Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour le film, voir Thalasso (film).
Sad Inheritance, 1900. Enfants infirmes prenant un bain de mer à Valence, au centre deux enfants touchés par la poliomyélite

La thalassothérapie (du grec thalassa thérapeia : cure de mer) peut se définir comme étant l’utilisation combinée, sous surveillance médicale, dans un but préventif ou curatif, des bienfaits du milieu marin. Ce traitement thérapeutique, obligatoirement pratiqué en bord de mer, est particulièrement indiqué dans les cas de rhumatismes dégénératifs, douleurs vertébrales, certaines affections dermatologiques.

HistoireModifier

Un médecin de Crémieu, le docteur Joseph La Bonnardière[1], a inventé le mot thalassothérapie en 1865[2], à partir de 2 mots grecs pour signifier "soigner par la mer" [3].

En 1888, le docteur Henry Abélanet met au point pour son fils et quelques autre patients une balnéothérapie à l'eau de mer chauffée dans sa villa de Saint Gilles Croix de Vie. En 1894, Boulogne-sur-Mer réunit 150 médecins au premier congrès international des bains de mer et d'hydrologie[4]. En 1899, Louis-Eugène Bagot ouvre un institut de thalassothérapie à Roscoff, en Bretagne, sur les côtes de la Manche.

Trois générations d’instituts vont se succéder[5] :

  • avant 1960 : des centres de rééducation fonctionnelle sur le modèle du Dr Bagot ;
  • puis les « Instituts de Thalassothérapie », moins médicalisés, avec un patronage sportif ;
  • les « thalasso-spas », plus luxueux, moins médicalisés encore.

En janvier 2015, une nouvelle norme AFNOR est mise en place pour les établissements de thalassothérapie[6]. En 2016, le marché de la thalassothérapie en France dépasse les 150 millions d'euros[7]. En 2018, 20% des Français ont déjà suivi une cure de thalassothérapie selon OpinionWay[8].

DescriptionModifier

 
L'eau et la boue de la mer Morte sont supposées avoir des propriétés curatives.

Contrairement à l’univers thermal, l’univers de la thalassothérapie est pour l’essentiel réduit à l’établissement d’autant plus que dans la majorité des cas il possède sa propre structure d’hébergement. À l’inverse, la notoriété de la commune ou du site est un facteur de réussite pour un institut de thalassothérapie.

Les établissements thermaux offrent (aussi) des soins non médicalisés (de confort) appelés souvent « remise en forme ».

Les établissements de thalassothérapie pratiquent l'hydrothérapie en utilisant uniquement de l'eau de mer.

Dans un site marin privilégié, la thalassothérapie est l'utilisation combinée, sous surveillance médicale et dans un but préventif et curatif, des bienfaits du milieu marin qui comprend : le climat marin, l'eau de mer, les boues marines, les algues, les sables et autres substances extraites de la mer.

Aménagement du territoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les établissements de thalassothérapie peuvent installer des systèmes de pompage de l’eau de mer dans les espaces remarquables de la loi Littoral. Un « espace remarquable » est inconstructible sauf exception et vise à préserver les espaces terrestres et marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, et les milieux nécessaires au maintien des équilibres biologiques.

La construction des systèmes de pompage étant qualifiée d'« indispensables » ou « inhérentes » aux établissements de thalassothérapie, le Juge administratif s'est demandé si la nécessité de proximité immédiate de l'eau pouvait bénéficier des dérogations à l’article L. 121-17 du Code de l’urbanisme.

Par la suite un décret du 21 mai 2019 permet ces constructions dans les espaces remarquables: «à condition que leur localisation dans ces espaces corresponde à des nécessités techniques, les canalisations nécessaires aux services publics ou aux activités économiques, dès lors qu’elles sont enfouies et qu’elles laissent le site dans son état naturel après enfouissement, et que l’emprise au sol des aménagements réalisés n’excède pas cinq mètres carrés».

Enfin, la décision du 25 juin 2019 par le Ministre confirme le décret précédent dès lors que les systèmes s'avèrent «nécessaires aux établissements de thalassothérapie».

Notes et référencesModifier

  1. Joseph (Luc François) La Bonnardière (Crémieu, 1829 - Grenoble, 1887). Jean-Michel Gilot - Généalogie du Dr Joseph La Bonnardière
  2. Joseph La Bonnardière, Introduction à la Thalassothérapie, Thèse de médecine, Boehm & Fils, Montpellier, 1865.
  3. Gilot, Jean-Michel, « Il y a 150 ans : l’invention de la thalassothérapie, une idée qui miroite aux yeux des gens du monde », En Envor, consulté le 29 février 2016.
  4. Les prémices de la Thalassothérapie en France
  5. E Fagnoni, in WACKERMANN Gabriel, Géographie des mers et des océans, Ellipses, 2014, p320
  6. La Thalassothérapie dispose désormais de sa norme AFNOR, www.tourmag.com, 13 janvier 2015 (consulté le 13 juillet 2019)
  7. Mathilde Visseyrias, La bonne santé de la thalassothérapie en France, www.lefigaro.fr, 13 juin 2017 (consulté le 13 juillet 2019)
  8. Esther Elbaz, Comment la thalasso s'est refait une jeunesse, www.lexpress.fr, 1 mars 2018 (consulté le 13 juillet 2019)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier