Thomas Lindet

personnalité politique française

Thomas Lindet
Illustration.
Thomas Lindet
Fonctions
Député du bailliage d’Évreux

(2 ans, 6 mois et 3 jours)
Gouvernement Assemblée constituante de 1789
Groupe politique Clergé
Député de l'Eure

(3 ans, 1 mois et 22 jours)
Gouvernement Convention nationale
Député au Conseil des Anciens

(2 ans, 7 mois et 7 jours)
Biographie
Nom de naissance Robert Thomas Lindet
Date de naissance
Lieu de naissance Bernay
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Bernay (Eure)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Gauche
Père Thomas Lindet
Mère Marie-Anne Jouvain
Fratrie Robert Lindet
Profession Professeur
Vicaire
Curé
Évêque
Religion Catholique
députés de l'Eure

Thomas Lindet, né à Bernay le , mort à Bernay le , était le frère aîné du conventionnel Robert Lindet.

BiographieModifier

Fils de Thomas Lindet, marchand de bois, dont il porte le même prénom que son père, et de Marie-Anne Jouvain, son épouse. Il est né à Bernay dans la maison de ses parents, située dans l'actuelle impasse Saint-Vincent-de-Paul. Il fit ses études secondaires au collège de Bernay, puis entra au séminaire Saint-Sulpice de Paris en 1763. Maître ès Arts en 1768, et bachelier en 1770, il est licencié en théologie en 1772. Thomas et Marie-Anne Lindet eurent quatre enfants.

D'abord vicaire à Paris, puis vicaire perpétuel de l'Église Sainte-Croix de Bernay, il en devient le curé. C'est une cure à portion congrue de 1300 livres par an. Cette cure appartenait à l'abbaye Notre-Dame de Bernay Thomas Lindet était réputé pour sa générosité envers les pauvres. Sa popularité lui valut d’être désigné comme représentant du clergé du bailliage d’Évreux aux États généraux de 1789, après avoir rédigé seul le cahier des doléances de sa ville natale. Devant la pénurie de prêtres constitutionnels, il pense ordonner des pères de familles au début de 1790[1],[2]

En février 1791, il fut élu évêque constitutionnel de l’Eure et député à l'Assemblée constituante jusqu'à la fin de la session de septembre. Il sera l'année suivante en à nouveau élu député à la Convention, dont il fut élu secrétaire et du Comité de Salut Public[3]. En , il fait savoir publiquement qu'il désapprouve le mariage de l'abbé Aubert en l'église Sainte-Marguerite de Paris, mais dans sa lettre pastorale du mois de septembre, il justifie cet acte. Il se maria le , âgé de 49 ans, avec sa gouvernante : Julie Scolastique Desplanques, âgée de 33 ans, en l'église Sainte-Marguerite de Paris, union célébrée par Aubert, curé constitutionnel[4]. C'est le député Pierre-Louis Manuel (1751-1793) qui annonce le mariage de Lindet à la Convention, invitant ses collègues à lui décerner une mention honorable pour ce geste. La mariée aurait accouché la nuit précédant le mariage, selon ce que rapporte Graham Ruth, des propos d'un député non nommé[5], ce qui déclenche des rires dans l'assemblée. Le député de la Marne, Pierre-Louis Prieur (1756-1827) fait remarquer que Lindet n'a fait que son devoir et ne mérite nulle mention honorable[6]

 
Thomas Bouquerot de Voligny, représentant de la Nièvre au Conseil des Anciens, en grand uniforme des membres de ce conseil (musée de la Révolution française).

Tout comme son frère Robert, il vota la mort du roi sans appel au peuple, ni sursis le . Il fut à l'initiative de la création des bibliothèques publiques. Il déposa ses lettres de prêtrise le , devint membre du Conseil des Anciens (1795-1798), il se prononça contre l'emprunt forcé le et fut réélu en l'an VI. Invalidé par le coup d'État du (22 floréal an VI) , lords de la réaction jacobine qui porta son frère au ministère des finances à la suite du coup d'État du (30 prairial an VII) , il fut nommé commissaire du Directoire pour le département de l'Eure. La réforme administrative du (28 pluviôse an VIII) le prive de ses fonctions, ayant refusé de reconnaître le coup d'État du 18 Brumaire, il est destitué. Ce fut Claude Masson de Saint-Amand (1756-1835), qui fut nommé préfet. Thomas Lindet abandonne alors toutes activités politiques et se retire chez lui[7].

N'ayant pas signé l'acte additionnel lors des Cent-Jours, il échappa à la proscription. Fatigué, en proie aux brimades, il se retira dans sa maison à Bernay. Il fut enterré civilement, à proximité d'une chapelle qu'il avait fait construire en 1784, lors de l'ouverture du nouveau cimetière qu'il avait initié. Il ne reste aucune trace de sa sépulture.

DescendantsModifier

De son mariage il aurait eu deux enfants morts en bas âge dont

  • Adèle Lindet, née le 5 floréal an VII () et morte en 1813.

PatrimoineModifier

Il avait une maison en copropriété avec ses frères et sœurs, au 19 rue des Maillots à Caen qui venait du côté de leur mère et qui leur échut en 1806, représentant une valeur de 20.000 francs

HommageModifier

  • Une rue de Bernay porte son nom, en mémoire de ses bienfaits à la population par les travaux d'hygiénisme entrepris.

Notes et référencesModifier

  1. Lindet, Correspondance lettre du 17 février 1790
  2. Graham Ruth, Les mariages des ecclésiastiques députés à la Convention, dans Annales historiques de la Révolution française, n°:262, 1985, pp.480-499, texte en ligne
  3. Dominique Soulas de Russel, notice LINDET Thomas par Dominique Soulas de Russel, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 26 juin 2018
  4. François Brigneau, 1792-1794, La Terreur, mode d'emploi, Publications F.B., éd. Feni XX, 392.p. édition numérisée lire en ligne
  5. Ruth, op. cit., p. 483
  6. (Archives parlementaires de 1787 à 1799), cité par Ruth, op. cit., notes 11, p. 484
  7. Turpin, op. cit..

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Thomas Lindet, Rapport à l'assemblée générale de la paroisse de Sainte-Croix de Bernay, Bibliothèque Municipale de Bernay.
  • Thomas Lindet, Correspondance de Thomas Lindet pendant la constituante et la législative, 1789-1792, publiée par Amand Montier, Paris : Société d'Histoire de la Révolution française, 1899 [1]
  • Dominique Soulas de Russel, Un Révolutionnaire normand fidèle aux siens, à son terroir et à ses convictions : Thomas Lindet, à travers sa correspondance familiale de 1789 à 1799, 1949-; Lindet, Robert-Thomas, Luneray, Bertout, 1997 (ISBN 2-86743-245-6)
  • Henry Turpin, Thomas Lindet, évêque constitutionnel de l'Eure...essai biographique, Bernay, 1886, 256.p.: portrait, in-4°.
  • H. Méaulle, Histoire de Bernay, Bernay, 1947, p.168.
  • S. Lefèvre, Notice sur les nouveaux noms des rues de Bernay, Commission d'instruction publique de Bernay, 1920, p.17
  • A. Robert, E. Bourleton, G. Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français, 1789-1899, Paris, Borl, 1891.
  • F. Malebranche, Notes pour servir à l'histoire de la Révolution , ms, Bernay, 1890, p.9. sq
  • Guy Antonetti, Fabien Cordoni, Matthieu de Oliveira, Dictionnaire biographique... les Ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire, éd. Igpde, Cheff, 2008, 3. vol.

Article connexeModifier

Liens externesModifier