Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir USS Suwanee.

USS Suwannee
Image illustrative de l’article USS Suwannee (CVE-27)
Le Suwannee jette l'ancre dans le port de Kwajalein, dans les îles Marshall, avec des chasseurs F6F Hellcat, des bombardiers en piqué SBD Dauntless et des bombardiers-torpilleurs TBM Avenger à son bord (.
Autres noms SS Markay
Type Pétrolier T3
Porte-avions d'escorte
Classe Sangamon
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Chantier naval Construction :
Federal Shipbuilding and Drydock Company
Conversion :
Norfolk Naval Shipyard
Quille posée
Lancement
Armé
Commission 1939
Statut Désarmé le
Démoli en juin 1962
Équipage
Commandant Joseph R. Lannom
Joseph J. Clark
Frederick W. Mcmahon
William D. Johnson
Delbert S. Cornwell
Charles C. Mcdonald
Équipage 1 080 hommes en 1945
Caractéristiques techniques
Longueur 169 m
Maître-bau 34,82 m
Tirant d'eau 9,86 m
Déplacement 11 400 t
Port en lourd 24 275 t
Propulsion 2 × arbres
2 × turbines General Electric
4 × chaudières Babcock & Wilcox
Puissance 13 500 ch
Vitesse 18 nœuds (33 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 2 × canons de 5 pouces
4 × 2 canons de 40 mm
12 × canons de 20 mm
Rayon d'action 23 900 milles marins (44 300 km) à 15 nœuds (28 km/h)
Aéronefs 30 avions (2 × ascenseurs)
Carrière
Indicatif AO-33
AVG-27
ACV-27
CVE-27
CVHE-27

L'USS Suwannee (AO-33 / AVG/ACV/CVE/CVHE-27) est un porte-avions d'escorte de classe Sangamon construit pour l'United States Navy durant la Seconde Guerre mondiale. Entré en service en tant que pétrolier sous le nom de SS Markay en 1939, il est reconverti en porte-avions en 1942 et sert en Atlantique puis dans le Pacifique, avant d'être mis en réserve à la fin de la guerre. Il est vendu pour démolition en 1959.

ConceptionModifier

Article détaillé : Classe Sangamon.

La construction du pétrolier de type T-3 Markay commence au chantier Federal Shipbuilding and Drydock Company le , sous contrat de la Commission maritime. Parrainé par Mme Marguerite Vickery, le navire est lancé le et livré à la Keystone Tankship Corporation qui l'exploite au sein de l'Atlantic Fleet jusqu'à son acquisition par la marine américaine le . Renommé Suwannee, il est commissionné sous les ordres du commandant Joseph R. Lannom le 16 juillet sous le numéro de fanion AO-33. Début 1942 décision est prise de le convertir, lui et ses sister-ships[1], en porte-avions d'escorte : les modifications sont effectuées au Norfolk Naval Shipyard durant le printemps. Le 20 août, il est rebaptisée ACV-27, en tant que transporteur auxiliaire, et le , mis en service sous les ordres du capitaine Joseph J. Clark.

Les unités de la classe Sangamon possèdent ainsi une meilleure résistance et une meilleure autonomie que les porte-avions conçus à partir de cargos par exemple, grâce à un meilleur arrangement des compartiments étanches dû à leur fonctionnalité première : transporter des liquides inflammables. Ils possèdent aussi un pont d'envol plus grand, ce qui leur permet de transporter de plus gros avions. Cette conception sera reprise ensuite pour les unités de la classe Commencement Bay, lancées à la fin de la guerre[2].

HistoriqueModifier

Dès le mois d'octobre, il rejoint la côte ouest de l'Afrique en transportant troupes et avions pour les préparatifs de l'opération Torch. Il se positionne au large de Safi, participant au débarquement américain au Maroc en novembre[3]. Ses avions mènent de nombreuses missions de bombardement et des patrouilles aériennes[4], effectuant 255 sorties entre le 8 et le 11 novembre avec la perte de trois d'entre eux au combat[3]. Le 11 ou le 13 novembre, un de ses aéronefs localise et coule le sous-marin français Sidi-Ferruch au large de Casablanca.

Le navire retourne à Norfolk où il est redéployé pour le Pacifique. Le Suwannee atteint la Nouvelle-Calédonie le et participe à la bataille de l'île de Rennell à la fin du mois de janvier. Au cours des sept premiers mois de 1943, le navire assure l'escorte des transports et navires de ravitaillement à destination de Guadalcanal et des îles Salomon. En novembre de la même année, il participe à l'invasion des îles Gilbert. Ses avions jouent un rôle majeur pendant la bataille de Tarawa[4].

Après un bref retour à San Diego en janvier 1944, le navire reprend le combat aux îles Marshall. Le , le Suwannee entame un virage à tribord pour mener des opérations aériennes ; au même moment, à environ 1 700 mètres de là, son sister-ship Sangamon reprend son zigzagage et entreprend un virage à 40 degrés vers bâbord après avoir ravitaillé deux destroyers. Conscient d'une erreur de trajectoire, les deux navires tentent une manœuvre qui se révèle trop tardive et ralentissent au maximum. Ils entrent légèrement en collision par la proue à basse vitesse, ne causant que des dégâts superficiels.

 
Légère collision entre l'USS Suwannee et l'USS Sangamon le .

Après cet événement, il est utilisé pour les opérations contre Roi-Namur et Kwajalein. En avril, il soutient les débarquements à Hollandia et en juin/juillet, prend part aux invasions de Saipan et de Guam. Le 19 juin, ses aéronefs coulent le sous-marin japonais I-184.

En septembre, il appuie le débarquement à Morotai. À la mi-octobre, le Suwannee est déployé dans le golfe de Leyte dans le cadre d'une importante force d'appui pour l'invasion des Philippines par les américains. Il assure alors la couverture aérienne de la force d’assaut, tout en attaquant les bases aériennes japonaises dans les Visayas jusqu’au 25 octobre.

Le 25, le Suwannee fait partie d’une force opérationnelle — nommée Taffy 1 — composée de 15 porte-avions d'escorte et de 22 destroyers et destroyers d'escorte qui font route en mer des Philippines après le déploiement de la majorité de la flotte américaine ayant localisée deux forces navales japonaises. Cela donnera lieu à la célèbre bataille du golfe de Leyte. À 07 h 40 du matin, la force est attaqué par le Corps spécial d'attaque japonais, plus connu sous le nom de kamikaze, engagé pour la première fois à grande échelle pendant la guerre. Les artilleurs du Suwannee abattent rapidement deux d'entre eux, avant qu'un troisième ne s'encastre sur le pont, à environ 40 pieds de l’ascenseur arrière, provoquant un trou de 10 pieds dans le pont d'envol. La bombe de l'avion explose quant à elle entre l'avion et le hangar, provoquant un trou de 25 pieds dans la zone de stockage des avions, tuant plusieurs hommes. L'appareil de direction du navire est également temporairement hors service. Malgré les dégâts, les réparations d'urgence sont effectuées assez rapidement pour que les opérations aériennes reprennent moins de deux heures plus tard[3].

 
L'USS Suwannee est touché par un second kamikaze pendant la bataille du golfe de Leyte le .

Le lendemain, peu après midi, le bâtiment est frappé par un deuxième avion japonais. L'appareil, un Yokosuka D4Y appartenant à l'as japonais Hiroyoshi Nishizawa, est armé d'une bombe de 250 kg et piloté par Tomisaku Katsumata, un pilote de 1re classe de l'aéronavale japonaise du 761e Kōkūtai. Pilote moins expérimenté, il plonge néanmoins sur le porte-avions au large de Surigao. Katsumata s'écrase sur le pont d'envol du Suwanee et percute un bombardier-torpilleur qui vient d'apponter. Les deux appareils s'embrasent sous le choc, comme le font neuf autres avions sur le pont d'envol du navire. Bien qu'il ne coule pas, il brûle pendant plusieurs heures, tuant 85 hommes d'équipage et en blessant 102, tandis que 58 sont portés disparus. Cette deuxième attaque le met définitivement hors de combat, atteignant malgré tout le chantier naval de Puget Sound (Bremerton) le 26 novembre afin d'y être réparé[3].

Ses réparations s’achèvent en un peu plus de deux mois, le . Retournant au combat, il atteint la zone de guerre au large des côtes d’Okinawa le 1er avril pour l’invasion de l'île. Après avoir fourni un appui aérien rapproché à l’invasion initiale, ses avions attaquent les bases kamikazes de Sakishima Gunto. En juin, il soutient les débarquements de Balikpapan, à Bornéo, lors de son dernier déploiement[3].

Les hostilités prenant fin en août 1945 avec la capitulation japonaise, le navire est renvoyé aux États-Unis où il est placé dans la flotte de réserve le mois suivant. Amarré au chantier naval de Boston, il y est désarmé le . Après douze ans d'inactivité, il est désigné porte-hélicoptères d'escorte sous le numéro CVHE-27 le , avant d'être radié du Naval Vessel Register le . Sa coque est vendue à deux reprises avant d'être finalement mise au rebut à Bilbao, en Espagne, en juin 1962[5].

DécorationsModifier

Le Suwannee a reçu treize battles stars pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.

Notes et référencesModifier

  1. Gardiner et Chesneau 1980, p. 109.
  2. Moulin 2009, p. 90
  3. a b c d et e « CVE-27 U.S.S. Suwannee », sur www.historycentral.com (consulté le 14 juin 2019)
  4. a et b « USS SUWANNEE (CVE-27) Deployments & History », sur www.hullnumber.com (consulté le 14 juin 2019)
  5. « USS Suwannee (CVE 27) of the US Navy - American Escort carrier of the Sangamon class - Allied Warships of WWII - uboat.net », sur uboat.net (consulté le 14 juin 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier