Union nationale de Grèce

parti politique antisémite grec du vingtième siècle

Union nationale de Grèce
Εθνική Ένωσις Ελλάδος
Image illustrative de l’article Union nationale de Grèce
Logotype officiel.
Présentation
Chef Geórgios Kosmídis
Fondation 1927
Disparition 1944
Positionnement Extrême droite
Idéologie Nazisme - Nationalisme grec
Fascisme - Antisémitisme
Anticommunisme
Collaboration

L'Union nationale de Grèce, en grec moderne : Εθνική Ένωσις Ελλάς / Ethnikí Énosis Ellás, ou Union nationaliste grecque (Ένωσις Ελλήνων Εθνικιστών / Énosis Ellínon Ethnikistón, plus connu sous les initiales EEE, mais également l’appellation Trois Epsilon (Τρία Έψιλον), est un parti nationaliste antisémite, fondé à Thessalonique, en Grèce, en 1927, dont la devise est « Les Grecs exterminent les Juifs »[note 1]. Il s'agit de l'une des plus importantes organisations antisémites et proto-fascistes/fascistes de Grèce et la plus importante dans le nord de la Grèce pendant l'entre-deux-guerres.

Il est dissout par le régime du 4-Août et rétabli, en 1941, lors de l'occupation de Thessalonique par les troupes allemandes. Pendant l'occupation, plusieurs de ses membres ont fait partie des bataillons de sécurité.

Après l'assassinat de son membre principal, Vasíli Skandáli, en 1944, par l'Organisation pour la protection des combattants du peuple (el), l'EEE est considérablement affaiblie. Dans le même temps, certains de ses membres partent avec les forces d'occupation pour défendre les derniers vestiges du Troisième Reich.

RéférencesModifier

  1. « Έλληνες Εξοντώστε Εβραίους[1] ».

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (el) Strátos Dordanás, Έλληνες εναντίον Ελλήνων: Ο κόσμος των Ταγμάτων Ασφαλείας στην κατοχική Θεσσαλονίκη [« Grecs contre Grecs : le monde des bataillons de sécurité dans la Thessalonique occupée »], Athènes, Epíkentro,‎ (ISBN 960-6647-31-5).

Article connexeModifier