Athénée de Naucratis

écrivain antique, auteur des Deipnosophistes

Athénée de Naucratis (en grec ancien Ἀθήναιος Nαυκρατίτης / Athếnaios Naukratitês), né à Naucratis, en Égypte, vers 170 , est un érudit et grammairien grec dont la date et le lieu de la mort restent inconnus. Il est l'auteur des Deipnosophistes, une compilation d'anecdotes et de citations d'auteurs antiques souvent perdus, portant sur l'univers culinaire, matériel et social du banquet, ce qui en fait une source de premier plan[1].

Athénée
Biographie
Naissance
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités
Œuvres principales

Notice historiqueModifier

 
Deipnosophistae, 1535

Athénée est un Grec d'Égypte, né à Naucratis (probablement sous Marc Aurèle, l'empereur philosophe).

Athénée a sans doute reçu son éducation à Naucratis et à Alexandrie, centres importants des études littéraires et sophistiques: nous n'avons aucune information sur son activité pendant cette première phase de sa vie, même si son oeuvre témoigne de sa grande familiarité avec l'érudition alexandrine. Comme beaucoup de lettrés de l'époque, il est venu s'établir à Rome, capitale de l'Empire. Sous la protection d'un riche romain membre de l'ordre équestre, Larensis, possesseur d'une importante bibliothèque de vieux livres grecs et à qui il dédie son oeuvre, c'est là qu'il rédige Les Deipnosophistes[2], qu'on peut traduire par « le banquet des sophistes » ou encore « le banquet des savants ». Il reprend la forme des Propos de table de Plutarque, qui eux-mêmes s'inspiraient du célèbre Banquet de Platon. Un certain nombre d'auteurs grecs se sont essayés à ce genre littéraire : Xénophon, autre élève de Socrate, en est un exemple. A. M. Desrousseaux a émis l'hypothèse qu'Athénée était chargé de la bibliothèque de Larensis. De l'ordre du possible, cette hypothèse toutefois n'est pas corroborée directement par Athénée.

Athénée n'a pas la profondeur philosophique de Platon, ni la connaissance socratique de Xénophon, ou encore la qualité stylistique d'un Plutarque. Son projet est autre: écrire une véritable encyclopédie sur l'univers du banquet grec, dans ses deux phases du dîner et du sumposion, dévolu à la consommation du vin. Il traite aussi bien de l'art culinaire que des manières de table, de la vaisselle et des jeux de société, des enjeux éthiques et politiques des banquets, comme de leur histoire et de la littérature spécifique qui en rend compte, depuis l'épopée homérique. Son ouvrage est une immense compilation, qui prend la forme de conversations entre les convives des banquets offerts par Larensis. Il cite des centaines d'ouvrages et d'auteurs, dont une grande partie ne nous est pas parvenue. Cela fait la richesse de l'œuvre, source inépuisable de fragments pour les historiens et philologues modernes, comme de données documentaires sur l'univers matériel, culinaire et social du banquet.

Athénée montre dans cette oeuvre son érudition historique et philologique, comme sa connaissance experte de la bibliographie, autant de savoirs qui prirent leur essor dans le Musée et la bibliothèque d'Alexandrie, depuis le IIIe siècle avant J.-C. La complexité stylistique de l'œuvre et la nécessité de prendre en compte la multiplicité des genres littéraires mobilisés dans les citations expliquent que son œuvre n'ait toujours pas été traduite et publiée intégralement en langue française dans une édition savante. Outre quelques souvenirs égyptiens, Athénée nous donne deux informations personnelles dans son oeuvre: il a été l'auteur d'un traité sur les monarques de Syrie ainsi que d'un commentaire de la comédie Les Poissons (disparue) d'Archippos, contemporain d'Aristophane.

Il meurt probablement après 223 : Les Deipnosophistes évoquent la mort d'un certain Ulpien, qui est peut-être le juriste Ulpien, mort à cette date. Cependant cela n'est pas sûr : Athénée décrit la mort d'Ulpien comme « heureuse », au sens où elle ne survient pas au terme d'une longue maladie[3] ; or l'Ulpien historique meurt assassiné. Indice plus sûr, Les Deipnosophistes sont utilisés au VIe siècle par le lexicographe Hésychios d'Alexandrie, et le narrateur de l'œuvre, identifié comme « Athénée », situe son propre récit sous le règne de l'empereur Commode [4], c'est-à-dire de 181 à 192.

Les DeipnosophistesModifier

BibliographieModifier

ÉditionsModifier

  • (de) Georg Kaibel :
    • De Athenaei Epitome. Rostock, 1883.
    • Athenaei Naucratitæ Deipnosophistarum libri XV, 3 vols. Leipzig, 1887-1890.
  • S. P. Peppink, Athenaei Dipnosophistarum Epitome. I-III. Leiden, E.J. Brill, 1936-1939.

TraductionsModifier

  • Banquet des savants, par Athénée, trad. Jean Baptiste Lefebvre de Villebrune, 5 tomes. Paris, Lamy, 1789-1791 lire en ligne sur Gallica
  • Les Deipnosophistes, trad. A.-M. Desrousseaux avec le concours de Charles Astruc, tome I (livres I et II), Les Belles Lettres, collection des Universités de France, 1956, LXXIII-384 p. .
  • The Learned Banqueters, vol. I-VIII, traduction en anglais par S. Douglas Olson. Cambridge (Massachusetts) et Londres, Harvard University Press, « Loeb Classical Library », 2007-2012 (index général dans le tome VIII).

ÉtudesModifier

  • (it) Giuseppe Zecchini, La cultura storica di Ateneo. Milano, Vita e Pensiero, 1989.
  • (en) David Braund & John Wilkins (ed.), Athenaeus and his world : reading Greek culture in the Roman Empire. Exeter, University of Exeter Press, 2000.
  • Luciana Romeri, Philosophes entre mots et mets. Plutarque, Lucien et Athénée autour de la table de Platon. Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Horos », 2002.
  • Dominique Lenfant (éd.), Athénée et les fragments d'historiens. Actes du colloque de Strasbourg (16-). Paris, De Boccard, 2007.
  • Christian Jacob, Faut-il prendre les Deipnosophistes au sérieux ?, Paris, Les Belles Lettres, 2020.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre-Emmanuel Douzat, Marie-Laurence Desclos, Silvia Milanezi et Jean-Francois Pradeau, Guide de poche des auteurs grecs et latins, Clamecy, Les belles lettres, , 301 p. (ISBN 978-2-251-80018-9, notice BnF no FRBNF42428523), p. 56-57
  2. Δειπνοσοφισταί / Deipnosophistaí
  3. (686c)
  4. (537f)

Liens externesModifier