Ouvrir le menu principal

Stefan George

linguiste allemand
Stefan George
Stefan George 1910 Foto Jakob Hilsdorf.jpg
Stefan George (1910).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
MinusioVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique
Site web
Distinction
Stefan George Grave.jpg
Vue de la sépulture.

Stefan Anton George, né le à Bingen am Rhein et mort le à Minusio, est un poète et traducteur allemand.

BiographieModifier

La poésie de George est caractérisée par un ethos distant et aristocratique ; son vers est formel par le style, lyrique par la tonalité et souvent mystérieux par la langue : il s'inspire en effet des formes classiques grecques, en réaction à la tendance réaliste de la littérature allemande de son temps. Convaincu que le but de la poésie est la distance au monde, ardent défenseur de l'art pour l'art et influencé par Nietzsche, Stefan George peut être rattaché par son écriture au mouvement symboliste français de Stéphane Mallarmé.

George est un pont important entre le XIXe siècle et le Modernisme allemand, quoiqu'il ait été un sévère critique de l'ère moderne. Il expérimente, avec divers mètres poétiques, ponctuation, allusions obscures et typographie. La meilleure production poétique de George est Algabal (1892). Le titre est une référence à l'empereur romain Elagabal.

George est également un traducteur important ; il a traduit Dante, Shakespeare et Baudelaire en allemand.

 
De gauche à droite : Karl Wolfskehl, Alfred Schuler, Ludwig Klages, Stefan George, Albert Verwey. Photo de Karl Bauer

Le Georgekreis (cercle de George) se constitue vers 1892 autour de la revue Blätter für die Kunst avec des personnalités diverses[1],[2],[3] : Karl Wolfskehl, la comtesse Franziska zu Reventlow, Friedrich Gundolf, Albert Verwey, Ludwig Klages, Alfred Schuler, ces deux derniers développant par la suite leurs propres cercles qui comptèrent Walter Benjamin. Le cercle de George éclata en 1904 à la suite d'une dispute entre George et Wolfskehl d'un côté, et Klages et Schuler de l'autre.

George exercera une influence importante sur Hugo von Hofmannsthal, un des modernistes littéraires les plus importants de l'Autriche (qui devait plus tard rompre avec George), ainsi que sur l'écrivain Franz Hessel, l'historien Ernst Kantorowicz ou encore certains membres du complot visant à assassiner Hitler en , dont Claus von Stauffenberg.

Hostile au nazisme, George s'installe en Suisse.

ŒuvresModifier

  • 1928 - Das neue Reich

Traductions françaises :

  • Dichtungen/Poèmes, traduction bilingue par Maurice Boucher, éditions Aubier Flammarion, Paris, 1969.
  • Maximim, précédé de Poèmes à Gundolf, traduction par Dominique Le Buhan et Eryck de Rubercy, éditions Bibliothèque Artistique et Littéraire (Fata Morgana), Montpellier, 1981.
  • Effigies, des poètes et de la poésie, traduction par Dominique Le Buhan et Eryck de Rubercy, éditions Bibliothèque Artistique et Littéraire (Fata Morgana), Fontfroide, 2004.
  • L'Étoile de l'Alliance, traduction et postface par Ludwig Lehnen, éditions de La Différence, Paris, 2005.
  • Poésies complètes, édition bilingue, traduction par Ludwig Lehnen, 830 pages, éditions de La Différence, Paris, 2009.
  • Feuilles pour l'art, 1892-1919 et autres textes du Cercle de George, traduits et présentés par Ludwig Lehnen, éditions Les Belles Lettres, Paris, 2012.

BibliographieModifier

  • Stefan George et les symbolistes français, Numéro spécial de La Revue d'Allemagne et des pays de langue allemande, Paris, Emile Paul, Novembre - Décembre 1928.
  • Enid Lowry Duthie, L'Influence du symbolisme français dans le renouveau poétique de l'Allemagne, les "Blätter für die Kunst" de 1892 à 1900, thèse pour le doctorat d'Université présentée à la Faculté des lettres de l'Université de Paris, Paris, H. Champion, 1933, 572 p. Reprint, Genève : Slatkine Reprints, 1974.
  • Claude David, Stefan George, son œuvre poétique, thèse, Bibliothèque de la Société des Etudes Germaniques, Lyon, 1952, 409 pages.
  • Karlhans Kluncker, «Blätter für die Kunst» : Zeitschrift der Dichterschule Stefan Georges, Frankfurt : V. Klostermann, 1974, 304 p.
  • Robert E. Norton, Secret Germany : Stefan George and His Circle, Ithaca and London, Cornell Unievrsity Press, 847 pages, 2002.
  • Thomas Karlauf, Stefan George : Die Entdeckung des Charisma, München, Blessing, 2007 ; réédition : Taschenbuchausgabe, München, Pantheon, 2008.
  • Ludwig Lehnen, Mallarmé et Stefan George : politique de la poésie à l'époque du symbolisme, éditions des Presses universitaires de Paris-Sorbonne (PUPS), 704 pages, Paris, 2010.
  • Luc-Olivier D'Algange, Stefan George ou la politique de l'essentiel, in, revue Eléments No 138, Janvier - Mars 2011, pp 54 - 57.

Notes et référencesModifier

  1. J.-M. Palmier, présentation à F. Hessel, Promenades dans Berlin, Paris : L'Herne, 2012, p. 20
  2. F. Wolters, Stefan George und die "Blätter für die Kunst", deutsche Geistesgeschichte seit 1890, Berlin : G. Bondi, 1930.
  3. Enid Lowry Duthie, L'Influence du symbolisme français dans le renouveau poétique de l'Allemagne, les "Blätter für die Kunst" de 1892 à 1900, thèse pour le doctorat d'Université présentée à la Faculté des lettres de l'Université de Paris, Paris, H. Champion, 1933, 572 p.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :