Thomas Béraud

maître de l'Ordre du Temple
Thomas Béraud
Armoiries Thomas Bérard.svg
Fonction
Grand maître de l'ordre du Temple
-
Biographie
Naissance
Décès
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Armoiries Thomas Bérard.svg
Blason

Thomas Béraud (ou Bérault ou Bérard) est un maître de l'ordre du Temple.

BiographieModifier

Il succéda, en 1256[3], au maître Renaud de Vichiers. Il était probablement italien, malgré quelques voix qui le disent anglais[4].

Il exerça ces hautes fonctions dans les plus tristes circonstances, tour à tour engagé dans les querelles de son ordre avec celui des Hospitaliers, et témoin des progrès du sultan Bibars El Bondoctar[5], qui, de proche en proche, réduisit les chrétiens de la Palestine à se renfermer dans les murs de Saint-Jean-d'Acre, dernier débris du Royaume de Jérusalem.

Le maître Thomas Béraud mourut le [6].

Les hommes de son tempsModifier

Au cours de sa vie et comme maître de l'ordre du Temple, Thomas Béraud a côtoyé des hommes remarquables :

RéférencesModifier

  1. J. Delaville le Roulx, Documents concernant les Templiers extraits des archives de Malte, Paris, , p. 26-30(n°19), lire en ligne sur Gallica
  2. Pierre-Vincent Claverie, L'ordre du Temple en Terre Sainte et à Chypre au XIIIe siècle , catalogue analytique des actes relatifs à l’histoire de l’ordre en Terre Sainte et à Chypre aux XIIe et XIIIe siècles., vol. 3, Nicosie, Centre de Recherche Scientifique, coll. « Sources et études de l'histoire de Chypre », , 680 p. (ISBN 978-9-9630-8094-6, présentation en ligne), p. 143-144 (n°140) ; Jean Richard, « Le comté de Tripoli », Bibliothèque de L'école Des Chartes, vol. 130, no 2,‎ , p. 354 (lire en ligne)
  3. On trouve parfois 1252 sur la foi d'un document (lettre) supposée dater d'octobre 1252[1] mais qui date en fait de 1258[2].
  4. (de) Marie Luise Bulst-Thiele, Sacrae domus militiae templi hierosolymitani magistri, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, coll. « Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen. Philologisch-historische Klasse », , 416 p. (ISBN 3-525-82353-3, présentation en ligne), p. 232-233
  5. Appelé parfois Baybars selon les auteurs.
  6. Alain Demurger, Jacques de Molay - Le crépuscule des templiers, Paris, Payot & Rivages, coll. « Biographie Payot », , 390 p. (ISBN 2-228-89628-4), p. 63