Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Statue équestre de Vercingétorix

sculpture d'Auguste Bartholdi à Clermont-Ferrand, France
Statue de Vercingétorix
Jaude statue2.jpg

Le Monument à Vercingétorix

Présentation
Type
Créateur
Matériau
Construction
Inauguration
Propriétaire
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Clermont Auvergne Métropole

(Voir situation sur carte : Clermont Auvergne Métropole)
Point carte.svg

La statue équestre de Vercingétorix[1] est située à Clermont-Ferrand, sur la place de Jaude. Cette statue fut réalisée en 1903 par le sculpteur Auguste Bartholdi (1834-1904), plus communément connu pour avoir réalisé la statue de la Liberté à New-York. La statue équestre représente le chef arverne Vercingétorix, vainqueur du siège de Gergovie qui s'est déroulé non loin.

Sommaire

HistoireModifier

Œuvre d'Auguste Bartholdi, elle a été inaugurée le par Louis Renon, le maire de Clermont-Ferrand. Elle fait face au Monument au général Desaix, à l'extrémité nord de la place de Jaude[2].

Cette statue fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

À l'époque de la construction de la statue, la Troisième République se cherche des valeurs dans le passé historique de la France. Et un thème ressort : les Gaulois. C'est pourquoi, dans toute la France, on peut retrouver des statues de Vercingétorix, le héros de Gergovie.

DescriptionModifier

Le cheval saute au dessus de l'adversaire qui est au sol, on comprend donc qu'il n'est pas au galop, c'est pour ceci qu'aucun de ses sabots ne touche sol.

La statue comporte des erreurs anachroniques : les équipements portés par Vercingétorix datent pour la plupart de l'âge du bronze moyen, soit plus d'un millénaire avant l'époque du chef gaulois.

Son piédestal porte les inscriptions suivantes :

  • côté ouest : « à Vercingetorix » ;
  • côté est : « au héros de Gergovie » ;
  • côté sud : « j’ai pris les armes pour la liberté de tous » ;
  • côté nord : « Élevé par souscription publique, inauguré le 11 octobre 1903. M. Renon étant maire. »

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier