Ouvrir le menu principal

Titus Interactive

société française de développement et d'édition de jeu vidéo
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Titus.

Titus Interactive Studio
logo de Titus Interactive

Création 8 octobre 1985 (immatriculation)
Dates clés 1985 : Création
2004 : Liquidation
Disparition 19 janvier 2004 (liquidation)
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Siège social Saint-Thibault-des-Vignes
Direction Hervé Caen (16 décembre 2003)
Activité Production de films institutionnels et publicitaires
Produits Jeux vidéo

Crazy Cars II
The Blues Brothers

SIREN 333 435 444
Site web www.titus-interactive.com/index.phpVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires comptes non disponibles

Titus Interactive Studio était une société française de développement et d'édition de jeu vidéo, active entre 1985 et 2004[1].

Le siège social de l'entreprise était situé près de Lagny-sur-Marne et Montfermeil[2],[3].

Sommaire

HistoriqueModifier

En 1985, à 19 ans, Eric Caen aidé de son meilleur ami Gil Espeche, enfant et petit-enfant d'entrepreneurs, devient chef d'entreprise sur la proposition de son frère aîné Hervé.

Au début de l'aventure, Titus crée et adapte des jeux pour le compte d'autres sociétés (Matra, Loriciel, France Image Logiciel, Infogrames). Le premier jeu à sortir sous le label « Titus » est One en 1986, suivi par Erebus lui-même suivi rapidement la même année de Maddog. Puis, à la fin de l'année 1986 sort Crazy Cars en version Amiga.

Le succès de Crazy Cars permet à Titus de se consacrer entièrement à sa propre ligne de produits.

D'autres succès viennent s'ajouter, Fire and Forget, Galactic Conqueror et surtout Titan qui est adapté sur un nombre important de machines ( PC DOS CGA/VGA, Amiga, Atari ST, ZX Spectrum, Commodore 64, CDI Phillips, Fujitsu FMTonws, Nec PCEngine, Nintendo NES, Amstrad CPC).

Titus Interactive décide de pénétrer le marché américain dès 1988 puis entre en Bourse en .

Titus rachète en 1998 Digital Integration et BlueSky Software, puis devient actionnaire majoritaire d'Interplay Entertainment et de Virgin Interactive en 1999.

le studio fait faillite fin 2004[4].

La liquidation judiciaire est étendue à :

Titus Interactive (holding)[5].

Titus Interactive Group (gie)[6].


Jeux développésModifier

Jeux éditésModifier

Titus Interactive a aussi édité des jeux de développeurs tiers (La Bande à Picsou : La Ruée vers l'or, Monster Max, etc), parfois seulement dans une région du monde (France, États-Unis).

Notes et référencesModifier

  1. Arcades Hebdo-02 - page 028-29
  2. "Contact." Titus Interactive. 3 juin 2004. Consulté le 4 septembre 2012.
  3. "Profil de la société." Titus Games. 30 juin 1998. Consulté le 4 septembre 2012.
  4. « Titus Interactive en liquidation judiciaire », sur ZDNet France (consulté le 8 juillet 2019)
  5. « liquidation du holding », sur www.societe.com (consulté le 8 juillet 2019)
  6. « liquidation gie », sur www.societe.com (consulté le 8 juillet 2019)

Liens externesModifier