Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matos.
Eduardo Matos Moctezuma
Eduardo Matos Moctezuma London Sep 09.jpg
Eduardo Matos Moctezuma, lors d'une conférence au British Museum, à l'occasion de l'exposition Moctezuma: Last Aztec Ruler (Londres, septembre 2009).
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Colegio Nacional (en)
Académie mexicaine de la langue
Académie mexicaine d'histoire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Eduardo Matos Moctezuma, né le 11 décembre 1940 à Mexico, est un des plus éminents archéologues mexicains[1],[2].

Sommaire

CarrièreModifier

FonctionsModifier

Il a été sous-chef du département monuments préhispaniques de l'INAH, de 1967 à 1974[3]. Dans la même période, il a également été directeur de l'ENAH de 1971 à 1973[3] ainsi qu'assesseur de l'Institut national indigéniste et secrétaire de la société mexicaine d'anthropologie de 1971 à 1976[3].

Il a ensuite été président du conseil mexicain d'archéologie en 1977[3], puis, successivement, directeur du centre de recherches et d'études supérieures en anthropologie sociale de 1982 à 1986[3] et directeur du musée national d'anthropologie de Mexico de 1986 à 1987[3].

Pendant la période, de 1987 à 2000, où il a fondé puis dirigé le musée du Templo Mayor[3], il a également participé à la « Comisión Dictaminadora » de l'institut de recherches anthropologiques de l'UNAM, de 1990 à 1993[3].

RechercheModifier

CoordinationModifier

Il a coordonné de 1978 à 1982 un des projets archéologiques les plus importants du XXe siècle : les fouilles du Templo Mayor de Mexico-Tenochtitlan (Projet Templo Mayor)[3].

Il a initié en 1991 le Projet d'Archéologie Urbaine de la ville de Mexico qu'il dirige depuis[3].

Entre 1993 et 1994, il a coordonné le « Projet Spécial » Teotihuacan, qui a permis de fouiller la Pyramide du Soleil et de fonder le musée de la culture de Teotihuacan et le centre d'études de Teotihuacan (ainsi que son programme de bourses)[3].

PublicationsModifier

Il est l'auteur de 37 monographies et de 350 articles. Il a également coordonné 21 ouvrages et réalisé plus de 600 conférences[3].

Selon le Collège National du Mexique[4], ses publications les plus remarquables sont :

  • Muerte a filo de obsidiana : Los Nahuas frente a la muerte, Secretaría de Educación Pública, 1975 (OCLC 1694943).
  • Vida y Muerte en el Templo Mayor, Océano, 1986.
  • Teotihuacan, la metrópoli de los Dioses, Lunwerg, 1990 (ISBN 8477820872).
  • Los Aztecas, Lunwerg, 1989.
  • La Casa prehispánica, Infonavit, 1999, (ISBN 970900400X).
  • Las piedras negadas : de la Coatlicue al Templo Mayor, Secretaria de Educacion Publica, 1998, (ISBN 9701804333).
  • Estudios Mexicas, Colegio Nacional, 1999, (ISBN 9706402012).

TélévisionModifier

Il a été choisi pour mener les débats concernant la Mésoamérique entre quelques-uns des spécialistes mexicains les plus reconnus (tels que Miguel León-Portilla, Mercedes de la Garza, Yolotl González Torres ou María Teresa Uriarte) qui ont été conviés à présenter l'histoire de leur pays lors de la série d'émissions Discutamos México qui a été diffusée en 2010 sur la télévision mexicaine en honneur du centenaire de la révolution mexicaine et du bicentenaire de l'indépendance du Mexique.

Distinctions et hommagesModifier

Il a obtenu de nombreuses distinctions prestigieuses pour ses travaux. Il est, en particulier, le quatrième et dernier archéologue à avoir obtenu, en 2007, le prix national des sciences et des arts, qui est la plus haute distinction mexicaine[3]. Il a également obtenu en 2000 la plus haute distinction décernée par l'INAH, le titre de « Profesor de Investigación Científica » emeritus[5].

Il a également reçu un hommage solennel sous la forme d'un cycle de conférences sur sa vie et sur le centre du Mexique par notamment quelques-uns des plus importants de ses pairs. Ces conférences ont été publiées dans l'ouvrage intitulé Arqueología e historia del Centro de México. Homenaje a Eduardo Matos Moctezuma[6].

AnnexesModifier