Teotihuacan

site archéologique de la principale ville de l'époque classique du Mexique précolombien

Cité préhispanique de Teotihuacan *
Image illustrative de l’article Teotihuacan
Perspective sur l'« allée des Morts » depuis la « pyramide de la Lune »
Coordonnées 19° 41′ 30″ nord, 98° 50′ 30″ ouest
Pays Drapeau du Mexique Mexique
Subdivision État de Mexico
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii) (iv) (vi)
Numéro
d’identification
414
Zone géographique Amérique latine**
Année d’inscription 1987 (11e session)
Géolocalisation sur la carte : Mexique
(Voir situation sur carte : Mexique)
Cité préhispanique de Teotihuacan
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO

Teotihuacan (qui s’orthographie également Teotihuacán[1], avec un accent sur la dernière syllabe, sans que cela corresponde à la prononciation en nahuatl[2]) est un important site archéologique de la vallée de Mexico, comprenant certaines des plus grandes pyramides mésoaméricaines jamais construites. Outre ses structures pyramidales, Teotihuacan est également connue pour ses grands complexes résidentiels, son avenue centrale appelée par les Aztèques « chaussée des Morts » et ses nombreuses peintures murales aux couleurs bien conservées. La ville s'est développée à partir de 100 av. J.-C. et fut habitée jusqu’à son abandon entre les VIe et VIIe siècles. À son apogée, dans la première moitié du Ier millénaire, à l’Époque classique, Teotihuacan était la plus grande ville de toute l’Amérique précolombienne et pourrait avoir compté plus de 200 000 habitants, étant l’une des plus grandes du monde de l’époque. La civilisation et le complexe culturel associé au site sont également désignés sous le nom de Teotihuacan ou Teotihuacán, en espagnol Teotihuacano.

Le statut de Teotihuacan comme centre d’un Empire est discuté, mais sa puissance en Mésoamérique est bien documentée et prouve l’existence d’une civilisation de Teotihuacan : son influence politique et économique peut être constatée dans de nombreux sites de l’État de Veracruz et de la région maya. L’origine ethnique des habitants de Teotihuacan fait également débat : parmi les candidats possibles, citons les peuples nahuas, otomi ou totonaques. Comme c’est souvent le cas des métropoles, il est possible que Teotihuacan ait été un État multiethnique : les fouilles archéologiques ont en effet montré que Teotihuacan comportait des quartiers distincts pour les Zapotèques, les gens de la côte du golfe du Mexique ou les Mayas. Selon le chroniqueur espagnol Juan de Torquemada, les Totonaques affirmaient qu’ils en étaient les bâtisseurs[3].

La cité se trouve à l’emplacement actuel des municipalités de Teotihuacán et de San Martín de las Pirámides, situées dans l’État de Mexico au Mexique, à environ 40 kilomètres au nord-est de la ville de Mexico et couvre une superficie totale de 82,66 km2 (19° 41′ N, 98° 50′ O).

Le site a été inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987. C’est l’un des sites archéologiques les plus visités du Mexique[4].

ToponymieModifier

Le nom original de la ville est inconnu, mais il apparaît dans des inscriptions mayas sous le nom de puh, ou « Lieu planté de roseaux[5] ». Cela donne à penser que les Mayas de la période classique, contemporains de Teotihuacan, l’ont considérée comme un endroit où poussent des roseaux, semblable à d'autres colonies de la période postclassique au centre du Mexique qui prirent le nom de Tollan, comme Tula et Cholula. À l’époque moderne, le nom nahuatl de Teotihuacan désigne la cité et sa civilisation dont l’influence, à son apogée, s’étendait à la plus grande partie de la Mésoamérique.

Cette convention de nommage a suscité beaucoup de confusion au début du XXe siècle, lorsque des chercheurs se sont demandé quelle ville, Teotihuacan ou Tula, était le Tōllān décrit par les chroniques du XVIe siècle. Il semble maintenant clair que tōllān peut être compris comme un nom commun, un terme générique maya appliqué à n’importe quelle grande colonie. Dans le concept de l’urbanisme méso-américain, tōllān et ses équivalents dans d’autres langues servent de métaphore, associant les faisceaux de roseaux et de joncs qui faisaient partie de l’environnement lacustre de la vallée de Mexico à un grand rassemblement de personnes dans une ville, et pouvant être rendu par le syntagme « cité de la roselière »[6]. Tōllān désignera aussi, des siècles plus tard, la capitale toltèque Tula (Tōllān Xīcohcotitlān en nahuatl).

Les noms originels des monuments du site étant inconnus, ce sont les Aztèques qui les ont appelés en nahuatl « pyramide du Soleil » (Tonatiuh itzacual), « pyramide de la Lune » (Metztli itzacual) ou « allée des Morts » (Miccaotli), d'après l'idée qu'ils se faisaient de leur usage. Ils croyaient que les structures le long de l'avenue principale de la cité étaient les tombeaux des anciens seigneurs de la cité[7].

Étymologie et traductionModifier

Le nom de Teotihuacan est nahuatl, car il a été donné par les Aztèques plusieurs siècles après l’abandon de la ville.

Les sources divergent sur l’étymologie de ce nom. Sa traduction est souvent abrégée en « cité des dieux »[8],[9] car toutes les interprétations désignent un sanctuaire révéré[10] et identifient le suffixe locatif -can, généralement traduit par « lieu »[11], « endroit »[12] ou « cité »[8]. Cette translittération signifiant « lieu de naissance des dieux », refléterait les mythes de la création du monde des Nahuas qui en fixaient l’origine à Teotihuacan. Thelma Sullivan traduit ce nom par l’expression « cité de ceux qui contrôlent la route qui conduit aux dieux[13] ».

Le nom Te-ō’ti’wāka’n prononcé te.oːtiːˈwakaːn en nahuatl, avec l’accent mis sur la syllabe , donnerait, si l’accent tonique était utilisé, Teotihuácan en graphie espagnole ou Teotiwákan en graphie anglaise. En nahuatl, selon les conventions orthographiques normales, aucun accent écrit n’apparaît dans cette position. Cette prononciation et la prononciation espagnole te.otiwa’kan sont toutes deux utilisées, et les deux orthographes Teotihuacan ou Teotihuacán apparaissent dans cet article.

Dans l’hypothèse que le radical serait composé du verbe teotia signifiant « diviniser, sacraliser » et de la particule passive hua signifiant « endroit, lieu, place », on pourrait traduire Teotihuacan par « place divine, sacrée »[11]. Une autre traduction classique est « lieu des adorations » ou « lieu d'adoration »[14] (d'après l'acception « adorer (un dieu) » de teotia)[15],[16]. Si l’on découpe davantage le mot, en distinguant teo(tl) (dieu) de la ligature ti, Teotihuacan peut être traduit par « l’endroit de ceux qui ont des dieux »[12] ou « l’endroit de ceux qui adorent les dieux »[10].

Une autre étymologie décompose le nom en teo(tl) (divinité), chihua ou tchiwa (faire, agir) et can ou kan (endroit)[17] permettant les interprétations : « l’endroit où les dieux agissent » ou « l’endroit où se font les dieux »[18],[19],[20] ou encore « l’endroit où les dieux naquirent »[21].

Bernardino de Sahagún présente comme traduction une expression qui a fait fortune : « l’endroit où les dieux se réunirent ». En effet, dans la mythologie aztèque, c’est l’endroit où les dieux se réunirent pour créer le cinquième soleil : celui de notre ère. Par ailleurs, le fait que « dieu » ou « divin » se dise teo(tl) en nahuatl, theos en grec et deus en latin (le nahuatl n’ayant aucune parenté avec les deux autres) a donné lieu à de nombreuses spéculations pseudo-historiques sur d’éventuels contacts précolombiens, invérifiables en l’état actuel des recherches, entre les bâtisseurs de Teotihuacan et l’Europe antique[22]. De telles ressemblances linguistiques ont donné à un groupe minoritaire de linguistes l’idée qu’il a pu exister au paléolithique une langue originelle unique de l’humanité, alors encore peu nombreuse[23].

Milieu physiqueModifier

Le site archéologique de Teotihuacan est situé dans la vallée du même nom, dans la partie nord-est du bassin de Mexico. A l'époque préhispanique, la vallée se trouvait sur les rives marécageuses du lac Texcoco. D'une superficie de quelque 500 km2 et longue de 35,0 km, elle s'étage entre 2 240 à 2 400 m d'altitude. Le site archéologique se situe à peu près au milieu de la vallée. Celle-ci est traversée par deux rivières : San Juan et San Lorenzo, qui se rejoignent peu au-delà du site, avant de se jeter dans le lac Texcoco. Elle est entourée de montagnes volcaniques au nord, au sud et à l'est. Le sommet le plus important pour l'histoire de la cité est un volcan éteint, le Cerro Gordo, au nord du site, dans l'axe de la chaussée des Morts.

Le sous-sol est formé d'une couche de cendre volcanique durcie appelée tepetate. La couche de sol au-dessus du tepetate varie considérablement du haut vers le bas de la vallée. Dans la partie inférieure se trouvent les meilleures terres agricoles : une plaine alluviale large de 4 à 5 km dont le sol fertile est profond de 3 à 7 m. De nombreuses sources permanentes irriguent cette zone.

Le sous-sol de la vallée recèle des ressources non négligeables du point de vue économique. La plus connue est l'obsidienne, dont il existe un gisement à 18 km de la cité, près d'Otumba. De nombreux dépôts d'argile de bonne qualité sont disponibles pour les potiers.

HistoireModifier

 
Teotihuacan et d'autres sites importants de la période classique

Chronologie indicative du siteModifier

 
Principaux sites associés à la cité de Teotihuacan.

Dès le début du XXe siècle, les archéologues ont entrepris de mettre en place un cadre chronologique. La périodisation la plus courante pour la Mésoamérique, la division en périodes préclassique, classique et postclassique, n'est guère adaptée à l'histoire de Teotihuacan. Les spécialistes ont progressivement élaboré une datation relative basée sur la céramique. Celle-ci, produite en grandes quantités et présente en abondance sur les sites archéologiques, est en effet un excellent marqueur chronologique et a permis d'établir pour Teotihuacan une séquence qui s'étend sur plusieurs siècles, divisée en phases, depuis la phase Patlachique jusqu'à la phase Metepec. On entend par phase un laps de temps caractérisé par la prévalence d'un assemblage de poteries. On distingue actuellement les phases suivantes[24]  :

  • phase Patlachique (100 av. J.-C. - 1 av. J.-C.)
  • phase Tzacualli (1-100 apr. J.-C.)
  • phase Miccaotli (100-170 apr. J.-C.)
  • phase Tlamimilolpa ancien (170-250 apr. J.-C.)
  • phase Tlamimilolpa récent (250-350 apr. J.-C.
  • phase Xolalpan ancien (350-450 apr. J.-C.)
  • phase Xolalpan récent (450-550 apr. J.-C.)
  • phase Metepec (550-650 apr. J.-C.).

George L. Cowill souligne que l'établissement d'une chronologie absolue, qui accompagne les phases céramiques est bien plus hasardeuse et indicative. La datation au radiocarbone qui s'est développée au XXe siècle souffre encore d'un manque de précision : nombre réduit de dates disponibles ou encore écarts qui affectent ces dates. Pour Teotihuacan ces dates ont fait l'objet de révisions au XXIe siècle, par exemple la destruction par le feu, accompagnée d'actes de violence et de vandalisme, du centre civico-cérémoniel. Ces événements jadis situés vers 750 apr. J.-C.[25] sont maintenant datés de 600-650 ou même de 550.

OriginesModifier

Faute de documents écrits anciens, les origines de Teotihuacan sont mystérieuses et l'origine de ses habitants est débattue. Se fondant sur des textes de la période coloniale, comme le codex de Florence, les archéologues ont longtemps pensé qu'elle avait été construite par les Toltèques. Toutefois, le mot nahuatl « toltèque » signifie généralement « artisan du plus haut niveau » et ne peut pas se référer uniquement à la civilisation toltèque centrée sur Tula. De plus, la civilisation toltèque s’est épanouie des siècles après celle de Teotihuacan : ce peuple, tel qu'il était à l'époque de Tula, n'aurait donc pas pu être le fondateur de Teotihuacan dont les premiers bâtiments ont été datés des environs de 200 av. J.-C. La plus grande pyramide, la pyramide du Soleil, a été terminée vers l’an 100 apr. J.-C.[26].

La question a continué à préoccuper les spécialistes pendant plusieurs dizaines d'années. Les Otomis, les Nahuas, les Totonaques, les Mazatèques ou les Popoloques ont été proposés comme principale ethnie, sans qu'aucune hypothèse emporte une adhésion totale[27]. Assez ironiquement, le seul habitant de la cité dont nous connaissons l'origine, est un Zapotèque, dont le nom nous a été conservé en glyphes zapotèques. George L. Cowgill pense que, plutôt que de poser la question "Qui ?", il faut se demander "Pourquoi ?" et "Comment ?"[28].

Traditionnellement, la réponse était que le bassin de Mexico comptait originellement un centre important : Cuicuilco (20-30 ha) au sud-ouest du lac Texcoco, alors que Teotihuacan, au nord-est du lac, ne comportait que deux gros villages, couvrant une superficie de 4 ha au début de la phase Patlachique. Lorsque, vers 50 av. J.-C., le volcan Xitle ensevelit Cuicuilco, permettant à la vallée de Teotihuacan, peu ou pas touchée, de se développer et de devenir le seul centre dominant du bassin, s'accroissant probablement de la population déplacée par l'éruption. Ces émigrants pourraient avoir accéléré la croissance de Teotihuacan[29]. Cette théorie a été mise à mal par le vulcanologue Claus Siebe, qui a établi que l'éruption qui engloutit le site de Cuicuilco, avait eu lieu entre 200 et 400, c'est-à-dire longtemps après son abandon. Siebe a par contre noté une éruption du volcan Popocatepetl vers 200-1 av. J.-C., qui pourrait avoir contribué à la dépopulation du sud-est du bassin de Mexico et à la croissance explosive de Teotihuacan au cours de la phase Tzacualli. [30].

Ce qui est certain, c'est que la croissance de Teotihuacan s'explique par une multiplicité de facteurs : présence de sources , une surface arable plus importante que dans la vallée de Mexico, sans compter le contrôle des importants gisements d'obsidienne d'Otumba et Sierra de las Navajas. La vallée de Teotihuacan occupait en outre une position privilégiée sur la route qui reliait le bassin de Mexico à la côte du Golfe.

CroissanceModifier

Au cours de la phase Patlachique s'amorce la croissance d'une véritable agglomération urbaine. Le Teotihuacan Mapping Project a révélé une concentration importante de tessons dans deux zones du nord-est du site. Des trois monuments religieux emblématiques de Teotihuacan seule la première phase de la pyramide de la Lune, de taille modeste (23,5 m de côté), a été réalisée[31]. L'orientation de ce premier édifice diffère de quatre degrés de ce qui deviendra plus tard l'orientation canonique de Teotihuacan (une déviation de 15° 30' à l'est du nord astronomique)[32]. À la fin de cette phase, la ville comptait sans doute déjà quelque 20 000 habitants[33].

Au cours de la phase Tzacualli (1-100 apr. J.-C.), la croissance démographique continue. On estime que la cité compte 60 à 80 000 habitants et occupe une superficie de 17 km2 à la fin de cette époque. De la phase Tzacualli date la construction de la pyramide du Soleil. Construit d'un seul jet en briques crues couvertes du fameux "béton" de Teotihuacan, cet édifice d'1 175 000 m3 devient l'épicentre de la cité. Il témoigne avec éclat de la capacité des gouvernants de la cité à mobiliser une énorme main-d'œuvre. La pyramide de la Lune reçoit deux agrandissements mineurs. Ces deux édifices sont édifiés selon l'orientation de 15° 30' à l'est du nord astronomique, qui deviendra la "marque" de Teotihuacan.

La phase Miccaotli et le début de la phase Tlamimilolpa (100-250 apr. J.-C.) voient un ralentissement de l'accroissement démographique. Le centre civico-cérémoniel de la cité prend peu à peu la configuration que nous lui connaissons. La pyramide de la Lune est spectaculairement agrandie : sa superficie est multipliée par neuf. La construction de la pyramide du Serpent à plumes et de la Citadelle s'est déroulée à la même époque

ApogéeModifier

À son apogée, au cours des phases Tlamilolpa et Xolalpan (250-550), la ville avait atteint son extension maximum et couvrait plus de 22,5 km2. Certains édifices commencent à être superposés à des bâtiments précédents. Cette période voit encore la construction du Grand ensemble. Elle abritait probablement une population de plus de 150 000 personnes, peut-être même 250 000[34]. Il est à noter que les estimations de population varient souvent entre les auteurs suivant la manière d’interpréter les données

La ville était multiethnique et comprenait des populations venues de toute la région placée sous l'influence de Teotihuacan. Certains quartiers ("barrios" en espagnol) en périphérie de la ville hébergeaient des groupes venus de régions plus lointaines : Oaxaca, Michoacan, côte du golfe ou région maya. On a identifié un "quartier zapotèque", également connu sous le nom de Tlailotlacan, à l'ouest de la cité, qui comprenait la Structure 19, occupée par des gens originaires du Michoacan. Ces Zapotèques se sont progressivement intégrés à la société teotihuacane, tout en conservant certaines particularités culturelles : écriture, coutumes mortuaires, habitudes alimentaires[35]. Le quartier dit "des commerçants", d'une étendue de 4 ha, se situait à l'est de la cité. Comme son nom l'indique, ses occupants, venus du Veracruz, s'occupaient de commerce à longue distance. Ils occupaient des édifices de plan circulaire, très différents des autres structures de Teotihuacan[36].

La principale avenue centrale de la cité, appelée l'« allée des morts » (Miccaotli en nahuatl) mais dont on ignore le nom originel, est aujourd'hui encore bordée d'une architecture cérémoniale impressionnante, comprenant les immenses pyramide du Soleil (la deuxième plus importante pyramide du Nouveau Monde après la grande pyramide de Cholula), pyramide de la Lune, la pyramide du Serpent à plumes (en) ou temple de Quetzalcoatl et de nombreux palais et temples de moindre importance. À noter l'absence de toute fortification et structure militaire dans la ville.

 
Plate-forme sur l'« allée des Morts » : un exemple du module de construction talud-tablero

Teotihuacan était devenue la plaque tournante de l'économie d'une grande partie de la Mésoamérique. Elle était un lieu d'échanges avec les autres entités politiques de Mésoamérique, notamment pour le commerce du jade, du copal, du mica en provenance d'Oaxaca, de l'onyx, de la résine aromatique de la côte du golfe du Mexique ou des plumes caudales du quetzal venues du pays maya. Parmi les produits manufacturés qu'elle exportait à des centaines de kilomètres figuraient les objets d'obsidienne que ses artisans façonnaient, un large éventail de poterie, à usage domestique ou rituel, comme les vases tripodes fort appréciés.

EffondrementModifier

On croyait initialement qu'aux alentours des VIIe et VIIIe siècle, la ville avait été mise à sac et brûlée par des envahisseurs, probablement des Chichimèques. Cependant, des fouilles plus récentes semblent indiquer que l'incendie de la cité s'est limité aux structures et habitations associées avant tout à la classe dirigeante, tandis que les districts pauvres ne furent presque pas touchés, ce qui peut s'expliquer par une émeute à l'intérieur de la ville. En effet, comme les premiers travaux archéologiques se sont focalisés sur les palais et les temples, lieux fréquentés par les élites, et que tous ces sites montraient des traces d'incendie, les archéologues en ont conclu, un peu hâtivement semble-t-il, que l'ensemble de la cité avait brûlé. Cependant, il apparaît à présent que la destruction de la cité s'est limitée aux symboles du pouvoir : certaines statues ont même été méthodiquement détruites et leurs fragments dispersés : dans le complexe de Xalla, on a découvert à plusieurs mètres de son socle plus de 160 fragments d'une statue méthodiquement fracassée au moyen de divers outils, qui gisaient au milieu des restes calcinés d'une chapelle.

Des indices de déclin démographique au début du VIe siècle tendent à confirmer l'hypothèse de troubles internes. Le déclin de Teotihuacan a pu être mis en corrélation avec de longues périodes de sécheresse liées au refroidissement brutal provoqué par le changement climatique de 535-536 apr. J.-C. Cette théorie du déclin écologique s’appuie sur des vestiges archéologiques qui montrent une augmentation du pourcentage des squelettes d’adolescents porteurs d’indices de malnutrition au cours du VIe siècle. La violence et les troubles internes peuvent découler d'une période de sécheresse et de famine générale[37], les élites étant tenues pour responsables puisqu'en leur rôle à la fois religieux et politique, elles avaient la charge de l'équilibre du monde et de la prospérité de la cité. D’autres cités situées à proximité comme Cholula, Xochicalco et Cacaxtla se sont affrontées pour combler le vide laissé par le déclin de la puissance de Teotihuacan. Il est possible qu’ils aient profité des difficultés de Teotihuacan pour réduire son influence et son pouvoir. L'art et l'architecture de ces sites imitent le style de Teotihuacan, mais démontrent également un mélange éclectique de motifs et d'iconographies provenant d'autres parties de la Méso-Amérique, en particulier de la région maya.

Les défenseurs de la théorie de l'invasion s'appuient sur des peintures murales de Cacaxtla, parmi lesquelles on a trouvé une peinture de bataille représentant le glyphe de Teotihuacan sur une pyramide en flammes, symbole d'une cité conquise en Mésoamérique. Cela voudrait dire qu'il y eut une attaque contre Teotihuacan menée par les habitants de Cacaxtla. Cependant il n'était pas rare à l'époque que des potentats s'attribuent faussement une victoire.

Teotihuacan et les MayasModifier

La nature des interactions politiques et culturelles entre Teotihuacan et les cités de la région maya (comme ailleurs en Mésoamérique) a été un sujet de débats importants depuis la découverte à Uaxactun en 1933 de céramiques provenant de Teotihuacan[38]. L'essentiel des échanges et des interactions se sont produits au cours des siècles écoulés depuis la période préclassique tardive jusqu’au milieu de la période classique. Les « idéologies inspirées par Teotihuacan » et sa culture ont persisté dans les centres Maya au cours de la période classique tardive, longtemps après le déclin de la ville de Teotihuacan elle-même[39]. Cependant, les chercheurs débattent encore entre eux de l’importance de l'influence de Teotihuacan et de son étendue. Certains pensent que la cité a exercé une domination directe et militaire, d'autres que l'adoption de traits « étrangers » faisait partie d'une diffusion culturelle sélective, consciente et agissant dans les deux sens. De nouvelles découvertes suggèrent que Teotihuacan n'était pas très différente dans ses interactions avec d'autres capitales des empires plus tardifs, comme ceux des Toltèques et des Aztèques[40],[41]. On estime que Teotihuacan a eu une influence majeure sur la civilisation Maya préclassique et classique, très probablement par la conquête de plusieurs centres et régions Mayas, y compris Tikal et la région de Petén, et par son influence sur la culture maya.

 
Plaque de jade représentant un souverain maya, retrouvée à Teotihuacan (British Museum).

Les styles architecturaux prédominant à Teotihuacan se retrouvent dans un certain nombre de sites mésoaméricains éloignés, ce que certains chercheurs ont interprété comme une preuve d'interactions profondes avec Teotihuacan ou d’une domination politique et militaire[42]. Un style particulier associé à Teotihuacan, connu sous le nom de talud-tablero, est un module dans lequel un soubassement en talus sur le côté extérieur d'une structure (talud) est surmonté par un panneau vertical rectangulaire en saillie (tablero). Les variantes de ce style générique se rencontrent dans un certain nombre de sites de la zone maya, parmi lesquels Tikal, Kaminaljuyu, Copan, Becan et Oxkintok, en particulier dans le bassin de Petén et les hautes terres du centre du Guatemala[43],[44]. Le style talud-tablero a fait sa première apparition à Teotihuacan au début de l'époque classique et il semble avoir son origine dans la région de Tlaxcala-Puebla au cours de la période préclassique[45]. Des analyses ont retracé le développement des variantes locales du style talud-tablero sur des sites comme Tikal, où son utilisation précède l'apparition au Ve siècle de motifs iconographiques partagés par Teotihuacan. Le style talud-tablero s’est diffusé dans toute la Mésoamérique, à partir de la fin de la période préclassique, et non pas spécifiquement, ou seulement, par le biais de l’influence de Teotihuacan. On ne sait pas comment, ni à partir d'où, le style s’est propagé dans la région maya[45],[46].

La ville était un centre d'industrie qui abritait de nombreux potiers, bijoutiers et artisans. Teotihuacan est connue pour avoir produit un grand nombre d’artefacts en obsidienne. On ne connaît aucun texte non idéographique de cette ville existant ou ayant existé. La cité est toutefois mentionnée sur certains monuments mayas, montrant que la noblesse de Teotihuacan voyageait et contractait des alliances matrimoniales avec les potentats locaux jusqu'à Copán dans l'État actuel du Honduras. Des inscriptions mayas font référence à un individu surnommé par les archéologues anglophones « Spearthrower (= propulseur, atlatl, arme caractéristique de Teotihuacan) Owl (= hibou) », qui serait un dirigeant de Teotihuacan ayant régné près de 60 ans et qui aurait imposé son fils comme roi de Tikal et Uaxactun[47] (dans l'État actuel du Guatemala). Ces relations étaient réciproques : on a retrouvé à Teotihuacan des objets provenant de la zone maya. Plus éclairant encore : l'analyse isotopique de trois squelettes retrouvés récemment dans une tombe de la Pyramide de la Lune a permis de déterminer qu'ils étaient originaires des Hautes-Terres mayas[48].

Civilisation de TeotihuacanModifier

Diversité ethniqueModifier

Des preuves archéologiques suggèrent que Teotihuacan était une ville multi-ethnique, avec des quartiers distincts occupés par les Otomi, les Zapotèques, les Mixtèques, les Mayas et des peuples nahuas. Selon les Aztèques, les Totonaques affirmaient que c'étaient eux qui l'avaient construite, mais cette version n'a pas été corroborée par les découvertes archéologiques. En revanche, en 2001, Terrence Kaufman (en) a présenté des travaux linguistiques suggérant qu'un important groupe ethnique de Teotihuacan était apparenté sur le plan linguistique à la famille des langues totonaques et /ou mixe-zoque[49]. Selon Terrence Kaufman, cela pourrait expliquer l'influence générale des langues totonaques et mixe-zoques sur beaucoup d'autres langues méso-américaines (en). C'est cependant la langue otomi qui était la lingua franca dans la région de Teotihuacan, à la fois avant et après la période classique[50]. Il n'est donc pas possible, en l'état actuel des recherches, de préciser quel groupe culturel et ethnique était dominant à Teotihuacan et de plus, il est possible d'une part que cette prédominance (s'il y en avait une) a pu passer d'un groupe à l'autre au fil des phases, et d'autre part que tel groupe a pu prédominer dans le domaine artisanal, tel autre dans le domaine commercial, tel autre encore dans le domaine religieux et ainsi de suite[51].

 
Une peinture murale représentant un personnage qui a été identifié comme étant la grande déesse de Teotihuacán

ReligionModifier

En l'absence de textes, les spécialistes ne peuvent s'appuyer que sur les fouilles archéologiques et les analogies ethnohistoriques pour émettre des hypothèses sur la religion de Teotihuacan. Celle-ci fait partie des religions mésoaméricaines qui présentent beaucoup de similarités avérées. Il s'agit de religions polythéistes, dotées d'un panthéon, et immanentes, c'est-à-dire que les forces surnaturelles imprègnent le monde naturel. Les arts plastiques constituent notre principale source d'information. Les artefacts sont notoirement difficiles à interpréter de façon fiable et objective[52]. La recherche est donc en constante évolution et les débats nombreux, comme celui à propos de la "grande déesse de Teotihuacan".

PanthéonModifier

Au XXe siècle, les similarités avec les représentations des divinités aztèques au Postclassique, ont conduit les spécialistes à attribuer à certaines divinités de Teotihuacan des noms nahuatl (langue des Aztèques) comme Tlaloc, Chalchiutlicue, Huehueteotl ou Quetzalcoatl. De nombreux chercheurs sont d'avis qu'il faut faire preuve de prudence, même lorsque la continuité ne semble pas faire de doute, et employer des dénominations descriptives plus neutres[53]. Ils parlent donc du "dieu de l'orage" ("storm god" en anglais) plutôt que de Tlaloc.

Dieu de l'orageModifier
 
Acrotère (almena en espagnol) représentant le dieu de l'orage. Un nénuphar est pendu à sa mâchoire supérieure.

Le dieu de l'orage est souvent considéré comme un prototype du dieu aztèque Tlaloc. Si certains auteurs continuent à l'appeler par son nom aztèque, depuis la fin des années 1980 de nombreux autres préfèrent l'expression "dieu de l'orage"[54]. Il est présent dans l'art de Teotihuacan sous la forme des "vases Tlaloc" ou de peintures. Il est doté d'attributs caractéristiques : des yeux cerclés (le mot"lunettes" est fréquemment employé), des crocs proéminents et une lèvre supérieure retroussée. Il tient dans une de ses mains un éclair ondulant. Esther Pazstory a distingué deux formes de cette divinité : "Tlaloc A", aux canines de jaguar proéminentes, tenant un lis d'eau dans la gueule, et "Tlaloc B", doté d'une langue bifide[55]

 
Peinture du dieu de l'orage tenant un éclair ondulant (ensemble résidentiel de Tetitla).

Le dieu de l'orage est une divinité complexe. Associé à la pluie bienfaisante et aux moissons, dans une région où la saison humide est toujours attendue, il est représenté sur certaines peintures en porteur de maïs. Il est aussi associé au jaguar[56], dont le rugissement fait penser au grondement du tonnerre. Le tonnerre est associé à l'arrivée de la pluie et à la fertilité, mais également à la guerre, comme on peut le voir dans la lointaine cité maya de Tikal, dont le roi, originaire de Teotihuacan, est représenté sur le côté de la stèle 31, tenant un bouclier portant l'effigie du dieu de l'orage[57].

Serpent à plumesModifier
 
Tête de serpent à plumes émergeant d'une collerette de plumes.

En 1917, Manuel Gamio mit au jour les éléments architecturaux cachés de la pyramide au centre de la cité, parmi lesquels une frise de serpents couverts de plumes ondulant sur les talus et des têtes de serpents jaillissant d'une collerette de plumes sur les panneaux. Ces éléments donnèrent leur nom au bâtiment : le temple du Serpent à plumes. C'est la première apparition de cette créature au Mexique central[58]. Ce nom fut rapidement associé dans la littérature archéologique à celui de Quetzalcoatl, (combinaison du nom de l'oiseau quetzal et du mot "serpent" en nahuatl), une des principales divinités de l'époque postclassique. Le corps du serpent de Teotihuacan est couvert de plumes de la queue de quetzal, un oiseau qui ne vit pas au Mexique central, mais dans les forêts des hautes-terres mayas. Cette divinité n'est connue à Teotihuacan que sous cet aspect zoomorphe, très exactement celui d'un serpent à sonnettes, alors que dans le panthéon aztèque, elle est également représentée sous forme humaine. Sur la façade du temple du Serpent à plumes, elle nage au milieu de coquillages ou d'escargots.

Dieu du feuModifier

Parmi les divinités relativement bien cernées par les chercheurs figure un dieu du feu antérieur à Teotihuacan. On le trouve déjà à Cuicuilco et on l'appelle "vieux dieu", l'équivalent de son nom aztèque, Huehueteotl. Ses représentations en ronde-bosse sont immédiatement identifiables : un vieillard courbé et ridé, à la bouche édentée, assis en position du lotus, les deux mains appuyées sur les genoux, mais dans une position différente. Sa tête soutient un brasero dont les bords sont entourés de losanges avec un disque au milieu.

Dieu masquéModifier

On a retrouvé à Teotihuacan des figurines dont l'identité est controversée. Ces figurines, portant un masque, ont été identifiées par certains chercheurs comme des représentations du dieu postclassique Xipe Totec, ou en tout cas son prototype[59]. Les Aztèques écorchaient une victime, dont un prêtre revêtait la peau. À Teotihuacan, trois trous indiquent les yeux et la bouche du porteur. Le masque servait apparemment plus à cacher le visage qu'à le protéger. L'absence de nez semble montrer qu'il ne s'agit pas d'un véritable visage écorché. Il pourrait s'agir d'un morceau de peau prélevé sur une autre partie du corps, puis perforé. Selon certains auteurs, il ne s'agirait pas de représentations d'une divinité, mais de guerriers portant une protection en cuir[60].

Grande déesseModifier
 
Peinture murale de Tetitla identifiée par Esther Pasztory comme représentation de la "Grande Déesse".

La Grande Déesse est un concept fort débattu. Elle serait reconnaissable à sa grande coiffe comportant une tête d'oiseau, des mains jaunes qui esquissent un geste de don ou encore un ornement nasal muni de crocs. Dans les années 1970, cette entité a été popularisée dans la littérature scientifique par Esther Pasztory, bien que par la suite, celle-ci se soit montrée plus prudente[61]. Partant de peintures murales de Tepantitla et de Tetitla, elle l'appelle simplement "la Déesse". En 1987, Hasso von Winning fut le premier à l'appeler "Grande Déesse". Il fut également le premier à inclure dans ses représentations les grands monolithes de Teotihuacan. Elle aurait été la principale divinité de Teotihuacan. Le principal détracteur du concept de "grande déesse" est Zoltan Paulinyi, dans un article souvent cité, "The "Great Goddess" of Teotihuacan. Fiction or Reality?"[62]. Il doute de l'existence de la Grande Déesse, qui serait selon lui un amalgame de plusieurs divinités féminines ou même masculines.

Cosmologie, cosmogonie et mythologieModifier

Les habitants de Teotihuacan partageaient avec les autres peuples mésoaméricains la notion que l'univers se compose de trois niveaux : le ciel, la terre et l'inframonde (ou monde souterrain). À chaque niveau l'univers est structuré par les quatre directions cardinales (nord, est, sud et ouest) et un point central, l’"axis mundi" (ou axe du monde en latin). Cette structure symbolique, appelée quinconce, est omniprésente à Teotihuacan. La disposition de la cité elle-même reproduisait l'univers dont la Citadelle marquait l’axis mundi au croisement de l'Allée des Morts et de l'avenue Est-Ouest[63].

Le quinconce se retrouve dans l'architecture du singulier "édifice des Autels", au pied de la pyramide de la Lune. Celui-ci a attiré l'attention des chercheurs. À l'intérieur sont disposées symétriquement dix structures (les "autels") : une au centre, quatre (si l'on considère que les deux structures plus petites situées de part et d'autre de l'entrée du côté est n'en constituent qu'une) aux points cardinaux et quatre, disposés en oblique, aux points intercardinaux[64]. Dans un article qui lui valut les éloges d'Eduardo Matos Moctezuma[65], l'archéologue Otto Schöndube a souligné la ressemblance entre cette disposition spatiale et le Codex Fejérváry-Mayer. La première page de ce codex postclassique représente un cosmogramme extrêmement élaboré intégrant temps et espace sacrés.

Par leur disposition, les dépôts-offrandes de la pyramide de la Lune reflètent également la géographie cosmique : aux quatre coins et au centre du dépôt 2 les archéologues ont retrouvé un vase Tlaloc placé de façon à le structurer en cosmogramme. De la même manière, dans le dépôt 6 neuf aigles ont été placés au centre et aux directions cardinales et intercardinales.

Le quinconce cosmique peut être reproduit sous les formes les plus diverses et les plus inattendues, comme ce groupe de cinq jarres ayant contenu des pigments[66]

 
Avenue des Morts, pyramide de la Lune et Cerro Gordo en arrière-plan
 
Pyramide du Soleil et Cerro Patlachique en arrière-plan

Dans la géographie sacrée mésoaméricaine chaque élément du paysage se voit attribuer une signification. Dans l'iconographie de Teotihuacan, un motif revient très fréquemment : trois montagnes en forme de U renversé disposées en triangle[67], qui correspondent sans doute au mythe des trois pierres de la création chez les Mayas. La pyramide de la Lune a été construite de façon à se détacher sur le fond formé par le cratère volcanique du Cerro Gordo, symbole de la montagne dispensatrice d'eau, si importante pour les agriculteurs. De la même manière, pour un spectateur qui observe la pyramide du Soleil depuis le nord, l'édifice reproduit la forme du Cerro Patlachique au sud, le troisième sommet montagneux de la triade étant le Cerro Malinalco, à l'ouest[68]. Cette structure triadique est également récurrente ailleurs dans l'architecture de la cité, où les ensembles de trois temples sont nombreux. Les montagnes jouent également un rôle important dans la cosmogonie mésoaméricaine. À Teotihuacan la pyramide du Serpent à plumes incarne littéralement la montagne qui émerge des eaux primordiales au début des temps, puisque la gigantesque place qui occupe une grande partie de sa superficie pouvait être inondée[69] et l'est encore actuellement lors de violentes pluies d'orage.

RituelsModifier

Les rituels ont pour objet d'assurer la cohésion sociale de la cité multiethnique. Ils concernent des matières variées, qu'il s'agisse, au niveau de la cité, de s'assurer de bonnes moissons, des succès militaires, de veiller à l'ordre cosmique, ou, au niveau de la famille, de s'assurer la guérison de quelqu'un ou la prospérité de la maison.

 
Fragment d'une procession, représentant un personnage (coiffé d'une tête de serpent à plumes) faisant une offrande face à un paquet surmonté d'épines de maguey. Provenance probable : Tlacuilapaxco.

Des processions sont très fréquemment représentées sur des emplacements muraux sous forme de figures de profil, en particulier des figures multiples, souvent représentées tenant un petit sac d'une main et de l'autre en train de répandre des offrandes[70]. De leur bouche sortent des volutes symbolisant des chants (ou des cœurs saignants) ; des empreintes de pas suggèrent des processions et des chorégraphies. Les participants sont des humains, des animaux et des hybrides.

Teotihuacan semble avoir partagé avec d'autres cultures un rite précurseur de la cérémonie du feu nouveau, bien attestée chez les Aztèques, qui célébraient le début de cycles calendaires de 52 ans. A Teotihuacan ce rituel est évoqué par des sculptures de pierre représentant un faisceau de branches liées qui semblent brûler et appelées "ligatures des années"[71].

Des rituels domestiques sont célébrés autour des autels dans les ensembles d'habitation. Ils sont archéologiquement associés à des brûleurs d'encens (copal), qu'il s'agisse d'encensoirs-théâtre ou des effigies de Huehueteotl.

Les Teotihuacans pratiquaient des sacrifices : des os humains et animaux des victimes, associés à des artefacts d'une grande richesse, ont été découverts lors des fouilles des pyramides de Teotihuacan, principalement la pyramide de la Lune et la pyramide du Serpent à plumes. La question des sacrifices humains a pendant très longtemps fasciné le public et suscité des débats au sein de la communauté scientifique. Dans le contexte du XXe siècle, chercheurs et archéologues véhiculèrent d'une part l'image d'une théocratie pacifique à l'époque classique, d'autre part celle d'un impérialisme sanguinaire à l'époque postclassique chez les Aztèques. Si la vision embellie de Teotihuacan perdura pendant la première moitié du siècle, au cours des années 1982-1984, ensuite en 1988-1989 et enfin en 1992-1994, des fouilles mirent en lumière des pratiques sacrificielles sur des êtres humains, dont l'ampleur et la violence étaient incontestables : au total 137 squelettes d'hommes et femmes dont la mort est associée à l'édification de la pyramide du serpent à plumes.[72]. Entre 1998 et 2004, ces pratiques furent confirmées par les fouilles menées dans la pyramide de la Lune[73].

Il existe plusieurs hypothèses à propos du sens exact de ces sacrifices humains et animaux[74]. Ils ont pu avoir lieu dans le cadre d'une consécration, lorsque des bâtiments étaient construits ou agrandis ou bien ils constituent le remboursement de la dette que les hommes ont à l'égard des dieux pour les bienfaits dont ils les comblent. Selon l'archéologue Saburo Sugiyama, dans le cas de la pyramide du Serpent à plumes, on ne peut pas exclure que ces sacrifices soient associés à la tombe d'un haut dignitaire, qu'on a cherchée en vain jusqu'à présent[75]. Comme à d'autres endroits du monde, par exemple les Tombes royales d'Ur, les victimes seraient alors des serviteurs accompagnant leur maître dans la mort.

 
Reconstitution du dépôt 5 de la pyramide du Serpent à plumes : neuf squelettes dont les mains sont croisées dans le dos

L'immense majorité des squelettes avaient les mains croisées dans le dos comme s'ils avaient été ligotés[76]. Leur statut et leur traitement étaient très variables : ceux de la pyramide du Serpent à plumes étaient tous richement parés, contrairement par exemple au dépôt-offrande 6 de la pyramide de la Lune, où les archéologues ont retrouvé deux victimes soigneusement disposées en position fléchie et accompagnées d'ornements somptueux, alors que dix autres avaient simplement été jetées pêle-mêle dans la fosse[77]. Contrairement aux deux premières, elles n'étaient pas accompagnées d'ornements, une information qui prend tout son sens lorsqu'on sait qu'en Mésoamérique, la nudité faisait partie des traitements dégradants réservés aux prisonniers de guerre. On ignore l'identité des victimes, mais il y a tout lieu de supposer qu'il pouvait s'agir soit d'un tribut versé par des communautés soumises, soit de guerriers ennemis capturés au combat[78]. Cette hypothèse est confortée par les analyses ostéologiques effectuées sur les corps : la plupart de ces individus avaient vécu ailleurs qu'à Teotihuacan.

Les victimes animales appartenaient à des espèces prestigieuses et hautement symboliques, présentes dans les peintures murales : puma, loup, aigle, faucon, hibou et serpent à sonnettes, associées à la guerre et aux ordres militaires[79]. Certains animaux avaient été enfermés dans des cages et enterrés vivants. Ces rituels de mise à mort avaient probablement aussi un sens lié à ce que l'on attendait de la divinité[source insuffisante][80].

Des rituels perimortem ont également été attestés par des études d'archéo-anthropologie funéraire sur les défunts, permettant d'établir des pratiques de démembrement des cadavres, de découpe ou de crémation, mais aucune preuve de cannibalisme, aucune trace de cuisson n'ayant été retrouvée [81].

Pratiques funérairesModifier

 
Sépulture

Les fouilles de Teotihuacan n'ont rien révélé qui ressemble à une nécropole[82]. Tous les dépôts funéraires retrouvés l'ont été dans un contexte d'habitat, sous le sol des maisons ou des patios, une pratique attestée ailleurs en Mésoamérique. On a retrouvé quelque 2 000 inhumations, isolément ou par petits groupes. Les défunts ont été placés dans une fosse circulaire, en position fléchie ou assise, De nombreux archéologues ont émis l'hypothèse controversée qu'ils avaient été inhumés sous forme d'un paquet funéraire. Cependant, des restes de tissu pourraient en effet aussi bien être des lambeaux de vêtement que d'un paquet mortuaire. Une pièce célèbre représentant possiblement un paquet funéraire surmonté d'un masque a été fréquemment utilisée comme argument en faveur de l'usage[83]. Des exemples d'incinération ont également été retrouvés.

La plupart du temps, les sépultures contiennent un mobilier plus ou moins varié, qui permet aux archéologues de déterminer le statut social des morts. En effet, les tombes regroupent des objets variés, qu'il s'agisse d'objets typiques de leur activité, d'ornements personnels ou encore des pièces d'armement comme des armes en pierre, des lames, des pointes de flèches, ainsi que des outils domestiques et fonctionnels comme des grattoirs en obsidienne. Parmi les objets en céramique les plus raffinés figurent des encensoirs-théâtre, des vases tripodes ou de la vaisselle "orange mince".

L'absence de tombes prestigieuses pour les souverains continue à intriguer les archéologues et fait l'objet de polémiques. De telles tombes pourraient avoir été pillées à une époque ancienne ou ne pas encore avoir été découvertes. L'hypothèse privilégiée est cependant que, contrairement aux Mayas, chez qui la royauté était exaltée, à Teotihuacan le pouvoir était collégial et qu'il ne s'affichait pas dans des sépultures individuelles[84] .

Des pratiques mortuaires différentes ont également permis de détecter la présence de communautés étrangères, comme l'inhumation en chambres maçonnées pour des individus provenant d'Oaxaca.

GouvernementModifier

La question du gouvernement à Teotihuacan se pose avec d'autant plus d'acuité que la cité a existé pendant plusieurs siècles et que la forme de ce gouvernement a donc pu évoluer autant qu'à Rome par exemple, mais que contrairement à Rome, nous ne disposons pas d'archives pour l'éclairer et que nous en sommes réduits aux témoignages archéologiques et aux comparaisons ethnohistoriques avec d'autres sociétés mésoaméricaines.

Les témoignages archéologiques les plus évidents pour les chercheurs de la première moitié du XXe siècle étaient des pyramides gigantesques et une iconographie qui leur semblait indiquer l'omniprésence de divinités et de prêtres. Au milieu du XXe siècle, la majorité des chercheurs avaient donc de Teotihuacan la perception quelque peu idyllique d'une théocratie pacifique dirigée par des prêtres[85]. Ces conceptions se sont radicalement modifiées après que les fouilles entreprises dans les années 1980 dans le temple du serpent à Plumes ont permis la découverte de guerriers sacrifiés en masse.

Après l'abandon du modèle théocratique, les chercheurs se retrouvèrent devant un problème qui n'est toujours pas résolu : alors que dans la zone maya les souverains, appelés ajaw, affichaient leur autorité en érigeant des stèles à leur image, dont l'épigraphie a pu révéler les noms, il n'existe rien de comparable à Teotihuacan. On ne peut évidemment pas exclure que de tels témoignages soient sous nos yeux et que nous ne les ayons pas discernés jusqu'à présent.

Deux courants se sont opposés : l'un privilégiant l'hypothèse que la cité ait été dirigée par un souverain unique, l'autre celle d'une forme de gouvernement collectif. La plupart des auteurs admettent par ailleurs pas que la forme du gouvernement n'ait pas été immuable[86].

Les témoignages archéologiques les plus probants seraient la découverte de la tombe ou de la résidence d'un gouvernant, ou encore d'une représentation d'un tel individu dans l'art de la cité. Toutes les fouilles menées pour trouver des preuves de son existence se sont révélées vaines ou peu concluantes au mieux, notamment celle de deux fosses dans la pyramide de la Lune, déjà pillées à l'époque de Teotihuacan. Dans la tombe 13 de cet édifice on a découvert un rarissime sceptre en bois taillé, ce qui indiquerait un personnage de très haut rang, mais ne suffit pas à offrir une certitude[87]. Une peinture murale du patio Blanc de l'ensemble résidentiel d'Atelolco a fait couler beaucoup d'encre. Elle représente un individu richement accoutré, qui se tient au centre d'un losange réticulé. Brandissant un bâton (ou une lance) et portant un ornement nasal qui est également l'apanage de l'élite, il a été présenté comme un souverain. On a rapproché le bâton qu'il tient de celui découvert dans la tombe 13 de la pyramide de la Lune. Dans sa discussion de cette peinture, D. Carballo a examiné diverses objections que l'on pourrait avancer, notamment que ce personnage pourrait tout aussi bien être un prêtre ou un membre d'un ordre militaire[88].

George L. Cowgill a suggéré - avec de nombreuses précautions oratoires - qu'à ses débuts, au cours de la phase Patlachique, Teotihuacan aurait pu avoir été doté d'un système "républicain"[89]. Il entend par là un système oligarchique où les décisions sont prises en groupe. À ses débuts Teotihuacan pourrait avoir résulté d'un phénomène de synœcisme (regroupement de plusieurs villages pour leur défense commune). Selon Cowgill, la construction de trois monuments gigantesques, la pyramide du Soleil, la pyramide de la Lune et le temple du Serpent à plumes,n'aurait pu avoir lieu que sous l'égide d'un individu charismatique qui aurait assumé des "pouvoirs dictatoriaux"[90]. Cowgill spécule ensuite que les excès de un ou plusieurs souverains absolus auraient provoqué une réaction, marquée par la destruction du temple du Serpent à Plumes vers 300-350, et le "retour à des pratiques et des institutions plus égalitaires"[91].

L'hypothèse d'un gouvernement collectif (duel ou plus probablement quadripartite) gagne actuellement du terrain. Elle a provoqué de violents débats. La théorie du gouvernement quadripartite est notamment défendue par Linda Manzanilla. Selon elle, Teotihuacan était divisée en quatre secteurs ou quadrants (délimités par les deux grands axes de la ville, l'Allée des Morts et l'axe est-ouest) , qui constituaient les subdivisions du gouvernement, ayant chacun à sa tête un "señor". En l'absence de preuves indiscutables de l'existence de gouvernants individualisés, qu'il s'agisse de leur représentation, de leur résidence ou de leur sépulture, elle a relancé le débat à partir de l'iconographie d'un bol découvert par Sigvald Linné[92]. Le bol représente une procession autour du dieu de l'orage, comportant quatre personnages de haut rang accompagnés chacun d'un "emblème" (coiffe du dieu de l'orage pour le plus important, serpent, oiseau et coyote). Linda Manzanilla pense que les quatre co-gouvernants se réunissaient sur la place principale du complexe de Xalla.

ÉcritureModifier

Dès le début du XXe siècle, quelques américanistes exprimèrent leur conviction qu'un système d'écriture avait existé à Teotihuacan. Il ne suscita que peu d'intérêt et son étude ne démarra que lentement. Alfonso Caso fut le premier à en étudier systématiquement un aspect : il avait remarqué que certains signes étaient affectés d'un coefficient sous forme de barres (pour le chiffre 5) et de points (pour le chiffre 1). Comme dans l'écriture maya, cette combinaison de chiffres et de signes devait être la notation d'un jour du calendrier rituel mésoaméricain.

Au fil des découvertes, le corpus de signes s'étoffa. En 1986, James Langley, puis en 1992, Karl Taube publièrent des études séminales sur le sujet. Langley publia une liste de quelque 120 signes, réduite par la suite à une centaine[93]. Certains signes sont très fréquents, d'autres rares. On ne peut naturellement pas exclure que la fréquence de tel ou tel signe soit due au hasard des découvertes archéologiques [94].

Sur la place des Glyphes dans le quartier de La Ventilla, on a découvert une série de 42 glyphes peints en rouge, qui sont venues s'ajouter au corpus existant[95]. Ils ont la particularité d'être presque tous peints sur le sol plutôt que sur les murs. Langley a émis l'hypothèse que l'endroit était une sorte d'école où l'on apprenait à dessiner les glyphes.

L'identification de signes notationnels n'est qu'une première étape. Il faut ensuite s'attaquer à leur déchiffrement, un travail qui se heurte à d'énormes obstacles, dont notre ignorance de la langue parlée à Teotihuacan n'est pas le moindre.

Site archéologiqueModifier

 
Maquette de Teotihuacan : au centre, l’« allée des Morts » qui en constitue l’axe nord-sud avec à son extrémité la « pyramide de la Lune », à droite la « pyramide du Soleil ».

Après son déclin et son abandon par ses habitants historiques, les ruines imposantes de Teotihuacan ont conservé la mémoire de l'existence et du prestige de cette cité. Différents occupants du bassin de Mexico sont revenus sur le site : au temps des Aztèques, un pèlerinage se dirigeait vers la cité en ruines, considérée dans la mythologie aztèque comme l'endroit où aurait été créé le soleil et identifiée au mythe du premier tollan. Teotihuacan a aussi étonné les conquistadores espagnols qui s'y intéressèrent dès le XVIe siècle, notamment Bernardino de Sahagún, qui ne connaissait cependant le site que par ses informateurs indigènes. Il décrit ainsi ses principaux édifices : « De Tamoachan, les nouveaux colons [aztèques] allaient faire des sacrifices au lieu appelé Teotihuacan où ils élevèrent deux monticules en l'honneur du soleil et de la lune... [Ils] sont comme des montagnes élevées à main d'homme. On les dirait naturels quoiqu'ils ne le soient pas. »

Teotihuacan, qui était déjà un des lieux les plus visités du Mexique au XIXe siècle, demeure une destination prisée des touristes. Un musée y a été ouvert. Depuis 1987, le site de Teotihuacan est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Fouilles et recherchesModifier

Vers 1675, un érudit mexicain, Carlos de Sigüenza y Góngora procéda à des fouilles, qui préfiguraient l'archéologie scientifique. Au début du XIXe siècle, le grand voyageur Alexandre von Humboldt lui consacre un passage assez détaillé dans son ouvrage Les sites des Cordillères.

Des fouilles archéologiques furent menées à partir de 1864, notamment par le Français Désiré Charnay. En 1905, de plus importants projets de fouilles et de restauration commencèrent à l'instigation de Léopold Batres. En 1910, pour célébrer le centenaire de l'indépendance du Mexique, la Pyramide du Soleil fut restaurée. Les fouilles de la Ciudadela ont été menées dans les années 1920, sous la supervision de Manuel Gamio. Sigvald Linné dirige des fouilles du site en 1932. D'autres parties du site ont été fouillées dans les années 40 et 50. Le premier projet de fouilles d'ensemble et de restauration du site a été mené par l’INAH de 1960 à 1965 sous la direction de Jorge Acosta. Il a eu pour objectifs le dégagement de la chaussée des morts, la consolidation des structures qui le composent, et l'excavation du Palais de Quetzalpapálotl (en).

Des fouilles archéologiques continuent de nos jours afin d'améliorer la connaissance de la civilisation de Teotihuacan. Parmi les travaux majeurs sur le site figure le Teotihuacan Mapping Project : à partir de 1962, sur la base de photographies aériennes et de relevés topographiques, René Millon entreprend de dresser une carte à l'échelle de 1/2000 de la cité, qui demeure la référence en la matière.

Lors de la création d'un spectacle son et lumière en 1971, les intervenants ont découvert l'entrée d'un tunnel et un réseau de grottes sous la « Pyramide du Soleil »[96]. Bien que les chercheurs aient longtemps pensé qu'il s'agissait d'une grotte naturelle, les études les plus récentes ont établi que le tunnel avait été entièrement creusé par l’homme[97]. L'intérieur de la pyramide du Soleil n'a toujours pas été entièrement fouillé.

En 1980-1982, un autre programme de fouilles et de restauration s’est déroulé à la « Pyramide du Serpent à plumes » et au complexe de l'« allée des Morts ». Les fouilles de la pyramide de la Lune, menées de 1998 à 2004 sous la direction de Saburo Sugiyama et de Rubén Cabrera Castro, ont permis d'identifier une séquence de sept édifices superposés au fil du temps, et considérablement élargi la connaissance des pratiques cultuelles grâce à la découverte de cinq dépôts-offrandes.

 
Fouilles de l'édifice des Autels en 2016. Vue depuis la pyramide de la Lune

En 2014, comme l'état de plusieurs bâtiments de la place de la Lune suscitait des inquiétudes, un projet de conservation intégrale fut entrepris sur la base d'un diagnostic général des bâtiments et de la surface de la place, dans le but d'identifier les éventuelles zones d'instabilité. Des anomalies furent notamment détectées dans le sol de l'"édifice des Autels" (ou Structure 1). En 2016, des fouilles archéologiques réalisées pour identifier la nature de ces anomalies permirent de découvrir un système de fosses creusées dans le tepetate à l'époque préhispanique. À l'intérieur de certaines des fosses se trouvaient des monolithes de pierre verte, placés en position verticale. Leur hauteur varie de 1,25 à 1,50 m et leur poids de 200 à 300 kg.

Des recherches menées en 2017 par une équipe de chercheurs de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH), en collaboration avec l'Institut de géophysique de l'UNAM, ont confirmé l'existence d'une chambre de 15 mètres de diamètre située sous la pyramide de la Lune à huit mètres de profondeur, ainsi qu'un tunnel qui mène au sud de la place de la Lune. Les archéologues ont utilisé une technique de résistivité électrique qui leur a permis de jauger les propriétés géologiques de la terre le tout sans creuser le sol[98].

Disposition du site et urbanismeModifier

 
Plan de la zone centrale de Teotihuacan

Le site archéologique de Teotihuacan couvre une superficie de 22,5 km2, dont seuls 5 % ont fait l'objet de fouilles systématiques en 2015[99]. Il est orienté nord-sud avec une déviation de 15° 50' vers l'est. Une théorie avance que cela est dû au fait que le soleil se levait selon ce même angle pendant la même journée d’été chaque année. Les colons utilisaient l'alignement pour calibrer leur perception du temps ou comme marqueur pour la plantation des cultures ou pour accomplir certains rituels. Une autre théorie serait qu'il existe de nombreux sites antiques en Méso-Amérique, qui semblent être orientés vers la plus haute montagne d’une zone donnée. Cela semble être le cas à Teotihuacan, bien que la montagne vers laquelle la cité est orientée ne soit pas visible de l'intérieur du complexe de Teotihuacan en raison d'une étroite crête de montagne[100]. Des cercles de croix placées dans la ville et la région proche indiquent comment les gens ont réussi à maintenir la trame urbaine sur de longues distances. Il leur a également permis d'orienter les pyramides vers la montagne lointaine qui était hors de vue. Sous la forme qui se présente à nous, la cité est divisée en quatre quadrants par deux grandes artères qui se coupent à l'emplacement de la « Citadelle » et du « Grand Ensemble ». D'un point de vue religieux, cette disposition constitue un cosmogramme, c'est-à-dire la représentation symbolique du monde sur un plan horizontal, ici à l'échelle d'une ville, avec en son centre un bâtiment qui en constitue le pivot, l'axe vertical. On retrouve une telle disposition à Tenochtitlan, la capitale des Aztèques.

La ville est dessinée à partir d'un axe central, l'« allée des Morts » (traduction de son nom nahuatl Miccoatli) qui traverse le site du nord au sud sur une perspective d'environ quatre kilomètres et d'environ quatre-vingt dix mètres dans sa plus grande largeur, avec au nord la « pyramide de la Lune », au sud le quadrilatère de la « Citadelle » et à mi-chemin, la plus haute structure de la ville, la « pyramide du Soleil ». De part et d'autre de l'« allée des Morts » se dressent de nombreux temples consacrés aux dieux secondaires.

Pyramide du SoleilModifier

 
« Pyramide du Soleil » à Teotihuacan

À l'origine de sa construction se trouve une grotte d'origine volcanique longue d'une centaine de mètres[101]. Il convient de rappeler que les grottes jouent un rôle important dans les religions mésoaméricaines : elles sont un symbole de fertilité, le lieu d'émergence de l'homme, mais aussi un accès à l'inframonde, celui de la mort. Le soin avec lequel cette cavité a été aménagée témoigne de l'importance que les Teotihuacanos lui attachaient. La pyramide du Soleil, construite au-dessus de la grotte, comporte cinq degrés en talus. Haute de 65 mètres, elle forme approximativement un carré de 225 mètres de côté, dont le volume totalise plus d'un million de mètres cubes. La « pyramide du Soleil » est la deuxième en taille du Nouveau Monde, après la Grande Pyramide de Cholula. Contrairement à beaucoup d'autres pyramides mésoaméricaines, elle a, pour l'essentiel, été construite d'un jet. Son avant-corps constitue la principale adjonction ultérieure. Le temple qui occupait son sommet a disparu.

Allée des MortsModifier

 
Peinture murale du complexe de Tepantitla représentant un joueur de balle.

Parallèlement à la façade ouest de la « pyramide du Soleil » court l'artère principale de Teotihuacan, que les Aztèques appelaient déjà Miccaotli : l'Allée des Morts, car ils croyaient que les monuments qui la longeaient étaient des tombeaux[102]. À présent, les chercheurs ont établi qu’il s’agissait de plates-formes cérémonielles (de style Talud-tablero) complétées par des temples. Sa largeur peut varier considérablement, de 40 à 95 mètres. Elle est entrecoupée de marches et de paliers. On pense que certaines sections de l'Allée des Morts auraient pu servir de terrains de jeu de balle : en effet, bien qu'il existe des témoignages — essentiellement des peintures murales — que le jeu était bien pratiqué à Teotihuacan, on n'a jamais retrouvé de terrain semblable à ceux d'autres régions de la Mésoamérique[103].

Pyramide de la LuneModifier

 
« Pyramide de la Lune »

Vers le nord, l'allée des Morts mène à la pyramide de la Lune haute de 46 mètres[104], derrière laquelle se profile un ancien volcan, le Cerro Gordo. Devant l'édifice se trouve la place de la Lune, longée par des plates-formes qui répondent à une symétrie rigoureuse.

Les fouilles menées en 1998 ont permis de vérifier que, contrairement à la « pyramide du Soleil » et à l'instar de nombreuses autres pyramides mésoaméricaines, elle est le résultat de la superposition de plusieurs monuments : les archéologues ont dénombré pas moins de sept phases de construction[105]. En creusant des tunnels dans la pyramide, les archéologues Subiro Sugiyama et Rubén Cabrera Castro ont découvert une tombe correspondant à la quatrième phase. Elle contenait le corps d'un individu probablement sacrifié accompagné d'un dépôt d'offrandes : objets divers en jade, obsidienne, pyrite ainsi que des restes d'animaux, notamment des pumas et un loup qui auraient été enterrés vivants. Quatre autres individus auraient été sacrifiés lors de cinquième phase : la position de leurs mains semble indiquer qu'elles auraient été liées dans le dos. Esther Pasztory a émis l'hypothèse que la pyramide du Soleil était dédiée à la « Grande Déesse » de Teotihuacan, tandis que la pyramide de la Lune aurait été dédiée au « Dieu de l'Orage », mais reconnaît volontiers que ce pourrait être l'inverse, ou même ni l'un ni l'autre.

Il a été établi que ces pyramides successives ont été érigées tous les 52 ans, cycle qui correspond au retour du calendrier religieux (260 jours) sur les mêmes jours du calendrier terrestre (365 jours)[106].

CitadelleModifier

 
Maquette de la Citadelle.
 
L'intérieur de la Citadelle avec le temple de Quetzalcóatl.
 
Décor sculpté du temple du Serpent à Plumes.
 
Quelques-uns des squelettes retrouvés sous et autour de la Pyramide du Serpent à plumes, parés de colliers et accompagnés d'offrandes (pointes de flèche en obsidienne).

En empruntant l'« allée des Morts » vers le sud, à l'intersection avec la grande artère est-ouest, se dresse un immense complexe que les archéologues appellent « la Citadelle ». L'ensemble occupe une surface de 160 000 m2 et forme une enceinte de 400 mètres de côté, qui lui donne l'apparence d'une citadelle, bien qu'elle n'ait aucune fonction de défense. L'enceinte délimite une esplanade au fond de laquelle se dresse la pyramide du Serpent à Plumes (en), parfois encore appelée temple du Serpent à Plumes ou de Quetzalcoatl. Elle est flanquée de deux complexes d'habitations (1D et 1E. Le temple du Serpent à Plumes est une pyramide à sept degrés en talud-tablero, construite vers 150[107]. Par la suite, on lui a adjoint sur sa façade occidentale un avant-corps (adosada en espagnol) qui, en dissimulant ce côté de la pyramide, assurait la préservation de son décor, les autres côtés ayant été volontairement détruits. Cette décoration en haut-relief des talud-tableros, est spécifique à Teotihuacan[108]. Les talus sont ornés de serpents à plumes ondulants. Sur les panneaux verticaux des têtes de reptiles jaillissant d'une collerette de plumes alternent avec des sculptures difficilement définissables, d'allure géométrique. À cause de leurs « yeux cerclés », elles ont souvent été identifiées[109] — à tort[110] — avec la divinité aztèque Tlaloc. L'archéologue Saburo Sugiyama les considère comme des représentations de coiffures. De nombreux auteurs parlent de « coiffures de Serpents guerriers[111] ». Le Temple du Serpent à plumes est la dernière des grandes structures à avoir été édifiées à Teotihuacan[112]. Elle a requis la mise en œuvre de moyens considérables : chaque tête de serpent, fixée par un tenon, ne pèse pas moins de quatre tonnes. À l'époque de sa splendeur, ces sculptures étaient peintes, comme on peut l'apprécier sur la reconstitution présentée au musée national d'anthropologie de Mexico.

Lors des fouilles effectuées à la fin du XXe siècle, on a découvert sous et autour de la pyramide un grand nombre de squelettes. Dans leur majorité, il s'agit d'individus jeunes, de sexe masculin, dont la position des mains, croisées derrière le dos, semble indiquer qu'elles étaient liées et qu'il s'agit de victimes de sacrifices humains[113].

En 2003, les archéologues Sergio Gómez et Julie Gazola ont découvert par hasard un puits qui donne accès à un tunnel vieux de 1 800 ans et de 102,62 m de long sous le temple du Serpent à plumes[114] ; il conduit à trois chambres qui sont taillées à même la roche. Ce tunnel a été exploré en 2010 à l'aide d'un robot muni de deux caméras, baptisé Tlaloque I [114]. Plusieurs années de travail furent nécessaires pour extraire les quelque mille tonnes de débris que les Teotihuacans avaient accumulés pour sceller le tunnel. Il avait été fermé à trois reprises, pour la dernière fois vers 220-230[115]. Les archéologues récoltèrent plus de 100 000 artefacts, parmi lesquels de nombreux objets périssables que les excellentes conditions de conservation du tunnel avaient sauvés de la disparition[116].

Grand EnsembleModifier

En face de la Citadelle, de l'autre côté de l'Allée des Morts, se trouve le Grand Ensemble, d'une superficie de 20 ha. Au nord et au sud, deux grandes plates-formes très basses (1 m) entourent un espace central de 254 x 214 m[117]. Les édifices qui se dressent sur les deux plates-formes pourraient avoir eu un usage administratif, tandis que l'espace central, où n'ont pas été découvertes d'autres structures, pourrait avoir servi de marché central[118].

Ensembles résidentielsModifier

Autour du centre civico-cérémoniel, les fouilles ont révélé à partir des années 1930 l'existence d'"ensembles résidentiels" ("residential compounds" dans la terminologie anglo-saxonne), intégrés dans la trame orthogonale de la cité . Le Teotihuacan Mapping Project (TMP) a permis d'en recenser quelque 2 300.[119] Très peu ont été fouillés de façon approfondie. Parmi les plus connus et les mieux fouillés figurent Tetitla, Zacuala, La Ventilla, Tepantitla, Atetelco ou encore Xolalpan. À partir de 200-250, ces ensembles se généralisent et finissent par abriter la majorité de la population de la cité, qu'il s'agisse d'ensembles "ordinaires" pour les classes laborieuses ou d'ensembles "de prestige" pour les classes dirigeantes. Il n'existe pas deux ensembles rigoureusement identiques, mais ils reprennent tous à peu près le même schéma de distribution spatiale Ces ensembles sont de forme grossièrement carrée ou rectangulaire. Leurs dimensions varient considérablement, de 60 m de côté en moyenne, mais certains ne dépassent pas la trentaine de mètres. Pour autant qu'on puisse en juger par les ensembles complètement fouillés, chacun d'entre eux était séparé du monde extérieur par une enceinte d'environ 1 m d'épaisseur[120]. Ils étaient dépourvus d'étages. Les toits étaient décorés d'acrotères. Autour d'une cour centrale ouverte s'agglomèrent un certain nombre d'appartements unifamiliaux d'une à cinq pièces disposées autour d'un petit patio qui laissait entrer l'air et la lumière, et reliés par des couloirs.

ArtModifier

SculptureModifier

Les très grandes statues sont rarissimes à Teotihuacan mais spectaculaires.

Le monolithe de pierre volcanique (3,19 mètres de hauteur, d'un poids de près de 24 tonnes ), connu jadis sous le nom de "monolithe de Chalchiuhtlicue (es)" puis sous celui de "grande déesse"[121], est une représentation anthropomorphique extrêmement stylisée. Elle est vêtue d'une jupe et on s'accorde à y voir une divinité de l'eau.

Dans une carrière à une vingtaine de kilomètres de Teotihuacan on a retrouvé une statue colossale inachevée, le Monolithe de Coatlinchán, parfois appelée "monolithe de Tlaloc". Haute de plus de 7 mètres et pesant quelque 180 tonnes, c'est la plus grande statue de Teotihuacan, sinon de toute la Mésoamérique. Son sexe demeure incertain[122]. La divinité représentée a été identifiée par Leopoldo Batres comme Tlaloc, une affirmation qui laisse Eduardo Matos Moctezuma sceptique[123]. Son transport depuis la carrière jusqu'au Musée national d'anthropologie de Mexico en 1964, réalisé avec tous les moyens techniques modernes, se révéla néanmoins être une tâche ardue.

Le Temple de Quetzalcoatl est l'exemple d'un édifice dont l'austérité architecturale est atténuée par des sculptures monumentales. Les panneaux du talud-tablero sont décorées de figures de plusieurs tonnes fixées par des tenons, qui représentent en alternance les masques frontaux de reptile aux crocs menaçants et une figure géométrique aux yeux cerclés, tandis que les taluds sont ornés de serpents à plumes qui ondulent sur un fond de coquillages. Ces sculptures étaient peintes. Les jaguars constituent une autre catégorie de représentations zoomorphes en ronde bosse Certains édifices sont décorés de sculptures en bas-relief. C'est le cas du "palais de Quetzalpapalotl". Il doit son nom aux représentations d'oiseau quetzal avec un pectoral de papillon ("papalotl" en nahuatl), sculptés de face ou de profil. Cet édifice recouvrait un plus ancien, le "palais des Escargots à Plumes" qui tire son nom de sculptures d'escargots à plumes qui conservent des traces de polychromie.

Généralement sculptés en andésite[124], les braseros servaient à brûler du copal comme encens. On en a répertorié au moins trente-six[125]. Ils se présentent sous la forme d'une statue anthropomorphe soutenant le brasero proprement dit. Les statues en ronde-bosse représentent un vieillard ridé et courbé, assis en tailleur. On y reconnaît aisément une très ancienne divinité du feu, que les Aztèques appelaient Huehueteotl, c'est-à-dire le "vieux dieu" en nahuatl, Ces braseros ont été retrouvés dans des ensembles résidentiels.

PeintureModifier

De nombreuses peintures murales ornent les complexes résidentiels de l'élite. La plupart proviennent de la partie inférieure des murs, la partie supérieure s'étant effondrée. Elles se présentent généralement en registres superposés[126], le registre inférieur, en talus, occupant un tiers de la hauteur et le registre supérieur les deux tiers restants[127]. La palette de couleurs est dominée par un rouge sombre, notamment les fonds[128]. Ce rouge très caractéristique, appelé "rouge Teotihuacan", à base d'hématite, apparaît au cours de la seconde phase technique (il en existe quatre à Teotihuacan) , pendant la phase Tlamimilolpa[129]. On distingue deux types de peintures : "monochromes", utilisant différentes nuances de rouge, et "polychromes", comportant différentes couleurs sur un fond rouge. La plupart ont des motifs répétitifs (processions...). Certaines sont grouillantes de vie et d'un réalisme saisissant, qu'elles représentent des humains, des animaux ou des plantes.

Le palais de Tepantitla est orné d'une fresque célèbre appelée Tlalocan (paradis de Tlaloc en nahuatl) par l'archéologue Alfonso Caso[130]. Le registre supérieur représente une divinité féminine en vue frontale, flanquée de deux officiants de profil, dans une posture rigide. Ce dernier type se retrouve dans une autre fresque de Tepantitla connue sous le nom "procession des prêtres semeurs". Dans le registre inférieur, une multitude de petits personnages vaquent à leurs occupations. De leur bouche jaillit une volute, qui représente la parole dans l'art mésoaméricain.

Toutes aussi célèbres sont les peintures des trois portiques du "patio blanc" dans l'ensemble résidentiel d'Atetelco[131]. La partie supérieure de chaque portique se compose de losanges dont le centre est occupé par des canidés (portique 1), des êtres humains (portique 2) et des oiseaux anthropomorphisés (portique 3). Sur la partie inférieure (talud) se déroulent des processions : coyotes (portique 1), coyote et jaguar réticulé (portique 2) et personnages qui dansent (portique 3).

CéramiqueModifier

L'art de la céramique a atteint un niveau remarquable à Teotihuacan.

Encensoirs-théâtreModifier

Les encensoirs-théâtre constituent la deuxième variété de ce type d'objets destinés à faire monter la fumée aromatique du copal. Ces objets comportent deux parties, une base conique qui sert de chambre de combustion pour le copal et un couvercle, qui en est l'élément principal. La décoration du couvercle est foisonnante. L'élément central est un visage à la parure élaborée, ornements de nez et d'oreilles, colliers raffinés. Tout autour, disposés comme la scène d'un théâtre, d'où leur nom, figurent des ornements en forme de plaques ("adornos" en espagnol) collés par pastillage. Ces plaques sont démontables[132].

Céramique orange minceModifier

La céramique "orange mince" (dans la terminologie anglo-saxonne "thin orange ware") est une production raffinée fort répandue à Teotihuacan à l'époque de son apogée. Elle est caractérisée par sa couleur orangée et par la finesse de ses parois. La plupart des récipients ne sont pas décorés. Selon Evelyn Rattray, la céramique "orange mince" représente 20 % des tessons de poterie retrouvés à Teotihuacan. Elle n'aurait pas été fabriquée dans la cité, mais importée du sud de l'état de Puebla[133]. Elle disparut après la chute de Teotihuacan.

Vases tripodesModifier

Les vases tripodes doivent leur nom à la présence de trois pieds, fréquemment ajourés. Ils portent généralement un décor, qui est soit peint directement sur la paroi, soit a frescosur une couche de stuc. Cette dernière technique est la même que celle employée pour les peintures murales. Ces vases peuvent également porter un décor incisé ou excisé. À l'origine, ils étaient munis d'un couvercle conique surmonté d'un bouton destiné à le soulever. Ils ont été exportés et constituent un marqueur de la présence Teotihuacan dans d'autres régions de Mésoamérique, par exemple dans la zone maya, à Tikal ou Kaminaljuyu[134].

FigurinesModifier

Les artisans de Teotihuacan en ont produit des millions, tant masculines que féminines. À l'origine, les figurines masculines étaient fabriquées à la main dans des postures très animées. C'est pourquoi on a longtemps cru qu'il s'agissait de danseurs. Selon une autre hypothèse, il s'agirait de soldats brandissant une lance et un bouclier, ces derniers éléments en matériaux périssables ayant disparu[135]. À partir de 250, elles sont produites en série au moule, pour répondre à une demande croissante. Certaines ont été retrouvées dans l'atelier de céramique dans le quadrilatère nord de la Citadelle. Il existe également des figurines articulées appelées "poupées", qui ne sont certainement pas des jouets, mais dont la fonction pourrait avoir été rituelle. Seuls les bras des premières poupées (phase Tzacualli) étaient articulés. Plus tard les jambes le devinrent également[136].

Vases TlalocModifier

Ce type de vases (ou jarres), qui portent traditionnellement le nom du dieu aztèque de la pluie, représente le dieu de l'orage à Teotihuacan. Ses principaux attributs (yeux cerclés, lèvre supérieure retroussée, crocs) figurent sur le corps du récipient. Son bord porte fréquemment trois excroissances qui correspondent au motif "trois montagnes", associé à l'eau et à la fertilité. Sur certaines peintures représentant le dieu de l'orage, celui-ci porte un vase Tlaloc[137]. Beaucoup de ces vases ont été retrouvés dans un contexte rituel funéraire.

Figurines "host"Modifier

Leur nom leur vient du mot anglais "host" (hôte). Elles sont aussi appelées "figurines gigogne". Il s'agit de figurines creuses, très simples, souvent dépourvues de mains et/ou de pieds, dont le torse, ou même toute la partie avant, est amovible et découvre une niche qui contient une ou plusieurs statuettes beaucoup plus petites, richement accoutrées. Elles ont été découvertes dans un contexte funéraire.

Pato locoModifier

Le "pato loco" ou "canard fou"[138] en espagnol est une œuvre hors normes, découverte dans un contexte funéraire de l'ensemble résidentiel de La Ventilla B. Son surnom lui a été donné par ses découvreurs. Ce récipient en forme d'oiseau fantastique, haut de 25 cm, est décoré d'escargots et de coquillages

Art lapidaireModifier

Par art lapidaire il faut entendre le travail des pierres dont la dureté ou la rareté constituaient l'attrait ainsi que les pierres semi-précieuses.

Les artisans de Teotihuacan excellaient dans la taille de statues anthropomorphes de petit format, en pierres dures soigneusement polies. La plupart sont représentées debout. Les figures masculines sont en général nues, avec représentation explicite ou non des organes sexuels. Le tronc est souvent très allongé et les bras plaqués le long du corps. Les statues de femmes sont généralement vêtues d'une jupe et d'un quechquemitl ou huipil.

Les masques en granit, albâtre, serpentine, néphrite ou onyx, soigneusement polis, souvent décorés d'incrustations pour les yeux ou la bouche, sont aisément reconnaissables. Les résidus jaunes présents dans les orbites vides de certains masques sont le témoignage d'incrustations disparues de globes oculaires en pyrite. L'expression du visage est impassible. Le front se termine abruptement par une ligne droite. L'hypothèse la plus répandue est qu'ils avaient une fonction funéraire, les trous creusés sur les côtés étant peut-être destinés à les fixer sur des paquets mortuaires, mais aucun n'a été retrouvé en contexte, aussi seules des suppositions sont possibles. En raison de leur poids, on exclut qu'ils aient été destinés à être portés. Les masques de Teotihuacan étaient particulièrement prisés par les Aztèques qui explorèrent les ruines de la cité quelque neuf siècles après sa chute. Ils ramenèrent des masques à Tenochtitlan où ils les enfouirent comme offrandes dans le Templo Mayor.

L'obsidienne est un matériau servant à produire des objets utilitaires (couteaux, pointes de flèches...) mais aussi rituels, connus sous le nom d'"excentriques", parmi lesquels des couteaux serpentiformes ou encore des objets de forme anthropomorphe ou zoomorphe. La plupart sont petits (5 à 10 cm), mais certains peuvent être très grands (40 à 50 cm) et témoignent de la virtuosité des artisans. Dix-huit pièces particulièrement remarquables disposées par paires de façon radiale ont été déposées comme offrandes dans la tombe 6 de la pyramide de la Lune[139]. Chaque paire est composée d'une lame serpentiforme et d'une autre à deux pointes. George L. Cowgill estime qu'elles représentent respectivement Quetzalcoatl et le dieu de l'orage ("Storm God" en anglais).

Les tailleurs de pierre ont réalisé de splendides ornements, colliers, bracelets, pectoraux, ornement de nez ou pendants d'oreilles qui constituaient l'apanage des classes sociales supérieures. Les pierres vertes étaient particulièrement prisées, notamment la serpentine.

DiversModifier

Il est certain que les artisans de Teotihuacan excellaient également dans le travail du bois et la plumasserie comme en témoignent les peintures murales ou les figurines. Mais ces matières périssables, qui ont probablement constitué des formes d'expression majeures à Teotihuacan[140], ont disparu sans laisser de traces, à l'exception de quelques rares artefacts en bois. Esther Pasztory souligne que Teotihuacan a été la première culture mésoaméricaine à créer de grandes coiffes ornées de plumes chatoyantes de l'oiseau quetzal[141].

Menaces liées au développementModifier

Le site archéologique de Teotihuacan est menacé par la pression du développement. En 2004, le gouverneur de l’État de Mexico, Arturo Montiel, a donné l’autorisation à Wal-Mart de construire un grand magasin dans la troisième zone archéologique du site[142]. Selon Counterpunch.org, « Des artefacts inestimables découverts pendant la construction du magasin auraient été transportés par camion jusqu'à une décharge locale et des travailleurs auraient été licenciés lorsqu'ils ont révélé le carnage à la presse ».

Fin 2008, Teotihuacan est devenu le centre d’une controverse, dont l'UNESCO s'est saisie, à propos de Resplandor Teotihuacano, un spectacle son et lumière[143]. Selon Statesman.com, il « prévoyait de grandes structures métalliques, 2500 projecteurs et trois kilomètres de câbles. ».

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archéologie et arts précolombiens : La Mésoamérique.
  2. Emmanuel Noyola, « ¿Teotihuacan o Teotihuacán? », Letras Libres,‎ (lire en ligne).
  3. Michael D. Coe & Rex Koontz, Mexico from the Olmecs to the Aztecs, Thames & Hudson (5e édition), p. 119.
  4. Teotihuacan a été le site culturel le plus visité du Mexique en 2013 avec 2 323 658 visiteurs ((es) INAH, El INAH obtuvo récord histórico de visitantes: más de 21 millones acudieron a museos y zonas arqueológicas durante 2013, 6 février 2014).
  5. Mathews and Schele (1997, p. 39).
  6. Miller and Taube (1993, p. 170).
  7. Berrin et Pasztory 1993, p. 159
  8. a et b Laurette Séjourné, Teotihuacan, métropole de l'Amérique, Maspero, , 318 p.
    .
  9. Historia sinóptica de México: De los Olmecas a Salinas, Editorial Diana, .
  10. a et b (es) Miguel León Portilla, De Teotihuacán a los Aztecas : antología de fuentes e interpretaciones históricas, Mexico, Université nationale autonome du Mexique, , 611 p. (ISBN 968-5805-93-8, lire en ligne).
  11. a et b Birgitta Leander, Herencia cultural del mundo náhuatl, SepSetentas, 258 p.
    « composé du verbe teotia (diviniser), de la particule passive -hua et du locatif -can » (chap. Toponímicos).
    .
  12. a et b Jacqueline de Durand-Forest, Danièle Dehouve et Éric Roulet, Parlons nahuatl : la langue des Aztèques, L'Harmattan, , 346 p. (ISBN 2-7384-8545-6)
    .
  13. Millon (1993, p. 34).
  14. Janet Catherine Berlo, Art, ideology, and the city of Teotihuacan, Dumbarton Oaks, , 442 p. (ISBN 0-88402-205-6, lire en ligne), 359.
  15. Léon Douay, Nouvelles recherches philologiques sur l'antiquité américaine, J. Maisonneuve, , 57.
  16. (es) Rémi Siméon, Diccionario de la lengua nahuatl o mexicana, Mexico, Siglo XXI, , 783 p. (ISBN 968-23-0573-X, lire en ligne), 490.
  17. Nahuatl, cours de Genaro Medina Ramos : « Teo-tihua-can : teotl (dios) + chihua (hacer) + can (lugar) ⇒ Teo-tihua-can (un lugar donde se endiosa a uno) » (p. 53).
  18. Dictionnaire de la langue nahuatl classique.
  19. Eduardo Matos-Moctezuma, Teotihuacan : la cité des dieux, éd. du CNRS, p. 9.
  20. Antonio Aimi, Les Mayas et les Aztèques, Hazan, , 246 p..
  21. F. Bernardino de Sahagún, Histoire générale des choses de la Nouvelle-Espagne, éd. FM/La Découverte, p. 69, note de bas de page.
  22. Thomas Diana, Une forme d'histoire alternative... la pseudo-histoire, , 50 p..
  23. Merritt Ruhlen : [1].
  24. Cowgill 2015, p. 11
  25. Eduardo Matos-Moctezuma, Teotihuacan. La cité des dieux, CNRS Éditions, p. 87.
  26. Millon (1993, p.24).
  27. López Austin et López Luján 2012, p. 137.
  28. Cowgill 2015, p. 13
  29. Éric Taladoire & Brigitte Faugère-Kalfon, Archéologie et art précolombiens : la Mésoamérique, École du Louvre, p. 51.
  30. Cowgill 2015, p. 48
  31. Cowgill 2015, p. 55
  32. Solis 2009, p. 61
  33. Cowgill 2015, p. 53
  34. Malmström (1978, p. 105) estime le nombre d'habitants entre 50.000 et 200.000 ; Coe et al. (1986) entre 125.000 et 250.000.
  35. Solis 2009, p. 113-115
  36. Solis 2009, p. 74
  37. Kaufman (2001, p.4).
  38. Solis 2009, p. 187
  39. Braswell 2003, p. 7.
  40. (en) « Mexico's Pyramid of Death », National Geographic, (consulté le ).
  41. (en) « Sacrificial Burial Deepens Mystery At Teotihuacan, But Confirms The City's Militarism », ScienceDaily, (consulté le ).
  42. Se référer par exemple à Cheek (1977, passim.), qui soutient que la plus grande part de l'influence de Teotihuacan provient directement de conquêtes militaires.
  43. Laporte (2003, p. 205).
  44. Varela Torrecilla et Braswell 2003, p. 261.
  45. a et b Braswell 2003, p. 11.
  46. For the analysis at Tikal, see Laporte (2003, p. 200–205).
  47. Simon Martin & Nikolai Grube, Chronicle of the Maya Kings and queens, Thames & Hudson, p. 31.
  48. Virginia M. Fields & Dorie Reents-Budet (Éd.), Lords of Creation: The origins of Sacred Maya Kingship, Scala publishers Ltd, 2005, p. 235.
  49. Terrence Kaufman, "Nawa linguistic prehistory", SUNY Albany.
  50. Wright Carr, David Charles, « El papel de los otomies en las culturas del altiplano central 5000 a.C - 1650 d.C », Arqueología mexicana, vol. XIII, no 73,‎ , p. 19 (es).
  51. Eduardo Matos-Moctezuma, Op. cit..
  52. Robb 2017, p. 130
  53. Robbl 2017, p. 135
  54. Robb 2017, p. 138
  55. Miller et Taube 1993, p. 162
  56. Olivier 2008, p. 121-122
  57. Simon Martin et Nikolai Grube, Chronicle of the Maya Kings and Queens : Deciphering the Dynasties of the Ancient Maya, Londres et New York, Thames & Hudson, 2008, 2e éd., p. 34-35
  58. Miller, Taube et 1993, p. 141
  59. Solis 2009, p. 344
  60. Cowgill 2015, p. 232
  61. Pasztory 1997, p. 228
  62. [2]
  63. Pasztory 1997, p. 108
  64. Headrick 2007, p. 160
  65. Matos Moctezuma, Eduardo, "Otto Schondube (1936-2020). Semblanza de un arqueólogo", Arqueología Mexicana, núm. 168, pp. 82-83. [3]
  66. Grouped Pigment Jars [4]
  67. Solis 2009, p. 154
  68. Headrick 2007, p. 114-117
  69. Robb 2017, p. 46
  70. Robb 2017, p. 134
  71. Solis 2009, p. 326
  72. Cowgill 2015, p. 94
  73. Solis 2009, p. 59
  74. Sugiyama 2005, p. 15-16
  75. Solis 2009, p. 52
  76. Sugiyama 2005, p. 109
  77. Robb 2017, p. 88
  78. Coe (1994), p. 98.
  79. Robb 2017, p. 89
  80. Sugiyama: 109, 111.
  81. Georges Guille-Escuret, Une civilisation paradoxale ? Sociologie comparée du cannibalisme : ennemis intimes et absorptions équivoques en Amérique, Paris, Presses Universitaires de France, , p. 151-234.
  82. Berrin et Pasztory 1993, p. 109
  83. Headrick 2007, p. 55-56
  84. Grégory Pereira, Les pratiques mortuaires à Teotihuacan, dans : Dossiers d'archéologie, H.-n° 17, p.43
  85. Hirth, Carballo et Arroyol 2020, p. 59
  86. Hirth, Carballo et Arroyol 2020, p. 58
  87. Solis 2009, p. 236
  88. Hirth, Carballo et Arroyol 2020, p. 71
  89. Hirth, Carballo et Arroyol 2020, p. 20
  90. Hirth, Carballo et Arroyol 2020, p. 22
  91. Hirth, Carballo et Arroyol 2020, p. 24
  92. [5]
  93. Berrin et Pasztory 1993, p. 132
  94. Berrin et Pasztory 1993, p. 133
  95. Robbl 2017, p. 112-115
  96. Heyden (1975, p. 131).
  97. Šprajc (2000, p. 410).
  98. Expertos del INAH confirman la existencia de una cámara y un túnel bajo la Pirámide de la Luna [6]
  99. Cowgill 2015, p. 23
  100. (en) « Teotihuacan History ».
  101. Susan Toby Evans, Ancient Mexico and Central America. Archeology and Cultural History, Thames & Hudson, p. 255.
  102. Kathleen Berry & Esther Pasztory (Éd.), Teotihuacan. Art from the City of the gods, Thames & Hudson, p. 159.
  103. Henri Stierlin, L'Art aztèque et ses origines, Éditions du Seuil, p. 43.
  104. Crónica Del Undécimo Congreso Internacional de Americanistas, BiblioBazaar, LLC, 2009, chapitre XXIII, « La excursión a Teotihuacán », p.165 (ISBN 111367265X).
  105. Michael D. Coe & Rex Koontz, Mexico from the Olmecs to the Aztecs (5e éd.), Thames & Hudson, p. 108.
  106. Teotihuacan, citée des Dieux - Connaissances des arts, musée du quai Branly - Paris, 2009 - (ISSN 1242-9198) - page 8.
  107. Éric Taladoire & Brigitte Faugère-Kalfon, op. cit., p. 113.
  108. Kathleen Berrin & Esther Pasztory, op. cit., p. 76.
  109. Henri Stierlin, L'art aztèque et ses origines, Seuil, 1986, p. 40.
  110. Mary Miller & Karl Taube, The gods and symbols of ancient Mexico and the Maya, Thames & Hudson, p. 162.
  111. Michael D. Coe & Rex Koontz, op. cit., p. 108 ; Mary Ellen Miller, L'Art précolombien, la Mésoamérique, Thames & Hudson, 1997, p. 70 ; Antonio Aimi, Les Mayas et les Aztèques, Hazan, 2009, p. 250.
  112. Michael D. Ce & Rex Koontz, op. cit., p. 108.
  113. Saburo Sugiyama, Human Sacrifice, Militarism, and Rulership: Materialization of State Ideology at the Feathered Serpent Pyramid, Teotihuacan, Cambridge University Press, 2005, p. 109.
  114. a et b « Robot capta primeras imágenes de túnel teotihuacano », sur inah.gob.mx, INAH (consulté le ).
  115. Robb 2017, p. 53
  116. Robb 2017, p. 50
  117. Cowgill 2015, p. 112
  118. Berrin et Pasztory 1993, p. 19
  119. Cowgill 2015, p. 153
  120. Cowgill 2015, p. 142
  121. Solis 2009, p. 140
  122. Cowgill 2015, p. 192
  123. Eduardo Matos Moctezuma, “¿Es Tláloc la escultura que está en el Museo Nacional de Antropología en Chapultepec?”, Arqueología Mexicana n°124, p.88–89.
  124. Cowgill 2015, p. 230
  125. Solis 2009, p. 142
  126. Taladoire et Faugère-Kalfon 1995, p. 115
  127. Berrin et Pasztory 1993, p. 78
  128. Robb 2017, p. 174
  129. Robb 2017, p. 175
  130. Miller 1997, p. 78
  131. Solis 2009, p. 123-124
  132. Taladoire et Faugère-Kalfon 1995, p. 123
  133. Pasztory 1997, p. 153
  134. Taladoire et Faugère-Kalfon 1995, p. 129
  135. Cowgill 2015, p. 186
  136. Berrin et Pasztory 1993, p. 232
  137. Cowgill 2015, p. 224
  138. Hirth, Carballo et Arroyol 2020, p. 3844
  139. Cowgill 2015, p. 85
  140. Berrin et Pasztory 1993, p. 85
  141. Berrin et Pasztory 1993, p. 53
  142. (en) Ross, John, « The World's Most Remarkable Buildings Under Threat », Counterpunch.org Weekend Edition,‎ 27 février-1er mars 2009 (lire en ligne).
  143. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Centre du patrimone mondial - État de conservation (SOC 2009) Cité préhispanique de Teotihuacan (Mexique) », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le )

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

.

BibliographieModifier

  • (en) Kathleen Berrin et Esther Pasztory, Teotihuacan : Art from the City of the Gods, New York, Thames and Hudson, , 1re éd. (ISBN 978-0-500-23653-6, OCLC 28423003).
  • Geoffrey E. Braswell, The Maya and Teotihuacan: Reinterpreting Early Classic Interaction, Austin, University of Texas Press, , 1–44 p. (ISBN 0-292-70587-5, OCLC 49936017), « Introduction: Reinterpreting Early Classic Interaction ».
  • Dale M. Brown, Aztecs : Reign of Blood and Splendor, Alexandria, VA, Time-Life Books, coll. « Lost Civilizations series », (ISBN 0-8094-9854-5, OCLC 24848419).
  • Charles D. Cheek, Teotihuacan and Kaminaljuyu: a Study in Prehistoric Culture Contact, University Park, Pennsylvania State University Press, , 1–204 p. (ISBN 0271005297, OCLC 3327234), « Excavations at the Palangana and the Acropolis, Kaminaljuyu ».
  • (en) Michael D. Coe et Rex Koontz, Mexico : From the Olmecs to the Aztecs, New York, Thames & Hudson, , 4e éd. (1re éd. 1962), 215 p. (ISBN 978-0-500-27722-5, OCLC 50131575, LCCN 93060419).
  • (en) Michael D. Coe, Dean Snow et Elizabeth Benson, Atlas of Ancient America, New York, Facts on File, (ISBN 978-0-8160-1199-5).
  • George L. Cowgill, Art, Ideology, and the City of Teotihuacan: A Symposium at Dumbarton Oaks, 8th and 9th October 1988, Washington, DC, Dumbarton Oaks Research Library and Collection, , 231–246 p. (ISBN 0-88402-205-6, OCLC 25547129), « Teotihuacan Glyphs and Imagery in the Light of Some Early Colonial Texts ».
  • (en) George L. Cowgill, Ancient Teotihuacan. Early Urbanism in Central Mexico, Cambridge University Press,
  • (en) George L. Cowgill, « State and Society at Teotihuacan, Mexico », Annual Review of Anthropology, Palo Alto, CA, Annual Reviews Inc, vol. 26, no 1,‎ , p. 129–161 (OCLC 202300854, DOI 10.1146/annurev.anthro.26.1.129).
  • (en) Nigel Davies, The Ancient Kingdoms of Mexico, Angleterre, Penguin Books, , 272 p., poche (ISBN 978-0-14-013587-9, LCCN 84143903).
  • (en) Doris Heyden, « An Interpretation of the Cave underneath the Pyramid of the Sun in Teotihuacan, Mexico », American Antiquity, Menasha, WI, Society for American Archaeology, vol. 40, no 2,‎ , p. 131–147 (OCLC 1479302, DOI 10.2307/279609).
  • (en) Annabeth Headrick, The Teotihuacan trinity : the sociopolitical structure of an ancient Mesoamerican city, University of Texas Press, .
  • (en) Kenneth G. Hirth (dir.), David M. Carballo (dir.) et Barbara Arroyo (dir.), Teotihuacan : the world beyond the city, Washington D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, .
  • (en) Terrence Kaufman, « Nawa linguistic prehistory », Mesoamerican Language Documentation Project, .
  • Juan Pedro Laporte, The Maya and Teotihuacan: Reinterpreting Early Classic Interaction, Austin, University of Texas Press, , 199–216 p. (ISBN 0-292-70587-5, OCLC 49936017), « Architectural Aspects of Interaction Between Tikal and Teotihuacan during the Early Classic Period ».
  • Alfredo López Austin et Leonardo López Luján, Le passé indigène. Histoire pré-coloniale du Mexique, Les Belles Lettres,
  • (en) Vincent H. Malmström, « Architecture, Astronomy, and Calendrics in Pre-Columbian Mesoamerica », Journal for the History of Astronomy, vol. 9,‎ , p. 105–116 (lire en ligne, consulté le ).
  • Eduardo Matos Moctezuma, Teotihuacan. La cité des dieux,
  • Mary Ellen Miller, L'art précolombien. La Mésoamérique, Thames & Hudson,
  • (en) Mary Miller et Karl Taube, The Gods and Symbols of Ancient Mexico and the Maya : An Illustrated Dictionary of Mesoamerican Religion, Londres, Thames & Hudson, (ISBN 978-0-500-05068-2, OCLC 27667317, LCCN 92080338).
  • René Millon, Teotihuacan: Art from the City of the Gods, New York, Thames and Hudson, , 16–43 p. (ISBN 0-500-23653-4, OCLC 28423003), « The Place Where Time Began: An Archaeologist's Interpretation of What Happened in Teotihuacan History ».
  • (es) Guilhem Olivier (dir.), Símbolos de poder in Mesoamerica, Universidad Nacional Autónoma de México,
  • (en) Esther Pasztory, Teotihuacan : An Experiment in Living, University of Oklahoma Press,
  • (en) Matthew H. Robb (dir.), Teotihuacan : city of water, city of fire, Fine Arts Museum of San Francisco and and University of California Press, .
  • (en) Linda Schele et Peter Mathews, The Code of Kings : The Language of Seven Sacred Maya Temples and Tombs, New York, Scribner, , 1re éd., 431 p. (ISBN 978-0-684-80106-3, OCLC 37819972, LCCN 97036409).
  • Felipe Solis (dir.), Teotihuacan, cité des dieux, Somogy éditions d'art et le Musée du quai Branly, .
  • (en) Saburo Sugiyama, Governance and Polity at Classic Teotihuacan; in Julia Ann Hendon, Rosemary A. Joyce, "Mesoamerican archaeology", Wiley-Blackwell, .
  • (en) Saburo Sugiyama, Human Sacrifice, Militarism, and Rulership. Materialization of State Ideology at the Feathered Serpent Pyramid, Teotihuacan, Cambridge University Press, .
  • (en) Ivan Šprajc, « Astronomical Alignments at Teotihuacan, Mexico », Latin American Antiquity, Washington, DC, Society for American Archaeology, vol. 11, no 4,‎ , p. 403–415 (DOI 10.2307/972004).
  • Karl A. Taube, The Writing System of Ancient Teotihuacan, Barnardsville, NC, Center for Ancient American Studies, coll. « Ancient America series #1 », (OCLC 44992821, lire en ligne).
  • Carmen Varela Torrecilla et Geoffrey E. Braswell, The Maya and Teotihuacan: Reinterpreting Early Classic Interaction, Austin, University of Texas Press, , 249–272 p. (ISBN 0-292-70587-5, OCLC 49936017), « Teotihuacan and Oxkintok: New Perspectives from Yucatán ».
  • (en) Muriel Porter Weaver, The Aztecs, Maya, and Their Predecessors : Archaeology of Mesoamerica, San Diego, Academic Press, , 3e éd. (ISBN 978-0-01-263999-3, LCCN 92015524).
  • (en) Timothy Webmoor, « Reconfiguring the Archaeological Sensibility: Mediating Heritage at Teotihuacan, Mexico », Symmetrical Archaeology [2005–, collaboratory directors T. Webmoor and C. Witmore], Stanford Humanities Lab/Metamedia, université Stanford,‎ (lire en ligne [online digital publication,], consulté le ).
  • Aude de Tocqueville et Karin Doering-Froger, Atlas des cités perdues, Paris, Arthaud, , 143 p. (ISBN 978-2-08-131468-9), p. 54.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

.

.

.