Ouvrir le menu principal
Stade Gaston Gerard
Stade Gaston-Gérard (11-03-2012).JPG
Le stade Gaston-Gérard (avant sa rénovation de 2017) durant un match du DFCO face au PSG en 2012.
Généralités
Surnom
GG
Nom complet
Parc des Sports Gaston-Gérard
Adresse
Place Gaston-Gérard
21000 Dijon
Drapeau de la France France
Construction et ouverture
Ouverture
Rénovation
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Équipement
Surface
Pelouse naturelle[1]
Capacité
19 000[2]
Tribunes
  • Tribune Ouest : 2 761 places[3]
  • Tribune Caisse d'Epargne (Est) : 4 978 places[4]
  • Tribune Dijon Céréales (Nord) : 5 530 places[3],[N 1]
  • Tribune Rougeot (Sud) : 5 332 places[3],[N 2]
Affluence record
14 octobre 2017 : Dijon FCO - PSG avec 15 160 spectateurs.
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Dijon
voir sur la carte de Dijon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne
voir sur la carte de Bourgogne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Parc des Sports Gaston-Gérard est un stade de football français situé à Dijon, dans le quartier Montmuzard, inauguré en 1934. Il est utilisé pour les rencontres du club de football du Dijon FCO. Le stade servait également de terrain d'athlétisme avant ses travaux d'agrandissement entre et .

HistoireModifier

Parc omnisportsModifier

Construit dans les années 1930 sous l'impulsion de Gaston Gérard, député-maire de Dijon de 1919 à 1935, le stade est inauguré en 1934 par le président de la République Albert Lebrun. Il ne prend le nom du maire qu'en 1969, suite à la mort accidentelle de ce dernier la même année.

D'une capacité d'origine d'environ 10 000 places, le parc des sports s'équipe d'éclairage nocturne en 1974 lors de l'ascension du club de foot dijonnais (à l'époque Cercle Laïque Dijonnais) en National. Accueillant également des meetings d'athlétisme, le stade était jusqu'à sa rénovation un parc omnisport. Il restera comme le lieu d'un des records de Sergueï Bubka qui effectua un saut à la perche de 6,11 m le . Désormais, le Parc des Sports est seulement utilisé pour les rencontres du DFCO.


Rénovation et agrandissement du stadeModifier

Assez vétuste et peu confortable, le stade fait l'objet d'un important projet de rénovation qui débute le . Le projet initial, conçu par l'atelier d'architecture Michel Rémon, a pour but de construire des tribunes uniformes, reliées dans les angles, avec un anneau de gradin pour le grand public et des loges sous le toit faisant le tour du terrain[5].

 
Le stade Gaston-Gérard, vu depuis la tribune est, en 2013.

Tribunes Nord et SudModifier

 
Le virage nord, en 2012.

Inaugurée le [6], la première tribune à sortir de terre est celle du côté nord avec une capacité de 5 530 places : 

- une volée basse avec 1 600 places debout.

- une volée intermédiaire avec 3 576 places assises.

- une volée haute avec 354 places assises.

Le virage sud, qui accueillait les visiteurs sur des gradins en béton à ciel ouvert, est entièrement détruit et remplacé le par une tribune couverte de 5 332 places :

- une volée basse avec 1 600 places debout.

- une volée intermédiaire avec 3 583 places assises.

- une volée haute avec 149 places assises.

Le coût de la construction de ces deux virages est estimé à 21,7 millions d'euros[3]. Par la suite, ces tribunes ont été renommées tribune Dijon Céréales (pour le virage nord) et tribune Rougeot (virage sud), par le biais du naming[7].

Tribune EstModifier

Le , le Grand Dijon dévoile lors d’une conférence de presse le projet final concernant la destruction de la tribune Marathon et la construction d'une nouvelle tribune en lieu et place, réalisée par le cabinet Jean Guervilly. Cette réalisation diffère de celle prévue originellement par le cabinet Rémon et qui devait être dans la continuité des tribunes nord et sud. Le coût de ces nouveaux travaux a été estimé à 20 millions d'euros, avec une couverture des angles[4]. Les travaux de démolition de l'ancienne tribune ont été effectués à l'été 2015 et la livraison de la nouvelle tribune est prévue le 16 septembre 2017. La tribune Est a une capacité de 4 753 places assises :

- une volée basse : 2 711 places assises.

- une volée intermédiaire : 204 places assises.

- une volée haute : 1 838 places assises.

Cette nouvelle tribune porte le nom de tribune Caisse d'Épargne, via, à nouveau, un parrainage[8].

La partie basse de la tribune est ouverte au public le , à l'occasion d'un match contre le Paris SG[9],[10].

Le stade Gaston-Gérard dispose désormais, avec la tribune Ouest (2 761 places), d'une capacité de 19 000 places.

PolémiqueModifier

La première accession en Ligue 1 du DFCO en 2011 est l'occasion pour la presse locale de se pencher sur le Parc des sports et sur l'ancien maire qui lui a prêté son nom. Le journaliste Jérémy Demay publie ainsi en juin 2011 dans La Gazette de Côte d'Or, un article révélant au grand public le passé trouble de Gaston Gérard pendant l'occupation[11]. Autrement plus connu pour avoir laissé son nom à une recette locale ou pour avoir hissé Dijon au rang de capitale gastronomique, l'ancien maire de Dijon s'est aussi révélé pendant l'Occupation un politicien avide de pouvoir souhaitant récupérer son siège de maire de Dijon perdu en 1935, au point de fréquenter les milieux collaborationnistes [12]. Il est condamné à une peine d’inéligibilité et à l’indignité nationale à la Libération en raison de sa collaboration au régime de Vichy.

Centre de formationModifier

Le centre de formation du DFCO a été inauguré le 17 janvier 2014 en présence des représentants du Grand Dijon et du conseil régional de Bourgogne, partenaires financiers de cet équipement situé au stade des Poussots. Pour la première saison, 22 jeunes joueurs venus de la France entière ont été sélectionnés. Ce nouveau centre marque une étape importante dans l’évolution du DFCO, qui pourra ainsi constituer un vivier de jeunes talents pour son équipe professionnelle.

ChronologieModifier

Voir aussiModifier

NotesModifier

  1. Le virage nord comprend également 1 600 places debout en plus des 3 576 places assises, soit une capacité totale de 5 530 places pour la tribune Dijon Céréales.
  2. Le virage sud comprend également 1 600 places debout en plus des 3 583 places assises, soit une capacité totale de 5 332 places pour la tribune Rougeot.

RéférencesModifier

  1. (fr) « Stade Gaston-Gérard à Dijon : la pelouse retrouve des couleurs », sur BienPublic.fr,
  2. (fr) Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/dijon/dijon-tribune-est-du-stade-gaston-gerard-ete-inauguree-1329935.html, sur France 3.fr (consulté le 7 août 2019)
  3. a b c et d (fr) « Stades de football », sur Stades-spectateurs.com (consulté le 3 février 2016)
  4. a et b (fr) Roald Billebault, « Le stade Gaston-Gérard se dévoile », sur GazetteInfo.fr,
  5. (fr) « Stade Gaston-Gérard à Dijon (21) », sur ArchiListe.fr (consulté le 3 février 2016)
  6. (fr) « Photos du stade de Dijon : Stade Gaston-Gérard », sur Stades-spectateurs.com, consulté le 15 septembre 2015
  7. (fr) « DFCO - Jovial passera l’automne en Chine », sur GazetteInfo.fr,
  8. (fr) « DFCO : le nom de la nouvelle tribune est dévoilé », sur BienPublic.fr,
  9. (fr) « Dijon : la nouvelle tribune Est du stade Gaston-Gérard a ouvert ses portes samedi soir », sur BienPublic.fr,
  10. (fr) « Dijon : et soudain, la nouvelle tribune s'est parée de rouge et de noir », sur BienPublic.fr,
  11. Anne Duvivier, « La mémoire qui flanche », sur Club de Mediapart (consulté le 15 août 2019)
  12. « Faut-il rebaptiser le stade ? », sur bienpublic.com, (consulté le 16 août 2019)
  13. « Il y a 31 ans, Bob Marley soulevait les foules à Dijon », sur bienpublic.com, (consulté le 16 août 2019)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier