Ouvrir le menu principal
Tour de France 1922
Tour de France 1922.png
Généralités
Course
Étapes
15
Date
Distance
5 375 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Partants
120Voir et modifier les données sur Wikidata
Vitesse moyenne
24,196 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième

La 16e édition du Tour de France s'est déroulée du 25 juin[1] au 23 juillet 1922 sur 15 étapes pour 5 375 kilomètres. Le Belge Firmin Lambot[2], déjà vainqueur en 1919, remporte ce Tour en ayant bénéficié des incidents subis par ses concurrents : Jean Alavoine perd le maillot jaune dans les Alpes après plusieurs crevaisons, puis Hector Heusghem reçoit une pénalité d'une heure pour avoir changé de vélo après une chute[3]. C'est la dernière des sept victoires consécutives des coureurs belges.

ParcoursModifier

Le départ fictif du Tour a lieu au Luna Park de la porte Maillot et le départ réel à Argenteuil. L'arrivée se juge au Parc des Princes. Pour la sixième fois, le Tour part vers l'ouest pour revenir vers Paris par l'est.

Le parcours est semblable à celui des éditions précédentes. Seule une ville-étape change par rapport à 1921 : Briançon, ville-étape pour la première fois, remplace Grenoble. Les cols de Vars et de l'Izoard figurent pour la première fois au parcours[4].

ParticipationModifier

Les 120 partants sont à nouveau répartis en deux « classes » : 26 en première classe, 94 en seconde[4]. La course reste individuelle. Le Consortium La Sportive, qui s'est adjugé les trois éditions précédentes, a disparu à la fin de l'année 1921[5].

Équipes participantesModifier

Déroulement de la courseModifier

Robert Jacquinot, vainqueur au Havre et à Brest[6], est maillot jaune à l'issue des trois premières étapes. En perdant une heure et quarante minutes entre Brest et Les Sables-d'Olonne, où Philippe Thys s'impose, il cède la première place à Eugène Christophe qui, malgré ses 37 ans, va endosser le maillot jaune.

Le Français Jean Alavoine signe trois victoires consécutives, à Bayonne, Luchon et Perpignan[7]. Entre Bayonne et Luchon, le Tourmalet, enneigé, est supprimé du parcours[4]. Alavoine passe en tête aux cols d'Aubisque, Aspin et Peyresourde pour s'imposer avec 16 minutes d'avance. À Perpignan, Eugène Christophe perd trois quarts d'heure et cède le maillot jaune à Alavoine. Celui-ci a alors plus de 14 minutes d'avance sur Firmin Lambot et plus de 19 sur Christophe.

C'est au tour de Philippe Thys de signer trois succès d'étapes consécutifs, à Toulon, Nice et Briançon. Émile Masson s'impose ensuite à Genève, après être passé le premier au Galibier, au Télégraphe et aux Aravis. Jean Alavoine, victime de crevaisons et de sauts de chaînes[5] arrive 38 minutes après lui et n'a alors plus que 6 minutes d'avance sur Firmin Lambot, contre 22 au départ de l'étape. Le Français Eugène Christophe brise, une nouvelle fois, sa fourche dans la descente du Galibier. Il termine l'étape à plus de 3 heures des premiers[5].

Entre Genève et Strasbourg, les Belges mènent une offensive, tandis qu'Alavoine est encore retardé par une crevaison[5]. Masson gagne à nouveau à Strasbourg, où Hector Heusghem, arrivé quatrième, prend le maillot jaune.

À Metz, où l'Italien Federico Gay[8] s'impose, Heusghem arrive dans le groupe de tête mais reçoit une pénalité d'une heure pour avoir changé de vélo à la suite d'une chute. Lambot, jusqu'alors deuxième, prend le maillot jaune. Les deux dernières étapes, gagnées par Félix Sellier et Philippe Thys n'ont pas d'incidence sur les premières places au classement général. Lambot gagne ce Tour avec 41 minutes d'avance sur Alavoine et 42 sur Sellier.

Bilan de la courseModifier

Firmin Lambot gagne son deuxième Tour de France et signe la dernière des sept victoires consécutives des Belges depuis 1912. À 36 ans, Firmin Lambot est le vainqueur du Tour le plus âgé. En parcourant les 5 375 km à une vitesse moyenne de 24,196 km/h, il fait de cette victoire la troisième plus lente, après celle de 1919 et 1920. Pour Pierre Chany, « Firmin Lambot, coureur harmonieux mais dépourvu d'initiative, l'emporta encore à l'usure, comme en 1919, n'ayant gagné aucune étape ». Sa victoire, comme la première, est facilitée par les incidents dont sont victimes ses concurrents[5].

Le premier « seconde classe », José Pelletier, est 15e au classement général.

Les étapesModifier

Étape Date Villes étapes km Vainqueur d'étape Leader du classement général
1re étape 25 juin Paris - Le Havre 388   Robert Jacquinot   Robert Jacquinot
2e étape 27 juin Le Havre - Cherbourg 364   Romain Bellenger   Robert Jacquinot
3e étape 29 juin Cherbourg - Brest 405   Robert Jacquinot   Robert Jacquinot
4e étape 1er juillet Brest - Les Sables-d'Olonne 412   Philippe Thys   Eugène Christophe
5e étape 3 juillet Les Sables-d'Olonne - Bayonne 482   Jean Alavoine   Eugène Christophe
6e étape 5 juillet Bayonne - Luchon 326   Jean Alavoine   Eugène Christophe
7e étape 7 juillet Luchon - Perpignan 323   Jean Alavoine   Jean Alavoine
8e étape 9 juillet Perpignan - Toulon 411   Philippe Thys   Jean Alavoine
9e étape 11 juillet Toulon - Nice 284   Philippe Thys   Jean Alavoine
10e étape 13 juillet Nice - Briançon 274   Philippe Thys   Jean Alavoine
11e étape 15 juillet Briançon - Genève 260   Émile Masson   Jean Alavoine
12e étape 17 juillet Genève - Strasbourg 371   Émile Masson   Hector Heusghem
13e étape 19 juillet Strasbourg - Metz 300   Federico Gay   Firmin Lambot
14e étape 21 juillet Metz - Dunkerque 432   Félix Sellier   Firmin Lambot
15e étape 23 juillet Dunkerque - Paris 325   Philippe Thys   Firmin Lambot

Classement généralModifier

 
Firmin Lambot, le vainqueur du Tour de France 1922.
Classement général final
Rang Coureur Pays Cat. Temps
1 Firmin Lambot   Belgique   1 222 h 08 min 06 s
2 Jean Alavoine   France 1 + 41 min 15 s
3 Félix Sellier   Belgique 1 + 42 min 02 s
4 Hector Heusghem   Belgique 1 + 43 min 56 s
5 Victor Lenaers   Belgique 1 + 45 min 32 s
6 Hector Tiberghien   Belgique 1 + 1 h 21 min 35 s
7 Léon Despontin   Belgique 1 + 2 h 24 min 29 s
8 Eugène Christophe   France 1 + 3 h 25 min 39 s
9 Jean Rossius   Belgique 1 + 3 h 26 min 06 s
10 Gaston Degy   France 1 + 3 h 49 min 13 s
11 Federico Gay   Italie 1 + 3 h 51 min 59 s
12 Émile Masson   Belgique 1 + 4 h 00 min 21 s
13 Arsène Alancourt   France 1 + 5 h 20 min 56 s
14 Philippe Thys   Belgique 1 + 5 h 48 min 58 s
15 José Pelletier   France 2 + 5 h 53 min 29 s
16 Joseph Muller   France 1 + 7 h 51 min 23 s
17 Giuseppe Santhia   Italie 2 + 8 h 57 min 35 s
18 Théophile Beeckman   Belgique 2 + 9 h 40 min 32 s
19 Louis Heusghem   Belgique 1 + 9 h 50 min 34 s
20 Jules Nempon   France 2 + 12 h 11 min 56 s
21 Alfons Standaert   Belgique 2 + 12 h 48 min 46 s
22 Edgard Roy   France 2 + 14 h 29 min 01 s
23 Joseph Marchand   Belgique 2 + 14 h 58 min 14 s
24 Enrico Sala   Italie 2 + 16 h 27 min 21 s
25 Jules Matton   Belgique 2 + 17 h 37 min 39 s
26 Pierre Hudsyn   Belgique 2 + 20 h 30 min 17 s
27 Charles Parel   Suisse 2 + 22 h 18 min 09 s
28 Léon Van Aken   Belgique 2 + 24 h 00 min 24 s
29 Marie Aubry   France 2 + 27 h 20 min 36 s
30 Ernest Paul   France 2 + 28 h 35 min 08 s
31 Georges Kamm   France 2 + 32 h 22 min 57 s
32 Charles Loew   France 2 + 36 h 20 min 19 s
33 Jules Brun   France 2 + 46 h 36 min 59 s
34 Emmanuele Luigi   Italie 2 + 47 h 23 min 13 s
35 Laurent Devalle   Monaco 2 + 54 h 24 min 20 s
36 Robert Constantin   France 2 + 54 h 53 min 29 s
37 Charles Hennuyer   France 2 + 59 h 13 min 12 s
38 Daniel Masson   France 2 + 65 h 53 min 41 s

Notes et référencesModifier

  1. « L'Intransigeant », sur Gallica, (consulté le 22 février 2019)
  2. « Le Matin : derniers télégrammes de la nuit », sur Gallica, (consulté le 22 février 2019)
  3. « Le Matin : derniers télégrammes de la nuit », sur Gallica, (consulté le 22 février 2019)
  4. a b et c [PDF] « Guide historique », sur letour.fr (consulté le 22 février 2019)
  5. a b c d et e Chany 2004, p. 189-192
  6. « L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial », sur Gallica, (consulté le 22 février 2019)
  7. « Le Matin : derniers télégrammes de la nuit », sur Gallica, (consulté le 22 février 2019)
  8. « L'Auto-vélo : automobilisme, cyclisme, athlétisme, yachting, aérostation, escrime, hippisme / dir. Henri Desgranges », sur Gallica, (consulté le 22 février 2019)

BibliographieModifier

  • Pierre Lagrue, Le Tour de France : Reflet de l'histoire et de la société, L'Harmattan, , 300 p. (ISBN 2747566757)
  • Pierre Chany, La fabuleuse histoire du Tour de France : livre officiel du centenaire, Minerva, , 959 p. (ISBN 2830707664)
  • Coll., Tour de France, 100 ans, Paris, L'Équipe, 2003, tome 1, p. 132-137

Liens externesModifier