USS Iowa (BB-61)

navire de guerre

USS Iowa (BB-61)
Image illustrative de l’article USS Iowa (BB-61)
L'USS Iowa (BB-61) tirant des obus le 15 août 1984 au cours d'une démonstration de puissance de feu après sa modernisation

Surnom The Big Stick
Type Cuirassé
Classe Iowa
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commanditaire Ilo Wallace
Chantier naval New York Navy Yard
Commandé
Quille posée
Lancement
Armé
Commission
Statut Exposé au port de Los Angeles
Équipage
Équipage 151 officiers et 2637 engagés
Caractéristiques techniques
Longueur 270,43 m
Maître-bau 32,97 m
Tirant d'eau 11,33 m
Déplacement 45 000 tonnes
Vitesse 33 nœuds (61 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture : 307,3 mm
Cloisons : 287 mm
Barbette : 294,6 à 439,4 mm
Tourelles : 500 mm
Ponts : 190,5 mm
Armement 1943 :
9 canons Mark 7 (406 mm)
20 canons Mark 12 (127 mm)
80 canons antiaériens (40 mm)
49 canons antiaériens (20 mm)
1984 :
9 canons Mark 7 (406 mm)
12 canons Mark 12 (127 mm)
32 missiles de croisière BGM-109 Tomahawk
16 missiles RGM-84 Harpoon Anti-Ship
4 Phalanx CIWS (20 mm)
Rayon d'action 15 000 milles marins (27 780 km) à 15 nœuds (28 km/h)
5 300 milles marins (9 820 km) à 29 nœuds (54 km/h)
Aéronefs Hydravions à flotteurs, hélicoptères, drones
Carrière
Indicatif USS Iowa COA 2.png

L'USS Iowa (BB-61) est le bâtiment tête de série de sa classe de cuirassés et le quatrième dans l'United States Navy à être nommé en l'honneur du 29e État. En raison de l'annulation de la construction des cuirassés de la classe Montana, l'Iowa est le dernier bâtiment tête de série d'une classe de cuirassés des États-Unis. Il est par ailleurs le seul bâtiment de sa classe à avoir servi dans l'océan Atlantique au cours de la Seconde Guerre mondiale. L'USS Iowa est actuellement mouillé au port de Los Angeles en tant que navire musée.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, en 1943, il transporte le président Franklin Delano Roosevelt à travers l'Atlantique vers Mers el-Kébir en Algérie, qui est une étape sur l’itinéraire qui doit le conduire à la Conférence de Téhéran, rencontre cruciale avec le Premier ministre britannique Winston Churchill et le chef de l'état soviétique Joseph Staline. En raison du handicap du président, ont été installés pour la circonstance à bord du cuirassé une baignoire spécialement adaptée et un ascenseur destiné à lui faciliter la circulation entre les ponts. Affecté à la flotte du Pacifique en 1944, l’Iowa bombarde des têtes de pont à Kwajalein et Eniwetok avant les débarquements alliés et les opérations des Task Forces de porte-avions dans les îles Marshall. Il sert également comme bâtiment-amiral de la troisième flotte, et arbore la marque de l'amiral William F. Halsey dans la baie de Tokyo où sont signés les actes de capitulation du Japon. Pendant la guerre de Corée, l'Iowa est impliqué dans les tirs contre terre sur la côte nord-coréenne ; après quoi il est placé dans la Flotte de réserve de l'US Navy, souvent désignée comme la « Mothball Fleet ». Il est réactivé en 1984 dans le cadre du plan marine de 600 navires et utilisé successivement dans la flotte du Pacifique et dans celle de l'Atlantique pour contrer la marine soviétique, en phase récente d'expansion. En , une explosion d'origine indéterminée, détruit la tourelle no 2 tuant 47 marins.

L’Iowa est retiré du service pour la dernière fois en 1990 et initialement rayé du Naval Vessel Register en 1995. Il y est réintégré de 1999 à 2006 pour se conformer aux lois fédérales qui demandent la conservation et le maintien en disponibilité de deux bâtiments de la classe IOWA. En 2011, l'Iowa est donné au Pacific Battleship Center basé à Los Angeles. Depuis l'été 2012, il est ammarré de façon permanente au quai 87 du port de Los Angeles où il est ouvert au public comme musée et comme mémorial des bâtiments de guerre de la classe Iowa.

ConstructionModifier

L'Iowa est le navire de tête de sa classe de modèles de « cuirassés rapides » élaborée en 1938 par la Preliminary Design Branch au Bureau of Construction and Repair.

Il est lancé le en présence de la première dame Eleanor Roosevelt et est baptisé par Ilo Wallace née en Iowa (épouse du vice-président Henry Wallace), et mis en service le avec le capitaine John L. McCrea aux commandes. Il est le premier navire de sa classe à être commandé par les États-Unis.

L'armement principal de l'USS Iowa consista en 9 canons Mark 7 d'un calibre de 406 mm, pouvant tirer un obus de 1,200 kg anti-blindage jusqu'à 37 km de distance.

Son armement secondaire consistait en 20 canons doubles de 127 mm, qui pouvaient tirer sur des cibles pouvant être à 22 km de distance.

Avec l'apparition de la puissance aérienne et le besoin de gagner en maintenant une supériorité aérienne vinrent le besoin grandissant de protéger la flotte de porte-avions alliés. À cette fin, l'Iowa fut équipé d'un groupement de canons anti-aérien d'Oerlikon de 20 mm et de Bofors de 40 mm afin de protéger les porte-avions alliés des attaques aériennes ennemies.

Histoire opérationnelleModifier

Seconde Guerre mondiale (1943-1945)Modifier

Essais en mer et service dans la flotte de l'AtlantiqueModifier

Le 24 février 1943, l'Iowa prend la mer pour un essai dans la baie de Chesapeake et le long de la côte atlantique. Il en route le 27 août pour Argentia en Terre-Neuve, pour contrer la menace du cuirassé allemand Tirpitz qui opérait apparemment dans les eaux norvégiennes, avant de retourner aux États-Unis le 25 octobre pour deux semaines de maintenance au Norfolk Navy Yard. ]

En novembre 1943, l'Iowa transporte le président Roosevelt, le secrétaire d'État Cordell Hull, le chef d'état-major, l'amiral William D. Leahy, le chef d'état-major de l'armée, le général George C. Marshall, le chef des opérations navales Ernest King, le général commandant de l'US Army Air Forces Henry "Hap" Arnold, Harry Hopkins et d'autres chefs militaires à Mers El Kébir, en Algérie, lors de la première étape du voyage vers la Conférence de Téhéran. Parmi les navires escortant l'Iowa lors de ce voyage se trouvait le destroyer USS William D. Porter qui a été impliqué dans plusieurs accidents, dont le plus grave impliquait un exercice qui a mal tourné lorsqu'une torpille du William D. Porter s'est déchargée de son tube et s'est dirigée vers l'Iowa. Lorsqu'il a été averti, l'Iowa a fait demi-tour pour éviter d'être touché par la torpille qui a explosé dans le sillage du navire. L'Iowa n'a pas été endommagé et a braqué ses principaux canons sur le William D. Porter, craignant que le plus petit navire n'ait été impliqué dans une sorte de complot terroriste.

Service dans le pacifique avec la 7ème flotteModifier

En tant que navire amiral de la Battleship Division 7 (BatDiv 7), l'Iowa a quitté les États-Unis le 2 janvier 1944 pour l'océan Pacifique, transitant par le canal de Panama le 7 janvier avant ses débuts au combat dans la campagne des îles Marshall. Du 29 janvier au 3 février, Il a soutenu des frappes aériennes de porte-avions faites par le Groupe opérationnel 58.3 du contre-amiral Frederick C. Sherman (TG 58.3) contre les atolls de Kwajalein et d'Eniwetok. Sa mission suivante était de soutenir les frappes aériennes contre la principale base navale et logistique japonaise de Truk, dans les îles Caroline. L'Iowa, en compagnie d'autres navires, a été détaché du groupe de soutien le 16 février 1944 pour mener un balayage anti-navigation autour de Truk, dans le but de détruire les navires de guerre ennemis s'échappant vers le nord. Au cours de cette action, l'Iowa, avec son sister-ship l'USS New Jersey, a coulé le croiseur léger japonais Katori, le croiseur s'étant échappé de Truk la veille de l'opération Hailstone, l'attaque aérienne américaine contre Truk.

Le 21 février 1944, il était en route avec la Fast Carrier Task Force (alternativement désignée TF 38 avec la 3e Flotte et TF 58 avec la 5e Flotte) pendant qu'elle menait les premières frappes contre Saipan, Tinian, Rota et Guam dans les îles Mariannes. Le 18 mars 1944, l'Iowa, battant pavillon du vice-amiral Willis A. Lee (commandant des cuirassés du Pacifique), participe au bombardement de l'atoll de Mili dans les îles Marshall. Bien que frappé par deux projectiles japonais de 4,7 pouces (120 mm), l'Iowa a subi des dommages négligeables. Il a ensuite rejoint la TF 58 le 30 mars et a soutenu les frappes aériennes contre les îles Palau et Woleai des Carolines pendant plusieurs jours.

Du 22 au 28 avril 1944, l'Iowa a soutenu des raids aériens sur Hollandia (maintenant connu sous le nom de Jayapura), Aitape et Wake Islands pour soutenir les forces armées sur Aitape et à Tanahmerah et Humboldt Bays en Nouvelle-Guinée. Il a ensuite rejoint la deuxième frappe de la Force opérationnelle sur Truk, les 29 et 30 avril, et a bombardé les installations japonaises sur Ponape dans les Carolines le 1er mai.

Dans les phases d'ouverture de la campagne des îles Mariannes et Palau, l'Iowa a protégé les porte-avions américains lors des frappes aériennes sur les îles de Saipan, Tinian, Guam, Rota et Pagan Island le 12 juin. L'Iowa a ensuite été détaché pour bombarder les installations ennemies sur Saipan et Tinian les 13 et 14 juin, ce qui a entraîné la destruction d'un dépôt de munitions japonais. Le 19 juin, lors d'un engagement connu sous le nom de bataille de la mer des Philippines, l'Iowa, dans le cadre de la ligne de bataille de la TF 58, a aidé à repousser quatre raids aériens massifs lancés par la flotte moyenne japonaise. Cela a entraîné la destruction presque complète des forces aériennes japonaises basées sur des porte-avions, l'Iowa réclamant la destruction de trois avions ennemis. L'Iowa s'est ensuite joint à la poursuite de la flotte ennemie en fuite, abattant un avion lance-torpilles et aidant à en détruire un autre.

Tout au long du mois de juillet, l'Iowa est resté au large des Mariannes, soutenant les frappes aériennes sur le Palau et les débarquements sur Guam. Après un mois de repos, l'Iowa a quitté Eniwetok dans le cadre de la troisième flotte et a aidé à soutenir les débarquements sur Peleliu le 17 septembre. Elle a ensuite protégé les porte-avions lors de frappes aériennes contre les Philippines centrales pour neutraliser la puissance aérienne ennemie en vue de l'invasion tant attendue des Philippines. Le 10 octobre, l'Iowa arrive au large d'Okinawa pour une série de frappes aériennes sur les îles Ryukyu et Formosa. Elle a soutenu alors des frappes aériennes contre Luzon le 18 octobre et a continué ce devoir pendant l'atterrissage du général Douglas MacArthur sur Leyte le 20 octobre.

Dans une ultime tentative d'arrêter la campagne des États-Unis pour reprendre les Philippines, la marine impériale japonaise a riposté avec Shō-Gō 1, une attaque en trois volets visant à détruire les forces amphibies américaines dans le golfe de Leyte. Le plan prévoyait que le vice-amiral Jisaburō Ozawa utilise les porte-avions japonais survivants comme appât pour éloigner les porte-avions américains de la TF 38 des têtes de pont philippines, permettant aux amiraux impériaux japonais Takeo Kurita, Kiyohide Shima et Shōji Nishimura de diriger les forces opérationnelles de surface à travers le détroit de San Bernardino et le détroit de Surigao, où ils se retrouveraient et attaqueraient les têtes de pont américaines. L'Iowa a accompagné la TF 38 lors d'attaques contre la force centrale japonaise sous le commandement de l'amiral Kurita alors qu'elle traversait la mer de Sibuyan en direction du détroit de San Bernardino. Les résultats rapportés de ces attaques et la retraite apparente de la Force centrale japonaise ont conduit l'amiral William « Bull » Halsey à croire que cette force avait été réduite en tant que groupe de combat efficace ; en conséquence, Iowa, avec TF 38, a poursuivi la Force japonaise au Nord du Cap Engaño, Luzon. Le 25 octobre 1944, alors que les navires de la Force du Nord étaient presque à portée des canons de l'Iowa, le mot est arrivé que la Force centrale japonaise attaquait un groupe de porte-avions d'escorte américains au large de Samar. Cette menace contre les têtes de pont américaines força la TF 38 à inverser sa trajectoire et à naviguer pour soutenir la flotte de porte-avions d'escorte vulnérable, mais la résistance féroce de la 7e flotte lors de la bataille de Samar avait déjà poussé les Japonais à se retirer et l'Iowa s'est vu refuser une action de surface. Après la bataille du golfe de Leyte, l'Iowa est resté dans les eaux au large des transporteurs des Philippines pendant les frappes contre Luzon et Formosa. Il a navigué pour la côte ouest fin décembre 1944.

Le 18 décembre, les navires de la TF 38 se sont retrouvés de manière inattendue dans un combat pour leur vie lorsque le typhon Cobra s'est déchainé — 7 porte-avions, 6 porte-avions légers, 8 cuirassés, 15 croiseurs et environ 50 destroyers sont pris dans la tourmente lors de leur tentative de ravitaillement en mer. À l'époque, les navires opéraient à environ 300 mi (480 km) à l'est de Luzon dans la mer des Philippines. Les porte-avions venaient de terminer trois jours de raids intensifs contre les aérodromes japonais, supprimant les avions ennemis lors des opérations amphibies américaines contre Mindoro aux Philippines. Le groupe a rencontré le capitaine Jasper T. Acuff et son groupe de ravitaillement le 17 décembre avec l'intention de ravitailler tous les navires du groupe et de remplacer les avions perdus.

Bien que la mer soit devenue plus agitée toute la journée, la perturbation cyclonique à proximité a donné relativement peu d'avertissement de son approche. Le 18 décembre, le petit mais violent typhon a rattrapé le groupe alors que de nombreux navires tentaient de se ravitailler. De nombreux navires ont été pris près du centre de la tempête et secoués par des vagues extrêmes et des vents d'ouragan. Trois destroyers, Hull, Monaghan et Spence, ont chaviré et coulé, tandis qu'un croiseur, cinq porte-avions et trois destroyers ont subi de graves dommages. Environ 790 officiers et hommes ont été perdus ou tués, et 80 autres ont été blessés. Des incendies se sont produits dans trois porte-avions lorsque des avions se sont détachés dans leurs hangars, et quelque 146 avions sur divers navires ont été emportés par-dessus bord ou endommagés au-delà d'une possible réparation par des incendies ou des impacts. L'Iowa n'a signalé aucun marin blessé à la suite du typhon, mais a subi la perte d'un de ses hydravions et des dommages à l'un de ses arbres. L'arbre endommagé a obligé l'Iowa à retourner aux États-Unis, et il est arrivé à San Francisco le 15 janvier 1945 pour des réparations. Au cours de la révision, l'Iowa a fermé sa zone de pont et a été équipée de nouveaux radars de recherche et de systèmes de conduite de tir.

Après la Seconde Guerre mondiale (1945-1949)Modifier

L'Iowa arriva à Seattle, (État de Washington), le , puis navigua vers Long Beach, (Californie), où il participe à des opérations de formation jusqu'à son retour au Japon en 1946 pour servir de navire amiral à la cinquième flotte.

Il est revenu aux États-Unis le et a repris son rôle en tant que navire d'entrainement. Au cours de sa routine habituelle de manœuvres et d'exercices, il a également embarqué des éléments de la Réserve navale et des aspirants pour leur formation.

En octobre, l'Iowa connut une période de remise en état et de modernisation, qui a abouti à l'ajout du radar SK-2 et à la perte des points d'emport des canons de calibre 20 mm et 40 mm.

En juillet, après les expériences atomiques à Bikini, le vieux cuirassé Nevada fut sélectionné comme cible pour un tir à balles réelles devant être mené par l'Iowa et d'autres actifs maritimes et aériens de la Navy. L'exercice commence avec des tirs provenant de contre-torpilleur, croiseur lourd et de l'Iowa, mais cela ne suffit pas à détruire le navire. Aussi le Nevada fut détruit par une torpille aérienne le touchant en plein milieu de la coque, coulant ainsi à 105 km de Pearl Harbor le .

En septembre, comme convenu sur la réduction des forces armées d'après guerre concernant la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'Iowa sera désengagé à San Francisco et officiellement désarmé dans les flottes de réserve de la marine américaine,le .

Guerre de Corée (1951-1952)Modifier

Après la guerre de Corée (1953-1957)Modifier

RéactivationModifier

Flotte de réserve et navire-muséeModifier

RécompensesModifier

Il a reçu neuf battle stars pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale et la Guerre de Corée.

Le cuirassé a également été décoré de l'American Campaign Medal, de la World War II Victory Medal, de la United Nations Korea Medal, de la Korean Service Medal, de la National Defense Service Medal, de la Navy Occupation Service Medal, de l'Armed Forces Expeditionary Medal et de la Philippine Liberation Medal.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :