Théâtre du Nouveau Monde

salle de spectacle et ancienne salle de cinéma à Montréal, Québec, Canada
(Redirigé depuis Théâtre du Nouveau-Monde)
Théâtre du Nouveau Monde
Description de l'image Theatre du Nouveau Monde 04.jpg.
Type Théâtre
Lieu Montréal
Coordonnées 45° 30′ 31″ nord, 73° 33′ 52″ ouest
Inauguration 1951
Capacité 846
Site web www.tnm.qc.ca

Géolocalisation sur la carte : Québec
(Voir situation sur carte : Québec)
Théâtre du Nouveau Monde
Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal
(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Théâtre du Nouveau Monde

Logo actuel

Le Théâtre du Nouveau Monde est un théâtre fondé en 1951 à Montréal. Il jouit d’un statut national le classant parmi les institutions culturelles de langue française les plus importantes en Amérique du Nord. La grande qualité artistique et l’envergure de ses productions ont fait du TNM un lieu de référence de la culture théâtrale au Québec. Théâtre de tous les classiques, ceux d’hier et de demain, le TNM est situé en plein cœur du Quartier des spectacles.

Désirant promouvoir l’ouverture et la liberté artistique, ce théâtre s’est depuis toujours donné comme mission de révéler de nouveaux talents, d’ouvrir des voies théâtrales inédites, tout en visant un large public, sans oublier de diffuser les œuvres majeures du répertoire classique national et international. De Molière à Koltès, de Shakespeare à Michel Tremblay, en passant par Euripide, Racine, Goldoni, Pirandello, Claudel, Tchekhov, Kafka, Brecht, Beckett, Botho Strauss, les classiques, de l’Antiquité au XXIe siècle, et les grandes œuvres québécoises y font l’objet de relectures inspirées, ancrées dans la réalité d’aujourd’hui.

HistoireModifier

Des débuts retentissantsModifier

La compagnie du Théâtre du Nouveau Monde est née à Montréal en 1951 dans l’effervescence culturelle qui a succédé à la Seconde Guerre mondiale et ouvert la voie à la Révolution tranquille, laquelle devait permettre au Québec d’accéder à la modernité. Elle a été fondée par un petit groupe d’hommes de théâtre : Jean Gascon et Jean-Louis Roux (qui avaient débuté dans les Compagnons de Saint-Laurent, une troupe de théâtre dirigée par le père Émile Legault), Guy Hoffmann, Georges Groulx, Robert Gadouas, André Gascon et Éloi de Grandmont. On doit le nom du théâtre à ce dernier. Jean-Louis Roux a ainsi déclaré : « Je ne connais pas exactement les motivations d’Éloi, mais pour nous cela représentait un défi et c’était le constat d’une réalité : nous étions dans le nouveau monde. » Les fondateurs du TNM rêvaient d’une grande compagnie ayant pour mission de produire et de diffuser les œuvres majeures du répertoire classique et contemporain. Pour ce groupe, un tel projet s’inscrivait naturellement dans l’éveil culturel du Québec qui commençait à s’affranchir du joug de la religion catholique. La visite au Québec de la compagnie de Louis Jouvet, au début de l’année 1951, s’est également révélée une importante source d’inspiration pour leur projet.

Le mardi 9 octobre 1951, à 21 h, le rideau se lève sur la première production du TNM : L’Avare de Molière, dans une mise en scène de Jean Gascon, cofondateur et premier directeur artistique de la compagnie. Celui-ci tient également le rôle d’Harpagon. La pièce connaît un succès retentissant, aussi bien à Montréal qu’à Québec ou à Ottawa. Durant les quinze années passées à la barre du TNM, Jean Gascon propose un répertoire très éclectique, qui va de Paul Claudel à Henry de Montherlant en passant par Sacha Guitry. Mais c’est surtout par ses relectures de Molière dans les années 50 que Gascon s’illustre : la dimension physique de l’interprétation, qui caractérise ses mises en scène des Trois farces et du Malade imaginaire, marquera l’histoire de l’interprétation moliéresque au Québec. Plusieurs autres succès marquent les jeunes saisons du TNM, parmi lesquels Richard II de Shakespeare et Le Dindon de Feydeau, La Danse de mort de Strindberg, L’Opéra de Quat’sous et Mère Courage et ses enfants de Brecht. En 1958 le TNM déménage à l'Orpheum, il y restera 9 ans.

Le fonds d’archives Fonds du Théâtre du Nouveau Monde est conservé au centre d’archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[1].

Une première école professionnelle de théâtre au Québec et au CanadaModifier

Le Théâtre du Nouveau Monde ouvre son école d'art dramatique le 10 février 1952[2], bien avant celle du Conservatoire d'art dramatique de Montréal (1954) et celle de l'École nationale de théâtre du Canada (1960). Jean Dalmain et Jean Gascon prendront la direction de l'école. Dalmain se voit confier l'enseignement de l'interprétation. Jean-Louis Roux enseigne la littérature dramatique et l'histoire du théâtre. Guy Hoffmann enseigne le mime et l'improvisation. La comédienne Lucie de Vienne Blanc donne des cours de respiration et de pose de voix.

Le mandat de l'école est de former suffisamment de comédiens pour pouvoir fonder une troupe.

La fermeture de l'école a lieu en mai 1956.

La troupe itinérante : Les Jeunes ComédiensModifier

En 1966, à la demande du Conseil des arts du Canada, le Théâtre du Nouveau Monde produit les spectacles et organise les tournées de cette troupe, née à l'École nationale de théâtre du Canada en 1963[3].

RécompensesModifier

En 1986, lors du 35e anniversaire de la fondation du théâtre, les prix Gascon-Roux ont été créés pour récompenser l'excellence des artistes qui travaillent sur ou derrière la scène du théâtre. Ils sont remis une fois par année lors de la rentrée automnale du TNM.

Projet de modernisationModifier

Le Théâtre du Nouveau Monde planifie un important projet de modernisation de ses équipements scénique et de ses espaces de création de plus de 4 millions $. En août 2009, le Gouvernement du Canada confirmait un appui de 2 millions $[4].

Le TNM a ensuite reçu une subvention de l'ordre de 1 million de dollars du Gouvernement du Québec[5].

FondateursModifier

DirecteursModifier

Notes et référencesModifier

  1. Fonds du Théâtre du Nouveau Monde (MSS3) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)
  2. Hélène Beauchamp, « L’École d’art dramatique du Théâtre du Nouveau Monde : une première école de formation professionnelle », L'Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, no 22,‎ , p. 77–90 (ISSN 0827-0198 et 1923-0893, DOI https://doi.org/10.7202/041331ar, lire en ligne, consulté le 4 février 2020)
  3. Hélène Beauchamp et Fransoise Simon, « Les Jeunes Comédiens du Théâtre du Nouveau Monde ou L’esprit nomade », L'Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, no 22,‎ , p. 91–115 (ISSN 0827-0198 et 1923-0893, DOI https://doi.org/10.7202/041332ar, lire en ligne, consulté le 4 février 2020)
  4. LaPresse.ca : Deux millions pour le Théâtre du Nouveau Monde
  5. Le Devoir : « ...le Théâtre du Nouveau Monde recevait des subventions de l'État de l'ordre de 1 million de dollars »
  6. Ibid., site Web du TNM, consulté le 7 mai, 2009

Liens externesModifier