), histoire et sociologie.
  • UFR langues, arts et musique : arts, musique et langues étrangères appliquées.
  • UFR sciences fondamentales et appliquées : biologie, chimie, informatique, mathématiques, physique et sciences et techniques des activités physiques et sportives.
  • UFR sciences et technologies : aéronautique, automobile, électronique, informatique industrielle, mécanique et génie, mécanique, productique, robotique et design industriel.

Institut universitaire de technologieModifier

  • Techniques de commercialisation (TC) : IUT d'Évry et IUT de Juvisy-sur-Orge.
  • Génie thermique et énergie (GTE) : IUT de Brétigny-sur-Orge.
  • Gestion des entreprises et des administrations (GEA) : IUT de Brétigny-sur-Orge
  • Génie mécanique et productique (GMP) : IUT d'Évry.
  • Gestion logistique et transport (GLT) : IUT d'Évry.
  • Génie électrique et informatique industrielle (GEII) : IUT d'Évry.
  • Sciences et génie des matériaux (SGM) : IUT d'Évry.
  • Qualité, logistique industrielle et organisation (QLIO) : IUT d'Évry.

ImplantationsModifier

Bâtiments à Évry-CourcouronnesModifier

Les plupart des sites de l'université sont regroupées au sein d'un campus dans le centre-ville d'Évry-Courcouronnes :

  • bâtiment premiers cycles : 1, rue Pierre-Bérégovoy ;
  • bibliothèque universitaire : 2, rue André-Lalande ;
  • bâtiment Maupertuis : 3, rue du Père-Jarlan ;
  • bâtiment Île-de-France : 23, boulevard François-Mitterrand ;
  • bâtiment Facteur-Cheval : 2, rue du Facteur-Cheval ;
  • institut de biologie génétique et bio-informatique : 23, boulevard de France ;
  • IUT site Roméro : cours Monseigneur-Roméro ;
  • bâtiment Pelvoux : 36-40 rue Pelvoux ;
  • espace Prep'Avenir : 4 cours Blaise-Pascal.
  • espace pédagogique (l'émulateur) : 31, cours Blaise-Pascal[9].

Bâtiments dans les villes alentourModifier

L'université comporte également deux sites hors Évry-Courcouronnes :

  • IUT site Juvisy : chemin de la Tuilerie, à Brétigny-sur-Orge ;
  • IUT site Brétigny : 6A, rue Piver, Parc de la Mairie, à Juvisy-sur-Orge.

Fonds documentaireModifier

La bibliothèque universitaire dispose de plus de 135 000 documents : livres, revues, thèses, documents audiovisuels et sonores, cartes de géographie, partitions. Les salles de lecture offrent 750 places assises réparties sur les quatre niveaux de la bibliothèque :

  • rez-de-chaussée : point presse, beaux-arts et arts du spectacle, salon Mots'Art, salle de formation, salle de soutenance des thèses ;
  • 1er étage : droit et sciences politiques, espace audiovisuel, service des thèses, service de prêts entre bibliothèques ;
  • 2e étage : sciences humaines et sociales : histoire, géographie, sociologie, littérature, langues, philosophie, cartothèque, salles de travail en groupe ;
  • 3e étage : sciences et techniques, sports.

RechercheModifier

L'université d'Évry comporte 17 laboratoires spécialisés notamment dans les domaines de la recherche de pointe en sciences exactes comme la génomique et la post-génomique, les mathématiques appliquées, l'informatique, les sciences et technologies de l'information et de la communication (STIC) ainsi que les sciences et technologies pour l'espace, la robotique ou les véhicules autonomes, aériens et terrestres[10] :

  • sciences humaines et sociales :
    • institutions et dynamiques historiques de l’économie & de la société (idhe.s - évry) ;
    • centre Pierre-Naville (CPN) ;
    • synergies langues, arts, musique (SLAM) ;
    • centre de recherche Léon-Duguit (CRLD) ;
    • laboratoire en innovation, technologies, économie & management (LITEM) ;
    • centre d'études des politiques économiques (EPEE) ;
  • sciences du vivant :
    • laboratoire de biologie de l'exercice pour la performance et la santé (LBEPS) ;
    • structure activité des biomolécules normales et pathologiques (SABNP) ;
    • laboratoire analyse et modélisation pour la biologie et l'environnement (LAMBE) ;
    • laboratoire des plantes de Paris-Saclay (IPS2) ;
    • institut des cellules souches pour le traitement et l'étude des maladies monogéniques (I-Stem) ;
    • approches génétiques intégrées et nouvelles thérapies pour les maladies rares (Integrare) ;
    • laboratoire de recherche européen pour la polyarthrite rhumatoïde (Genhotel) ;
    • génomique métabolique (GM) ;
  • sciences exactes :
    • informatique, biologie intégrative et systèmes complexes (IBISC) ;
    • laboratoire de mécanique et d'énergétique d'Évry (LMEE) ;
    • laboratoire de mathématiques et de modélisation d'Évry (LAMME).

Relations internationalesModifier

L'université a tissé des liens avec de nombreux établissements d’enseignement supérieur[Lesquels ?] à travers le monde. Ces accords concernent aussi bien des échanges d’étudiants que de professeurs ou de chercheurs[réf. nécessaire].

L'université d'Évry est membre des programmes d'échanges : Erasmus+(Europe), MICEFA (États-Unis), BCI (Québec), conventions bilatérales.

Vie étudianteModifier

Évolution démographiqueModifier

1993 1995 1998 1999 2000 2001 2002 2003
4 191[11]6 081[11]8 065[11]8 626[11]9 117[12]9 267[11],[13]9 730[11],[14]10 111[11],[15]
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
10 224[16]10 153[17]9 935[18]9 433[19]8 484[20]9 287[21]9 534[22]9 685[23]

Personnalités liéesModifier

Enseignants et anciens enseignantsModifier

Anciens étudiantsModifier

  • Fakear, auteur-compositeur et musicien français de musique électronique. [24]

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Les chiffres clés de l'Université d'Évry », sur le site de l'université (consulté le ).
  2. [1], Décret portant sur la création de l'université d'Évry-Val-d'Essonne , 22 juillet 1991
  3. Les associés
  4. L'Usine Nouvelle, « L'Université Paris-Saclay devrait être la première d'Europe, les ambitions de Sylvie Retailleau - L'Usine Campus », usinenouvelle.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Université Paris-Sud, « Publication du décret de création de l'établissement Université Paris-Saclay », sur Actualités à Paris-Sud (consulté le )
  6. Décret n° 2019-1131 du 5 novembre 2019 portant création de l'université Paris-Saclay et approbation de ses statuts, (lire en ligne)
  7. « Le président de l'université d'Évry jette l'éponge », Le Parisien,‎
  8. [2], Statut de université d'Évry-Val-d'Essonne, 2010
  9. « L'Émulateur », sur univ-evry.fr (consulté le ).
  10. « Les Campus des métiers et des qualifications d'Île-de-France », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le )
  11. a b c d e f et g Comité national d'évaluation, [3], rapport d'évaluation, mars 2006, Paris
  12. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  21. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  22. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  23. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  24. « Fakear, nommé aux Victoires de la musique 2018 », sur Site UEVE Production (consulté le ).

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :