Thessaloniké

reine de Macédoine

Thessaloniké (en grec ancien : Θεσσαλονίκη / Thessaloníkē, « la Victoire de Thessalie ») est la fille de Philippe II de Macédoine et de l'une de ses épouses, la Thessalienne[2] Nikésipolis[3] de Phères[4], nièce du tyran Jason de Phères[1]. Elle est par son père, la demi-sœur d'Alexandre le Grand et la demi-sœur de Philippe III également appelé Philippe Arrhidée. Après la mort de ce dernier, elle épouse Cassandre, régent puis roi de Macédoine, ce qui permet à ce dernier de légitimer sa revendication au trône de Macédoine.

Thessaloniké
Image dans Infobox.
Base d'une statue de Thessaloniké, du IIe siècle av. J.-C., trouvée dans la zone de l'Agora antique et faisant partie d'un groupe de statues de la famille d'Alexandre le Grand - Inscription : ΘΕΣΣΑΛΟΝΙΚΗΝ ΦΙΛΙΠΠΟΥ ΒΑΣΙΛΙΣΣΑΝ.
Titre de noblesse
Reine consort
Biographie
Naissance
av. J.-C.[1]
Décès
Activité
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Prononciation

Cassandre décida de baptiser en son honneur la cité de Thessalonique.

BiographieModifier

Née en -351, son nom, Thessalonike, peut célébrer la date anniversaire de la victoire remportée par son père lors de la bataille du Champ de Crocus l'année précédente.

En -316, Cassandre profite de l'exécution d'Olympias pour épouser cette demi-sœur d'Alexandre le Grand et ainsi entrer dans la dynastie argéade[5].

L'année suivante, Cassandre fonde la cité de Thessalonique en son honneur[6]. Elle devient reine de Macédoine lorsqu'en -305, Cassandre revendique le titre de roi[1]. De son union avec l'Antipatride naissent Philippe IV, en -315, puis Alexandre V et Antipater.

À la mort de l'aîné, Thessaloniké veille au partage de la royauté entre ses deux fils cadets[7], mais en -295, elle est assassinée par Antipater[1].

RéférencesModifier

  1. a b c et d Sylvie Le Bohec, « Les reines de Macédoine de la mort d'Alexandre à celle de Persée », Cahiers du centre Gustave Glotz, vol. 4,‎ , p. 229-245.
  2. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] « livre VIII, 7,7 ».
  3. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] « livre IX, 7,3 ».
  4. Athénée, Deipnosophistes [détail des éditions] (lire en ligne), Livre XIII, 5.
  5. Le Bohec 1993, p. 234.
  6. Le Bohec 1993, p. 239.
  7. Le Bohec 1993, p. 244.