Ouvrir le menu principal
Tana Kaleya
Surnom Tana Kaleya Deva Tanmayo
Naissance
Wrocław
Décès circa 2016
Profession Photographe, peintre, réalisatrice, scénariste
Films notables Femmes

Tana Kaleya, (1939- circa 2016) née à Wrocław (Pologne) est une photographe et cinéaste connue pour ses nus féminins et surtout masculins, parmi lesquels des personnalités du monde des arts des années 1970-1980.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Kaleya[1] est née à Wrocław en Pologne durant la Seconde Guerre mondiale, en 1939[2]. Elle est probablement issue d'une famille assez aisée. Comme beaucoup d'enfants de cette époque, par mesure de protection, étant donné les bombardements, elle est placée très jeune dans un internat catholique. À la fin de la guerre, dans l'impossibilité de retrouver ses parents, les religieuses de cet internat l'envoient chez un de ses oncles, prêtre en Autriche. Elle est alors âgée d'environ huit ans[3] et découvre un univers plutôt libéral et fastueux à ses yeux. Elle y gagnera un goût certain pour le luxe et la théâtralité qui se développera encore au fil de sa vie.

Elle est encore mineure quand son oncle décède, elle est alors envoyée en Allemagne, à Berlin[3], chez un autre oncle, également prêtre.

Elle travaille un temps à Munich pour l’écrivain Ivar Lissner, est également tentée par le journalisme et la bande dessinée pour enfants.

Kaleya rencontre son complice Victor, aux alentours de 1960, et ils décident ensemble de voyager, d'abord en tube Volkswagen de l’époque, puis à bord d'un vieux bateau thonier[4] en Méditerranée jusqu’à la Grèce.

Vie professionnelleModifier

Puis, elle s'installe à Paris, commence à écrire un roman où il est question de chaque nuit dans une autre baie. Après l'acquisition d'un appareil photographique Nikon, elle décide de devenir photographe et développe assez vite son talent pour la photographie. Elle peint également avec son amie Leonor Fini.

En 1975, elle publie la monographie Hommes, où elle photographie entre autres Frédéric Mitterrand[5],[6], le danseur Rudolf Noureev[3], l'acteur Terence Stamp et un grand contrebandier résidant d'Ibiza. Leonor Fini orne ce livre d'un portrait de Tana en frontispice. Elle connait dès lors une certaine notoriété en Allemagne, aux Pays bas, en Suisse. L'éditeur évoque un Hamilton féminin[4] et le Der Spiegel lui consacre un article[3]. Ravie de connaitre la gloire, elle n'est pour autant pas satisfaite et cherche encore une religion de la beauté. Elle prend la décision de partir en Inde rencontrer un guru bien connu à cette époque Bhagwan Shree Rajneesh[7]. Elle prend le nom de Ma Deva Tanmayo[7]. Le bateau est vendu.

À son retour en 1983, elle propose et monte le film érotique [8], Femmes avec Helmut Berger[9] et Alexandra Stewart[10], qui ne rencontrera pas un grand succès commercial à l'époque, mais revient parfois dans les festivals[11]. Puis elle propose au grand public Chats d'ateliers, un livre réalisé conjointement avec Leonor Fini[12]. Grâce au succès de ce livre, elle peut s'installer dans le sud de la France. Pauligne, dans l'Aude abritera durant 30 ans la photographe de Polnareff en chapeau de cow-boy[13]. Durant cette retraite artistique, elle s’achète une Triumph, se passionne pour les photographies de fleurs, expose à Paris, Narbonne, Perpignan.

Un premier accident vasculaire cérébral en 2005, la laisse presque muette. Mais cela ne l’empêchera pas de rester indépendante, et peut être pour se rapprocher de ses amis parisiens ou pour se prouver que rien n'a changé, elle loue une petite chambre dans la capitale et vit entre Pauligne et Paris durant les neuf années suivantes. En 2016, un second accident vasculo-cérébral, lui fait perdre l'usage de ses jambes, avant qu'elle ne quitte définitivement ce monde.

À propos de Tana KaleyaModifier

  • « Sorcière, Tana Kaleya l'est par la maîtrise de son métier et surtout par l'art avec lequel elle sait tirer de ses modèles ce qui est parfois le plus enfoui en eux : virilité, sensualité féminine aussi bien chez les éphèbes que chez les hommes. Une nuque, une oreille, la naissance d'une épaule et c'est tout l'érotisme mis à nu par Tana Kaleya, une femme à la recherche de l'homme. » - Marita Coustet[14].
  • « L'érotisme semble se diluer dans une sensualité charnelle et plastique qui confère à chacune des images de Tana Kaleya la grâce d'un moment unique et irremplaçable. » - Revue Zoom[15].

Collections publiquesModifier

PublicationsModifier

  • Hommes, avant-propos de Marita Coustet, portrait de Tania Kaleya par Leonor Fini en frontispice, Robert Laffont, 1974 ; réédition avec introduction de Roger Peyrefitte, Harmony Books, 1975.
  • Femmes. éd. Publicness, 1980.
  • Chats d'atelier, Léonor Fini, photographies de Tana Kaleya, éditions de Lodi, 1988.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • « Tana Kaleya », revue Zoom, n°15, 1er novembre 1972.
  • (de) Playboy Erotik, N° 6202, Erschienen, 1979.
  • « Polaroid story - Irutchka, Tana Kaleya, Malcolm S. Kirk, Andreas Mahl, Andy Warhol », revue Zoom, n°74, 15 avril 1980.
  • Claude Nori et Didier David, L'Almanach de la photo, 1982.
  • Minolta Mirror : International Magazine of Photography, éd. : Minolta Camera Co. Ltd. Japan, Tana Kaleya's "Hommes et femmes", 1983.
  • Suzanne G. Frayser et Thomas J. Whitby, Studies in human sexuality - A selected guide, Libraries Unlimited, Englewood, 1995 (consulter en ligne).
  • Janis L. Pallister, French speaking women film directors - A guide, Associated University Presses, 1997.
  • Alessandro Bertolotti (en), Livres de nus, éditions de la Martinière, 2007 (présentation en ligne).
  • Gilles Lhote, Polnadico - Michel Polnareff de A à Z, co-édition Carnets nord / éditions Montparnasse, 2016.

Notes et référencesModifier

  1. « Limoux. Tana Kaleya », sur ladepeche.fr (consulté le 5 avril 2019)
  2. a et b « Untitled | The Museum of Fine Arts, Houston », sur www.mfah.org (consulté le 5 avril 2019)
  3. a b c et d (de)Der Spiegel, Photographie, ‘’L'homme nu finalement accepté comme thème de la photographie d'art - grâce à un jeune photographe’’, 09.12.1974
  4. a et b Bibliographie de France, Un Hamilton féminin, 30 octobre 1974.
  5. « Tana-Kaleya | artnet », sur www.artnet.com (consulté le 5 avril 2019)
  6. Siegfried Forster, ‘’«L’Homme nu dans l'art», le grand retour’’, rfi, 25-09-2013
    « l’ancien ministre de la Culture Frédéric Mitterrand (le « Superbe ! » […] avait posé […] pour Tana Kaleya avant […] son livre La Mauvaise vie’’. »
  7. a et b (en) Sunil Sethi March 7 et 2014 ISSUE DATE: July 31, « Bhagwan Shree Rajneesh: Is he a charlatan, hypnotist or a sex maniac? », sur India Today (consulté le 5 avril 2019)
  8. « FEMMES (1983) », sur www.unifrance.org (consulté le 5 avril 2019)
  9. (de) Austria-Forum | https://austria-forum.org/, « Helmut Berger | AustriaWiki im Austria-Forum », sur austria-forum.org (consulté le 5 avril 2019)
  10. « Limoux. Tana Kaleya expose », sur ladepeche.fr (consulté le 5 avril 2019)
  11. (es)Ibiza film office, Mujeres -1983.
  12. (OCLC 46598446).
  13. Gilles Lhote, Polnadico, Carnets Nord, 192 p. (ISBN 9782355362132, lire en ligne).
  14. Marita Coustet, avant-propos, Hommes, photos de Tana Kaleya, Robert Laffont, 1974.
  15. Revue Zoom, Tana Kaleya, n°74, 15 avril 1980.
  16. MFA-Houston, Tana Kaleya, huit épreuves.

Liens externesModifier