Litige frontalier

désaccord sur le contrôle d'un territoire, sur le tracé de la frontière

Un litige frontalier est un différend terrestre ou maritime opposant deux entités administratives, typiquement deux pays, sur le tracé de la frontière qui les délimite. Cette contestation peut en rester au niveau de la discussion ou provoquer des incidents de frontière, voire dégénérer en conflit armé, bien que ce cas soit le plus rare, la plupart des litiges restant latents. La solution peut être alors trouvée par la voie diplomatique ou par le statu quo imposé par les armes et entériné ou non par un traité. On estime que sur 194 États reconnus par l'ONU, seuls 74 n'ont aucun différend frontalier avec leurs voisins.

Carte du triangle d'Ilemi au tripoint entre l'Éthiopie, le Kenya et le Soudan du Sud : lignes de partage de 1938 (ligne rouge), 1947 (ligne bleue) et 1950 (ligne verte correspondant à ligne de patrouille du Soudan du Sud) ; les lignes en jaune sont les frontières internationales reconnues par les différents états.

CaractéristiquesModifier

L'existence d'un litige frontalier provient localement de l'existence de plusieurs tracés de la même frontière, tracés reconnus à des degrés divers au niveau international. Les régions comprises entre les différents tracés sont alors qualifiées de territoires contestés. L'étendue de ces régions (de quelques hectares à des dizaines de milliers de kilomètres carrés), l'importance des populations qui y vivent (d'inhabité à des millions d'habitants), leur potentiel économique, etc. sont des éléments qui déterminent le niveau de gravité du litige. Ainsi, certains concernant des régions inhabitées de très faibles étendues et difficilement accessibles n'ont que peu d'impact et se règlent par la voie diplomatique, tandis que d'autres impliquent de vastes régions fortement peuplées et/ou au fort potentiel économique, notamment énergétique (pétrole, minieretc.), et sont à l'origine de guerres qui peuvent durer des décennies.

La plupart des litiges frontaliers serait cependant latents. On estime que sur 194 États reconnus par l'ONU, seuls 74 n'ont aucun différend frontalier avec leurs voisins[1]

Le maintien de la situation conflictuelle peut aboutir à la formation d'un no man's land, d'une frontière fortifiée ou d'une zone démilitarisée.

OriginesModifier

Les litiges frontaliers ont des origines diverses :

Notes et référencesModifier

  1. Ninon Briot, Jean-Benoît Bouron et Pauline Iosti, « Les frontières disputées et conflictuelles dans le monde », sur Géoconfluences, .

Article connexeModifier