Ouvrir le menu principal
Thomas Hirschhorn
Thomas Hirschhorn.jpg
Thomas Hirschhorn
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
BerneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
École des arts appliqués de Zurich (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Mouvement
Représenté par
Gladstone Gallery (d), Galerie Chantal Crousel, -Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Thomas Hirschhorn est un artiste suisse né le à Berne.

Sommaire

BiographieModifier

Thomas Hirschhorn passe son enfance à Davos, dans les Grisons. De 1978 à 1983, il suit les cours de la Schule für Gestaltung (école des arts décoratifs) de Zurich. Depuis 1984, il vit et travaille à Paris. Ses œuvres lui valent une réputation certaine, à partir des années 1990 : son travail est exposé tant en France (Paris) qu'à l'étranger (New York, Munich, Berlin, Francfort, Bilbao, Biennale de Venise, Tate Modern de Londres), et en Suisse (Zurich, Lucerne, Berne, Saint-Gall, Fribourg, Genève, Bienne).

Thomas Hirschhorn affirme un engagement sans relâche envers le public non-exclusif par de nombreux projets dans l'espace public. En 2004, il réalise le "Musée Précaire Albinet" à la Cité Albinet, Aubervilliers, et y présente des œuvres originales du Musée National d'Art Moderne. Ce projet audacieux et novateur fut produit par les Laboratoires d'Aubervilliers[1].

Figure engagée, Thomas Hirschhorn a déclaré en 2004 qu'il refuserait d'exposer en Suisse tant que Christoph Blocher siégerait au Conseil fédéral.

Idées artistiquesModifier

Depuis la fin des années 1980, Thomas Hirschhorn se concentre sur la création de sculptures précaires faites main. Il les conçoit à partir de matériaux issus de la vie courante tels que des vieux papiers, des feuilles d'aluminium, des cartons. Ses sculptures sont souvent des « monuments » à des personnes qu'il admire. Elles requièrent parfois la participation de la population locale, Thomas Hirschhorn refusant d'être un artiste confiné aux salons mondains[2].

L'œuvre de Thomas Hirschhorn est traversée par les questions, les contradictions et les scandales qui taraudent la société contemporaine, marquée par la mondialisation. L'artiste milite en faveur davantage de justice et d'égalité[2].

« Énergie=oui ! Qualité=non ! », affirme cet artiste ; en 2000, lors de la remise du prix Marcel-Duchamp, le jury a estimé, à propos de Thomas Hirschhorn, que :

« le lauréat fait preuve d’une réelle maturité et d’un grand sens de sa responsabilité d’artiste, et de même, que son œuvre relève d’une originalité et d’une inventivité remarquables[2]. »

ŒuvresModifier

DistinctionsModifier

  • Prix Junge Schweizer Kunst, décerné par Zürcher Kunstgesellschaft (1999)
  • Prix Marcel-Duchamp, décerné par l'Adiaf, Paris (2000)
  • Prix de la Fondation Beuys, Bâle (2004)
  • Prix Kurt-Schwitters, décerné par Sprengel Museum, Hannovre (2011)
  • Prix Meret Oppenheim (2018)

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Thomas Hirschhorn, Musée Précaire Albinet, quartier du Landy, Aubervilliers, 2004, Editions Xavier Barral - Les Laboratoires d'Aubervilliers, 2005 (ISBN 2-915150-03-6)
  • Stéphanie Moisdon (éd.), Thomas Hirschhorn (textes), Thomas Hirschhorn: Early Video Works 1995-1997, Zürich, Suisse, JRP|Ringier Kunstverlag, 2013, DVD (ISBN 978-3-03764-302-0)
  • Thomas Hirschhorn, Gramsci Monument, Dia Art Foundation New York-Koenig Books London, 2015 (ISBN 978-3-86335-611-8)
  • Thomas Hirschhorn, Une volonté de faire, introduction par Sally Bonn, Paris, Éditions Macula, 2015 (ISBN 978-2-86589-084-2)
  • Thomas Hirschhorn, "Voir et penser" Esprit, Puissance des images, n° 425-Juin 2016 (ISBN 978-2-37234-012-0)
  • Claire Bishop, Sebastien Egenhofer, Hal Forster, Manuel Joseph, Yasmil Raymond, Marcus Steinweg, Thomas Hirschhorn, Establishing a critical Corpus, JRP/Ringier, Zurich, Les presses du réel, Dijon, 2011 (ISBN 978-3-03764-185-9)
  • Benjamin H. D. Buchloh, Alison M. Gingeras, Carlos Basualdo, Thomas Hirschhorn, Phaidon Press inc. New York, 2004 ( (ISBN 07148 42737)
  • Thomas Hirschhorn, It's Burning Everywhere, Ulrike Lorenz, Kunsthalle Mannheim, 2011 (ISBN 978-3-86828-214-6)
  • Anna Dezeuze, Thomas Hirschhorn, Deleuze Monument, Afterall Books, Londres, 2014 (ISBN 978-1-84638-143-0)
  • Thomas Hirschhorn, Bataille Maschine, Merve Verlag, Berlin, 2003 (ISBN 3-88396-190-6)
  • Critical Laboratory, the Writings of Thomas Hirschhorn, édité par Lisa Lee et Hal Foster, An October book, The Mit Press, Cambridge, Massachusetts, 2013 (ISBN 978-0-262-01925-5)
  • Le Courrier, journal de Genève (Suisse), 4 décembre 2004
  • Eric Valentin, Thomas Hirschhorn et Georges Bataille. La foudre et les flammes, Paris, L'Harmattan, 2018 (ISBN 978-2-343-15961-4)

Liens externesModifier