Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arlequin.
Théâtre Arlequin
Description de cette image, également commentée ci-après
Le théâtre en 2015
Type Théâtre
Lieu Liège, Drapeau de la Belgique Belgique
Coordonnées 50° 38′ 23″ nord, 5° 33′ 57″ est
Direction Marie-Josée Delecour et Serge Swysen
Site web http://www.theatrearlequin.be/

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Théâtre Arlequin

Géolocalisation sur la carte : Liège

(Voir situation sur carte : Liège)
Théâtre Arlequin

Le théâtre Arlequin est une troupe de comédiens installée à Liège, rue Rutxhiel et dirigée par José Brouwers.

Sommaire

HistoireModifier

Les six personnes[1] qui vont fonder en 1956 le théâtre Arlequin - José Brouwers et Christiane Eppe, Hélène van de Welle et Jean-Marie Demoulin, Mauricette Vallée et Christiane Féron - sont issues d'une troupe paroissiale du Laveu, les « Jongleurs de Notre-Dame », sa fonction, animatrice de quartier l'amène à choisir des comédies, cependant son ambition est aussi d'introduire des pièces du domaine classique[2].

En 2011, le roi Albert II a attribué au théâtre Arlequin le privilège d’être « compagnie royale ».

NaissanceModifier

En 1975, sous l'impulsion de José Brouwers, le théâtre se professionnalise et prend la forme juridique d'une ASBL[3]. Des chemins nouveaux sont empruntés, tournées scolaires, participation à des festivals, coproduction avec d'autres théâtres, tournées à l'étranger, tout en restant bien ancré dans la vie liégeoise : en 1980, pour le millénaire de la ville de Liège, est donnée représentation de la pièce Ils sont fous ces Liégeois[4].

En 1990, pour le bicentenaire du compositeur César Franck, la troupe interprète la pièce Monsieur Franck viendra ce soir[5], reprise à Paris, à la mairie du 7e arrondissement.

En 2002, elle joue Simenon, fils de Liège de Jacques Henrard[6].

En 2005, l'Opéra royal de Wallonie, dans le cadre de l'interprétation de la tétralogie de Wagner, commande à l'Arlequin une pièce, jouée au Petit Théâtre de l'Opéra : L'Impromptu de Bayreuth[7].

Café liégeoisModifier

Le Café liégeois est une revue d'actualité née en 1985 et due à six auteurs[8]. Il s'agit de sketches épinglant la vie ( politique, culturelle, socio-économique) de la ville de Liège autour de personnages phares qui parodient et brocardent des personnalités liégeoises : le facteur, le policier, le touriste, la tenancière du café, le barman, les filles de petite vertu, la concierge Madame Bémol (incarné par le comédien Thierry Enckels)...

La troupe se produit également dans des galas philanthropiques, demandés par les différents « services clubs »[9]. Il lui arrive ponctuellement de se produire au Trocadéro ou au Forum, où elle anime régulièrement le gala du Nouvel An[10].

Les sallesModifier

En 1968, une salle est aménagée au no 3 de la rue Rutxhiel, dans le quartier Saint-Christophe, au premier étage et en 1977, une seconde salle au rez-de-chaussée[11]. En 2012, à la suite du décès du propriétaire, la ville de Liège rachète le bâtiment[12],[13].

RépertoireModifier

1956 à 2005[14]Modifier

2005-2006Modifier

2006-2007Modifier

2007-2008Modifier

2008-2009Modifier

2009-2010Modifier

2010-2011Modifier

2011-2012Modifier

Festivals internationauxModifier

  • Vichy 1960 : La Meunière d’Arcos (Casona)
  • Paris (Cité universitaire) 1965 : Le Cercle de craie de Herbert Le Porrier
  • Festival du Jeune Théâtre (Liège) 1966 : La Musara de J.-P. Wauters
  • Festival du Jeune Théâtre (Liège) 1969 : Anne, que fais-tu dans ton coin à enfiler des perles (création collective)
  • Festival du Jeune Théâtre (Liège) 1972 : Les Fraises musclées de Jean-Michel Ribes
  • Festival du Jeune Théâtre (Liège) 1977 : Madras, la nuit où… de Eduardo Manet

DeviseModifier

« C'est une étrange entreprise que de faire rire les honnêtes gens. »

— Molière

DistinctionsModifier

  • 1960 : Trophée royal d’art dramatique décerné par la Fédération nationale des compagnies dramatiques pour La Reine et les Insurgés d'Ugo Betti
  • 1961 : Prix de la mise en scène au tournoi annuel organisé par la Fédération nationale des compagnies dramatiques pour La Meunière d’Arcos de Alejandro Cason
  • 1963 : Trophée royal pour Un Don Juan de Aucouturier
  • 1964 : Prix de la mise en scène pour Mariana Pineda de Federico García Lorca
  • 1965 : Trophée royal pour Le Cercle de craie de Herbert Le Porrier
  • 1966 : Prix de la mise en scène pour Une saga de Hjalmar et Bergman
  • 1967 : Prix de la mise en scène pour Comme il vous plaira de Shakespeare
  • 1968 : Trophée royal pour Andorra de Max Frisch
  • 1973 : Trophée royal pour Don Quichotte de Jamiaque

Notes et référencesModifier

  1. Petite histoire du théâtre Arlequin sur le site officiel.
  2. Jean Brumioul, Théâtre Arlequin (1956-2006), éd . de la Province de Liège , 2006.
  3. Jean Brumioul, op. cit., p.13
  4. « Interview de l'auteur Jean Brumioul »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur La Libre Belgique.
  5. Monsieur Franck viendra ce soir sur Aspasia, annuaire du spectacle de la Communauté française de Belgique.
  6. Simenon, fils de Liège, bellone.be.
  7. « José Brouwers incarne Richard Wagner dans L’Impromptu de Bayreuth qu’il a écrit et interprète magistralement », proxiliege.net, 16 septembre 2005.
  8. « Café liégeois, 5e épisode d'un feuilleton entamé en 1997 », bellone.be, 2009.
  9. Jean Brumioul, op. cit., p.15.
  10. Une aspirine pour deux, gala du 31 décembre 2011.[réf. nécessaire]
  11. Jean Brumioul, op. cit..
  12. « La Ville devrait racheter l’immeuble du théâtre l’Arlequin », todayinliege.be, 24 avril 2012.
  13. Arlequin dans ses murs, La Meuse, .
  14. Jean Brumioul, op. cit., pp.16-126.

Voir aussiModifier