Ouvrir le menu principal

Toumètes

Groupe ethnique mongol

Les Toumètes (Mongol bitchig : ᠲᠦᠮᠡᠳ, cyrillique : Түмэд, translittération latine : Tümed, dérivé de tumen) sont un sous groupe de populations mongoles.

La majorité travaille dans l'agriculture sédentaire et vivent dans des communautés mixtes de la banlieue de Hohhot, capitale de la Mongolie-Intérieure, en République populaire de Chine. Une partie de cette population vit également dans la Ville-préfecture de Hulunbuir, également en Mongolie-intérieure. D'autres vivent en Mongolie, dans les sums de Bayandalai, Bulgan, Khurmen, Mandal-Ovoo, Manlai, Sevrei, Tsogt-Ovoo, Tsogttsetsii de l'Aïmag d'Ömnögovi.

Ils parlent un dialecte de l'Ordos, ainsi que le Jinyu.

Du IXe siècle au XIIIe siècle, ils vivaient au bord ouest du lac Baïkal et gouvernaient l'Oblast d'Irkoutsk et certaines parties de Touva et du Sud-Ouest de la Bouriatie.

Sommaire

Les khans toumètesModifier

Altan Khan est connu pour le rétablissement des liens entre la Mongolie et le Tibet. Il invite Sonam Gyatso, alors abbé de Drépung et 3e de sa lignée de réincarnation, qui le rencontra le 15 mai 1578 près de la frontière mongolo-tibétaine à Tsavchaal dans le Kokonor, au monastère de Thegchen Chonkhor. Il donna à Sonam Gyatso le titre de dalaï-lama lors de cette rencontre. La signification du mot Dalaï est "rassemblement de grandes quantités d'eau collectées en masse". Altan Khan choisit ce terme car il impliquait que Sonam Gyatso était le chef de toutes les écoles du bouddhisme tibétain. Il souhaitait ainsi que son propre projet politique soit poursuivi par Sonam Gyatso. En retour, le 3e dalaï-lama conféra à Altan Khan le titre de Chakravartin, roi du Dharma. Sonam Gyatso avait accepté de rencontrer Altan Khan dans le but de le persuader de mettre fin à ses attaques du Tibet et des Ming, lesquels le lui avaient demandé[1].

À la mort soudaine d'Altan Khan, son fils Sengge Düüreng poursuivit la politique de son père. En 1582, il informa Sonam Gyatso, 3e dalaï-lama qui se trouvait au monastère de Kumbum, lui demandant de faire réaliser les obsèques. Le dalaï-lama se rendit en 1586 en Mongolie[1] où il est mort en 1588, alors qu'il rentrait au Tibet.

Le petit fils d'Altan Khan est choisi comme réincarnation de Sonam Gyatso (1588), car l'école gelugpa choisit la réincarnation comme mode de succession à la place de la transmission d’oncle à neveu en vigueur dans l’école des Sakyapa[2].

ListeModifier

Titre honorifique (Khan, Jinong, taiji), Nom Nom (mongol) Nom (chinois) Règne Notes
Bars bolud Jinong
(巴尔苏·博罗得·济农
Барсболд хаан (Barsbold Khan) 巴儿速孛罗
Jinong
1533 — 1543
格根阿勒坦汗
ᠠᠯᠲᠠᠨ ᠬᠠᠨ, Altan Khan
ᠠᠨᠳᠠ (Anda) 俺答 1542 — 1581
辛爱黄台吉
Xinaihuang Taiji,
Сэнгэ Дүүрэн, Sengge Düüreng 乞庆哈 / 乞慶哈
qǐqìnghā
1582 — 1586 Régent 三娘子
顺义王 Roi Shunyi, Namudai Sechen Khan 扯力克 / 撦力克, chělìkè 1586 — 1607 Fils d'Altan Khan
博硕克图 (Boshuoketu) Boshugtu khong tayiji Бошигт, Boshugtu 卜失兔, boshītù 1613 — 1627 Fils de Chelike
俄木布, émùbù 1627 — 1634 Fils de Bushugtu

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) L. Chuluunbaatar, Political, economic and religious relations between Mongolia and Tibet, in Tibet and Her Neighbours : A History. McKay Alex (éd.), 2003, Londres, Edition Hansjörg Mayer, p. 151-153
  2. (Jagou 2009)

BibliographieModifier