Sutorina

ville du Monténégro

Sutorina (en serbe cyrillique : Суторина) est un village de l'ouest du Monténégro, dans la municipalité de Herceg Novi.

Sutorina
(sr) Суторина
Sutorina
Administration
Pays Drapeau du Monténégro Monténégro
Municipalité Herceg Novi
Indicatif téléphonique international +(382)
Indicatif téléphonique local 031
Immatriculation HN
Démographie
Population de l'agglomération 607 hab. (2003)
Géographie
Coordonnées 42° 28′ 25″ nord, 18° 28′ 26″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Europe
Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Sutorina
Géolocalisation sur la carte : Monténégro
Voir sur la carte administrative du Monténégro
City locator 14.svg
Sutorina
Géolocalisation sur la carte : Monténégro
Voir sur la carte topographique du Monténégro
City locator 14.svg
Sutorina

Jusqu'à un accord frontalier en 2015 entre le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine, le territoire était revendiqué par cette dernière: entre 1699 et le début des années 1950, Sutorina relève du territoire bosnien au sein de l'Empire Ottoman, de l'Autriche-Hongrie puis de la Yougoslavie, faisant d'elle à l'époque le second accès maritime de la Bosnie aux côtés de la municipalité Neum.

HistoireModifier

 
La République de Raguse entourée par les territoires de Neum et Sutorina, cédés à l'Empire Ottoman.
  • République de Raguse
  • Empire ottoman
  • République de Venise
  • En 1699 lors du traité de Karlowitz, la république de Raguse (actuelle Dubrovnik) cède deux zones tampons à l'Empire ottoman, avec pour objectif de se protéger des ambitions de la république de Venise. Ces deux territoires sont la région de Neum au nord et celle de Sutorina avec le port de Herceg Novi au sud. En conséquence, de 1699 à 1908, ceux-ci appartiennent à l’Empire ottoman, pour lequel l’existence de cette séparation terrestre entre les possessions vénitiennes et Dubrovnik devait permettre un accès maritime, mais aussi la perception de droits de douane.

    Après la chute de la République vénitienne en 1797 et le Congrès de Vienne en 1815, l'Empire d'Autriche, qui a annexé à la fois les possessions dalmates de Venise et le territoire de Raguse, tente de racheter les enclaves Neum et Sutorina aux Ottomans, en vain. En conséquence, l'Autriche stationne un navire de guerre pour bloquer l'accès au port de Neum jusqu'au traité de Berlin de 1878: Neum et Sutorina sous contrôle ottoman depuis 179 ans, sont désormais de facto administrée par l’Autriche-Hongrie, celle-ci possédant désormais le condominium de Bosnie-Herzégovine[1].

    Après la défaite de l'Empire austro-hongrois lors de la Première Guerre mondiale en 1918, Neum et Sutorina rejoint le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes qui devient le Royaume de Yougoslavie en 1929. Sous la Dynastie Karađorđević, le gouvernement yougoslave fait table rase des frontières passées, l'histoire commune entre Sutorina et Neum établie en 1699 s’arrête en 1929, la première étant incluse dans la Banovine de la Zeta, tandis que la seconde rejoint la Banovine du Littoral.

    Après la Seconde Guerre mondiale, la République fédérative socialiste de Yougoslavie de Tito est fondée sur le principe d'établir les républiques fédérées à leurs frontières de 1878, c'est pourquoi l'enclave de Neum est incluse dans la République populaire de Bosnie-Herzégovine, y compris la majeure partie de la péninsule de Klek, les deux îlots Veliki et Mali Školj et le rocher de Lopata dans la baie de Klek. Néanmoins, le territoire de Sutorina est quant à lui intégré à la République populaire du Monténégro: les politiciens locaux bosniens cèdent le territoire près de Sutorina, Igalo et Njivice et reçoivent de la part des monténégrins un territoire à l'est de la rivière Sutjeska, comprenant les villages montagneux de Maglić, précisément Kruševo et Vučevo[1].

    Lors de la dislocation de la Yougoslavie et de l'indépendance des deux pays respectifs, Sutorina devient un litige frontalier entre la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro. Le , les gouvernements de Bosnie-Herzégovine et du Monténégro signent à Vienne un accord frontalier qui confère la souveraineté de Sutorina au Monténégro[2].

    DémographieModifier

    Évolution historique de la populationModifier

    Évolution démographique
    1948 1953 1961 1971 1981 1991 2003
    404410398358437489607
    (Source : [3])

    Pyramide des âges (2003)Modifier

    Pyramide des âges de la ville de Sutorina
    Pyramide des âges de la ville de Sutorina en 2003 (population totale : 607)[4] :
    HommesClasse d’âgeFemmes
     ?
    80 et plus
    75-79
    70-74
    16 
    15 
    65-69
    13 
    17 
    60-64
    12 
    23 
    55-59
    12 
    22 
    50-54
    30 
    22 
    45-49
    20 
    17 
    40-44
    22 
    13 
    35-39
    22 
    24 
    30-34
    24 
    21 
    25-29
    24 
    26 
    20-24
    18 
    20 
    15-19
    24 
    24 
    10-14
    19 
    13 
    5-9
    14 
    20 
    0-4
    15 

    Répartition de la population par nationalités dans la villeModifier

    Répartition de la population par nationalités (2003)[5]
    Nationalités Nombre %
    Serbes 402 66,22
    Monténégrins 132 21,74
    Croates 5 0,82
    Yougoslaves 2 0,32
    Inconnus/Autres 66 10,84

    Notes et référencesModifier

    1. a et b "BiH traži Boku?", en croate, sur Slobodna Dalmacija, le 16 juin 2006
    2. Sutorina ostala crnogorska, en serbe, sur Novosti, le 26 avril 2016
    3. (sr) Књига 9, Становништво, упоредни преглед броја становника 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991, 2003, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, септембар 2005, COBISS-ID 8764176
    4. (sr) Књига 2, Становништво, пол и старост, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, октобар 2004, COBISS.CG-ID 8489488
    5. (sr) Књига 1, Становништво, национална или етничка припадност, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, септембар 2004, (ISBN 86-84433-00-9)