Ouvrir le menu principal

Sugus
Image illustrative de l’article Sugus

Lieu d’origine Suisse
Créateur Suchard
Date 1931
Classification bonbon

Le Sugus /sy.gys/ est un bonbon créé en 1931 par le chocolatier suisse Suchard, qui fait aujourd'hui partie du groupe Wrigley depuis 2005. Il a été inscrit en 2008 au Patrimoine culinaire suisse.

FormeModifier

À l'origine, c'est un bonbon de forme carrée, de 4 cm², haut de 7 mm. Dans un endroit frais et sec, les Sugus se conservent environ dix ans.

Composition et goûtsModifier

Le sugus est composé de sucre, de sirop de glucose, de matière grasse végétale hydrogénée, de gélatine, d'acide citrique (acidifiant), de 0,5 % de jus de fruits concentré, d'arômes, de lécithine (émulsifiant), de colorants (E162, E160a, E160e et E163). La recette des Sugus a été modifiée au cours de son histoire. Il existe plusieurs saveurs : ananas, citron, fraise, orange, pomme, cerise, poire et pêche (melon au Portugal, menthe en Argentine et framboise en Thaïlande).

ProductionModifier

Jusqu'en 1993 le Sugus est produit par Jacobs-Suchard-Tobler à Neuchâtel en Suisse. La production est ensuite transférée en France à Reims[1] sur le site Krema (Kraft Jacob Suchard) qui a fermé[2] fin 1998. Il est désormais produit en Chine ainsi qu'à Tourcoing en France par l'intermédiaire de Verquin confiseur.

Marchés principauxModifier

Il est commercialisé en Suisse, Luxembourg, Afrique du Sud, Argentine, Belgique, Brunei, Cambodge, Chine, Espagne, Hong Kong, Indonésie, Japon, Macao, Malaisie, Mexique, Philippines, Portugal, Roumanie, Namibie, Taïwan, Thaïlande, Uruguay et Vietnam.

Cette friandise est très cotée en Asie. À Hong Kong elle serait même considérée comme un porte-bonheur[3].

Le Sugus dans la littératureModifier

Ce bonbon, souvent cité, est le préféré de Fermín Romero de Torres, héros du roman L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón.

RéférencesModifier

  1. Le Matin, 22 mai 2011
  2. « Kraft Jacobs Suchard va fermer son usine de Reims », sur lesechos.fr, (consulté le 5 septembre 2017)
  3. « C’était le bonbon temps », sur Libération, (consulté le 5 septembre 2017)

Liens externesModifier